Comment les anciens considéraient le fait de réparer ses erreurs

 

Les anciens pensaient qu’il était très important de réparer ses propres erreurs – c’était une façon de cultiver la vertu. C’était aussi une importante question d’introspection et de cultivation. Les anciens croyaient que même un saint pouvait faire des erreurs. Dans " les Classiques " il est dit que nul homme n’est infaillible, et qu'être capable de corriger ses erreurs est la plus noble des vertus.


Faire une erreur et ne pas la corriger, est par conséquent, commettre une autre erreur. Confucius disait : "Si tu sais que tu as fait une erreur et que tu ne la corriges pas, c’est là que tu commets véritablement une erreur ". C'est admirable quand quelqu’un peut activement améliorer son comportement. Nous devrions agir comme Zi Lu, un des plus célèbres disciples de Confucius "Joyeux chaque fois qu’il apprenait de ses erreurs". C’est seulement quand quelqu’un est soucieux de corriger ses erreurs qu’il peut continuellement s’améliorer et devenir une personne de grande vertu.


Dans Les Analectes* de Zi Chang 19, Zi Chang, un des disciples de Confucius, disait : " Les erreurs d’un gentilhomme sont comme des éclipses de soleil et de lune ; quand un gentilhomme fait une erreur, tout le monde le voit ; et quand il la corrige, tout le monde admire cela " Les erreurs sont inévitables, particulièrement les erreurs d’un gentilhomme. S'il peut s’amender lui-même, les autres continueront de le respecter. S’il ne parvient pas à agir de la sorte ou s’il fait des efforts pour les dissimuler, alors non seulement il perdra son amour-propre mais devra aussi affronter le dédain d’autrui à son égard.


Dans le Livre des Mutations, il est dit que l’on doit changer pour le meilleur et réparer nos erreurs.


Il est impossible de ne pas faire d’erreurs, mais ce qui est crucial c’est de les corriger à temps. Taizhong, le célèbre empereur de la dynastie Tang, était très réputé pour sa capacité à accepter différentes suggestions et il était en conséquence capable de corriger ses erreurs au bon moment. Quand il se rappelait de Wei Zheng, le conseiller en qui il avait eu le plus confiance, il disait : "Si vous prenez le cuivre comme miroir, cela vous aidera à ajuster votre tenue, si vous prenez l’histoire comme miroir, vous verrez l’émergence et la chute des dynasties ; si vous prenez un être humain comme miroir, vous apprendrez la perte et le gain". Prendre un "être humain comme miroir" signifie prendre les mots et les comportements des gens comme références pour découvrir que, peu importe que nous ayons raison ou tort, nous devons abandonner notre propre idée si les autres en ont de meilleures ; Nous devons reconnaître et corriger nos erreurs si nous constatons que les autres se comportent de la bonne manière ; Nous serons prudents et attentifs si d’autres font des erreurs, ainsi vous ne reproduirez pas les mêmes.


Dans le Haut Fonctionnaire dans la Chine Ancienne, il est dit que l’on doit corriger ses erreurs sans hésitation.


Mencius a raconté cette histoire :" Il y avait un homme qui volait tous les jours un poulet à son voisin. Quelqu’un lui dit que ce n’était pas le comportement d’un honnête homme. Cet homme lui répondit : "J’ai besoin de temps pour corriger cela. Tout d’abord je volerai un seul poulet par mois, au lieu d’un par jour, et l’année prochaine je n’en volerai plus." Il savait qu’il agissait mal. Pourquoi ne corrigeait-il pas immédiatement son erreur au lieu d’attendre un an ? Une fois que vous avez connaissance de vos erreurs, vous devriez prendre des mesures afin de les corriger rapidement et ne pas laisser les choses traîner.


Lu Jiuyuan, un penseur de la Dynastie Song du Sud, disait : " Quand quelqu’un met en évidence vos erreurs, vous devez les corriger immédiatement ; quand vous avez connaissance de vos erreurs, vous ne devriez pas essayer de les dissimuler ; quand vous corrigez vos erreurs, vous ne devez pas avoir de peur."


Mencius fit une fois l’éloge de Zi Lu en disant : " Toutes les fois où quelqu’un signalait à Zi Lu qu’il avait fait une erreur, Zi Lu en était très content". Basé sur ce que Mencius disait, Lu Jiuyuan en tira cette conclusion et dit : " Premièrement, vous ne devez pas avoir peur quand les autres mettent en évidence vos erreurs ; deuxièmement, après avoir appris vos erreurs, vous ne devriez pas essayer de tromper les autres et vous-mêmes ; finalement, vous devez persévérer en corrigeant sans cesse vos erreurs." "N’avoir aucune peur " Ces mots sont d’une grande importance. Après que vous ayez commis une faute, n’ayez pas peur de la critique, n’ayez pas peur d’être embarrassé, et de plus, ne soyez pas découragé à cause des difficultés qui pourraient survenir dans le processus de réparation de cette faute. Quand vous serez capable de suivre ces trois étapes, vos critères moraux s’élèveront continuellement.


Yan Yuan, un penseur et précepteur de la Dynastie Qing, recommandait d'apprendre de toute chose et de l’appliquer dans sa vie de tous les jours. Il disait : "Cultiver votre caractère signifie corriger vos erreurs et changer pour le meilleur." Il insistait sur le fait que l’on doit s’appliquer à soi-même des normes strictes. En toutes circonstances, nous devons changer pour le meilleur, et à chaque fois que nous faisons des erreurs, nous devons nous corriger immédiatement. C’est seulement en agissant ainsi que l’on peut véritablement rectifier ses pensées et se cultiver, harmoniser sa vie de famille, diriger son pays et être un facteur de paix dans le monde.


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.