Nouvelles de Chine, 4322 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Le Policier Chen Xinyun, du Bureau de la Sécurité Publique de la Ville de Anlu dans la Province de Hubei met les bras et les jambes d’une pratiquante de Dafa dans des sacs contenant des serpents venimeux

    Le 9 août de l’an 2000, les policiers Chen Xinyun, Shen Chao, Li Ling et Chen Yidong m’ont kidnappée à ma résidence et m’ont amenée au Bureau de la Sécurité Publique Anlu. Ils m’ont gardé éveillée pendant 6 jours et 5 nuits. Ils m’ont aussi torturée en utilisant d’autres méthodes. Mes mains étaient menottées et mes jambes attachées. De la glace était utilisée pour me geler et un briquet pour me brûler le visage. Ils m’ont poussée au sol et m’ont piétiné les chevilles et les orteils. Le policier Ke Jicheng m’a accroché à un crochet du ventilateur au plafond avec un seul pied qui touchait le plancher. Le 11 août, le policier Chen Xinyun a amené deux serpents venimeux. Puis ils m’ont fourré la main dans un sac qui contenait un serpent et l’une de mes jambes dans un autre sac avec l’autre serpent pour me terroriser.
  • Chen Huayin a été envoyée en Camp de Travail Forcé pour avoir déclaré, « l’épisode de l’auto-immolation a été mis en scène. »

    Chen Huayin, pratiquante de Dafa de 26 ans, travaillait à l’Usine de Matériaux de Jiangnan dans la ville de Nanchang, province de Jiangxi. Elle a été illégalement envoyée dans un camp de travail forcé simplement pour avoir fait appel pour le Falun Gong, et pour avoir fermement déclaré « l’épisode de l’auto immolation Place Tienanmen était truqué. » Elle est à présent détenue dans le Camp de Travail pour Femmes de la Province de Jiangxi.
  • Les pratiquantes de Falun Dafa Mme Sun Yuhua et sa fille ont été arrêtées par la police du comté de Hulan, province de Heilongjiang

    Le 14 janvier 2004 vers les 14 heures, la pratiquante de Falun Dafa Sun Yuhua a été arrêtée en plein jour par des officiers du département de police du comté de Hulan dans la cour de sa maison, aux quartiers résidentiels de la troisième compagnie de l’usine de l'électricité de Hasan. Sun Yuhua a été emmenée au 2ème centre de détention. Sa fille de 18 ans Zhang Hui, a été laissée seule à la maison. Zhang Hui n’a pas réalisé que sa mère avait été enlevée, pensant qu’elle rendait tout simplement une visite ailleurs. Son père Zhang Qingsheng, également un pratiquant de Dafa a été arrêté au mois de novembre 2003 pendant qu’il clarifiait la vérité sur Dafa. Vers les 18 h00 le même jour, une femme inconnue non identifiée a téléphoné chez elle et a demandé de façon trompeuse : « Est-ce que je suis chez Sun Yuhua? Zhang Hui a répondu, « Oui » « Alors qui êtes-vous ? » « Je suis sa fille. » « Oh ! Votre mère a été heurtée par une auto. Présentement elle est à l’hôpital. » Lorsque sa fille s’est présentée à l’hôpital, elle a cherché partout mais sans succès, sa mère Sun Yuhua n’y était pas. Lors de son retour à la maison elle a été immédiatement arrêtée. Il n’y a plus de nouvelles la concernant.
  • Torture, destruction des familles et meurtres : les pratiquants de Dafa sont sévèrement persécutés

