Sagesse traditionnelle

  • L'or véritable brillera parmi les pierres

    Il était une fois un homme qui se considérait talentueux mais qui n'avait pas reçu de travail important depuis longtemps. Il était déprimé et amer à cause de cela. Un jour il alla trouver un sage et lui demanda : " Pourquoi la vie est-elle si injuste avec moi? " ...
  • Histoires de la Chine ancienne : Pardonner leurs erreurs aux autres

    Bingji, un premier ministre sous la dynastie des Han de la chine ancienne, était connu pour sa bonté . Un jour où son chauffeur l’accompagnait lors d’une sortie, il était tellement ivre qu’il vomit dans le véhicule du premier ministre. Le chef de cabinet de Bingi voulut renvoyer le chauffeur mais le premier ministre lui dit: "Est-ce que quelqu’un voudra l’embaucher si on apprend qu’il a été renvoyé de son précédent poste parce qu’il était ivre. Oublions cela. Après tout, il n’a fait que salir les sièges de la voiture." ...
  • Cultiver des bénédictions ou cultiver la sagesse ?

    Voici bien longtemps, de nombreux pratiquants s'étaient rassemblés sur une montagne éloignée des villes afin de cultiver. Ils venaient de différentes écoles de xiulian avec chacune sa propre méthode ...
  • Histoires de la Chine ancienne : Xiaoshu et le Taoïste immortel

    Yuan Xiaoshu naquit dans le Comté de Chen. Il perdit son père alors qu’il était jeune et il était connu comme un fils dévoué à sa mère. Un jour sa mère tomba malade et resta inconsciente pendant plusieurs jours. Dans un rêve, Xiaoshu rencontra un vieil homme qui lui dit qu'il pouvait soigner sa mère. Xiaohu demanda au vieil homme son nom et où il vivait mais le vieil homme ne voulait pas lui répondre. Le vieil homme demanda à Xiaoshu de le rencontrer à proximité de l'autel de pierre. Il lui dit qu'il avait des remèdes ...
  • Le comportement reflète l'esprit

    La critique d'autrui peut ne pas pouvoir préciser les problèmes des autres, mais elle peut sûrement révéler l'esprit, la connaissance et le royaume spirituel du critiqueur lui-même.Su Dongpo, le célèbre poète, rejoignit une jour Fo Yin, un moine bouddhiste, dans une méditation assise ...
  • Récit historique : En acceptant une perte à court terme Zeng Shuqing obtint un gain à long terme

    Il y avait durant la dynastie Song du nord, une personne du nom de Zeng Shuqing qui vivait dans la cité de Jianchang. Un jour, il acheta une grande quantité de marchandises d’argile de la région de la rivière de l’ouest et prévoyait de les vendre dans le nord. Un jour, il apprit à brûle pourpoint qu’une famine s’était déclarée dans le nord ...
  • Comment les anciens honoraient leurs maîtres

    Les Chinois ont toujours eu pour habitude d'honorer et de respecter leurs maîtres, car c'était une valeur traditionnelle qui formait une relation de cohésion entre l'enseignant et l'élève. En enseignant à ses étudiants, on attendait du maître qu'il transmette ses connaissances érudites et sa sagesse concernant la façon dont on devrait se comporter dans la société. Son devoir était d'apporter tout au long de la vie une sagesse valable à ses étudiants, et pour cette raison l'ancienne population de la Chine avait le proverbe : "L'enseignant d'un jour devrait être respecté comme le père de toute une vie"...
  • Histoires peu connues de l’Histoire : Lao Tseu, Confucius, et Sakyamuni (1ère partie)

    Durant les plus de deux mille cinq cent ans qui ont passé depuis l’ère du Printemps et de l’Automne, excepté l’Ecole de Bouddha, rien n’a plus profondément influencé la culture chinoise que le Confucianisme, et l’Ecole du Tao. Ainsi, les fondateurs des trois écoles, Sakyamuni, Confucius, et Lao Tseu, ont été longtemps respectés et vénérés par des générations successives. Il est intéressant de constater que les dates de naissance de ces trois personnes s'échelonnent dans un créneau de moins de vingt ans. Est-ce une coïncidence historique ? ...
  • Huang Ba a pu mourir sans regrets

    Dans l'année 72 av. J.-C., selon le «Livre des Han», le ministre Xia Housheng a été emprisonné pour avoir offensé l'empereur Xuan. Huang, qui était l’assistant en chef du Premier ministre, a également été emprisonné en raison de son soutien à Xia. Tous deux furent condamnés à mort.
  • Confucius apprenant du Livre des Changements

    Confucius lisait le livre Yi (également appelé Zhou Yi, Yi Jing traduit par Le Livre des Changements). En lisant le chapitre traitant des prédictions de la chance ou de la malchance, il laissa échapper un soupir ...
  • Les rayons illuminés de pourpre venant de l’Est

    Un matin, Yin Xi regardait au loin en direction de l’est depuis un terre-plein en face de sa maison. Contemplant les rayons de la lumière du soleil briller à travers une épaisseur de nuages de l'autre côté de la source de la rivière, il vit jaillir une roue de soleil rouge matinal avec tous ses rayons éblouissants - phénomène plus ou moins naturel - Yon Xin, qui était un adepte de l’interprétation des signes, découvrit quelque chose d’inhabituel ...
  • "L’Admiration de l’harmonie" dans la culture de la Chine antique

    L’harmonie est essentielle dans les relations entre individus et entre pays. Elle est également impérative dans les relations qu’ont les hommes avec la nature. La signification première du mot harmonie est la paix et la coordination ...
  • L'étude exige de la régularité et de la persévérance

    Dans l'antiquité, les gens mettaient l'accent sur la pratique dans l'apprentissage et prônaient l'effort inlassable, insistant sur la diligence et la régularité. Ils n'encourageaient pas à étudier dur une journée et se relâcher les dix jours suivants. En d'autres termes, ils pensaient qu'il faut être strict avec soi-même et ne pas se relâcher ...
  • Réflexions en lisant "Confucius sur la vertu de l'eau"

    Confucius se plaisait à regarder attentivement la rivière dévaler vers l'est. Zi Gong lui demanda : "Un homme de bien qui regarde l'eau comme cela y prendra assurément du plaisir . Pourquoi en est-il ainsi?" Confucius répondit : "Parce que la grande eau peut aller continuellement de l'avant sans s'arrêter. Elle est si bienveillante en irriguant les terres partout où elle passe, pourtant elle ne considère pas avoir accompli des exploits remarquables. C'est exactement comme la vertu."...
  • Le ver de terre, l’Empereur Liangwu et le moine

    Il y avait un moine Bouddhiste durant la Dynastie Liang. Il cultivait diligemment et possédait des pouvoirs supra normaux. Les gens l’appelaient le « Moine prosternation. » L’Empereur Liangwu chercha à le rencontrer. Il envoya un messager avec une invitation au palais. Un jour, l’Empereur Liangwu jouait aux échecs lorsqu’un messager arriva et lui dit : « Votre majesté, le moine Prosternation est arrivé. » L’Empereur Liangwu était si concentré sur son jeu d’échec, essayant de trouver comment prendre une pièce de l’ennemi, qu’il dit à voix haute « Tuez ». Le messager partit aussitôt pour accomplir l’ordre. Le moine fut tué...