Culture

  • Le caractère chinois pour Lune (月) YUÈ (月) et la fête de la mi-automne

    On évoque souvent la lune par le terme descriptif de 月亮 (yuè liàng), avec le caractère 亮 (liàng), qui signifie brillant ou lumière, insistant sur l'éclat du corps céleste. Le terme 月球 (yuè qiú) est utilisé quand on se réfère à la lune en tant que corps céleste, comme dans "Les astronautes ont visité la lune .” D'autres termes combinent 月 avec un autre caractère tels que 月餅 (yuè bǐng), gateau de lune; 月食 (yuè shí), éclipse de lune; 月下(yuè xià), sous la lune; 月光 (yuè guāng), clair de lune; et 满月 (mǎn yuè), une lune pleine ...
  • Note sur les Analectes

    Les huit analectes, également désignées comme vertus, sont les principes laissés par Confucius aux générations futures afin de suivre le système de cultivation qu'il avait enseigné. Ces huit analectes comprennent "la piété filiale, le respect envers les frères et sœurs, la loyauté, le fait de tenir ses promesses, la courtoisie, la justice/l'équité, être incorruptible et avoir du courage". On dit que quiconque n’a pas ou ignore ces vertus ne peut plus être considéré comme humain, et a perdu la protection des entités divines ...
  • Le principe de promotion et de restreinte mutuelle dans la jungle Maya

    Dans le voisinage du village de Coba, dans la jungle de la péninsule, il y a une ancienne cité Maya et une pyramide dans les hauteurs, cachée dans l’épaisse jungle. Selon la population locale, il y a un arbre empoisonné dont la sève provoque une réaction douloureuse quand les gens entrent en contact avec elle. Les Mayas utilisaient la sève pour enduire leurs flèches pour tuer leurs ennemis. Chose fascinante, c’est qu’il y a un autre arbre qui pousse près de celui ci et dont le tronc rouge foncé est l’antidote du poison...
  • L'architecture chinoise, une miniature de l'Univers

    L'architecture moderne fait saillie dans le ciel, déclarant sa domination sur nous simples humains. Elle ne nous connecte pas avec les cieux, elle semble les défier pour un combat. Durant des milliers d'années, les Chinois ont développé leur propre style architectural. Basé sur les principes du taoïsme et du bouddhisme, il reflète la compréhension chinoise que les cieux, la terre et l'homme sont intimement connectés. Le Japon, la Corée et une bonne partie de l'Asie, ont copié ce style ...
  • La culture traditionnelle chinoise telle que reflétée à travers le concept de "gauche masculin, droite féminin"

    En Chine, la coutume de considérer le côté gauche comme masculin et le côté droit comme féminin semble avoir pénétré chaque aspect de la vie quotidienne. Comment cette coutume a-t-elle vu le jour ? ...
  • Un aperçu sur la culture divine chinoise à travers l’histoire de la ville de Chang’an

    En considérant l’ensemble des 5000 ans de l'histoire Chinoise depuis l’époque de l’Empereur Jaune, on peut trouver une caractéristique très inhabituelle et remarquable des cités et des villes. Tout comme un corps d’être humain, les villes sont aussi des organismes et suivent aussi le même cycle : naissance, développement, maladie et mort ...
  • Pourquoi portait on autrefois des jades ?

    Ce n'est pas à fin d'ostentation ni de décoration que les gens portaient autrefois des jades. Zhi Hong, élève de Confucius, posa un jour cette question à son maître : "Maître, pourquoi donne-t-on tant d'importance au jade, alors qu'on méprise les pierres ?" ...
  • L'Essence de l'art martial chinois—La vertu

    L'art martial chinois vient de la Chine ancestrale. La façon dont les maîtres d'art martiaux chinois ont transmis leurs connaissances et leurs techniques aux générations suivantes est particulière. Dans les temps anciens, les gens menaient des vies simples et ils avaient de hauts critères moraux ...
  • Gouverner un pays avec vertu et nommer des fonctionnaires sur la base de la sagacité

    Les anciens chinois nommaient des fonctionnaires qui adhéraient au principe de la vertu et qui montraient des talents précieux, mais ces qualités avaient différents degrés d'importance. La vertu était primordiale car elle guiderait les propres capacités d'une personne à gouverner, d'où l'adage " Les talents soutiennent la vertu, alors que la vertu conduit aux talents. " ...
  • La civilisation semi-divine de la Chine - La tradition de vénérer le ciel et d'adorer ses ancêtres

    Comment le peuple chinois définit-il le "ciel" ? Pourquoi croient-ils que leurs ancêtres sont aussi omnipotents que les divinités et qu'ils peuvent leur accorder bénédictions et protection ? Quelle est la signification exacte de ce qu'on appelle la "culture semi-divine chinoise" ?
  • Le nombre d’or : un code indéchiffrable

    Du journal que vous lisez, à l’écran de votre ordinateur, votre carte de crédit, les pétales d’une fleur, les feuilles d’un arbre, le bâtiment dans la rue. Tout est régi par un principe, une proportion, une valeur harmonieuse. Dans chaque coin de la nature, l’univers semble nous murmurer un code, un code unique et harmonieusement esthétique : le nombre d’Or, la divine proportion.
  • Histoires peu connues de l'histoire – Cent écoles de pensée

    Le temps file. La roue de l'histoire a commencé à tourner environ 500 av. J.-C. À cette époque, la Chine orientale était à la fin de la période des Printemps et Automnes (722 av. J.-C. - 481 av. J.-C.). Un âge d'or de la philosophie était sur le point de commencer.
  • L'art d'enseigner dans la Chine ancienne (2e Partie )

    Dans la société ancienne chinoise, tout le monde respectait les professeurs et les professeurs étaient hautement considérés. La hiérarchie du respect se déclinait: "Ciel, Terre, Empereur, Parent, Professeur." Les gens le prenait comme devise: "Un professeur pour une journée est un père pour une vie." Ainsi, les intellectuels désiraient par-dessus tout enseigner. Si l'un de leurs élèves était capable de se classer aux examens du gouvernement central et de devenir un fonctionnaire hautement considéré, cela apportait une grande renommée à son professeur, et ce dernier était honoré pour le restant de ses jours...
  • L’Art d’enseigner dans la Chine ancienne (1ère partie)

    Dans la Chine ancienne, l’approche confucéenne de l'enseignement était très efficace, non seulement elle formait de nombreux individus hautement accomplis mais jouait aussi un rôle important dans le maintien de la stabilité et l'avancée du progrès économique et social. Sans l’approche confucéenne de l’enseignement, l’histoire chinoise n’aurait pas eu la splendide Dynastie Tang, l’exquise dynastie Song, ou les colorées dynastie Ming et Qing. Ce qui revient à dire que la culture traditionnelle chinoise n’aurait pas existé sans sa plate-forme confucéenne....
  • “Périgrination vers l’Ouest’ : L’histoire derrière la scène :

    Datant de la Dynastie chinoise Tang, Périgrination vers l’Ouest décrit les aventures d’un moine et de ses trois disciples—un singe, un cochon et un ogre—partant pour l’Inde afin de découvrir et de ramener les écritures Bouddhistes sacrées. Le singe et le cochon pourvoient en grande partie à l’action humoristique du roman ...