Révéler la persécution

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Un officier du District Militaire de Fuzhou révèle les instructions secrètes de Jiang Zemin pour persécuter les pratiquants du Falun Gong au sein de l'armée

    En janvier 2000, un de mes parents, un officier du district militaire de Fuzhou dans la Province de Fujian, est venu chez moi me rendre visite. Deux jours après son arrivée, il a reçu un télégramme de son unité militaire lui ordonnant de rentrer immédiatement au District Militaire de Fuzhou. Tout d'abord, il a pensé que c'était une urgence militaire. Cependant, après son retour, il a participé à une réunion au cours de laquelle des instructions secrètes de Jiang Zemin pour persécuter les pratiquants du Falun Gong étaient transmises: "Il est strictement interdit au personnel militaire de pratiquer le Falun Gong, et quiconque désobéit à cet ordre peut être fusillé. Il n'est pas nécessaire que l'exécution soit rapportée aux autorités supérieures."
  • Détails au sujet de la persécution et de la mort de la pratiquante de Falun Dafa, Sun Yuhua, par les policiers du bureau 610 du comté de Hulan dans la province de Heilongjiang

    A environ 14h :00, le 14 janvier 2004, six policiers de la Section de la Sûreté Politique et de la Section de la Sûreté Nationale, connues sous le nom de « bureau 610 » (1) ont arrêté Sun Yuhua, pratiquante de Falun Dafa, dans le secteur de la Electric Power Engeneering Company n°3 de Harbin. Ils ont effectué cette arrestation au grand jour. Vers 18h :00, le même jour, la police a arrêté chez elle la fille de Sun Yuhua, Zhang Hui (18 ans, étudiante au département chinois de l’université de Hulan, dépendant de l’Ecole Normale de Harbin). Ils sont arrivés à la piéger en lui faisant croire que sa mère avait eu un accident de voiture. Ils ont ensuite brisé la grille d’entrée de l’immeuble et sont entrés de force chez Sun Yuhua, où ils ont volé l’ordinateur, l’imprimante, une grosse somme d’argent et d’autres objets de valeur. SunYuhua a été interrogée par Chen Zhaolin, Wang Keda et d’autres membres de la Section de la Sûreté Nationale. Au cours des quatre jours qui ont suivi l’arrestation de Sun Yuhua et de sa fille, la police a essayé d’obtenir des aveux en utilisant la torture.
  • L’extrême brutalité des officiers de la ville de Weifang dans le comté de Yuhe

    Le 22 juillet 1999, lorsque le gouvernement de Jiang a commencé la persécution du Falun Gong, Wang Xinmin le chef du Comité politique et judiciaire et ses subordonnés ont détenu et torturé avec brutalité des dizaines de pratiquants du Falun Dafa de la ville de Weifang du comté de Yuhe dans la province de Shandong. En octobre 1999, tous les 106 pratiquants du Falun Gong à Yuhe ont été forcés de payer une amende de 600 yuan (500 yuan est le montant du salaire moyen d’un travailleur urbain en Chine).
  • Les employés de l’hôpital de Shatan à Beijing torturent des pratiquants de Falun Gong en appliquant des « traitements médicaux » cruels

    L'hôpital de police de Shatan est situé au sud de Shatan, à Beijing. La section de détenus de l'hôpital se trouve sous-terre et c’est là que sont enfermés les patients détenus provenant des différents centres de détentions de Beijing. Les employés administratifs traitent les patients d’une manière plus horrible qu’ils ne le feraient avec des animaux. Les patients sont enchaînés au lit durant toute la journée et sont souvent torturés par le personnel médical sans éthique qui considèrent leurs agissements comme des « traitement médicaux ».
  • Les crimes de Gong Chuanxing, capitaine de la brigade de la sécurité nationale à l’encontre des pratiquants de Falun Gong

    Durant les quatre dernières années, le capitaine de la brigade de la sécurité nationale, Gong Chuanxing et ses hommes ont persécuté de nombreux pratiquants de la région et leur famille. Dans l’intention d’exposer leurs crimes et d’aider à arrêter la persécution nous allons établir une liste des crimes commis à ce jour et nous continuerons à faire de même dans le futur.
  • Les fonctionnaires de la ville de Daqing dans la région de Datong essaient de fabriquer un « Suicide du Falun Gong ».

