Sagesse traditionnelle

  • Une ancienne histoire chinoise à propos de tolérance : Wang Wenzheng

    Il était une fois dans l’ancienne Chine, un magistrat d’une préfecture du nom de Wang Wenzheng. Il était connu pour avoir un esprit tolérant et indulgent. Personne ne l’avait jamais vu se disputer avec quiconque ou s’emporter ...
  • Corriger ses erreurs avec courage et s’améliorer sans retard

    Les anciens sages conseillaient d' " accepter un conseil avec joie. " L’empereur Tang Taizong (23 janvier 599- 10 juillet 649) était le deuxième empereur de la Dynastie des Tang. Son prénom était Li Shimin, qui veut dire " servir le pays et apporter la paix aux gens" De tous les empereurs de l’histoire de la Chine ancienne, il était connu pour être le meilleur à accepter les conseils et il donna l'"exemple aux futurs empereurs ...
  • Prêter une attention excessive aux choses triviales affaiblit la volonté; et Échouer à parvenir au succès en laissant la dernière étape inaccomplie

    Quand nous envisageons de construire une haute montagne, nous empilons la terre, un panier rempli de terre après l’autre. Quand la montagne est sur le point d’être achevée, un panier de plus l'achèvera, mais si nous ne persévérons pas jusqu’au bout et n’ajoutons pas le panier de terre final, la montagne sera inachevée. Tous les efforts précédents auront été vains ...
  • Célèbres légendes chinoises: L'histoire du Roi singe

    Une des plus célèbres légendes chinoises est celle du Roi Singe ou Sun Wukong, connu des Chinois comme un personnage du Pélerinage à l’Ouest, un des romans classiques chinois. Le Roi Singe créait la zizanie dans le ciel et même les guerriers célestes n’arrivaient pas à le dompter. Avec l'aide du Seigneur Lao Zi et du dieu Erlang, les meilleurs des généraux du ciel, le Roi Singe fut finalement capturé, mais rien ne pouvait lui faire de mal. Pas même un couteau ou une hache ne pouvait le couper, ni les éclairs, le tonnerre ou le feu. Alors, le Seigneur Lao Zi mit le Roi Singe dans son four alchimique et le raffina pendant 49 jours ...
  • Sagesse des anciens

    Su Dongpo était un poète célèbre de la dynastie Song (960-1279), il était très intéressé par le bouddhisme. Un jour alors qu’il étudiait les Ecritures, il sentit qu’il s’était éveillé et n'avait plus aucune pensée parasite à l'esprit. Ravi, il écrivit un poème disant qu'il était comme un roc solide, qui ne pouvait être perturbé par huit choses : le gain, la perte, la calomnie, la flatterie, la louange, le ridicule, la peur ou la joie...
  • Leçons tirées d’expressions idiomatiques chinoises : Rendu humble par l’immensité de l’Océan

    Selon une légende chinoise, un automne, les pluies diluviennes firent enfler les rivières de Chine. De nombreuses rivières se jetaient dans le Fleuve Jaune, alors devenu le fleuve le plus large, le plus grand et le plus puissant. Le dieu du Fleuve Jaune en devint satisfait et arrogant, pensant qu’il devait régner sur la plus grande étendue d’eau sous les cieux ...
  • Cultiver strictement la moralité et rendre le bien pour le mal

    Le noble comportement moral de Zhao était le résultat d’une stricte 'cultivation' morale quotidienne, durant sa vie entière. Dans le but d’avoir un standard moral élevé et strict pour lui-meme, il avait deux bouteilles vides. Il mettait une pousse de soja jaune dans l'une d'elles dès qu’une bonne intention surgissait dans son esprit ou qu’il accomplissait une bonne action. Il mettait un haricot noir dans l’autre bouteille aussitôt qu’il avait une mauvaise pensée ou commettait une mauvaise action...
  • Deux histoires de jeunes moines chargés de sonner la cloche

    Un jeune moine dans un temple avait reçu pour tâche de sonner la cloche, une fois le matin et une fois le soir comme le voulaient les règlements du temple. Au début, il était très sérieux. Mais six mois passèrent et il commença à trouver sa tâche trop mécanique et ennuyeuse et se relâcha...
  • La bénédiction de la vertu

