Révéler la persécution

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Les pratiquants de Dafa de l’Université Tsinghua face à un procès précipité sans représentation légale appropriée

    Le Tribunal du Peuple de la Région de Chaoyang, ville de Beijing, a annoncé que le 9 janvier 2004, une session devait être convoquée à 9h pour juger Yu Chao, Chu Tong et Wang Weiyu de l’Université Tsinghua. Wang Weiyu était détenu au Centre de Détention de Chaoyang. On suppose que Yu Chao et Chu Tong y étaient aussi détenus. Selon des données incomplètes, des pratiquants de Dafa à l’Université Tsinghua, au moins seize ont été injustement condamnés, la peine la plus longue ayant été de treize ans.
  • Violence dans la prison de Minxi : Les pratiquants de Dafa sons suspendus par les pouces et on leur injecte des substances inconnues

    Je suis pratiquant de Falun Gong. Parce que j’ai exposé les crimes commis par le régime de Jiang Zemin dans leur persécution du Falun Gong, j’ai été condamné à dix-huit mois de prison et incarcéré à la prison de Minxi à Longyang. A la prison, les autorités m’ont soumis à la torture qu’ils ont appelée « le traitement « Trois en Un » J’ai aussi été forcé à effectuer un travail dur à l’Usine de Plastique de la prison. Durant cette période, parce que je résistais à leur persécution, le chef de l’atelier m’a injecté de force un produit inconnu. Les effets incluaient des mouvements corporels ralentis, un état de choc et un rythme cardiaque irrégulier.
  • Dans la Province de Shandong une femme meurt après s’être effondrée nerveusement suite à la torture par injections visant à détruire son Système Nerveux Central

    Selon de nouvelles sources, les officiels du « Bureau 610 » dirigés par Dai Yugang, en sont arrivés à concevoir un plan malveillant : envoyer Mme Yu Guizhen dans un hôpital psychiatrique et provoquer l’effondrement de son système nerveux. Les auteurs du crime ont dupé Yu Guizhen et l’ont conduit à l’hôpital psychiatrique de Tonghe. Ils l’ont attachée dans un lit chaque jour, avec ses membres étendus. Ils l’ont gavée de drogues inconnues et lui ont injectée des substances causant des dommages au système nerveux central (si injectées de manière inappropriée). En fin de compte, le système nerveux de Yu Guizhen a subi des dommages désastreux, elle a perdu le contrôle de ses fonctions physiques, sa vision s’est brouillée et sa bouche s’est déformée. Elle bavait constamment et a perdu sa capacité de raisonner. La police l’a par la suite relâchée après avoir extorquer 10'000 yuans à sa famille.
  • Des pratiquants de Falun Gong endurent un travail forcé intensif incessant au Centre de Détention de la ville de Langfang

    Quiconque est envoyé au Centre de Détention de la ville de Langfang apprend que le travail force y est extrêmement intensif et insupportable. Il y a d’innombrables haricots attendant d’être ramassés et de baguettes à envelopper. Une personne est chargée d’assigner les tâches quotidiennes à chaque détenu. Ceux qui ne parviennent pas à achever leurs tâches sont punis soit par la privation de sommeil, soit par un travail à effectuer le soir. Ils sont forcés de travailler plus de dix heures par jour.
  • Résumé et liste des exemples de violations des droits civils, des lois et de la souveraineté en Europe par les fonctionnaires chinois

    Peu après que Jiang Zemin ait initié la brutale persécution des pratiquants du Falun Gong en Chine en 1999, des incidents de fonctionnaires chinois menaçant, harcelant et agressant les pratiquants du Falun Gong en Europe ont commencé à se produire. Selon des sources fiables de l'intérieur de la Chine, dès octobre 2000, Jiang avait donné l'ordre d'exécuter une politique d’ "intensifier la campagne [contre le Falun Gong] outre-mer, rassembler plus d'informations et éviter les manifestations (1)". En plus de directement harceler les pratiquants du Falun Gong, les fonctionnaires chinois dans les consulats et les ambassades de toute l’Europe ont entravé les activités légales, légitimes et pacifiques des pratiquants du Falun Gong en Europe en faisant pression sur les fonctionnaires, les hommes d'affaires et les organisations communautaires dans le but de leur faire retirer leurs soutiens ou refuser leurs services à ceux qui pratiquent ou soutiennent le Falun Gong. Ces incidents répétés sont devenus pour beaucoup d’européens une affaire profondément ressentie de sécurité personnelle. Ce document fournit un résumé et une liste partielle de ces cas, présentant de sérieuses raisons de croire que les fonctionnaires Chinois vont au-delà de leurs devoirs diplomatiques en violant les droits civils, les lois et la souveraineté en Europe
  • N’oubliez pas les enfants en expliquant la vérité

