Sagesse traditionnelle

  • Le point de vue de Confucius sur le fait de "Prier"

    Wang Sungu était un des disciples de Confucius dans le Royaume de Wei. Bien qu’il fut un fonctionnaire de haut rang, Wang appelait quand même Confucius son professeur. Un jour Wang posa une question à Confucius : " Il existe un ancien dicton : ‘il est plus astucieux de plaire au Dieu Au que de plaire au Dieu Zao’ Qu’en pensez-vous ?" ...
  • " Manquer l’Opportunité"

    Les Dix Amis de Weiyang étaient en bonne santé et satisfaits de ce qu’ils avaient. Ils n'étaient ni désireux de positions gouvernementales ni avides d’argent. Ils aimaient juste être ensemble et discuter de métaphysique et de Taoïsme. Comme des frères et extrêmement proches ils s'invitaient à dîner à tour de rôle. Un jour, un vieil homme se montra à l’improviste à leur réunion. Il portait des guenilles et était maigre à faire pitié...
  • Anciennes histoires de culture spirituelle : On ne peut atteindre la plénitude qu’en se cultivant fermement

    .Shen Cui, Jingpo Wang et Fang Li étaient tous trois d’excellents amis. Pendant la période des Tang de la Dynastie Sui, les trois amis allèrent ensemble dans la Montagne du Cerf Blanc pour y apprendre le Tao ...
  • Zhang Sanfeng, l’immortel

    Zhang Sanfeng était un moine taoïste chinois dont on pense qu’il a atteint l’immortalité, et dont on dit qu'il serait aussi bien de la fin de la dynastie Song, que de la dynastie Yuan ou de la dynastie Ming. Son nom aurait été Zhang Junbao avant qu’il ne devienne un taoïste. On lui doit l’art de la boxe Tai Chi Chuan, qu'il créa aux alentours de 1270 après J.C, vers la fin de la dynastie Song...
  • Culture traditionnelle – Eviter la suspicion et prendre en compte le plus petit détail

    Beaucoup de choses se développent graduellement à partir de choses très ténues, et beaucoup de petites unités peuvent s'accumuler pour devenir une grosse quantité ...Il était une fois un petit moine nommé Miaoyan...
  • Anciennes histoires de 'cultivation' : Zhao Sheng, chercheur du Tao

    Dans l’ancienne Chine, il y avait beaucoup de pratiquants, mais peu d’entre eux étaient capables d’atteindre le statut d’un être divin. Ceci parce que la cultivation est très difficile et que les maîtres attendent de leurs disciples qu’ils adhérent à des standards très stricts et difficiles. Sans une résolution et une volonté exceptionnellement forte, un pratiquant ne sera pas capable de réussir sa cultivation.
  • Comment l’Empereur Kangxi voyait la gentillesse

    L’Empereur Kangxi prêtait sérieusement attention à ses pensées. Ci-dessous, son point de vue sur la gentillesse dont il parle dans le livre Tingxun Geyan. Comme c’était écrit dans un ancien style d’écriture avec des termes archaïques, j’aimerais essayer d’interpréter en mots simples, avec ma compréhension, ce que kangxi a dit dans trois de ses mémoires.
  • Histoires de la Chine ancienne : La différence entre “Etre loyal envers son Empereur” et “Aimer son Empereur”

    J’ai fait partie de ces chinois qui se méprenaient sur les anciens concepts et valeurs de la Chine ancienne, et les considéraient comme rebut. Par la suite, j’ai eu l’opportunité de lire de nombreux classiques chinois avec un état d’esprit paisible, impartial et sans jugement. Alors, j’ai réalisé qu’en fait je ne connaissais rien de l’ancienne culture chinoise.
  • Remarques de Kuang Heng sur ‘’ les désastres et les phénomènes inhabituels’’ et ‘’l’Empereur règne par l’exemple’’

    "De nos jours, l’hypocrisie, la superficialité, la jalousie, les coups dans le dos, et le manque extrême de modestie prévalent. Tant que des gens ayant gentillesse et vertu tiennent les fonctions élevées, et que des personnes capables sont placées aux positions appropriées, la cour impériale aura une étiquette, et les gens jouiront du respect et de la modestie. Les enseignements de la moralité débutent de l’intérieur de la cour impériale vers l’extérieur, et avec chaque individu ... '
  • La vie est comme un rêve

    Qian Yang, de Wuxi city, Province de Jiangsu, était un érudit de renom sous la dynastie Qing. Il avait une grande connaissance des classiques et des anciennes tablettes de pierre, il gagnait sa vie en gravant notes et écrits sur la pierre. Un jour il fit un rêve...
  • Après un tremblement de terre, L'Empereur Kangxi encouragea l'introspection et la réforme

    Le 2 septembre 1679, un fort tremblement de terre se produisit à midi près de Pékin. La secousse traversa Pékin et six autres provinces (Hebei, Shanxi, Shaanxi, Liaoning, Shandong et Henan), soit plus vingt comtés. De nombreux murs des villes, des batîments gouvernementaux et des maisons s'effondrèrent. Il y eut de nombreux morts et beaucoup de blessés. Face à ce désastre soudain, l'Empereur Kangxi prit des mesures immédiates ...
  • Récits historiques : Xiang Xiong pleura son vieux Maître

    " "Lorsque le Roi Wen dans la Dynastie Zhong faisait enterrer un mort, sa miséricorde s'étendait à la personne morte. Je n'ai jamais entendu que nous devions juger des mérites et des démérites des morts et décider ensuite de les ensevelir ou non. Puisqu'ils sont déjà morts, les ordres de Votre Majesté ont été exécutés. Je les ai enterrés selon mon sens moral. Ceci montre au monde le principe que l'on doit rendre la générosité. Un tel principe ne rend-il pas plus facile de gouverner le pays? ...
  • Pénétrer un roc avec un foret en bois

    Avez-vous suffisamment foi en votre maître pour croire que vous pouvez forer un trou dans un roc avec un foret en bois? ... Pour celui qui ne cultive pas ce serait gaspiller 40 années de sa vie à essayer d'accomplir une tâche impossible. Pour un pratiquant, cela demande une immense détermination et persévérance ...
  • "La vision du poète”

    Je pensais connaître assez bien Li Bai. Quand j’étais enfant, je pouvais réciter plusieurs de ses poèmes. J’appréciais son audace sans inhibition, son caractère simple et abordable. Mais ce n’est qu’après après avoir vu le programme ' La Vision du poète’ dans le spectacle de Divine Performing Arts que j’ai pu voir le vrai Li Bai. Ce qui suit est une histoire concernant la vie de Li Bai...
  • La grande bienveillance

    Liu Kuan vivait du temps de la dynastie Han. Il était bon et généreux. Même dans une situation urgente et compliquée, il n'avait jamais rien dit de sévère ni manifesté une expression de colère. Lorsqu'il était le chef de la préfecture de Nanyang, et que de petits fonctionnaires ou des civils agissaient mal, il ne faisait qu'ordonner à ses assistants de les gronder pour les aider à comprendre leurs erreurs ...