    Li Yu, du comté de Jiangyang, ville de Guanglin de la Dynastie Tang (618-907 av. J.C.), était un homme particulièrement modéré et prudent d’une famille qui avait vendu du grain en ville pendant des générations. Lorsqu’il eut 15 ans, son père le chargea des affaires de la famille ...
  • Considérer en priorité les intérêts de l’ensemble ; toujours corriger une erreur lorsqu'on en prend conscience

    Lian Po pensa à ses accomplissements à la guerre et se compara à Lin Xiangru, qui était issu d'une famille modeste. Comment Lin Xiangru pouvait-il être placé à un rang plus élevé que lui simplement à cause de son habileté à parler ? Lian Po se sentit un peu dépressif et affirma plusieurs fois que, s'il rencontrait un jour Lin Xiangru, il lui donnerait une leçon et le déshonorerait. Contre toute attente, il ne voyait jamais Lin Xiangru lorsqu'il allait à la cour. Ceci le rendit encore plus furieux...
  • La rétribution karmique est étroitement associée aux actions de chacun

    Dans la première année de la période de Zhenyuan durant la Dynastie Tang (785 A.D), le gouverneur du comté de Danyang, Wang Qiong, avait recherché une promotion pendant trois ans, mais il avait été rejeté à chaque fois. Très en colère, il alla trouver le Taoiste [quelqu’un qui cultive le « Tao » ou « voie de l’univers »] Ye Xuzhong, qui avait déjà plus de 90 ans et vivait au Mont Mao. Il resta avec Ye Xuzhong et entreprit un jeûne. Il supplia Ye d’envoyer une requête écrite au Seigneur des Cieux pour savoir quelle serait sa chance dans le futur ...
  • "Traiter les autres avec clémence et latitude " - Histoires à propos de tolérance (2ème partie)

    Au cour de la Dynastie Tang, Guo Ziyi passa sa vie entière dans l'armée. Il joua un rôle admirable dans la pacification de la Rébellion An Shih et dans les batailles contre les invasions d'autres pays. Cependant, il ne se vanta jamais de ses accomplissements, et se montra patriote et loyal envers son pays. Il traitait les gens avec tolérance et générosité, et gagna un immense prestige ...
  • "Traiter les autres avec clémence et latitude " - Histoires à propos de tolérance (1ère partie)

    Dans la période des Royaumes combattants, Lin Xiangru était un envoyé de l'état de Zhao à l'état de Qin. Sa performance lui valut finalement d’être nommé Premier ministre, une position au-dessus de celle du général Lian Po. Lian Po n'était pas d'accord et déclara publiquement: “Je suis un général, et j'ai gagné mon statut en conquérant de nombreuses villes. Lin Xiangru a obtenu une position plus élevée juste en parlant. Je vais le mettre dans l'embarras quand je le verrai ...
  • Ne tracez pas un cercle sur le sol en vous y emprisonnant vous-mêmes

    Liang Qiuju, un ministre dans l’état de Qi du Roi Jinggong (547 -490 av. J.C), dit une fois à Yan Ying ( ?-500 av. J.C) : "Je ne pourrais pas te rattraper même au moment de ma mort. " Yan Ying lui répondit : "J’ai entendu dire que quiconque fait de son mieux pour faire des choses réussira en fin de compte. Une personne qui persiste à aller de l’avant en n'épargnant pas sa fatigue arrivera en fin de compte à sa destination. Il n’y a aucune différence entre les autres et moi. J’essaie juste de faire les choses sans m’arrêter. Pourquoi ne peux-tu pas me rattraper ?" ...
  • Un médecin célèbre choisit d'être un apprenti anonyme

    Zhang Zhongjing (150 après J.C – 219 après J.C), connu comme le sage de la médecine, était un expert médical célèbre durant la fin de la Dynastie Han de l'Est (25 après J.C – 220 après J.C). Même durant ses premières années, Zhang était déjà un docteur talentueux reconnu et très célèbre, mais il était toujours à l’affût de nouvelles découvertes, visitant partout des docteurs célèbres afin d'apprendre d'eux ...