Rapports d'enquête

  • Les pratiquants de Falun Gong systématiquement assassinés pour leurs organes : réfuter l’explication des ‘’condamnés à mort’’ du régime chinois- Appendices

    Ce graphique est tiré de la page d’accueil du Centre oriental de greffes d’organes de Tianjin. [68] Filigrane en chinois : ‘Nos réalisations.’ Les chiffres indiquent le nombre de greffes de foie. Le centre déclare avoir effectué en 2004, le nombre le plus élevé d’opérations de greffes de foie de tous les hôpitaux dans le monde...
  • Les pratiquants de Falun Gong systématiquement assassinés pour leurs organes : réfuter l’explication des ‘’condamnés à mort’’ du régime chinois (Partie 1, préface et table des matières)

    ...il existe une preuve accablante du rôle effrayant du régime communiste chinois dans l’assassinat systématique des pratiquants de Falun Gong, la collecte de leurs organes, et les énormes profits engrangés en agissant de la sorte. En réponse au tollé international, le régime chinois a tenté d’expliquer un des principaux éléments de preuves circonstanciées—l’accroissement fulgurant du nombre de greffes d’organes et les temps d’attentes extrêmement courts dans une culture réfractaire aux donations d’organes—en déclarant qu’il s’agissait d’organes prélevés sur des criminels exécutés, après leur mort...
  • "Assassiner les pratiquants de Falun Gong pour le profit"- Discours de David Kilgour le 19 mai 2010 au Parlement européen

    Le discours qui suit a été prononcé le 19 mai 2010 au Parlement européen, où M.David Kilgour, ancien député et Secrétaire d'Etat canadien, a présenté son rapport 'Prélèvements Meurtriers', co-écrit avec David Matas, avocat canadien des droits de l'homme internationaux, résultat de leur enquête sur les allégations de prélèvement d'organes à grande échelle sur des pratiquants de Falun Gong ...
  • Epoch Times : L’aveu de prélèvements d'organes est ‘’incontestable’’ déclarent les enquêteurs

    Une nouvelle preuve de l'existence de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong par le régime chinois, s’est fait jour suite à l’aveu d’un médecin chinois. Un enregistrement audio du médecin admettant avoir participé à prélever les organes de pratiquants de Falun Gong, associé à un documentaire sanctionné par l’Etat, dans lequel ce même médecin, reconnaît prendre part à la conversation, constitue une pièce à conviction indéniable de prélèvements sur des prisonniers du Falun Gong pour le profit,’’ ont déclaré David Matas, avocat des droits de l’homme et David Kilgour, ancien secrétaire d’état (Asie-Pacifique) canadien, dans une lettre dévoilée hier.
  • Une enquête de la CIPFG révèle que le Parti communiste Chinois continue à prélever des organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.

    Bien que les autorités du PCC aient nié et caché leurs crimes à répétition, sous la pression internationale, le PCC a annoncé une réglementation limitant son commerce d’organes vivants. Cependant, de plus en plus de témoignages montrent que les camps de travaux forcés et les prisons en Chine se sont alliés avec les hôpitaux—en particulier les hôpitaux militaires du PCC—afin de collecter et de vendre des organes de pratiquants de Falun Gong, avec la protection et la coopération de l’armée, de la police, des fonctionnaires du PCC et autres organisations gouvernementales. Les atrocités de collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie se poursuivent dans toute la Chine.
  • “Notre investigation sur les prélèvements d’organes en Chine” par David Matas

    Est ce que la Chine prélève des organes sur des pratiquants du Falun Gong et les tue ensuite ? Un journaliste d’une Agence japonaise et l’ex femme d’un chirurgien ont déclaré en mars 2006 que cela avait lieu à Sujiatun, en Chine. Ces déclarations sont-elles véridiques ? La Coalition pour Investiguer sur la Persécution du Falun Gong en Chine, une organisation basée à Washington D.C., a demandé en mai à l’ancien Ministre d’Etat pour l’Asie Pacifique David Kilgour et à moi-même d’enquêter sur ces allégations. Nous avons publié un rapport en juillet 2006 et un rapport révisé en janvier 2007 qui a pour conclusion, à notre grand regret et horreur, que les allégations sont effectivement vraies.
  • Le temps mis par le Parti communiste chinois à répondre à une enquête des Nations Unies sur le prélèvement d’organes génère encore plus d’inquiétude

    Dans le Rapport annuel des Nations Unies le plus récemment publié, certaines activités des rapporteurs spéciaux aux Nations Unies sur les atrocités de prélèvement d’organes et certaines lettres correspondantes ont été dévoilées. Selon ce rapport, le 11 août, outre Nowak (rapporteur spécial sur la torture) et Sigma Huda (rapporteur spécial sur le trafic de personnes) Asma Jahangir, le rapporteur spécial sur la liberté de religion a questionné le régime communiste chinois à propos des allégations de prélèvement d’organes. Après que le document d’appel ait été émis, il a fallu plus de 3 mois au regime communiste chinois pour répondre formellement aux Nations Unies...
  • Le dernier rapport de l'ONU mentionne le prélèvement d'organes à vif de pratiquants de Falun Gong

    Selon une information diffusée le 9 mai 2007 sur la radio Sound of Hope, le rapport de l’ONU récemment publié inclut le dernier rapport par le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Manfred Nowak. Il y récapitule des cas particuliers. En plus des cas liés au Falun Gong, il a également répertorié les cas de Gao Zhisheng et des prélèvements d’organes de pratiquants de Falun Gong vivants. Ce qui suit est une partie du rapport sur les prélèvements des organes.
  • Revue de la Société Royale de Médecine : Le Falun Gong, la transplantation d’organes, l’holocauste et nous-mêmes.

