Nouvelles de Chine, 4236 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Témoigner pour l’histoire : Une pratique collective le 18 juin 2000 à Daqing, province du Heilongjiang

    Après avoir fini les exercices debout, une pratiquante dans la rangée de devant a déployé une bannière avec écrit « Falun Dafa est Bon ». Un groupe de policiers s’est précipité pour attraper la bannière, mais elle la tenait très fermement et ne la lâchait pas. À ce moment la police l’a sévèrement battue, lui cassant plusieurs os. Un autre pratiquant qui était venu plus tôt nous a dit que deux autres pratiquants avaient ouvert des bannières avant elle, mais avaient déjà été emmenés par la police. Nous sommes venus pour protéger nos pratiquants et les bannières, et les avons reprises à la police en lui disant que Falun Dafa était bon et qu’ils ne pouvaient pas battre les gens. Quand je me rappelle de ce moment, les larmes me viennent encore aux yeux. La police était stupéfaite par la droiture des pratiquants et s’est retirée. À ce point quelques pratiquants se sont avancés à l'avant et ont ouvert la bannière à nouveau et le reste des pratiquants s’est réaligné pour continuer les exercices.
  • Des médecins et des fonctionnaires sans scrupules de la ville de Lingyuan administrent des drogues psychotropes aux pratiquants comme moyen de torture

    Au cours de ces dernières années, Sun Liansheng, le chef du centre de détention N°2 de la ville de Lingyuan, ainsi que des médecins sans scrupule d'un hôpital psychiatrique, ont torturé des pratiquants de Dafa déterminés avec des injections qui endommagent le système nerveux. En raison de cela, beaucoup de pratiquants sont devenus diminués. Certains ont perdu leurs facultés sensorielles, d’autres ont développé des problèmes mentaux et sont devenus incontrôlables
  • Un pratiquant reçoit des injections de produits inconnus à l’hôpital psychiatrique de Zhoukou

    D’après les résultats de leur première rencontre, le jour suivant, Wang Tianyi a conduit plusieurs hommes pour enlever M. Zhang et l’ont fait entrer à l’hôpital psychiatrique pour le persécuter. Plusieurs jours plus tard M. Zhang a dit à sa mère, « ils m’ont attaché les mains et les pieds, et m’ont injecté un produit dans la tête. Après l’injection, je n’étais plus conscient de rien. » Sa mère est allée dire au docteur que son fils n’avait aucun problème ni antécédent de maladie mentale. Elle a demandé au docteur de lui dire quelle drogue ils lui avaient injecté. Celui-ci a répondu « Quelque chose pour lui rendre l’esprit clair. Une fois que son esprit sera clair, tout ira bien. »
  • FDI : Les camps d’entraînement aux techniques de torture en Chine se focalisent sur le Falun Gong – Des femmes sont gavées d’excréments humains

    Dans les années 60, les leaders chinois ont visité diverses communautés modèles pour apprendre de nouvelles et meilleures méthodes pour l’agriculture et l’industrie. Aujourd’hui les autorités sont en train d’envoyer des directeurs de prisons de toute la Chine pour apprendre des camps de travaux forcés modèles ayant réussi dans la « rééducation » ou la « transformation » des pratiquants de Falun Gong par la torture et les méthodes de lavage de cerveau.
  • Yoko Kaneko se rappelle les 548 jours qui ont suivi son enlèvement par les suppôts de Jiang Zemin et Son Régime, Partie 3

    Après la première manifestation du SRAS en Chine, quelques-uns des pratiquants autour de moi ont été progressivement libérés à la fin de 2003, mais j'étais encore emprisonnée. J'ai demandé à mes ravisseurs pourquoi je n'étais pas libérée, mais ils ne me répondaient pas. Ils ne pouvaient pas me torturer, mais ne pouvaient pas me libérer non plus parce qu'ils avaient peur que je raconte aux gens ce qui s'était passé pendant mon emprisonnement.
  • En mémoire de Liu Chengjun, tué pour avoir intercepté les programmes télévisés en Chine afin de diffuser la Vérité à propos du Falun Gong