    Les fonctionnaires de Datong ont appris la mort de Kong et sont venus avec un docteur chez lui.. Ils ont immédiatement voulu ouvrir l'estomac de l'homme décédé. Ils ont demandé à la famille de Kong de dire que Kong Zhaoyuan était devenu fou en raison de la pratique du Falun Gong. Ils leur ont même garanti de payer le coût des funérailles s'ils disaient cela . La famille de Kong Zhaoyuan a refusé, disant que le vieil homme ne pouvait aller aux funérailles avec une blessure à l’estomac « infligée par lui-même » , et il n'y avait aucun pratiquant de Falun Gong dans le village. Les fonctionnaires de Datong les ont alors menacés en disant « Si vous ne faites pas ce que l’on vous demande, nous vous accuserons d’avoir maltraité le vieil homme. »
  • Des méthodes de tortures sordides sont utilisées par la police au camp de travaux forcés no.3, dans la province de Henan

    Les brutes ont pour contraindre les pratiquants à renoncer à leur croyance utilisé la violence, les torturant et persécutant mentalement et physiquement par toutes sortes de moyens : les abus physiques, les coups, les attacher avec des cordes, l’électricité, les coups de matraque, les faire se tenir debout face au mur, « griller un mouton entier » [le garde menotte les pieds et les mains du pratiquant, puis suspend les menottes sur un bâton horizontal. Ils ont soumis les pratiquants à cette cruelle torture pendant des périodes aussi longues que 11 heures], l'interdiction de dormir pendant de longues périodes, incitant les prisonniers toxicomanes et les voleurs à torturer les pratiquants de Falun Gong.
  • Le Camp de Travail Forcé de Changlinzi utilise des pratiquants comme esclaves, les forçant à produire des bâtons de police pour la circulation et des cure-dents

    Le camp de travail les force à travailler jusqu’à 16 ou 17 heures par jour. Ceux qui ne peuvent pas travailler aussi vite finissent par devoir travailler jour et nuit. Des pâtes et du pain sont la seul nourriture à laquelle ils dont droit. On ne les a nourri un peu mieux que le 24 avril, jour où les cadres supérieurs sont venus inspecter le camp. Ils sont constamment torturés à l’électricité et battus. Ici la police a totalement perdu contrôle en persécutant les pratiquants de Falun Gong. Ils commencent souvent à torturer les pratiquants après le repas. Certains on même gavé les pratiquants de force avec de l’alcool.
  • Mme Xiao Yali est brutalement alimentée de force dans le Centre de Détention de la Ville de Shuangcheng

    La police demanda que le corps soit incinéré immédiatement, mais les proches protestèrent énergiquement. Ils se rendirent au bureau judiciaire de la Ville de Harbin pour demander de l’aide, seulement pour s’entendre dire que les avocats n’étaient pas autorisés à représenter les pratiquants de Falun Gong. Le 13 mars, le corps de Xiao Yali fut incinéré. Par la suite, un garde du centre de détention révéla que la personne responsable de l’alimentation forcée de mme Xiao était un médecin du nom de Wang Shiyuan de l’Hôpital du Peuple N°3 de la Ville de Shuangcheng.
  • La pratiquante Zhang Haiyan originaire du Comté de Heishan, dans la Province de Liaoning, est morte après avoir été soumise à des persécutions inhumaines au Camp de Travaux Forcés de Masanjia

