Nouvelles de Chine, 4278 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Les Pratiquants sont Torturés avec une Fraise Artisanale Causant des Blessures Béantes et Exposant les Os dans le Camp de Travaux Forcés de Jiutai

    Le 5 avril 2002, je fus emmené dans une pièce de la Division n°1, spécialement utilisée pour torturer les pratiquants de Dafa. Dans cette pièce je vis une personne les quatre membres enchaînés au quatre coins d’un cadran de lit. Il n’y avait pas de planche sur le lit, juste un bout de bois pour soutenir sa tête. Il semblait être enchaîné là depuis fort longtemps, et la police l’électrocutait continuellement avec un bâton électrique. Une fois entré dans la pièce, la police m’a battu plusieurs fois, puis appela des assistants, et ils enlevèrent mes vêtements. Je fus jeté au sol tout nu. Quelqu’un me tint fermement les pieds pendant qu’une autre personne étirait mes mains. Ils fourrèrent un linge sale dans ma bouche, puis ils commencèrent à fraiser dans mes aisselles et derrière les genoux avec une fraise artisanale, composée d’un tube de plastic avec quatre objets tranchants au bout. Ils continuèrent à forer ce tube dans ma chair pendant plus de dix minutes, pendant que je hurlais de douleur. Quand le policier (son nom est peut être Tang Bo) se fatigua il appela un autre assistant pour continuer à forer. L’assistant croyait que j’étais mort, je l’entendais dire qu’il voyait l’os blanc à travers le trou qu’ils avaient fait sous mon bras. Très vite cette partie de mon corps avec un trou béant s’infecta et suppura, et de la chair brûlée et pourrie se dégageait une horrible odeur.
  • Aidez moi à sauver ma mère, Kuai Yajing

    Alors qu’elle révélait les faits sur la persécution au public et exposait la vérité sur Jiang Zemin et ses complices, ma mère a été arrêtée et condamnée à trois ans au camp de travail forcé pour femmes de Guizhou. Récemment, un de mes parents est allé rendre visite à ma mère et nous a informé qu’elle était amaigrie et avait été torturée à en être méconnaissable. Le parent lui a apporté une grosse couverture, mais la police ne lui a pas permis de revoir ma mère. Après maintes demandes pour voir ma mère, elle a été autorisée à sortir et prendre la couverture. Ma mère n’a que 80 Yuan par mois pour vivre [ 500 Yuan est le salaire mensuel de l'ouvrier moyen ]. Tout en souffrant de malnutrition, elle est forcée de faire un travail physique et est mentalement torturée. Si elle essaie de faire les exercices, elle est battue par des prisonniers. Récemment nous avons entendu dire que ma mère et grand-mère Wang sont souvent mises en isolement. La petite pièce sombre et humide n’a qu’un petit trou qui laisse filtrer un filet de lumière.
  • Une dame de soixante ans de Mongolie Intérieure meurt après avoir été libérée du Camp de Travail

    Durant sa détention, la police la tortura avec acharnement. Une dame âgée qui était en bonne santé devint une personne rongée par la maladie. L'hôpital du camp de travail lui diagnostiqua un cancer du sein. Ne voulant endosser aucune responsabilité, le camp la libéra pour raison médicale. Après son retour chez elle, Mme Wang alla à son unité de travail réclamer ses pensions. Cependant, son unité de travail était de connivence avec le "bureau 610" et la renvoya sans pitité en camp d'éducation par le travail. Cette fois, elle fut détenue au Camp de Travail de Huhehaote en Mongolie Intérieure.
  • Une Cruelle Persécution Subie par une Pratiquante de la Mongolie Intérieure, Mme Ding Liyan.

    A la mi avril, les pratiquants Tian Miao et Lan Guiqin furent illégalement condamnés. La police essaya de les emmener, mais les pratiquants refusèrent de coopérer. La police envoya plus de dix prisonniers pour leur mettre les « menottes du porc ». Ding courageusement se leva pour défendre ses compagnons de pratique et cria à la police « C’est un crime de persécuter les pratiquants de Dafa ! Falun Dafa est bon ! ». La police était très en colère et utilisa la méthode la plus violente et la plus brutale, pour la punir, « porter une planche sur le dos ». Dans cette torture on utilise des chaînes pour menotter les mains et les jambes sur une croix en métal. La personne sur la croix en métal ne peut pas bouger du tout et on ne la relâche pas pour aller aux toilettes, aussi fait-elle ses besoins tout en étant enchaînée. Pour ne pas déranger les autres, Ding ne mangeait pas et ne buvait pas. Elle s’évanouit plusieurs fois, et elle dépendait de ces autres compagnons de cellule pour se changer et se laver. La police ne la relâcha que sept jours plus tard. Alors qu’elle était enchaînée sur la croix en métal, la police essaya encore de lui faire signer la déclaration stipulant qu’elle renonçait à sa croyance, ce qu’elle refusa fermement.
  • Le Camp de Travaux Forcés de Dalian exploite les Pratiquants de Dafa et gagne plus de 1 500 000 Yuans par An

