Camps de la mort et trafic d'organes

Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes

  • A propos de l’industrie du meurtre du Parti Communiste Chinois durant ces dernière années (Photos)

    Depuis mars 2006, les crimes choquants, liés aux prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie, ont été révélés. Ces crimes ont commencé fin 2000 et sont devenus une pratique courante dans les camps de travaux forcés, les prisons et les camps de concentration ainsi que dans les hôpitaux correspondants dans toute la Chine. Dans le camp de concentration Sujiatun les cornées, les organes et la moelle épinière de plusieurs milliers de pratiquants, hommes et femmes, jeunes et vieux, ont été prélevés alors qu’ils étaient encore en vie. Même leurs cheveux, peau et graisse ont été vendus et leurs corps incinérés dans un four crématoire à l’intérieur du camp pour détruire les preuves.
  • Une usine de traitement des corps et un entrepôt de specimen dans la banlieue de Changchun

    "J’étudie la science médicale. J’ai découvert cette année passée que le plus grand entrepôt de corps en Asie se situe en Chine. Même une petite école médicale de la communauté en Chine entrepose davantage de corps et de specimen d’organes que l’Université Waseda à Tokyo, au Japon."
  • L’expérience de prélèvements d’organes de ma soeur aînée

    "Ma sœur aînée était autrefois une spécialiste des reins et a effectué des procédures de prélèvement d’organes vivants et des greffes. C'était en 1996-1997. C’était considéré comme une nouvelle procédure dans notre ville ; Donc, l’hôpital de la ville s'en est vu assigner la tâche. Avant que le prisonnier soit exécuté, le médecin se rendait sur le site de l’exécution pour prélever les reins et les ramener à l’hôpital. Puis, ils effectuaient la procédure de greffe pour le patient sur la table d’opération. "
  • Signes accréditant les transplantations illégales d’organes : L’Hôpital Chaoyang de Pékin pratique quatre greffes par jour

    Selon des informations récentes, l’Hôpital Chaoyang de Pékin a commencé à pratiquer quatre greffes d’organes par jour et ceci depuis le jour de la Fête du Travail (1er Mai). Ceux qui ont fourni les informations espèrent que les organisations internationales d’enquêtes pourront prendre note de ceci. L’Hôpital de la marine nationale n°404 de la ville de Weihai dans la province du Shandong a pratiqué récemment deux greffes du foie.
  • Fournir plus de preuves à ‘’ La Coalition pour Enquêter sur la Persécution de Falun Gong en Chine( CIPFG)’’

    ‘’le Parti communiste chinois a qualifié ouvertement le Falun Gong d’‘’ennemi de classe’’, transformant les pratiquants de Falun Gong en cibles de sa répression la plus grave, c’est- à dire, la cible de sa persécution la plus grave. Selon les dernières décisions, le Comité Central du PCC a été d’accord pour traiter les pratiquants de Falun Gong de toutes les manières économiquement rentables, sans avoir à en référer aux plus hautes autorités. En d’autres termes, les pratiquants de Falun Gong, comme beaucoup de véritables criminels en Chine, ne sont plus considérés comme des êtres humains, mais comme des matériaux bruts pour des produits commerciaux. Ils sont devenus des marchandises.’’
  • Une greffe de cœur bizarre dans la ville de Changchun (photo)

    Le 4 mars 2006, le Journal du soir de Changchun a rapporté une histoire au sujet d’une opération de prélèvement du cœur. Le 27 février, Xie Baoshi, 28 ans accompagné de son plus jeune frère, est arrivé par avion au deuxième hôpital de l'université de Jilin de la ville de Changchun. Dans l'avion, sa vie était maintenue par un appareil à oxygène. Après avoir été admis à l'hôpital, on lui a diagnostiqué " une cardiomyopathie dilatée chronique" et le seul traitement possible était une greffe du cœur. Le 28 février, au deuxième jour de son séjour à l'hôpital, l'hôpital a " miraculeusement " trouvé un cœur compatible et a immédiatement décidé de faire une greffe du cœur.
  • Un obstétricien en Chine : Le PCC a fait de nous des meurtriers

    Quand nous discutons sur cette terrible affaire de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants certains ne croient pas que de telles choses inhumaines puissent se produire et ont du mal à croire que c’est la vérité. Ils pensent qu’un médecin guérit les maladies et sauve les vies et ils croient qu’il lui est impossible de commettre de tels crimes. Ils m’ont même demandé : " Vous avez été médecin toute votre vie, pensez vous que cela est possible ? Cela peut il être vraiment vrai ?" La question m’embarrasse et j’ai honte car j’ai fait plusieurs choses similaires et déshonorantes.
  • Un membre du Parlement Belge pose une question parlementaire à propos du prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun gong

    Le ministre est il au courant des informations sur l'existence de camps prison pour les pratiquants de Falun Gong dont les organes sont considérés comme une marchandise ? A-til déjà contacté l'Ambassadeur chinois à Bruxelles pour enquêter sur ces informations. Ce sujet a-t-il été déjà présenté au niveau européen ? Que va faire la Belgique pour enqueter sur ces messages ?
  • La troisième demande de visa de la CIPFG est refusée – la communauté internationale doit savoir que le PCC détruit les preuves

