Révéler la persécution

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • La succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan, dans la province de Shanxi, persécute les pratiquants de Dafa

    Ces quatre dernières années, la succursale du bureau Wanbailin et les 16 stations de police dans sa juridiction ont appliqué la règle « diffamer, ruiner, détruire.» Ils ont pillé les demeures des pratiquants, suivi, enlevé, détenu, soumis à des lavages de cerveau, torturé, envoyé les pratiquants dans des camps de travaux forcés et les ont condamnés à la prison.
  • Le cas de « bloquer le trafic » dans la ville de Panzhihua, province de Sichuan

    Cette nuit là, la station de télévision du comté de Miyi a diffusé un rapport de « nouvelles spéciales » avec un ensemble de clips vidéo et ont dit que les pratiquants avaient « bloqué le trafic. » Parmi les pratiquants arrêtés, certains ont été détenus, certains ont été illégalement condamnés au camp de travail et certains ont été condamnés à la prison. La sentence la plus longue a été de 8 ans et la plus courte de trois ans. Ces pratiquants sont encore aujourd’hui incarcérés et soumis à des persécutions continuelles.
  • La succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan, dans la province de Shanxi, persécute les pratiquants de Dafa

    Depuis le mois de juillet 1999, la succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan dans la province de Shanxi a suivi les ordres de Jiang Zemin et a persécuté Dafa et les pratiquants de Dafa activement. Dans les quatre dernières années, la succursale du bureau Wanbailin et les 16 stations de police dans sa juridiction ont appliqué la règle « diffamer, ruiner, détruire.» Ils ont pillé les demeures des pratiquants, suivi, enlevé, détenu, soumis à des lavages de cerveau, torturé, envoyé les pratiquants dans des camps de travaux forcés et les ont condamnés à la prison.
  • La politique du bureau 610 à Diaobingshan, Liaoning : 10 points de bonus pour l'arrestation d' un pratiquant de Dafa, 1 point seulement pour l'arrestation d'un criminel

    Pour emprisonner davantage de pratiquants de Dafa, le bureau 610 de Diaobingshan, province du Liaoning, a initié un système de points pour évaluer les performances des policiers. Cette politique est en lien direct avec les avantages personnels. Un policier est récompensé de 10 points s’il arrête un pratiquant qui suspend des banderoles et affiche ou distribue des documents clarifiant la vérité. Mais les policiers ne reçoivent qu’un point s’ils arrêtent un criminel
  • Vingt-sept méthodes de torture employées au Centre de Détention Wutongqiao, à Leshan , dans la Province du Sichuan (1ère partie)

    La police du Centre de Détention de Wutongqiao, à Leshan, dans la Province du Sichuan emploie 27 méthodes cruelles pour torturer les pratiquants du Falun Gong. Le chef d’un groupe local du "Bureau 610 "* Du a dit une fois, "Vous allez fondre même si vous êtes faits de fer, et chaque pratiquant du Falun Gong subira ce traitement."Le compte rendu suivant documente quelques-unes de ces méthodes de torture et les noms affreux qui leur sont donnés par ce centre de détention.
  • J'ai été écrasé par un panier de pierres de 110 kg, et de l'alcool a été versé sur mes blessures (photos)

    Ils m'ont nourri de force avec une drogue inconnue, affirmant qu’ils essayaient de traiter mes blessures. Je leur ai dit, "Vous m'avez torturé à ce point, comment pouvez vous même parler de me donner un traitement?" Ils ont utilisé une brosse à dents pour imprégner mes blessures d'alcool, et de vinaigre . C’était extrêmement cruel. Ce n'est quelques mois plus tard que mes blessures ont commencé lentement à guérir. Après qu'elles aient guéri, il restait encore quelques lacérations qui ressemblent à une tumeur. À ce jour, je resens souvent douleur aigue et démangeaison à l'endroit des blessures.
  • La police d’Aohan Qi, ville de Chifeng en Mongolie Intérieure persecute des pratiquants de Dafa

    Plus de dix disciples de Dafa de la ville de Jinchanggouliang ont été illégalement arrêtés. Un couple marié, M. Wang Guoquan et Ms. Yuan Caiying sont encore emprisonnés illégalement. Leur enfant a été laissé seul. Personne ne prend soin de leur maison. D’autres disciples de Dafa arrêtés se sont fait extorquer de 1 000 à 1 500 Yuan chacun, pour un total de plus de 10 000 Yuan.
  • Le camp de travaux forcés Shiliping, province de Zhejiang se sert de mesures humiliantes pour persécuter le pratiquant de Dafa M. Huang Shaowei

    Au mois de mai de l’an 2001, les policiers dégénérés l'ont forcé à porter des sous-vêtements spéciaux conçus pour les personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles, lui causant des tourments physiques et émotionnels extrêmes. Non seulement les policiers lui ont refusé toute attention médicale, mais ils ont comploté pour le faire passer pour un vrai criminel. Les moyens utilisés par ces policiers étaient brutaux, ignobles et sans scrupule
  • Une femme âgée perd la vue à cause de persécution ; ses trois enfants sont torturés et condamnés à dix ans en prison

