Nouvelles de Chine, 4322 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • La torture sadique des pratiquantes de Falun Dafa dans le camp de travaux forcés de Dalian

    Le camp de travaux forcés de Dalian, dans la province de Lianing, enferme les pratiquants de Falun Dafa résolus dans des compartiments isolés pour les torturer brutalement et les forcer à renoncer à leur foi en Falun Dafa. Les compartiments isolés sont en réalité des cage en fer, d’un mètre de large et de deux mètres de haut, faits de tubes d’acier carrés. Après que la victime ait été traînée de force dans la cage, ses mains sont menottées au dessus de sa tête et les menottes sont tellement serrées qu’elles arrachent la peau des poignées du pratiquant.
  • EFGIC : les Morts de 25 pratiquants de Falun Gong ont été vérifiées en mars.

    Les morts de plus de 25 pratiquants de Falun Gong en Chine en résultat de la persécution menée par l’état ont été vérifiées en mars, d'après des sources fiables. Parmi celles -ci il y a les détails de morts récentes, ainsi que des informations sur des morts qui ont été dissimulées depuis plus de quatre ans.
  • Plus de détails sur la mort de l’avocat Li Jian due à la persécution

    Le camp de travaux forcés n°3 de la province du Henan est connu comme le "deuxième Masanjia" pour sa cruauté et sa brutalité dans la persécution des pratiquants de Falun Gong. M. Li Jian était un avocat du comté de Zhengyang à Zhumadian, province du Henan. Parce qu’il refusait de renoncer au Falun Gong, le camp de travaux forcés n°3 de la province du Henan l’a sans cesse torturé, causant sa mort le 26 avril 2002.
  • Faits additionnels sur la mort de la pratiquante Mme Li Ying, suite à la torture par la Division No. 1 du Département de la Police de Fushun (Photo)

    La pratiquante du Falun Gong Mme Li Ying, Ville de Fushun, Province de Liaoning, a été torturée à mort par la Division No.1 du Département de Police de Fushun . Mais la police, le procureur et la cour ont donné de concert un faux témoignage, et à présent les meurtriers sont encore en liberté. Li Ying était une personne honnête, de bon coeur, et amicale. Parce qu’elle pratiquait le Falun Gong, elle avait été condamnée à deux ans de travaux forcés en l’an 2001 pour le « crime de déranger l’ordre social ».
  • Le district de police de Mentougou à Beijing torture un jeune pratiquant de Falun Dafa à mort de demande à l’hôpital de fournir un faux certificat de décès.

    Un matin de l’hiver 2000, la police a amené dans la salle des urgences de l’hôpital Mentougou, le corps d’un jeune homme qui avait été torturé à mort . Le jeune homme semblait avoir une vingtaine d’années. Lorsque les médecins ont demandé à la police son nom et son adresse, les policiers ont dit , " Il n’a pas de nom, il est pratiquant de Falun Gong. "
  • M. Wang Zengcheng de la ville de Tianjin est battu à mort dans un Camp de Travail pour avoir refusé de trahir sa conscience

    Lorsque sa famille a examiné le corps de M. Wang Zengcheng, ils ont découvert qu’il n’avait plus de peau intacte sauf une partie de la taille d’un œuf. Ceci a été confirmé par le rapport officiel d’autopsie. Craignant d’avoir à en prendre la responsabilité, le camp de travail a compensé la famille de Wang avec 130.000 yuan dans une tentative de clore l’affaire. Du fait de la grande pression et de l’intimidation des autorités, les membres de la famille ont renoncé à poursuivre les criminels.
  • Sa jeune femme et son enfant restent le cœur brisé après que M. Wang Dayuang ait été battu à mort dans la Première Prison de Harbin

    M. Wang Dayaung, 30 ans, était professeur à l’Institut de Sciences Informatiques et de Technologie de l’Université de l’Industrie de Harbin. En novembre 2002, la police l’a illégalement arrêté et a saccagé sa maison. Il a été détenu pendant plusieurs mois, après quoi il a reçu un terme de huit ans d’emprisonnement à la Première Prison de Harbin. Il a été torturé à mort le 5 avril 2004. Les chefs de la prison ont essayé d’échapper à leur responsabilité en disant que trois détenus criminels avaient battu M. Wang à mort. Nous savons tous que les détenus criminels n’oseraient pas commettre un tel crime sans en avoir reçu l’ordre par la police.
  • Mme Yang Junping de Mongolie Intérieure a été persécutée à mort en 2002.