    Dans la persécution du Falun Gong, le gang politique de Jiang fabrique des mensonges pour tromper et empoisonner les êtres. Même les enfants ne sont pas épargnés. Sur les pages 25 et 26 du nouveau manuel de classe élémentaire intitulé Caractère moral , apparaît un article calomnieux couvrant le soi-disant « cas d’auto-immolation de Tiananmen » et attaquant le fondateur du Falun Gong. Ce manuel utilisé dans de nombreuses écoles, est imprimé par les Publications de l’Education du Peuple dans la province de Guizhou, et édité par la Librairie Xinhua dans la province de Guizhou. L’article empoisonne les esprits de nombreux professeurs et des milliers d’enfants innocents.
  • Le traitement cruel souffert par mme. Fan Wenfang avant qu’elle ne soit portée au tribunal sur une civière

    Les policiers l’ont aussi gavée avec de l’eau fortement pimentée et du lait mélangés avec on ne sait quelles drogues. Ils l’ont complètement dévêtue pour la gaver de force. Les gardes et les criminels l’insultaient tout en la torturant. Après avoir été torturée ainsi de nombreuses fois, son corps autrefois sain n’avait plus que la peau et les os. Elle n’a plus pu subvenir à ses besoins quotidiens, et sa vie est en grand danger.
  • FDI : Tortures par chocs électriques, agressions sexuelles en augmentation contre les pratiquants de Falun Gong placés en "rééducation" dans les camps de travail

    Dans un rapport reçu par le centre d'information de Falun Dafa en décembre 2003, les témoins oculaires ont fourni des détails sur 47 cas de tortures qui se sont produits entre 2000 et mai 2003, et confirmé 6 décès sous la torture. Le rapport décrit le nombre de cas dont il donne les détails comme étant "juste le sommet de l'iceberg." Parmi les cas sont les événements qui se sont déroulés l'après-midi du 19 mars 2001, quand le vice-président du camp de travail, Zhang Baolin, a dirigé un groupe du personnel du camp de travail pour torturer des pratiquants de Falun Gong.
  • Cinq Pratiquantes du Falun Gong sont exhibées dans les Rues de la Municipalité de Tongliang, Ville de Chongqing

    En décembre de l’an 2000, cinq pratiquantes du Falun Gong de la Municipalité de Tongliang, Ville de Chongqing ont été arrêtées pour avoir distribué des documents qui clarifient les faits au sujet de Dafa et de la persécution. Le 16 janvier 2001, les autorités de la Municipalité de Tongliang ont tenu un soi-disant "procès public" des cinq pratiquantes. Employant la méthode de démoniser publiquement les pratiquantes, une technique qui était populaire durant la Révolution Culturelle, les autorités ont accroché au cou de chaque pratiquante une pancarte avec les mots "éléments du Falun Gong " et les ont exhibées dans les rues pour inciter à la haine contre elles. Ce mois-là, elles ont été condamnées au camp de travaux forcés, Liu Taiping et Wu Gongbi ont été condamnées à deux ans chacune, Peng Wenbi un an, Gong Debi trois ans, et Peng Dongjun à quatre ans.
  • Nouvelles informations concernant la Torture qui a tué Mme Duan Shiqiong

    Lorsque son mari a vu le corps, il lui a été impossible de reconnaître sa femme.. Elle ne pesait plus qu'un vingtaine de kilos et à 34 ans semblait en avoir plus de 60.. Lorsque son mari a déclaré que le corps n’était pas celui de Duan Shiqiong, la police du centre de détention a suggéré de faire un examen d'ADN. Pour épargner de l’argent, la police a gardé le corps à la morgue d’un très simple et petit hôpital pendant sept semaines. Ils ont fait une autopsie et ont incinéré le corps le 5 novembre 2003.
  • Craignant d’être exposé au public, le procès secret des étudiants de l’Université de Qinghua est déplacé vers un nouvel endroit (Photos)

    Après que le procès planifié de trois étudiants ait été exposé sur un site du Falun Gong, les fonctionnaires du gouvernement ont paniqué. Au début du procès secret, plusieurs policiers et fonctionnaires en civil ont rempli la cour et entouré l'endroit. Nous avons appris qu’ils n’étaient pas de garde pour les membres de la famille des pratiquants; ils surveillaient les “étrangers”, des gens qui auraient eu le courage et les moyens d’exposer la vérité et de maintenir la justice pour ces pratiquants, et qui sont hors du domaine du contrôle de la police.
  • Après l’amputation de ses deux jambes résultant de tortures répétées, le pratiquant Yang Baochun s’est traîné lui-même avec ses mains pour faire appel aux fonctionnaires à Beijing