    Les trois enfants de Mme Chen, incluant ses filles Jing Tian et Jing Cai, et son fils Jing Yu, ont tous été détenus et condamnés injustement à des peines de plus de dix ans dans des camps de travaux forcés. Tous les trois étaient complètement sains, mais maintenant ils ont développé la tuberculose dû à la persécution et tourments intenses. Là, Jing Cai a des inflammations pulmonaires et est terriblement émaciée . Durant l’interrogatoire, plusieurs policiers ont sévèrement battu Jing Yu et ont cassé ses côtes. Les côtes n’ont pas pu guérir et ont perforé ses poumons, qui se sont infectés et ont enflé. Jing Yu tousse sans cesse. Présentement les trois enfants sont gardés dans différents hôpitaux de prison.
  • 7 méthodes de tortures communes utilisées pour persécuter les pratiquants de Falun Gong

    Dans des camps de travaux forcés, les policiers utilisent plusieurs méthodes différentes pour torturer physiquement les pratiquants de Falun Gong, comme par exemple forcer les pratiquant à se maintenir debout ou assis, sans bouger et dans une position fixe, pour une longue période; enfermer les pratiquants dans une chaufferie pendant les jours chauds d’été, et ainsi de suite. La police utilise toutes ces méthodes de torture dans le but de dépasser les limites de l’endurance des pratiquants et de ce fait détruire leur volonté. Pour accomplir cela, ils sont prêts à aller à toutes sortes d’extrêmes. Plusieurs pratiquants de Falun Gong qui ont enduré de longues périodes de tortures physiques et mentales telles que la privation de sommeil, les coups, les insultes et l’intimidation ont souvent fait l’expérience de symptômes tels que le grisonnement des cheveux, une perte de poids sévère, des douleurs dans le corps, des dommages au fonctionnement du corps, des dépressions et pertes de mémoire.
  • La prison de Deyang dans la province de Sichuan persécute les pratiquants de Dafa

    Le 23 mai 2003, la prison de Deyang a fait une réunion avec pour sujet " protocole d'emprisonnement et de surveillance." Le surveillant Ma Aijun et le surveillant associé Shi ont employé ceci comme excuse pour persécuter les pratiquants de Dafa qui étudient la Loi, pratiquent les exercices de Falun Gong, clarifient la vérité, et font des grèves de faim pacifiques pour faire appel pour leurs droits humains. Les surveillants ont affirmé que les pratiquants perturbaient la prison. Ils ont également imposé dix-sept règlements. Ces règlements s'appliquent à cent pratiquants emprisonnés et leur refusent les visites, les correspondances, l'écriture, la lecture et la transmission des enseignements et la pratique des exercices de Falun Gong.
  • La police bat une pratiquante de Dafa enceinte de six mois avec une canne de bois

    J’étais alors enceinte de six mois mais le policier m’a malgré cela fait tomber à terre, et m’a frappé au dos et à l’estomac avec une canne de bois avant de me forcer à monter dans un véhicule bondé. J’ai tenté de m’échapper mais ai été rattrapée. Ils ont bondi sur moi et m’ont de nouveau battu avec le bâton, en m’attrapant par les cheveux et me donnant des coups de poing au visage. Ma figure et ma bouche étaient couverts d’échymoses et saignaient, j’avais perdu une dent et mes vêtements étaient tachés de sang.
  • Les enfants des pratiquants de Dafa sont aussi victimes de la persecution de Jiang

    Les pratiquants de Falun Gong ne sont pas les seules victimes de la persécution de Jiang. Leurs parents , enfants et autres proches sont aussi directement affectés. Ce qui suit sont deux exemples de jeunes enfants persécutés dans la ville de Huludao, province de Liaoning
  • Des pratiquants de Dafa persécutés par les fonctionnaires sans foi ni loi du gouvernement du comté de Wei dans la province de Hebei

    Wang Fuzhong, chef de la police du quartier de Yali dans le comté de Wei, province de Hebei, a jusqu’ici a arrêté 42 pratiquants de Dafa.38 des 42 pratiquants ont été emprisonnés. A eux tous, les 42 pratiquants ont perdu environ 150 000 Yuan. Chang Lujun et sa femme ont perdu plus de 10 000 Yuan. Un grand nombre de pratiquants ont été contraints à la misère et à l’errance pour éviter d’autres persécutions. Presque tous les pratiquants de Hudian, quartier de Yali, ont souffert un certain degré de persécution.
  • La propagande diffamatoire à l’intérieur du Consulat chinois à Toronto, Canada

    Je suis allé au Consulat chinois à Toronto, Canada, afin de renouveler mon passeport. Il y avait un dizaine de personnes faisant la queue à la section Visa. J’ai remarqué qu’elles regardaient toutes quelques photos horribles affichées sur le mur à ma droite. Les textes à côté des photos disaient que c’étaient des pratiquants du Falun Gong qui tuent ou se suicident, etc.Une femme d’un certain âge devant moi s’est retournée et m’a posé cette question en chuchotant : « Pensez-vous que ces photos montrent la vérité? Je lui ai répondu : « Je suis un pratiquant du Falun Gong. Est-ce que je ressemble à une de ces personnes sur ces photos? »