    Il y a six jours, les enquêteurs Zhang Fen et Xu Zhen de la " Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine" (CIPFG) sont allés au consulat général du parti communiste chinois (PCC) à San Francisco faire une demande de visas pour entrer en Chine, afin d'enquêter sur la persécution du Falun Gong. L'après-midi du 2 mai 2006, Zhang Fen a reçu un appel téléphonique du fonctionnaire du consulat chinois l'informant que leurs applications ont été rejetées. Zhang Fen a dit que ceci prouve que le PCC a de nouveau menti à la communauté internationale.
  • Le Premier Ministre de Nouvelle Zélande soutient le rapporteur spécial des Nations Unies pour enquêter sur les camps de concentration chinois.

    Le 1er mai, le Premier Ministre de Nouvelle Zélande Helen Clark a répondu à la lettre de l’Association de Falun Dafa. Dans sa lettre, le premier ministre déclarait que le gouvernement de Nouvelle Zélande soutient le rapporteur spécial sur la torture pour enquêter sur les camps de concentration chinois et a exprimé sa préoccupation pour la situation des droits de l’homme et religieuse en Chine.
  • L’hôpital militaire admet ouvertement que les transplantations se font avec les organes des pratiquants du Falun Gong (Photo)

    Le 28 avril, un journaliste de la Radio Son de l’espoir est entré en contact avec un chirurgien spécialisé dans les transplantations de rein, à Pékin. Le chirurgien a dit qu’il avait été temporairement transféré à l'hôpital militaire local du Sichuan parce qu'il y avait plus de donneurs d'organes dans la province de Sichuan, en Chine. Les médecins à l'hôpital de l'Armée de l'Air ont admis qu'ils avaient des pratiquants du Falun Gong, donneurs jeunes et en bonne santé.
  • L'enquête indique un nombre de transplantations suspect à l’hôpital Tangshan Steel Cooperation et à l’Hôpital de la police armée de Tianjin

    Le temps file, et les membres régime du Parti communiste chinois détruisent agressivement les preuves et éliminent les témoins qui pourraient exposer les prélèvements d’organes de pratiquants de Falun Gong avant le 1er mai 2006. Entre le 1er mai 2006 et le 1er juillet 2006, le PCC prévoie d’exécuter un groupe de criminels et de prélever leurs organes. Le PCC essaie de maintenir les profits dérivés des prélèvements d’organes, et en même temps de mettre des obstacles pour empêcher la réussite de l’enquête. Ci-dessous l’information récemment mise en lumière.
  • "La Grande Epoque" : Un cri pour éveiller les consciences

    Mme Wenyi Wang a créé l’événement lors de la visite du Président chinois Hu Jintao aux Etats-Unis. A peine une minute après que le Président Georges Bush ait appelé son homologue chinois à respecter les droits de l’homme et à garantir la liberté d’expression, Mme Wang a depuis la tribune des journalistes "expliqué " au dirigeant communiste ce que cela pouvait signifier concrètement : elle a interrompu son discours pendant plus de 2 minutes en l’appelant à cesser la répression sanglante du Falun Gong.
  • Ethan Gutmann dansThe Weekly Standard : Pourquoi Wang Wenyi a-t-elle crié ? Pékin commettrait-il des atrocités contre le mouvement Falun Gong ?

    Personnellement, je crains le pire. Une raison est que les autorités chinoises ont toujours traité le Falun Gong avec une véhémence particulière, même en comparaison avec d’autres ennemis du PCC. Lorsque le Falun Gong a été déclaré illégal le 21 juillet 1999, d’anciens camions de propagande sonore circulaient autour de Pékin s'assurant que l’information n’échappe à personne. A l’époque, je travaillais à la télévision chinoise, et je me souviens bien de ce jour là. Plusieurs de mes collègues chinois ont commencé à rire nerveusement en se couvrant le visage de leurs mains, marmonnant qu’ils n’avaient rien vu de tel depuis la révolution culturelle. Depuis lors, les participants du Falun Gong ont régulièrement disparu, sans enregistrement d’arrestation, rien qu’un numéro assigné, les laissant particulièrement vulnérables ...
  • Annonce de l’établissement du "Groupe allié pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine" (GAEPFGC /AGIPFGC) et ses enquêtes préliminaires

    La persécution du Falun Gong a été exécutée par la mobilisation de la machine d’état toute entière du PCC et elle s’est déroulée sous un blocus complet de l’information et la diffamation des victimes. Tous les Chinois avec une conscience qui ont soutenu les victimes ont été également persécutés par le PCC ; donc les bases et conditions pour coordonner une enquête complète sur ce crime contre l'humanité n'existent pas en Chine continentale sous le règne du PCC. Il est donc nécessaire qu’un groupe d’enquête international indépendant aille en Chine et mène des enquêtes sur les lieux.