Sagesse traditionnelle

  • Un récit historique: Jiang Xinkui enseigne un principe du ciel à travers la mort de son fils

    Durant la 54ème année du règne de l'Empereur Qianlong, Jiang Xinhui devint gouverneur du comté de Yiliang à Diannan. Un meurtre se produisit dans le comté. La victime était d'une famille pauvre. La personne qui avait commis le meurtre d'une famille aisée et puissante, qui offrit d'acheter Jiang Xinhui afin d'étouffer l'affaire. Jiang refusa le pot de vin mais son fils l'accepta en secret sans le lui dire ...
  • Note sur les Analectes

    Les huit analectes, également désignées comme vertus, sont les principes laissés par Confucius aux générations futures afin de suivre le système de cultivation qu'il avait enseigné. Ces huit analectes comprennent "la piété filiale, le respect envers les frères et sœurs, la loyauté, le fait de tenir ses promesses, la courtoisie, la justice/l'équité, être incorruptible et avoir du courage". On dit que quiconque n’a pas ou ignore ces vertus ne peut plus être considéré comme humain, et a perdu la protection des entités divines ...
  • Une bonne maîtrise de soi

    Se conduire avec droiture représente le niveau le plus élevé de la vie humaine. Traiter une question de manière juste est le plus grand défi de l'apprentissage de la vie. Vers la fin de la dynastie de Qing, le Général Zeng Guofang rentra à Hunan pour rétablir l'armée de Hunan...
  • Histoire de la Chine ancienne - J’ai frappé les Tyrans Jie et Zhou, pas mon Roi

    Un jour, alors que Shi Jin jouait de la cithare chinoise pour la Marquise Wen de l’Etat de Wei, le Roi très heureux commença à danser et chanter avec la musique. Graduellement il se perdit dans l’exultation et s'écria : "Tout le monde doit m’obéir ! " Celui qui ose aller contre moi sera puni ! " En entendant cela, Shi Jin arrêta de jouer et lança la cithare sur le Roi. La cithare frappa la couronne et fendit en morceau les glands de jade sur la couronne ...
  • Les actes du passé déterminent les expériences d’aujourd’hui

    Il y avait autrefois à Hangzhou un magasin d’étoffes. À l’âge de 50 ans, le propriétaire avait tenu son commerce depuis déjà plusieurs dizaines d’années. Mais Malheureusement, son avarice n’avait pas diminué avec l'âge. Une année, il y eut un incendie dans le quartier qui toucha le magasin...
  • Une histoire de la Dynastie Ming – Toutes les dettes doivent être remboursées

    Voici une histoire qui a secoué la Chine du temps de la dynastie Ming (1368 – 1644). Mao Ji (environ 1426 – 1465) était un lettré respecté. Il avait la charge du Département de la Justice de la circonscription de Guangdong et d'une partie de la Garde Royale. Mao Ji était noble et juste ...
  • Respecter une personne de grande vertu tient l'ennemi à distance

    Durant la période des Royaumes combattants en Chine (Zhan'guo, 475BC - 221BC), vivait un homme appelé Duan Ganmu qui quitta l'état de Jin pour se rendre dans l'état de Wei. Il s'agissait d'une personne de grande vertu éminemment respectée du peuple ...
  • Histoire de l'histoire : Zeng Guofan décryptait une personne de la juste manière

    Zen Guofan était un fonctionnaire réputé dans la Dynastie Qing. Alors qu'il étudiait encore dans l''Académie Hanlin, il se rendit un jour dans une librairie du village de Haiwang. Deux personnes achetaient des livres. Une d'elle fit tomber une pièce, et l'autre marcha immédiatement dessus et la dissimula sous son pied. Lorsque la première personne quitta la boutique, la seconde ramassa prestement la pièce et s'en alla satisfait. Zeng Guofan demanda au vendeur et obtint le nom de la seconde personne.
  • Les principes basés sur la clémence de l’Empereur Tang Taizong

    Zhou était franc et logique dans son travail. Il n'avait pas peur de s'opposer à l'empereur dans le maintien des lois. Même l'empereur l'écoutait. Aussi, en ce temps-là, les injustices étaient très rares. L'Empereur Taizong mettait l'accent sur la clémence, et pouvait dépasser ses propres sentiments et respecter le droit. De ce point de vue, il est clair que Taizong était un empereur d'une grande bienveillance ...
  • Musique naturelle et éternelle du Ciel

    Au son de la première corde, 16 grues rouges atterrirent du ciel méridional. Au son de la deuxième corde, les grues s'alignèrent en rangs. Au son de la troisième, les grues chantèrent et dansèrent en ligne. Tandis que Shi Kuang continuait, des nuages colorés apparurent dans le ciel et le chant des grues s'harmonisa avec la musique de la cithare ...
  • Gagner le respect par la tolérance

    Xian avait un grand ami, Yuan Liang qui était aussi très vertueux. Un jour, Guo Linzong, un célèbre érudit en littérature au collège impérial, vint visiter Runan. Il commença par rendre visite à Yuan Liang mais il quitta bientôt sa maison. Puis il se rendit chez Huang Xian et y resta plusieurs jours. Quand Gao Linzong lui en demanda la raison, il dit: La tolérance de Yuan Liang est comme un clair printemps, mais celle de Huang Xian est comme un lac géant, trop grande pour être troublée même quand elle est dérangée. C'est incommensurable. "
  • L'astuce de Wang An-Shi contre la famine

    Dans l'année 1047de la Dynastie Song du nord, la pluie avait totalement inondé plus de 127 cantons dans le sud de la Chine. Les caprices du temps causaient de mauvaises récoltes dans les rizières. La crise avait amené le prix unitaire du riz de 400 à 1500 et les gens luttaient pour survivre. Wang An-Shi, un célèbre Premier ministre dans l'histoire chinoise, avait alors 26 ans. Il était le Maire du Canton de Jin , aujourd'hui Ningbo, dans la province de Zhejian. Wang conçut hardiment une astuce. Il ne réprima pas le prix du marché mais imposa plutôt aux marchands de riz d'en fixer le prix à la somme décourageante de 3000 l'unité...
  • Se cramponner au monde mortel ou atteindre le Dao ?

    Pendant le règne de l'empereur Yang (560-618 après J.C.) lors de la dynastie de Sui, trois amis en cultivation Pei Chen, Wang Jingbo, et Li Fang ont voyagé au Mt Bailu pour chercher le Dao. Après plus de dix ans de cultivation et d'épreuves inimaginables, ils n’avaient apparemment pas obtenu grand-chose ...
  • Le ver de terre, l’Empereur Liangwu et le moine

    Il y avait un moine Bouddhiste durant la Dynastie Liang. Il cultivait diligemment et possédait des pouvoirs supra normaux. Les gens l’appelaient le « Moine prosternation. » L’Empereur Liangwu chercha à le rencontrer. Il envoya un messager avec une invitation au palais. Un jour, l’Empereur Liangwu jouait aux échecs lorsqu’un messager arriva et lui dit : « Votre majesté, le moine Prosternation est arrivé. » L’Empereur Liangwu était si concentré sur son jeu d’échec, essayant de trouver comment prendre une pièce de l’ennemi, qu’il dit à voix haute « Tuez ». Le messager partit aussitôt pour accomplir l’ordre. Le moine fut tué...
  • Une histoire du temps de Bouddha Shakyamuni : Les sept rêves d’Anand

    Anand fut un disciple dévoué de Bouddha Shakyamuni pendant 27 ans. Il fit sept cauchemars inhabituels alors qu’il était à Sravasti, une ancienne cité du nord de l’Inde ...