    Les pratiquants de Falun Gong du camp de Dalian devaient travailler de 5 h du matin à 22 ou 23 heures. Il arrivait même assez souvent qu’ils fassent des heures supplémentaires jusqu’à minuit ou 2 heures du matin, ce qui devint d’ailleurs une routine journalière. Les pratiquantes travaillaient dans le couloir du premier étage. Le couloir était transformé en une salle fermée avec une seule porte pour la ventilation et l’arrivée d’air. En été, il faisait très chaud dans la salle qui était bondée et beaucoup de pratiquantes s’évanouissaient. Un simple calcul peut montrer l'ergent gagné par le camp grâce à ses prisonniers. Par exemple le travail d’écosser des haricots : Un pratiquant doit écosser 5 sacs de haricots par jour, qui se vend 25 yuans (prix moyen le plus bas). Il y a 56 personnes dans une équipe et un total de 3 équipes, (25 yuans/personne) x (3équipes) = 4 200 yuans. Supposant qu’il y ait 30 jours dans le mois, la valeur nette de la production est de 126 000 yuans par mois, allant jusqu’à 1,5 millions de yuans par an (valeur annuelle la plus basse). [Note : 500 yuans est égal au salaire moyen d’un travailleur urbain en Chine].
  • Dr. Li Zhigang est illégalement condamné à 5 ans et torturé dans la prison militaire de la ville de Chenzhou, province de Hunan

    Le 21 août 2002, l'université a rappelé Dr. Li Zhigang. Après son retour, il a été à nouveau détenu contre sa volonté. Cette nuit là, les policiers ont fouillé sa maison et confisqué ses affaires personnelles, y compris son ordinateur. Les policiers locaux et l'université ont essayé de lui soutirer une confession. Ils lui ont interdit de dormir. Quand il fermait les yeux, ils le battaient et lui donnaient des coups de pied. Pour protester contre la persécution, Dr. Li a commencé une grève de la faim. Les policiers l'ont saisi par les cheveux et lui ont frappé la tête avec les bouteilles en plastique remplies d'eau. Après quelques jours de grève de la faim, sa vie était en danger. Néanmoins, les fonctionnaires ont dit: « Ce n'est rien de sérieux »
  • La police de la ville de Shulan engage des membres de grade inférieur dans des organisations criminelles clandestines pour torturer les pratiquants de Dafa

    Ils ont embauché des membres de gang et des gangsters pour gaver de force les pratiquants de Dafa avec de l’eau contenant du poivre de chili et de la poudre de moutarde moulue [les deux peuvent causer des brûlures chimiques à la peau], puis les suspendre avec les menottes derrière leur dos. Pendant qu’ils torturaient les quatre pratiquants de Dafa, les membres de gang embauchés et les gangsters criaient: « Nous avons été payés pour vous faire parler contre le Falun Dafa! »
  • Violences et tortures dans le camp de travail forcé pour femmes de la province de Shanxi : Menottées et forcées de demeurer debout durant un mois

    L'institut de travail forcé des femmes a fait plus de cent vestes étroites pour empêcher les pratiquantes de Falun Gong de pratiquer les exercices. Le directeur de l’institut a copié cette méthode de persécution et de torture envers des pratiquants de Falun Gong d’autres camps provinciaux de travaux forcés. Les vestes sont faites en un tissu noir, solide et épais qui ne peut pas être déchiré. Les manches sont si longues que les mains restent à l’intérieur. Ces chemises sont ouvertes dans le dos avec des ficelles reliant les deux parties. Les vestes sont mises de forces sur les pratiquantes et les manches sont nouées dans le dos, puis ensuite attachées aux ficelles. De cette manière, la pratiquante qui est ainsi attachée ne peu plus bouger. Au milieu de l’été, la chaleur en devenait insupportable.
  • Une collégienne est détenue à Beijing pour avoir révélé les faits à propos du Falun Gong

    La collégienne Li Dan qui vit dans le village de Nanzai, région de Pinggu, Beijing, a révélé les faits à propos du Falun Gong à ses camarades de classe. Ceux-ci ont dit à leurs parents que Falun Dafa est très bon et peut rendre les gens sains et forts. Nous ne savons pas quels parents ont rapporté cela aux autorités, mais en conséquence, Li Dan a été envoyée à l’école légale de la jeunesse dans le district de Pinggu, où elle a été soumise au lavage de cerveau pendant un mois. Les policiers ont aussi menacé la petite sœur de Li Dan en lui demandant qui avait enseigné à Li Dan à pratiquer le Falun Gong. Parce que la soeur de Li Dan est si jeune, elle a dit aux officiers que le pratiquant de Dafa Huang Wenshu lui avait montré. Les policiers ont demandé à la soeur de les conduire pour arrêter Huang Wenshu et Huang Wenshu a été en conséquence condamné à deux ans de travail forcé.
  • Les officiels du Parti Liu Songhua et Luo Xun ont persécuté sans pitié les pratiquants de la ville de Guiyang