    Mme Jiang Shuhua a été arrêtée par l’état de la ville de Yangtian et par la police locale le 27 janvier 2002 ; elle a été sévèrement torturée. Plus tard elle a été envoyée dans un centre de détention. Elle a alors commencé une grève de la faim en signe de protestation. Quand sa vie fut en danger, les gardiens ne le prirent pas du tout en considération et refusèrent de la secourir. C’est seulement quand ils ont vu que Jiang était mourante qu’ils ont averti sa famille et leur ont demandé de l’amener à l’hôpital. Cependant il était trop tard, Jiang Shuhua est morte. Le personnel de l’hôpital de Zhangjiakou a témoigné qu’il y avait une cicatrice dans son dos. La police torture cruellement une personne sans prendre de responsabilité. Après que Jiang Shuhua ait été torturée mort, les autorités ont eu peur que cette affaire ne devienne publique, alors ils ont accordé 3000 yuans aux membres de sa famille comme compensation. Cependant, ils ne leur ont donné que sous forme de reconnaissance de dette.
  • Registre des Crimes Commis par Liu Jing, Chef du « Bureau 610 »

    Le 8 août de l’an 2000, six personnes que les autorités ont déclarées être des pratiquants du Falun Gong ont été personnellement escortées de Beijing au Camp de Travaux Forcés de Masanjia dans la Province de Liaoning par le Chef du « Bureau 610», Liu Jing. En chemin, Liu Jing leur a donné des instructions confidentielles. Parmi eux, certains étaient menottés et certains étaient pieds nus. Les six faux pratiquants du Falun Gong ont donné un spectacle prétendant renoncer publiquement à leur croyance en montrant leur nouvelle compréhension qui était en accord avec la propagande du gouvernement quelques jours après être arrivés à Masanjia. Les six individus ont alors commencé a répandre des histories fabriquées et à dire aux autres qu’ils étaient des pratiquants Falun Gong pour gagner de la crédibilité. En fait, les six personnes étaient des agents spéciaux envoyés personnellement par Liu Jing de Beijing.
  • M. Lu Xingguo, pratiquant Dafa a été tué par les agents de police du camp de travail forcé Num.3 du Quartier Qingpu de Shanghai

    Le matin du 15 octobre 2003, des agents de police ont transféré en premier lieu quelques criminels endurcis tel que Xu Ping et Dong Wei à la salle 111. À 12h, Zhang Min a enfermé à clef tous les pratiquants du Falun Gong dans leurs cellules respectives. Ils n’avaient même pas le droit d’aller aux toilettes. Ils ont traîné sur le dos Lu Xingguo qui était sévèrement blessé et incapable de marcher, nu pieds, de la salle 109 à la salle 111. Si Daolong était le chef de la salle 111. D’autres criminels tel que Sui Wei, Wang Daming, Gao Jingdong, Gu Hailun, Yu Yonghuai et Song Yuqi sont tous venus à la salle 111, et il y avait plus de dix criminels dans la salle. Zhang Min a crié, « Montez le son du téléviseur et fermez toutes les portes et fenêtres. », et ils ont commencé à soumettre M. Lu à une autre tournée de torture sévère. Ils ont bourré une serviette dans la bouche de Lu afin qu’il ne fasse pas de bruit et personne à l’extérieur ne sait au juste ce qui s’est passé dans cette salle.
  • La mort de deux pratiquants de Falun Gong dans le Comté de Boli, ville de Qitaihe, province de Heilongjiang

    En décembre 2000, sous les ordres de l’ancien chef du département de police du comté Lizhu Shi et de l’ancien chef de la section sécurité politique Sun Chengyi, dans le but d’améliorer le « niveau de transformation » et recevoir une récompense, le directeur Shichun Chen et d’autres prisonniers ont commencé à torturer Ping frénétiquement. Ils ont forcé Ping à s’agenouiller, nu, sur des briques et l’ont battu avec des tuyaux de plastiques en l’insultant, jusqu’à ce que le corps entier de Ping devienne noir et qu’il perde connaissance. Il s’est fait torturer de la sorte pendant 21 jours. Un jeune homme auparavant en parfaite santé est devenu extrêmement maigre avec un faible souffle de vie restant. Craignant les conséquences, ils ont relâché Ping au mois d’août 2002. Dans les 3 mois suivant son retour chez lui, Ping est mort. Son père âgé de plus de 80 ans est laissé à lui-même.
  • La pratiquante de Falun Gong Mme Zhao Huiju de la ville de Pingdingshan, province de Henan, est au seuil de la mort en raison de la torture à la prison de Xinxiang (Photos)