    M. Yang Baochun, un habitant de la ville de Handan dans la province de Hebei, est allé la première fois à Beijing faire appel pour le Falun Gong en août 1999. Après son arrestation, les autorités de la cinquième équipe du camp de travail local de Handan l'ont cruellement torturé dans la tentative de le forcer à renoncer à sa croyance en Falun Dafa. Il a été torturé et blessé si grièvement que ses jambes ont dû être amputées. Durant ces deux dernières années, puisqu'il a continué à refuser de renoncer à sa croyance en Falun Dafa et les principes de Vérité, Compassion, Tolérance, il a été envoyé à plusieurs reprises à l'hôpital mental d'Ankang et a encore été persécuté. Pendant cette période, tandis qu’il était relâché sous caution, Yang Baochun a décidé d’aller à Beijing faire appel au gouvernement pour que justice soit rendue au Falun Dafa. Poussé par sa foi et le sens de la justice, il a voyagé des dizaines de kilomètres, se déplaçant en utilisant ses deux mains puisque ses jambes étant amputées. Ayant seulement parcouru deux ou trois milles, il a été de nouveau arrêté et envoyé à l'hôpital psychiatrique.
  • Le Régime de Jiang Tente d'Empoisonner les Etudiants Chinois d'Outremer

    "Quand je les contactais, j'appris qu'ils avaient des relations avec l'ambassade Chinoise. Celui avec qui je parlais le plus me dit que l'ambassade Chinoise leur donnait souvent des journaux Chinois à distribuer aux autres. C'était des journaux contenant des articles de propagande et des histoires calomnieuses. A part ça, l'ambassade Chinoise indiquait aussi clairement que s'il y avait des informations positives sur le Falun Gong, alors ils n'étaient pas distribués. S'ils contenaient des informations négatives, alors c'était bien de les distribuer. Ils ont également dit que la liberté d'expression est pour les étrangers, et que les Chinois ne sont pas autorisés à parler de liberté. En d'autres termes, quand les étudiants Chinois d'outremer reçoivent les journaux au collège, ils sont encore empoisonnés par les fausses informations diffusées par les médias Chinois. "
  • Utilisation d’Instruments de Torture pour Infliger un Maximum de Douleur aux Pratiquants de Falun Dafa dans le Centre de Détention de la ville de Dalian

    Zhang Shuquan, Ju Wenyang et Gao Qian étaient parmi les persécuteurs les plus vicieux. Ils y avaient aussi d’autres policiers dont nous n’avons jamais pu avoir le nom. Les ordres étaient donnés par Wang Wenqi, le directeur adjoint du centre. En plus des bâtons en caoutchouc ils utilisaient un autre instrument de torture appelé « incessant ». Il se composait d’une armature carrée environ d’1 pied sur 1de dimension, avec quatre menottes d’acier lourd aux quatre coins.
  • Les Pratiquants sont Torturés avec une Fraise Artisanale Causant des Blessures Béantes et Exposant les Os dans le Camp de Travaux Forcés de Jiutai

    Le 5 avril 2002, je fus emmené dans une pièce de la Division n°1, spécialement utilisée pour torturer les pratiquants de Dafa. Dans cette pièce je vis une personne les quatre membres enchaînés au quatre coins d’un cadran de lit. Il n’y avait pas de planche sur le lit, juste un bout de bois pour soutenir sa tête. Il semblait être enchaîné là depuis fort longtemps, et la police l’électrocutait continuellement avec un bâton électrique. Une fois entré dans la pièce, la police m’a battu plusieurs fois, puis appela des assistants, et ils enlevèrent mes vêtements. Je fus jeté au sol tout nu. Quelqu’un me tint fermement les pieds pendant qu’une autre personne étirait mes mains. Ils fourrèrent un linge sale dans ma bouche, puis ils commencèrent à fraiser dans mes aisselles et derrière les genoux avec une fraise artisanale, composée d’un tube de plastic avec quatre objets tranchants au bout. Ils continuèrent à forer ce tube dans ma chair pendant plus de dix minutes, pendant que je hurlais de douleur. Quand le policier (son nom est peut être Tang Bo) se fatigua il appela un autre assistant pour continuer à forer. L’assistant croyait que j’étais mort, je l’entendais dire qu’il voyait l’os blanc à travers le trou qu’ils avaient fait sous mon bras. Très vite cette partie de mon corps avec un trou béant s’infecta et suppura, et de la chair brûlée et pourrie se dégageait une horrible odeur.