    "Je ne peux toujours pas croire qu’une si jeune vie a été torturée à mort. Cette tragédie ne peut que permettre aux gens de voir plus clairement la vraie nature de ce régime pervers. Par sa violence il causera sa propre destruction ! Je crois fermement qu’un jour, l’histoire reviendra sur cette page d’aujourd’hui. D’ici là, les gens reconsidéreront chaque chose qui s’est passée et se rappelleront ce nom — Liu Chengjun."
  • Le camp de travaux forcés Kaiping camoufle les preuves que Mme Cui Yulan a été torturée à mort , en incinérant son corps

    Parce que Mme Cui Yulan de la ville de Langfang, province de Hebei, ne voulait pas renoncer à sa croyance en Falun Dafa, elle fut envoyée illégalement au camp de travaux forcés Kaiping de la ville de Tangshan en octobre 2000. Au printemps de 2001, le camp téléphona à sa famille pour qu'ils viennent la chercher et la ramener la maison. Les membres de sa famille qui sont allés, n’ont vu que des cendres, dans une boite. La police du camp de travaux forcés n’a pas voulu dévoiler l’heure, ni la cause du décès pour camoufler les preuves des tortures
  • Deux femmes injustement condamnées dix ans de prison dans la province de Jilin

    Incité par Xiao Bin de l’équipe de sécurité, Jin Yongyi (notoire pour sa cruauté, Huang et Piao ont employé les méthodes suivantes pour torturer brutalement les deux femmes :1. Menotter par derrière: menotter les deux mains derrière le dos de la victime et les forcer à s’agenouiller par terre, avec les deux pieds fixés au barreau horizontal d’une chaise. Ils continuent la torture jusqu’à ce que les victimes ne puissent plus bouger et finissent par s’ évanouir.2. Les forcer à faire un certain mouvement de danse, en séparant les jambes le plus possible et garder cette position jusqu’à ce qu’elles s’évanouissent de douleur.3. Piquer les mains, le corps et les jambes avec une aiguille . 4. Brûler leurs poignets avec des cigarettes. Les blessures ont laissé des cicatrices.5. Les suspendre en l’air leurs pieds ne touchant pas le sol.
  • Les pratiquants résistent à la séance de lavage de cerveau par les acteurs de la scène de « l'auto-immolation »

    Un pratiquant de la ville de Kaifeng s'est avancé vers eux et les a pointés du doigt en disant : « Wang Jindong, je ne te connais pas, mais je connais Xue Hongjun. Nous venons de la même région. Tu n'es pas du tout un pratiquant. Non seulement tu fumes, mais tu joues. De plus, tu m’as emprunté des céréales mais tu ne me les as jamais retournées comme promis. » Xue Hongjun était choqué et est resté bouche bée. Plus tard, Wang Jindong devait faire une causerie. Il y avait beaucoup de gardiens dans cette salle. Ils avaient l'air très sévères et nerveux, comme s'ils étaient dans une situation critique. La première phrase prononcée par Wang Jindong diffamait directement le fondateur du Falun Gong. La pratiquante He Aiyun, détenue dans l'équipe no 4 s'est avancée immédiatement pour l'en empêcher
  • M. Yu Chunhai meurt au retour de sa détention à long-terme dans un endroit inconnu

    Afin d’éviter davantage de persécutions, Yu Chun hai a du quitter la maison et errer dans les rues. Malgré cela, il a de nouveau été arrêté par la suite et soumis à une détention à long terme et à la torture. Personne ne savait où il était détenu. La nuit du 14 novembre 2003, plusieurs étrangers ont ramené Yu Chenhai, au bord de la mort, dans son village de Machang. Les étrangers l’ont abandonné dans une maison et sont partis. Trois jours plus Tard, Yu Chunhai est décédé. Contactés par téléphone et interrogés à propos de la mort de Yu Chunhai, les officiels du village de Machang ont confirmé sa mort.
  • Mme. Yang Sulan est torturée à mort dans le Camp de Travail Forcé de Zhangshi