    En raison de la torture brutale, la condition physique de Mme Zhao Huiju était en piètre état et à deux reprises on a refusé son admission à la prison de Xinxiang. Cependant, le département judiciaire du comté de Lushan refusait toujours de la libérer sous cautionnement médical et lui permettre de subir sa peine en dehors de la prison. Le 5 février 2004 la cour de Lushan a émis un document ordonnant à la prison de Xinxiang d’admettre Zhaohui sans égard pour sa condition physique. La journée même de son entrée à la prison, elle tomba sans connaissance. Le 8 février, les membres de sa famille ont été informés du fait qu’elle se mourrait. Lorsque sa fille emmena le bébé de deux mois en visite et constata qu’en raison de la torture, sa mère était méconnaissable, elle éclata en sanglots. La mère de quatre-vingts ans de Zhao pleurait également de tristesse. À l’heure actuelle, Zhao Huiju pourrait mourir à tout moment.
  • Horreurs à l’hôpital psychiatrique de réhabilitation de la ville de Jiazhou

    Depuis que la persécution contre le Falun Gong a été lancée par le régime de Jiang en 1999, l’hôpital psychiatrique est maintenant rebaptisé « l’hôpital de réhabilitation psychiatrique de la ville de Jiazhou », suite aux ordres de l’ancien secrétaire municipal de la ville de Jiazhou, Zhang Yuanfu et du secrétaire des commissions politiques et légales, Liu Zuojin. Ses méthodes sont très brutales et de nombreuses personnes y ont été persécutées. L’hôpital est peut être l’un des centres principaux utilisés pour la persécution du Falun Gong, si on compare avec d’autres hôpitaux psychiatriques similaires. Les pratiquants de Falun Gong détenus là sont strictement isolés, n’ont pas le droit de visite de leurs familles et sont drogués de force avec des substances toxiques qui affectent le système nerveux central, jusqu’à ce que leur soi-disant « transformation » soit atteinte. Seulement à ce moment là, le secrétaire assistant responsable de politique et de droit et la Commission politique et légale autorise la libération.
  • Mme Jing Fengyun pratiquante de la ville de Siping est torturée à mort.

    Jing Fengyun âgée de 40 ans, était employée à l’Hôpital du Peuple n°1 de la ville de Siping. Elle a été arrêtée et envoyé à un centre de détention lors des vacances du Nouvel An Chinois en 2002. Elle a entamé une grève de la faim pour protester contre son arrestation illégale et a été torturée à mort en une semaine. L’enquête se poursuit .
  • Les compagnies pétrolières de Xianhe et de Shengli persécutent impitoyablement les employés

    Shang Baogiang, le chef du département de la sécurité et d’autres personnes ont battu la jeune Zhang Yinghua jusqu’à ce que tout son corps soit couvert de bleus . Il a utilisé un bâton recouvert de caoutchouc et l’a laissée dans une salle d’interrogatoire pendant deux jours et deux nuits. Trouvée en train de lire des documents de Falun Dafa, Shang Baoqing a traîné Zeng Aihong en la tirant par les cheveux .Les responsables l’ont poussée sur une table et l’ont battue à trois à tour de rôle pendant plus d’une heure. Shang Baoqiang l’a saisie par les cheveux pour cogner sa tête contre le mur. Ils ont battue la jeune pratiquante jusqu’à ce que son visage devienne bleu et noir, et elle avait des coupures et des contusions sur tout le corps. La pratiquante de Dafa Mme Niu Aiqing a tout simplement dit « Vous êtes allés trop loin cette fois ». Shang Baoqiong l'a giflée encore et encore et saisit ses cheveux pour la cogner de nouveau contre le mur. Puis il l' menottée et lui a donné des coups de pieds alors qu’elle était attachée.
  • Dans la Province de Heibei la pratiquante de Dafa Mme Jiang Suhua est morte de blessures causées par un gavage force.

