Sagesse traditionnelle

  • Ne tracez pas un cercle sur le sol en vous y emprisonnant vous-mêmes

    Liang Qiuju, un ministre dans l’état de Qi du Roi Jinggong (547 -490 av. J.C), dit une fois à Yan Ying ( ?-500 av. J.C) : "Je ne pourrais pas te rattraper même au moment de ma mort. " Yan Ying lui répondit : "J’ai entendu dire que quiconque fait de son mieux pour faire des choses réussira en fin de compte. Une personne qui persiste à aller de l’avant en n'épargnant pas sa fatigue arrivera en fin de compte à sa destination. Il n’y a aucune différence entre les autres et moi. J’essaie juste de faire les choses sans m’arrêter. Pourquoi ne peux-tu pas me rattraper ?" ...
  • Anciennes histoires de cultivation : Entre la vie et la mort

    Il était une fois dans l’inde antique, un homme qui décida d'échapper aux ennuis du monde matériel et se fit moine par colère. Bien qu’il fut physiquement dans le temple, son âme était encore attachée aux désirs. A l' époque, dans le royaume de Kushinara vivait un saint bouddhiste vénérable appelé Upagupta ...
  • Anciennes histoires de cultivation : Huit cents pièces de monnaie

    Une nuit quand le vieux moine s’endormit, il rêva qu'une vieille femme vêtue de noir l’approchait, elle s’inclina puis partit. Avant de partir, elle dit à Shang Gong : "Je devais seulement huit cent pièces de monnaie à votre temple." Shang Gong s’éveilla alors avec un sentiment étrange à propos de ce qu'elle avait dit dans le rêve. Il prit alors un stylo et nota l'histoire sur un mur dans sa chambre à coucher ...
  • Prêter une attention excessive aux choses triviales affaiblit la volonté

    Quand nous envisageons de construire une haute montagne, nous empilons la terre, un panier rempli de terre après l’autre. Quand la montagne est sur le point d’être achevée, un panier de plus l'achèvera, mais si nous ne persévérons pas jusqu’au bout et n’ajoutons pas le panier de terre final, la montagne sera inachevée. Tous les efforts précédents auront été vains ...
  • Histoires de la Chine Ancienne : Un véritable gentilhomme se comporte de manière modeste, gagnant naturellement le respect d'autrui

    Les Chinois disent : " Les fleurs de prunier sont toujours calmes. Pourtant les gens sont naturellement touchés par leur beauté. Alors de nombreuses personnes viennent tout près pour les regarder et leurs pas tracent une voie tout au long du chemin." ...
  • Tromper le Ciel et duper ses voisins - le serment d'un voleur dicte sa propre rétribution

    Durant la dynastie Qing (1644 - 1912), un fermier dans la soixantaine et répondant au nom de Li vivait dans un petit village de la province du Sichuan avec ses deux fils. Le père et les fils étaient honnêtes, travaillaient dur et avaient tout juste de quoi vivre. La sixième ou septième année du règne de Daoguang (1821 - 1850), le père emprunta 100 rouleaux de pièces de monnaie (chaque rouleau équivalant à une once d'argent) à Chen Liangdong, un homme du même village...
  • Une histoire courte : Le choix

    Voici une histoire de la dynastie Ming. Il y avait deux frères, dont les tempéraments étaient très différents même s’ils avaient les même parents. Le frère aîné était gourmand et paresseux et marchandait toujours sur chaque détail. Le jeune était diligent, décent et affectueux. Un jour, Ils sont sortis pour faire certaines affaires dans une charrette. Il pleuvait et la route était glissante. Le frère aîné a perdu le contrôle du licou et ils sont tombés d’une falaise. Ils sont arrivés en enfer. Un garde qui était déjà entrain d’attendre à l’extérieur du tribunal, les a amenés au Roi de l’Enfer.
  • Endurant et Magnanime

    Il était une fois un pratiquant qui demanda à un maître Bouddhiste: "Concernant l’esprit, pourquoi sa capacité diffère-telle de large à étroite? " Plutôt que de répondre directement à sa question, le maître lui dit : "Fermes les yeux et construis un château dans ton esprit." Le pratiquant ferma ses yeux et pensa intensément. Il élabora un château dans son esprit. Puis il dit: "Le château est construit." Le maître lui dit : " fermes les yeux à nouveau et imagine un cheveu. "...
  • Histoires de la Chine ancienne : Les sages paroles de Wang Shouren

    Wang Shouren était un important néo confucianiste et également un enseignant pendant la dynastie des Ming dans la Chine ancienne. Un jour, un père et son fils se poursuivaient mutuellement en justice et demandèrent à Wang Shouren d'arbitrer leur cas. Wang se contenta d’échanger quelques mots avec eux et père et fils s'étreignirent et se mirent à pleurer ...
  • Culture traditionnelle : Prendre les choses légèrement et connaitre ses propres critères

    Yan Junping vécut dans la ville de Qiongzhou dans le conté de Shu durant la Dynastie Xihan (206 B.C. – 8 A.D). Durant sa vie il s’intéressa peu à la célébrité et au gain personnel et ne voulut jamais devenir un fonctionnaire du gouvernement. Il gagnait sa vie en tant que diseur de bonne aventure dans la ville de Chengdu où il enseignait aux gens à se conduire avec loyauté, à faire preuve de piété filiale, de confiance et d’amitié ...
  • Célèbres légendes chinoises : L'histoire du Roi singe

    Une des plus célèbres légendes chinoises est celle du Roi Singe ou Sun Wukong, connu des Chinois comme un personnage du Pélerinage à l’Ouest, un des romans classiques chinois. Le Roi Singe créait la zizanie dans le ciel et même les guerriers célestes n’arrivaient pas à le dompter ...
  • Récits de l’Histoire : Deux lettres de Zhuge Liang à sa famille

    Zhuge Liang était natif de Langya durant la période des Trois Royaumes. C’était un homme d’état et un stratège de renom. La plus haute position qu’il occupa fût celle de premier ministre. Il écrivit cette " Lettre au fils " à son fils Zhuge Qiao...
  • Un Empereur Interdit les volées de bâton après avoir étudié un livre de médecine

    L’empereur Taizong apprit qu’il y avait de nombreux points d’acupuncture dans le dos d’une personne et que chaque point était intimement lié à la santé des organes internes de la personne. En regardant les illustrations, il pensa que frapper sur le dos d’une personne pouvait potentiellement causer des dommages aux organes internes et peut-être même tuer la personne. Par conséquent, il émit un ordre à appliquer à tous les niveaux des bureaux d’interrogation criminelle qui interdisait de frapper le dos d’un criminel.
  • Un souverain avisé craint trois choses

    Han Ying a écrit un conte qui donne matière à réflexion dans Le Commentaire externe au livre des Song. Il mérite une lecture et que l'on s'y tienne. Un souverain avisé craint trois choses : Il craint d'ignorer ses erreurs du fait de sa position élevée. il craint l'arrogance et l'auto-complaisance lorsqu'il réussit. Enfin, il s'inquiète de ne pas savoir suivre les bons conseils ...
  • La sincérité des anciens Chinois

    Il y avait durant la Dynastie Song, dans la région de Changhua, deux frères appelés Zhang. Ni l'un ni l'autre ne pouvait avoir d'enfants et finalement, l'aîné des frères et sa femme adoptèrent un enfant de proches parents. Peu après, la femme donna naissance à leur propre enfant. Le plus jeune des frères demanda à son aîné : "Maintenant que vous avez votre propre enfant, me donnerez vous l'enfant adopté?" ...