    Sa famille alla voir le chef du « Bureau 610 », M. Liu, dans la section de Huanggu et par la suite s’entendit dire que Mme Yang assistait à une classe de lavage de cerveau dans le Camp de Travail Forcé de Zhangshi. Ils l’empêchèrent de dormir, l’insultèrent verbalement et resserrèrent le haut de son corps pour lui causer une grande douleur et une difficulté quand elle respirait où levait les mains. Ils la menacèrent de lui donner un travail pénible si elle ne renonçait pas à sa croyance. Après avoir été torturée pendant plus de 50 jours, elle fut relâchée, mais le harcèlement a continué. Le 1er juin 2003, elle est décédée chez elle.
  • Yoko Kaneko se souvient des 548 jours suivant son Enlèvement Par les suppôts de Jiang Zemin et Son Régime (Partie 2)

    L'Hôpital Tiantanghe est l'hôpital désigné pour la Section d’Expédition du Camp de travail Forcé pour Femmes de Beijing. La plupart des détenus qui ne sont pas consommateurs de drogue sont pratiquants de Falun Gong. Beaucoup de ces consommateurs de drogue souffrent de maladies contagieuses comme le SIDA, les maladies de foie ou la tuberculose pulmonaire. Cependant, tous les détenus doivent vivre ensemble, et les contagieux ne sont pas isolés. Les conditions sont très mauvaises et la police surveille de prés les pratiquants de Falun Gong. Ils ne leur permettent pas de parler entre eux, et sont surveillés par les criminels toxicomanes.
  • La Thorazine utilisée comme brimade : Une pratiquante souffre de dysfonctionnement cognitif après des injections

    Les mesures de brimade ont abouti à des affections sérieuses pour Mme Chen Chujun, tels que des problèmes cérébraux et cognitifs graves. Avant le 16 ème congrès national, Mm Chen alla à Beijing encore une fois, essayant de clarifier la vérité à propos de la persécution contre le Falun Dafa. Malheureusement, elle fut enlevée et emmenée dans un centre de détention secret des chemins de fer et plus tard illégalement condamnée à trois ans de prison par le Tribunal des Transports de Huaitie dans la province de Hunan. Tout au long du jugement illégal, deux huissiers tenaient Mm Chan par les bras pour l’empêcher de tomber. Elle semblait encore souffrir de problèmes cognitifs graves, car elle avait perdu la capacité de parler. L’endroit où Mme Chen se trouve est inconnu. Personne ne sait si elle est encore vivante.
  • CIEFG: A propos de la Couverture Médiatique des Reportages Fabriqués par le Porte-parole du P. C. Chinois

    La nuit passée, l’Agence de Presse chinoise Xinhua, porte-parole du Parti communiste chinois a publié un article à propos d'un individu qui a été condamné à mort pour un certain nombre de tueries qu'il a commises et que Xinhua dit " avoir été inspirées par Falun Gong ». Ce matin la BBC, CBC et Reuters ont repris la nouvelle comme si Xinhua était une source d’informations crédible sur le Falun Gong.En publiant ce genre de reportage qui répète tout simplement les affirmations extravagantes et non fondées du régime chinois, la BBC, la CBC et Reuters sont entrain de propager sans en avoir conscience cette même campagne de haine que Jiang Zemin a utilisée pendant plus de quatre années pour tourner les Chinois les uns contre les autres et les inciter à apporter leur aide dans sa lutte contre le Falun Gong. Campagne à travers laquelle d’innombrables citoyens chinois ont été amenés à aider à persécuter leurs propres compatriotes.
  • Torture, travaux forcés, et manipulations dans le camp de travail pour femmes de la ville de Nanning

    On inflige des tortures féroces aux pratiquantes fermes de Falun Dafa : privation de sommeil, se tenir debout pendant de longues périodes de temps, rester accroupies. Les pratiquantes qui font les exercices de Falun Gong ont les mains attachées au niveau du lit supérieur. Durant notre détention, une pratiquante nommée Lin Tiemei était très ferme. La police perverse l’a torturée sévèrement. Ils ont fait des choses telles que lui attacher les mains derrière le dos, la forcer de porter un chapeau de métal et lui sceller la bouche avec du papier collant. Une fois, j’ai constaté qu’elle avait été torturée jusqu’à ce que son corps soit couvert de blessures pourpres et noires. La police lui a également fait subir des chocs électriques avec des matraques. Mme Lin Tiemei est toujours détenue au camp de travail pour femmes et souffre toujours de la torture. Je fais appel à tous les pratiquants de Falun Dafa d’émettre des pensées droites pour l’aider.