    Mme Yan Junping était une pratiquante de Falun Gong d'une trentaine d'années de la ville de Ximeng, en Mongolie Intérieure. Elle avait un enfant de 12 ans. Elle fut arrêtée par la police en décembre 2001. La famille dut mettre à gage leur maison pour payer la police pour sa libération. Après que Mme Yang soit retournée chez elle, la police continua à la harceler et la surveiller. Mme Yang est morte en août 2002.
  • Jiang Zemin utilise l'étiquette "Politiquement Motivé" comme arme Dans sa campagne anti-Falun Gong

    Le groupe de Jiang a désespérément besoin de gens qui confondent les notions de bien et de mal, et ils ont renforcé une telle confusion par le lavage de cerveau afin de pouvoir se tromper eux-mêmes et les autres et empoisonner l’esprit des gens. Leur but est d’utiliser leur pouvoir pour manipuler la loi dans leur propre intérêt, et de réprimer des dizaines de millions de bonnes personnes. C'est vraiment le groupe de Jiang qui ignore le bien-être des gens et ils sont vraiment ceux qui ont porté atteinte à la stabilité sociale. La persécution absurde et sauvage par le groupe de Jiang est la vraie et seule raison de l'appel des pratiquants de Falun Gong et de leur clarification de la vérité. S'il n'y avait aucune persécution, il n'y aurait pas d’activités contre la persécution.
  • France: Un pratiquant qui a été induit en erreur expose la conduite indécente du Bureau de la Sécurité Nationale de la Chine

    Fin octobre, début novembre 2001, le personnel du Bureau de Sécurité qui m’avait parlé alors que j’étais dans le camp de travaux forcé est venu me voir pour me demander de leur faire une faveur. (Une fois que j’ai été libéré du camp de travaux forcés, ils sont souvent venus discuter ou partager un repas avec moi pour voir si j’avais toujours l’intention de continuer ma ‘cultivation’. Puis ils me bourraient le crâne avec des idées tordues telles que : « Dafa est soutenu par des puissances étrangères », ou « Dafa reçoit de l’argent de gouvernements étrangers afin de s’opposer au gouvernement »). Ils m’ont demandé si j’étais disposé à faire quelque chose pour eux ; ils m’on aussi promis qu’ils m’aideraient à avoir mon diplôme.
  • Pendant que la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies siège à Genève, Mme Wang Guofang décède en raison de la torture dans la ville de Daqing en Chine

    Mme Wang Guofang, une pratiquante de Dafa de 42 ans de la région de Longnan Leyuan, ville de Daqing, province de Heilongjiang a été illégalement arrêtée dans sa ville natale de Nehe et envoyée au camp de travaux forcés de Qiqihar . Le 15 mars 2004 elle a été persécutée à mort pendant qu'à Genève siégeait la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies .
  • Informations supplémentaires sur la torture à mort de Zhao Guoan au Camp de Travail n°3 de la ville de Xuchang

    M. Zhao Guoan, était un pratiquant de Dafa de 55 ans vivant dans l’agglomération de Luohe, dans la province de Henan. Parce que M. Zhao ne cessait de parler aux gens du Falun Gong, il fut envoyé au Camp de Travail n°3 de l’agglomération de Xuchang par la police le 7 août 2004. Quatre mois plus tard, sa famille fut avertie par le camp de travail que M Zhao était mort d’une "attaque cardiaque". Lorsque sa femme, Mme Zhang Guirong, insista pour voir son corps, elle fut bouleversée par ce qu’elle vit.
  • Mme Zhang Lanfen, pratiquante de Falun Dafa, est illégalement détenue dans un hôpital psychiatrique

    Parce que Mme Zhang persistait dans sa croyance et refusait de renoncer au Falun Gong, elle a été détenue dans un centre de lavage de cerveau à trois reprises et par la suite a été condamnée à deux ans de camp de travail forcé. Li Zhang, fonctionnaire municipal, qui a depuis quitté son poste, a personnellement battu Mme Zhang et l’a forcée à rester assise sur le sol gelé en plein milieu de l’hiver.
  • Mme. Wang Guimin, 75 ans, a été emprisonnée 10 fois parce qu’elle pratique le Falun Gong

    Pendant la détention, une dame de plus de 70 ans, a subi toutes sortes de tortures cruelles et inhumaines. La police l'a traînée dedans et dehors par les pieds et une fois, par les cheveux et ils l’ont jetée contre le mur. Elle a dû accepter l'humiliation des fouilles corporelles par la police et elle a été pénalisée par des sommes d'argent inexplicablement grandes, de plusieurs milliers à des dizaines de milliers de Yuan(1).
  • Pour avoir défendu leurs convictions, une professeur d’Université et un employé d’usine sont soumis à des mauvais traitements durant leur détention en hôpital psychiatrique

    Nous faisons appel aux organismes humanitaires internationaux pour qu’ils se penchent sur cette persécution permanente qui frappe les pratiquants de Falun Dafa en Chine. Nous, pratiquants de Falun Dafa du Xinjiang et gens du commun, invitons l’Association Psychiatrique Mondiale, le Congrès Psychiatrique Mondial et l’Organisation Mondiale à Enquêter sur la persécution du Falun Gong ainsi que d’autres organismes internationaux à venir enquêter au Xinjiang sur les cas mentionnés ci-dessus ainsi que les autres.