Le gentilhomme qui bien que pauvre avait l'esprit tranquille

Capture d'écran (youtube)


Confucius disait : "Un gentilhomme, fût-il pauvre, devrait avoir l’esprit tranquille." Cela veut dire qu'un gentilhomme devrait être en paix même pauvre et ne pas perdre sa bonne humeur. Gao Yun, de la Dynastie Wei du Nord, était un "Zhonshuling," un titre correspondant à un haut rang à la Cour Impériale. Il était cette sorte de gentilhomme, serein malgré sa pauvreté.


En ce temps là, les fonctionnaires de la Cour Impériale de la Dynastie Wei du Nord ne touchaient aucun salaire. En général, tous avaient leur propre propriété excepté Gao Yun. Il était si pauvre qu'il comptait souvent sur ses fils pour aller dans la montagne ramasser du bois. Cela, cependant, ne changea pas ses aspirations. A la cour impériale, il était connu pour ses conseils honnêtes et justes à l'empereur. Si quelque chose était fait incorrectement à la cour, il demandait à être reçu par l'empereur. Tuo Bajun, l'Empereur Wencheng de la Dynastie Wei du Nord, demandait alors aux autres de quitter la cour afin qu'il puisse s'entretenir en privé avec Gao Yun.


Parfois, les mots de ce dernier étaient très passionnés et allaient droit au but. Quand Tuo Bajun ne pouvait plus supporter de l'écouter, il demandait aux autres d'escorter Gao Yun à bonne distance. Tuo Bajun, toutefois, avait une grande confiance en Gao Yun et le promut au rang de Zhongshuling.


Un jour, Lu Li, un fonctionnaire de haut rang, ne put s’empêcher de dire à l'Empereur Tuo Bajun: " Votre Majesté, bien que vous ayez favorisé Gao Yun, il est très pauvre! "


Surpris, l'Empereur s'exclama: "Comment est-ce possible?"


Lu Li répondit :" C'est en effet le cas. Son épouse n'a aucuns vêtements décents à porter, elle ne peut donc recevoir personne."


Immédiatement, l'Empereur se rendit à la maison de Gao Yun. Il constata que la maison de paille de ce dernier n’avait que quelques pièces. Sur le lit il y avait juste un vieil édredon fait de tissu brut. Son épouse portait un vêtement de coton élimé. Dans la cuisine il n'y avait que quelques conserves au vinaigre pour toute nourriture. Tuo Bajun fut profondément remué et offrit immédiatement à Gao Yun 500 rouleaux de soie et 1.000 boisseaux de grain et nomma Gao Yue, le fils aîné de Gao Yun, magistrat du Canton de Changle. Gao Yun déclina fermement cette offre, mais l'Empereur insista.


Depuis lors, l'empereur Tuo Bajun fit encore plus confiance à Gao Yun et se référait souvent à lui en termes très respectueux plutôt que de l'appeler simplement par son nom .


Histoire choisie deZizhitongdian, un livre de référence sur l'histoire chinoise.


Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2006/2/11/120461.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.