    Le médecin de la prison, Chu Xiuzhen lui a introduit un tube en plastique d’un mètre de long par le nez jusqu’à l’estomac et injecta du lait mélangé à du sel dans son estomac. Après le gavage, ses compagnons de cellules l’ont traînée dans sa cellule où ils l’ont jetée sur le sol en ciment.
  • Deux autres pratiquantes de Dafa des provinces de Jilin et Hunan sont mortes en 2002

    La nuit du 19 janvier 2001, Chen a été arrêtée chez elle par la police de la station de police du district de Yuanjiao et la station de police de Chaschan. Ils l’ont amenée au centre de réhabilitation pour drogués de Beishazhou. Pendant sa détention, Chen a été torturée au point de cracher du sang. Sa santé s’est alors détériorée. Ne voulant pas prendre la responsabilité de sa mort éventuelle, la police l’a relâchée fin mars 2001. Elle est morte en juin 2002, suite aux blessures corporelles sévères causées par la torture et les abus.
  • La Mort de de Qingdao Wang Xiaoli a été causée par la brutalité de la police

    Pendant que Wang Xiaoli parlait au téléphone avec sa mère, la conversation était surveillée par la police. La nuit même, un grand nombre de policiers, conduit par Chen Guolei, directeur du commissariat de la rue Luoyang, un policier au nom de famille Zhuang, Xu Zhaozhen, directeur du Comite des Résidents de la rue Luoyang et une personne surnommée Han sont allés l’arrêter. Suite à la brutalité lors de l’arrestation, Wang Xiaoli a été tuée. Après la mort de Wang Xiaoli, ils ont aussi répandu la rumeur qu’elle s’était suicidée pour couvrir la vérité. La vérité que Wang Xiaoli est morte à la suite de la persécution, et cela s’est rapidement répandu dans le voisinage autour de sa résidence. Chen Guolei, le directeur du commissariat de la rue Luoyang et Xu Zhaozhen, le directeur du comité des Résidents de la rue Luoyang sont très effrayés. Ils ont dit au mari de Wang Xiaoli que sa mort n’avait rien à voir avec eux dans l’espoir de repousser leur responsabilité.
  • Les gardes d’un centre de détention attaquent brutalement et aggressent sexuellement les pratiquantes

    Au centre de détention, la police a cruellement torturé Yu Xiuqin. Ils ont tiré ses cheveux, giflé son visage, frotté sa poitrine avec leurs coudes, martelé son dos avec leurs genoux, frappé ses fesses avec des semelles de chaussure, l’ont poussée à terre et piétinée. Ils ont ordonné aux toxicomanes de la battre ensemble. N'importe qui refusait serait battu. Parmi eux, les toxicomanes Li Zhang, Gu Lijun, Tang Hongmei et Li Xiaoyu étaient ceux qui l'ont le plus battue. Deux côtes de Yu ont été cassées et elle s'est évanouie de douleur. Et puis, ils ont employé une serviette pour couvrir sa bouche et versé l'eau d'assaisonnement de nouilles instantanées dans son nez pour la forcer de s'asseoir. Le garde Men Quanxiu ne les a pas arrêtés, il a même verbalement maltraité Yu et ouvertement soutenu les personnes mauvaises. Plus tard, ils ont transféré Yu dans une autre cellule. Là, ils ont pris des tours pour écraser ses seins avec leurs mains. C’était si douloureux qu'elle sentait comme si son coeur se déchirait. L’écho de ses cris a resonné pendant longtemps..