Nouvelles de Chine, 4545 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Détails concernant M. Ou Keshun du comté de Linli, province du Hunan, un pratiquant torturé à mort

    M. Ou Keshun est né en 1962 dans le village de Songyu, quartier de Wangcheng dans le comté de Linli. Le matin du 20 janvier 2001, alors qu'il était illégalement détenu, il a protesté par une grève de la faim. Les policiers ont contraint des détenus toxicomanes à le torturer jusqu'à ce qu'il vomisse du sang et meure au centre pour drogués de Changde. Ses deux enfants ont perdu leur père bien-aimé pour toujours.
  • Détails concernant la mort par torture de Mme Chi Yulian de la ville de Dalian

    Selon des informations de l’intérieur, en juin 2001, Mme Chi Yulian a été illégalement détenue dans la 8ème salle de prison du centre de détention de la ville de Dalian. Elle a débuté une grève de la faim pour résister à la persécution. Les policiers l’ont menottée et enchaînée au plancher et l’ont laissée là jusqu’à ce qu’elle perde connaissance. Cette même nuit-là, Chi Yulian a été envoyée à l’hôpital mais les efforts pour la secourir ont échoué et elle est morte.
  • Mme Wang Juan est morte suite aux mauvais traitements dans la prison du comté de Mancheng

    Wang Juan avait 37 ans. Comme elle a refusé de renoncer à sa pratique de Falun Dafa, le personnel du « bureau 610 » de la ville de Dingzhou l’a arrêtée le 24 avril 2004. Le 26 avril 2004, deux jours après avoir été arrêtée, Wang Juan est morte dans la prison du comté de Mancheng, de la ville de Baoding
  • Une mère et son enfant sont tous deux détenus au centre de détention du Comté de Linquan, dans la ville de Fuyang, province de Anhui

    Mme Ma a dit aux fonctionnaires : « Vous m’avez illégalement enfermée au centre de détention. Personne ne s’occupe de mon enfant. N’avez-vous aucune humanité? » Zhang Lianhai, un officier du « bureau 610 » du comté local, Liu Gang, le sous-chef du bureau de sécurité publique du Comté et Wang Yumin, le chef du département de la sécurité et de la politique, ont refusé de relâcher Mme Ma. Ils ont plutôt décidé d’emprisonner son jeune fils dans le centre de détention, le privant ainsi d' instruction.
  • La mort de la pratiquante de Dafa, Mme Xu Jinzhi, de la ville de Mudanjiang, province de Heilongjiang, pendant sa détention dans la prison de Mudanjiang

    la police a trouvé des dépliants de Falun Gong dans sa maison. Les autorités l'ont condamnée à 3 ans de prison, dans la prison de Mudanjiang. Le 25 mai 2004, la famille de Xu Jinzhi a reçu la nouvelle que Xu Jinzhi était dans un état critique. Quand sa famille est arrivée à l'hôpital, ils ont vu le corps émacié de Xu Jinzhi. On leur a dit qu’elle était morte d’une hémorragie au cerveau. La police n’a pas permis que la famille de Xu Jinzhi examine son corps et la police a fait incinérer son corps 2 jours plus tard, le 27 mai 2004.
  • Mme Liu Sujun, une pratiquante de Dafa originaire de Tangshan, a été emprisonnée arbitrairement et forcée à avorter

    Pour avoir déployé, avec d'autres pratiquants, une banderole sur laquelle on pouvait lire "le Falun Dafa est bon" et elle a été arrêtée et détenue pendant cinq mois. Mme Liu était alors enceinte de deux mois. Durant sa détention, elle a demandé à recevoir un examen médical mais la police a ignoré sa demande. Connaissant parfaitement son état, les policiers lui ont attaché les mains et les pieds ensemble avec de lourdes chaînes, ce qui l'empêchait de se redresser Ces tortures lui ont été infligées jusqu'au septième mois de grossesse pour être finalement forcée à avorter avant de pouvoir rentrer chez elle.
  • Croquis des Tortures infligées aux pratiquants de Falun Gong [. 1 -7]

    C’est une des techniques de tortures les plus utilisées à l’encontre des pratiquants de Falun Dafa qui refusent de renoncer à leurs convictions. Cela s’appelle "Voler," ou "Jet Plane." On fait baisser la tête du pratiquant au maximum, on remonte ses bras par derrière jusqu’en haut de son dos pour les plaquer contre le mur. On le force ainsi à rester dans cette position sans bouger pendant une période de temps prolongée (supérieure à 10 heures). Si un pratiquant refuse de s’y soumettre, on lui donne des coups de matraque électrique ou on le frappe jusqu’à ce qu’il perde connaissance.
  • Détails de la torture et du meurtre du pratiquant de Dafa M. Liu Dongxuedu Comté de Mancheng, Province de Hebei

    Cet article a été écrit trois ans après la mort par torture du pratiquant de Dafa Liu Dongxue. Il décrit les détails des tortures qu’il a subies parce qu’il pratiquait le Falun Gong ; ceci est dans le but de dénoncer la persécution sanglante des pratiquants du Falun Dafa par les partisans de Jiang Zemin Zemin pour que tout les gens bienveillants ne puissent plus être dupés par les mensonges et les calomnies.
  • La police du village de Linjia a battu à mort mme. Li Xianglan, une pratiquante de Dafa de la ville de Zhucheng, province de Shandong,