    Le nombre de greffes d’organes effectuées en Chine et la vitesse à laquelle ces organes deviennent disponibles ont soulevé des questionnements sur la source des organes dans la communauté internationale. Il est publiquement déclaré que les organes proviennent de criminels exécutés et qu’ils ont donné leur consentement, mais il y a des allégations sur un scénario plus macabre selon lequel ‘’ les prisonniers sont systématiquement soumis à des opérations chirurgicales, spécifiquement pour prélever leurs organes en vue de greffes. Dans cet essai, j’explore la plausibilité de cette déclaration en rapport avec notre connaissance de la complicité de médecins avec des évènements ayant mené à l’holocauste et des détails pratiques sur les greffes d’organes contemporaines.’’
  • Des preuves suggèrent que la Chine a une grande banque d'organes vivants

    Le rapport révisé inclut des preuves concrètes montrant que le nombre total de centres et d'hôpitaux de greffes d'organes a considérablement augmenté après le début de la persécution du Falun Gong. «Pour construire ces institutions consacrées aux transplantations d'organes, les autorités chinoises doivent croire qu’il existe maintenant et existera dans l'avenir une source d’organes disponibles de personnes aujourd’hui vivantes qui seront mortes demain. Qui sont ces personnes ? Une grande population de pratiquants de Falun Gong dans les prisons fournit une réponse. »
  • République Tchèque : L’enquêteur Indépendant canadien présente son rapport sur les allégations de collecte d’organes à un séminaire et une conférence de presse au Parlement Tchèque

    “Ils prennent vos deux reins, votre cœur et votre peau, vos cornées et votre foie puis ils jettent votre corps dans l’incinérateur.» “C’est une forme de mal encore jamais vue sur cette planète » a dit David Kilgour en parlant de cette pratique révoltante de collecte d’organes sur des personnes vivantes qui se déroule dans des centres de détention, des camps de travail et même dans des hôpitaux à travers la Chine avec l’accord tacite des administrations de l’état . Le 16 novembre, l’enquêteur indépendant et ancien membre du gouvernement canadien a présenté son rapport au Parlement Tchèque où un séminaire sur la collecte forcée d’organes sur des prisonniers de conscience en Chine avait lieu sous les auspices de la députée Mme Catherine Jacques.
  • Prélèvement d'organes en Chine : Un rapport par Edward McMillan-Scott, Vice-President du Parlement européen

    Le 21 mai 2006, M. Edward McMillan-Scott, député, Vice-President du Parlement européen et rapporteur désigné pour l'Acte de la nouvelle Démocratie et des Droits de l'homme a rencontré deux pratiquants de Falun Gong à Pékin durant son voyage en Chine pour découvrir des faits.Il est allé en personne enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine, en particulier sur les allégations de prélèvement d'organes de pratiquants de Falun Gong vivants. Ce qui suit est le texte de son rapport d'enquête
  • Le nouveau rapport indépendant conclut : les organes du Falun Gong sont prélevés et les victimes tuées

    Un rapport d’enquête de 45 pages qui aborde les allégations du prélèvement d'organes des détenus du Falun Gong a été publié jeudi ; le Centre d'information du Falun Dafa dit que ce rapport est, " extrêmement important. " Coédité par David Kilgour l'ancien secrétaire d'état canadien (Asie-Pacifique) et David Matas, un avocat des droits de l'homme, le rapport tire " La conclusion regrettable que les allégations sont vraies."
  • WOIPFG: Rapport d’enquête sur le camp de la mort de Sujiatun concernant sa pratique systématique du prélèvement d’organes sur des pratiquants vivants du Falun Gong.

    Selon des chiffres officiels en Chine, de 1991 à 1998, seulement 78 greffes de foie ont été exécutées nationalement. Cependant, depuis l'année 1999 lorsque la persécution du Falun Gong a commencé, le nombre s'est multiplié rapidement, avec 118 greffes de foie en 1999, 254 en 2000 et 486 de 2001. En 2001 les greffes de foie étaient de 996. [14] En 2003, le nombre a tout d’un coup grimpé jusqu'à plus de 3.000, [15] ce qui signifie que l’approvisionnement en organes a sensiblement augmenté dans tout le pays depuis 1999. Ici, nous avons présenté les transplantations de foie comme exemple parce que sans foie, un simple organe, le donneur ne pourrait pas survivre après que le foie lui soit enlevé.
  • WOIPFG: Premier rapport d’enquête sur le camp de la mort de Sujiatun, ville de Shenyang, province du Liaoning

    Selon notre enquête initiale, il existe bien une grande "ferme d'organes" à Sujiatun, ville de Shenyang, province du Liaoning en Chine. C'est une pratique systématique, qui inclut d’établir le camp de la mort, de détenir les "pourvoyeurs" (les pratiquants vivants du Falun Gong), de fournir les organes des pratiquants du Falun Gong correspondant aux demandes, de prélever chirurgicalement les organes, d’éliminer les corps des victimes et d’installer les hôpitaux qui emploient ces organes volés. Sans aucune procédure légale, les pratiquants du Falun Gong sont amenés au camp de la mort de Sujiatun sans que quiconque soit au courant. Ils sont dans l'isolement complet. Leurs corps sont incinérés après le prélèvement de leurs organes.


  • Page | 1 |