    M. Zhou Rong vivait dans la ville de Guiyang. Il fut arrêté en 2000 pour être allé à Beijing faire appel pour le Falun Gong. Il a été envoyé à Tianjin puis dans la province de Hebei où il a été torturé et renvoyé à Guizhou dans une condition critique. Sa famille l’a envoyé à l’Hôpital Militaire du District de Xiaohe de la ville de Guiyang pour traitement. Il est mort à l’hôpital en 2001. Il n’avait que vingt ans.
  • Cheng Rulin est Torturé et Condamné à 14 Ans ; Sa famille est Financièrement Dévastée par les Extorsions de la Police

    Cheng Rulin a été arrêté en Juillet 2001 en raison de ses efforts pour dévoiler la vérité de la persécution et illégalement détenu pendant neuf mois. Pendant sa détention la police a employé sur lui divers moyens de torture cruel. Par exemple, il a été attaché à un « banc du tigre » [ le pratiquant est forcé de s'asseoir sur un petit banc en fer qui est approximativement grand de 20 centimètres (6 pouces). Il doit s'asseoir tout droit avec ses yeux regardant droit devant. Ses mains sont placées sur ses genoux ] pendant huit jours et nuits et a été privé de sommeil. Il a été frappé, injurié, battu et a reçu des chocs avec les matraques électriques, et a été interrogé tout en étant sévèrement torturé, tout cela était extrêmement difficile à supporter. Cependant, la police n'est pas arrivée à obtenir une quelconque information de lui. Ceci a rendu la police extrêmement furieuse et ils ont enchaîné ses mains à un tuyau en métal, le forçant à se tenir sur la pointe de ses pieds.
  • La pratiquante de Dafa Mme Gao Manli de la province de Liaoning condamnée à huit ans d’emprisonnement

    En septembre 2002, la pratiquante de Dafa Yu Guilan de la ville de Liaohua a été enlevée, puis envoyée à un hôpital pour recevoir un traitement de secours. Son fils Bai Ji de 17 ans a demandé s'il pouvait aller rendre visite à sa mère, cependant, la police de Liaohua l’a même menotté aux tuyaux de chauffage pendant une nuit entière Yu a divorcé quand son fils avait 2 ou 3 ans, et elle l'a élevé seule, en tant que personne à sa charge. La police de Liaohua a même mis cet adolescent en détention et l'a menacé en disant, "si vous dites encore que le Falun Dafa est bon, demain nous vous enverrons au centre de détention." Sa mère étant détenue, et la brutalité des policiers ont laissé Bai avec le cœur blessé. Elle a été enlevée et envoyée au camp de travaux forcés de Masanjia, laissant seul cet enfant vivre une vie isolée.
  • Le chef de clinique au camp de travaux forcés de Heizuizi plante de longues aiguilles sous les ongles des pratiquants

    Guo Xu, le chef de clinique au camp de travail de Heizuizi dans la ville de ChangChun, a utilisé sa position pour torturer des pratiquants. En utilisant l'excuse de "donner un examen physique" ou d' "utiliser un traitement médical," elle demande d'abord à des prisonniers s'ils sont des pratiquants de Falun Gong, et si la réponse est oui, elle prend des aiguilles de 10 centimètres de long et les 'insère sous les ongles des pratiquants.
  • M. Ma Xuejun, Est Proche de la Mort après avoir Souffert la Torture Brutale À long terme en Prison

    Le 12 décembre 2002, à environ 2 heures du matin, approximativement 20 agents de la Branche de Jiamusi du Département de la Sécurité Publique Ferroviaire ont enlevé Ma Xuejun et six autres pratiquants de Dafa de l'habitation dans lequel ils logeaient. . Ils l'ont électrocuté avec les bâtons électriques, l'ont fait s'asseoir sur une chaise électrique, lui ont donné un coup de pied dans le dos, la poitrine et les côtes avec de lourdes bottes, ont écrasé ses orteils avec les pieds de la chaise, lui causant des fractures des côtes et des vertèbres , son ongle d’orteil a viré au bleu et est tombé, et l'annulaire de sa main droite est devenu infirme. I
  • Dix pratiquants condamnés à la prison dans la Comté de Xinyé

    En octobre 2003, la Cour du comté de Xinye de la Province de Henan a condamné 10 pratiquants de Dafa de un à neuf ans d’emprisonnement. La Cour n'a même pas informé leurs familles de la date et de l’heure de ce procès illégal. Les dix pratiquants contestèrent à la Cour, d’avoir été mis en en jugement pour avoir exercé leur liberté constitutionnelle qui leur permet d’avoir une croyance personnelle en s’exclamant, " Falun Dafa est bon! "