    Le 7 mai 2001, mme. Li Xianglan, une pratiquante de Dafa de 48 ans, du village de Linjia, ville de Zhucheng, a été kidnappée par les policiers Cao Jinhui et Zhu Wei du village de Linjia, et emmenée au commissariat de police. Pendant sa détention au commissariat de police, elle a été soumise à des coups brutaux et le matin suivant a été retrouvée morte.
  • Un couple de la ville de Qinhuangdao souffre de la persécution – Leur expérience traumatise leur jeune enfant

    Un matin à la fin septembre 2002, Mme Wang sortait avec son enfant qu’elle poussait sur son vélo, lorsque le gardien du département de la sécurité de l’université l’a arrêtée. Mme Wang a dit au gardien : « Je n’irai nulle part aujourd’hui, mon enfant est trop jeune pour être séparé de moi. Vous me harcelez depuis que mon mari est parti…» Le sursis a duré environ une demi-heure, jusqu'à ce que les policiers défoncent la porte et pénètrent dans sa maison. La petite fille de Mme Wang âgée de trois ans été témoin de l’arrestation violente de sa mère et est restée sérieusement traumatisée.
  • Zhengting Ma est mort, son épouse et sa fille sont persécutées par les autorités de la ville de Langfang pour leur pratique du Falun Gong

    Le mari de Fengyin Li, Zhengting Ma a été arrêté et envoyé dans un centre de détention local à 5 occasions. Au centre de détention, il a été torturé et a souffert physiquement et psychologiquement. Il a été envoyé par la suite dans une classe de lavage de cerveau tard où il a été psychologiquement persécuté. Il est mort après avoir été forcé de renoncer à sa croyance en Falun Dafa. Leur fille, Li Ma, a été envoyée au centre de détention à 2 occasions. CVoici les détails des mauvais traitements auxquels ils ont du faire face
  • Les atrocités perpétuées par des gardes du camp de travaux forcés de Tumuji dans le comté de Zhalaiteqi, en Mongolie intérieure.

    De nombreux pratiquants de Dafa qui ont été emprisonnés dans le camp de travaux forcés de Tumuji dans la province de Mongolie intérieure n’ont pas renoncé sous la torture et ont continué à pratiquer le Falun Dafa. Mr Duan Heping, gardien du camp, s’est plaint de Mr Zhu Jijun, le commissaire politique [1] pour ne pas avoir été assez dur contre les pratiquants et n’avoir pas atteint le résultat qui était demandé par les autorités supérieures. Il a même déclaré que pour « transformer » [2] les pratiquants, ce n’est pas un gros problème de les frapper à mort. Zhu Jijun a donc été critiqué et a déposé sa démission.
  • Une grand-mère de 60 ans est persécutée et n’a personne pour lui venir en aide

    À Houshantun, dans le village de Zhengxing réside un grand-mère âgée de 60 ans. On lui a pris toutes ses économies, l'a illégalement emprisonnée, persécutée et menacée pour l’unique raison que certains membres de sa famille pratiquent le Falun Gong. Son fils a été envoyé dans un camp de travaux forcés et elle dû prendre en charge ses deux jeunes petits-fils. Elle n’a personne pour l’aider financièrement à s’occuper de ses petits fils alors chaque jour elle va à plusieurs départements gouvernementaux pour leur demander de l’aide où on l’accueille avec des sarcasmes et des menaces.
  • "La loi est l’instrument de la justice et la représentante de la Conscience" - Une lettre au juge de la Septième Cour Fédérale d’Appels des Etats-Unis

    "Je suis un citoyen chinois vivant en Chine Continentale. J’écris concernant le procès contre l’ancien président chinois Jiang Zemin. Mon but d’écrire cette lettre est d’exprimer brièvement mes opinion et suggestion, ayant été une victime de la persécution brutale et anticonstitutionnelle de Jiang Zemin et de sa politique de génocide contre les pratiquants du Falun Gong. J’ai pleine confiance que vous traiterez ce cas équitablement et avec justice. En accomplissant vos responsabilités comme juge et en appliquant la justice, votre verdict soutiendra fortement notre croyance que la justice et la conscience prédomineront."
  • Mlle Zhang Conghui, pratiquante de dix-huit ans, a été torturée jusqu’à l’effondrement mental

    Mlle Zhang Conghui, une étudiante de dix huit ans, a été expulsée de son école parce qu’elle avait appris à ses camarades de classe les faits à propos du Falun Gong. Elle pensa devoir aller Place Tiananmen faire appel pour la justice. Elle y fut arrêtée et par la suite détenue à l’Ecole Légale de Piandi (en fait un centre de lavage de cerveau) . Après deux mois de torture, elle fut relâchée le 13 mai. Les gens qui l’ont vue après qu’elle soit sortie n’ont pas reconnu la Conghui du passé.