    D’après certaines sources, durant sa détention Zhang Haiyan a refusé de renoncer à ses convictions au Falun Gong, elle a entamé une grève de la faim pour protester de cette détention illégale. Suite à cela, elle a été menottée et pendue [1], attachée par des cordes, et violemment battue. Les policiers ont essayé de la forcer à abandonner ses convictions. Pendant plus de deux ans elle a été violemment torturée. Elle en est restée psychologiquement dévastée et le corps couvert de plaies. Le 21 mars 2003, alors que sa famille la ramenait chez elle, elle était déjà trop affectée mentalement et ne pouvait plus prendre soin d’elle-même. Elle avait des plaies à la tête, sur les mains et d’autres parties du corps. Elle est morte le 18 janvier 2004.
  • Meurtre de Gu Xiuxian pratiquant de Dafa et d’autres en résultat de la torture aux mains de la police de la ville de Shuangcheng

    Avant le 10 mars, plus de cinquante pratiquants de Dafa ont été illégalement arrêtés. La plupart d’entre eux ont été kidnappés chez eux dans les régions rurales. On sait que trois pratiquants de Dafa sont morts en détention. Mme Gu Xiuxian, environ 35 ans, une résidente de la ville de Shuangcheng, a été torturée à mort durant une alimentation forcée par intubation. Les détails des autres morts sont en attente d’enquête.
  • Une conférencière Li Xianghong condamnée à onze ans de Prison

    Le 20 juillet 1999, le régime de Jiang a lancé la persécution contre les pratiquants de Falun Gong, mais Li Xianghong n’a pas renoncé à sa croyance. En octobre 1999, elle a été placée de force dans le Quatrième Hôpital de Xinjiang (un hôpital pour malades mentaux) malgré qu’elle n’ait aucun antécédent de maladie mentale, et y a été détenue pendant deux mois, où on lui a injecté de force des produits dommageables pour le système nerveux.
  • Une famille de pratiquants de Falun Gong est brutalement persécutée pour leur croyance; incapable de soutenir la persécution, les deux parents meurent

    Après que j'aie été libérée, j'ai été choquée d’apprendre ce qui s'était produit avec ma famille. Ma vieille mère n’avait pu supporter la grande pression mentale et elle était morte. Le 20 juillet, ma fille a été sans justification arrêtée. Seulement mon mari, mon petit-fils de 2 ans et moi avons été laissés à la maison. Après avoir fini les arrangements funèbres, mon mari et moi sommes allés partout pour savoir où était ma fille. Pour obtenir plus d'argent, la police a envoyé ma fille au centre de détention 1 de la ville de Shijiazhuang et a prétendu qu'ils libéreraient ma fille seulement après le paiement de 5.000 Yuan.
  • Mme. Wang Shupei est torturée par le personnel du « bureau 610 » dans le centre de lavage de cerveau de la ville de Zhaoyuan

    À présent, après une longue période de persécution par le personnel du "bureau 610", Wang Shupei est agonisante et elle a été admise à l’hôpital pour traitement d’urgence. Les faits sur les raisons de son état ont été expliqués aux médecins, mais ils n'ont exprimé aucune inquiétude. Un électrocardiogramme a clairement montré les dommages provoqués par la torture, mais tous les médecins, effrayés des représailles par les autorités du "bureau 610", ont dit que sa santé était bonne.
  • Une pratiquante détenue sept fois en deux ans alors que deux membres de sa famille sont décédés.

    Pendant ma détention au camp de travaux forcés, mon père était seul. Il parlait à quiconque il rencontrait. Dés qu’il voyait un agent de police, il demandait à cette personne de nous transmettre de bons mots au camp de travaux forcés, et il exprimait son souhait de me voir. Après que j’ai été jetée dans le camp de travaux forcés, il a été hospitalisé et était mourrant. Mon mari est venu au camp de travaux forcés pour essayer de me faire rentrer et rendre visite à mon père, mais le camp de travaux forcés a refusé. Ainsi, mon père est décédé quand j’étais emprisonnée.