Sagesse traditionnelle

  • Quelques anecdotes illustrant le principe d'intégrité morale

    La culture d’inspiration divine est de la plus haute intégrité morale. Aucune épreuve ou difficulté terrestre, richesses ou désirs ne peuvent faire changer une personne ayant une intégrité morale, un code de l’honneur ou de la droiture. Pour parvenir à ce niveau, on doit contrôler ses désirs et son avidité ...
  • Histoires de la Chine ancienne : Quelques mots compatissants de Wei Sigong lui sauvèrent la vie

    Durant la dynastie Tang, vivait dans la capitale de Chang'an un homme nommé Wei Sigong. Il avait pour amis deux jeunes gens respectivement appelés Dong et Wang. Dans la sixième année de la Période Yuanhe [1] pendant le règne de l’Empereur Xianzong de la dynastie Tang, les trois hommes étudiaient ensemble au temple Yue sur le Mont Song La ...
  • Les trois bébés hirondelles et les trois fils de M. Zhou

    Il était une fois dans l’État de Pei un homme de lettres surnommé Zhou. Il avait trois fils d’une vingtaine d’années. Tous trois semblaient très sains mais à part émettre quelques sons, aucun d'eux ne pouvait parler ...
  • Récits de l’Histoire : L’Empereur Tai Zong de la Dynasty Tang, un monarque de grande vertu

    L’Empereur Tai Zong demanda un jour à ses sujets : “Je me suis trouvé confus après avoir lu la Biographie de l’Empereur Yang de la Dynastie Sui. L’Empereur Yang y louait les deux rois sages, Yao et Shun, et condamnait les deux rois tyrans, Jie de la Dynastie Xia et Zhou de la Dynastie Shang. Apparemment, il pouvait distinguer le vrai du faux, mais comment a-t-il fini par devenir lui-même un tyran ...
  • Réflexions en lisant "Confucius sur la vertu de l'eau"

    Confucius se plaisait à regarder attentivement la rivière dévaler vers l'est. Zi Gong lui demanda : "Un homme de bien qui regarde l'eau comme cela y prendra assurément du plaisir . Pourquoi en est-il ainsi?" Confucius répondit : "Parce que la grande eau peut aller continuellement de l'avant sans s'arrêter. Elle est si bienveillante en irriguant les terres partout où elle passe, pourtant elle ne considère pas avoir accompli des exploits remarquables. C'est exactement comme la vertu."...
  • Enseignements pour éveiller les enfants (3ème partie)

    ... Parler des lacunes des autres, est en soi un délit karmique. Quand la calomnie va bien au-delà de la raison, le désastre sera assurément le résultat. Ensemble nous développons notre vertu, en guidant les autres vers la bonté ...Si nous ne réfrénons pas nos mauvaises habitudes,Alors nous dévierons tous du chemin...
  • Promenades dans la foret d‘abricotiers : La Gourde, symbole de la médecine chinoise

    Dans la Chine ancienne, un docteur errant de médecine Chinoise portait une gourde, symbole de la médecine Chinoise. Pourquoi cela ? On racontait cette histoire ...
  • Anciennes histoires de cultivation : Lu Meiniang, ou "Sans attachements"

    Dans la première année Yongzhen de la dynastie des Tang, lorsque Meiliang eut quatorze ans, le commandant en chef de la mer de Chine du sud l’envoya auprès de l’empereur en raison de ses compétences. Lu Meiliang était intelligente et avait des capacités souverainement exquises depuis son enfance. Un jour elle broda la totalité des sept rouleaux du soutra de Saddharma-pundarika sur une pièce de soie de trente centimètre de long ...
  • Les disciples de Confucius l'interrogent concernant la Bienveillance

    Confucius estimait qu’un haut standard moral est souvent reflété dans le fait que les pensées et les actions d’une personne sont cohérentes avec le principe de bienveillance. Il disait : " Si les gens ne sont pas bienveillants, quel mérite y -a-t-il à avoir de bonnes manières ? Si les gens ne sont pas bienveillants, quel mérite y -a-t-il à avoir bon goût en musique ? ...
  • Conte de fée : Le mendiant compatissant et immortel était la divinité du Mont Kunlun

    Depuis l'antiquité, de nombreuses divinités sont descendues dans le monde humain afin de sauver les gens. Lorsqu'ils rencontraient des personnes ayant des affinités prédestinées, ils les sauvaient. Sinon, ils se contentaient d'errer et restaient là où il leur plaisait. S'ils rencontraient des personnes ayant des difficultés, parfois ils les aidaient. Tel est le statut d'un dieu errant oui d'un vagabond immortel ...
  • L’appel véritable: Monter au Ciel à l’achèvement de la cultivation

    La légende veut qu’il y ait des portes de nombreux paradis situées en Chine. Jin Keji, un Coréen qui vivait au dix-neuvième siècle, se rendit en Chine et se plaça premier à l’examen impérial. Cependant, au lieu de devenir un fonctionnaire de haut-rang de la cour impériale, sa véritable vocation l’a conduit dans les Montagnes de Zhongnan où il réussit sa cultivation taoïste et monta au Ciel.
  • Avoir un esprit réceptif comme une vallée de montagne qui renvoie les échos

    Il y avait autrefois au Japon, un célèbre moine bouddhiste. Un jour, le moine reçut la visite d’un érudit. Ce dernier était assez suffisant et parlait interminablement, n'épargnant au moine aucune de ses précieuses compréhensions. Le moine écoutait patiemment tout en versant du thé à l’érudit. La tasse était déjà pleine mais le moine ne s’arrêtait pas et le thé déborda ...
  • Une histoire de la Dynastie Ming – Toutes les dettes doivent être remboursées

    Voici une histoire qui a secoué la Chine du temps de la dynastie Ming (1368 – 1644). Mao Ji (environ 1426 – 1465) était un lettré respecté. Il avait la charge du Département de la Justice de la circonscription de Guangdong et d'une partie de la Garde Royale. Mao Ji était noble et juste ...
  • Ne pas réussir à comprendre les arcs et les flèches

    L’empereur Taizong, Li Shimin, de la dynastie Tang, aimait les arcs et les flèches du temps de sa jeunesse. Il avait une collection de plus d’une dizaine d’arcs de grande qualité et pensait qu’il n’y avait pas d’autre arc meilleur que ceux qu’il possédait. Plus tard, il emmena ses arcs à un expert. Après un examen minutieux, l’expert lui dit :" Ces arcs ne sont pas faits à partir de matériaux de très bonne qualité. "
  • Histoire de xiulian : Un prince préfère l'éternité au trône

    Il est difficile pour les gens riches de cultiver le Dao, ils ne peuvent tout simplement pas abandonner leur fortune et leur position sociale. Cela est encore plus vrai pour un prince. Voici une exception. Bouddha Shakyamuni était un prince, et il a réussi la cultivation de la bouddhéité. Il y a environ 2500 ans, le premier fils du roi Ling de la dynastie Zhou (571-545 av. J.C.) renonça à sa couronne et à la vie royale pour suivre la cultivation du Dao. Trente ans plus tard, il réussit.


  • Page | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... | 39 | [+10] |