Camps de la mort et trafic d'organes

Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes

  • Le discours du Président d'une ONG pour l'établissement de la CIPFG-Europe

    "En tant que Président du SHRIC, je suis profondément inquiet au sujet de ce qui transparaît de ce rapport. Les découvertes dans ce rapport sont bien documentées et donnent toutes l'image plutôt effrayante de personnes innocentes tuées pour tirer profit de leurs organes. Même si certains peuvent dire que les preuves ne sont pas assez solides, j'aimerais dire qu'il y a suffisamment de preuves pour commencer une enquête. Et c'est pourquoi le SHRIC a décidé de se joindre à la Coalition d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) et nous nous efforcerons de collaborer avec la CIPFG. "
  • Déclaration de soutien d’un député hollandais au sujet de l’établissement de la CIPFG Europe

    "La CIPFG est une alliance mondiale pour découvrir la vérité sur la persécution du Falun Gong et particulièrement sur la collecte d’organes. J’aimerais soutenir le voyage en Chine de cette Coalition et de ses groupes d’enquêteurs à travers le monde. Les groupes de la CIPFG, devraient obtenir un accès illimité à toutes les institutions de détention dont les camps de travail et les hôpitaux psychiatriques. J’exhorte tous les gouvernements y compris les autorités hollandaises et européennes à soutenir cet appel et à exercer plus de pression sur la Chine pour arriver à ce but."
  • Le Vice Président fait un discours pour annoncer l’établissement de la CIPFG-Europe

    Nous avons organisé la conférence de presse d’aujourd’hui afin d’annoncer l’établissement de la Coalition d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong (CIPFG). A ce jour plus de 40 personnalités de toute l’Europe ont déjà adhéré à la Coalition européenne et parmi eux des députés, des sénateurs, des avocats, des bâtonniers, des gens d’églises, des directeurs d’ONG, des médecins, des écrivains, des journalistes, des dirigeants d’entreprises ainsi que des fonctionnaires de gouvernement de plus de dix pays. Nous espérons que la formation de ce genre de coalition marquera un nouveau chapitre dans la lutte pour découvrir la vérité sur les crimes ignobles commis par le Parti communiste chinois contre les pratiquants du Falun Gong depuis presque huit ans.
  • Royaume Uni : La Coalition d'investigation sur la persécution du Falun Gong (Branche européenne) est établie(Photo)

    La branche européenne de la Coalition d'investigation sur la persécution du Falun Gong a été officiellement établie comme annoncé lors d'une conférence de presse tenue l'après midi du 3 février 2007 en face de l'Ambassade de Chine à Londres. Plus de 40 membres importants de gouvernement et de la société de pays européens ont rejoint la CIPFG-Europe, y compris des membres du parlement, des sénateurs, des avocats, des représentants du clergé, des présidents d'ONG, des médecins, des écrivains, des journalistes et des cadres de grandes entreprises et de gouvernements. Des groupes, des organisations et des politiciens de plus d'une dizaine de pays européens ont envoyé des messages de soutien.
  • China Press (Malaisie) : les enquêteurs canadiens publient leur rapport sur les prélèvements d’organes

    Le 2 février, China Press, le deuxième plus grand journal chinois en Malaisie, a rapporté que David Kilgour, l'ancien député canadien et secrétaire d'état pour la région Asie-Pacifique et David Matas, un avocat international renommé des droits de l'homme ont récemment présenté "Prélèvements sanglants ", la version révisée de leur rapport sans précédent sur les prélèvements d'organes en Chine. Selon China Press, l'Armée de libération communiste chinoise prélève les organes sur des victimes, qui sont la plupart du temps des pratiquants de Falun Gong, afin de pratiquer des greffes d'organes sur beaucoup de patients y compris des étrangers.
  • VOA : Deux enquêteurs canadiens exhortent le public à ne pas se rendre en Chine pour des greffes d'organe

    Selon un article de Voice of America (VOA) du 2 février, les canadiens David Kilgour et David Matas ont publié 16 articles de matériel additionnel à leur rapport qui a été publié l'été dernier. Avec ces nouveaux éléments, ils essayent de dire au public que le prélèvement d'organe est un phénomène largement répandu en Chine. Les éléments supplémentaires comprennent ce qui suit : le nombre total d'établissements médicaux en Chine capables d'effectuer des transplantations de foie est passé de 22 en 1999 à 5.000 en 2006; le revenu provenant des opérations de prélèvement d'organe pour l'Hôpital Général de la Police Armée à Beijing a presque doublé comparé au revenu de 2003.
  • Canada : De nouveaux indices dans le rapport révisé soutiennent les allégations de prélèvements d’organes à vif du PCC (Photos)

    Après presque six mois d’enquête incessante, les enquêteurs canadiens M. David Matas et le M. David Kilgour ont d’autres preuves pour soutenir l'allégation de prélèvement d'organes sur les pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le Parti communiste chinois (PCC). Le matin du 31 janvier les deux enquêteurs ont publié leur rapport révisé, "Prélèvements sanglants - concernant les allégations de prélèvement d'organes des pratiquants de Falun Gong en Chine". Le rapport révisé fait passer les 18 allégations précédentes au nombre de 33.
  • France : Dans son supplément sur la Peine de Mort, Ouest France dénonce le trafic d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine

    L'article souligne le fait que si le régime chinois veut faire croire que « la loi interdit la commercialisation d’organes humains » et que « la faute revient à quelques chirurgiens peu scrupuleux », la réalité est tout autre. Les transplantations se font avec l’aval du gouvernement, dans des hôpitaux militaires et dans le plus grand secret. Ce commerce est en fait trop lucratif pour que le gouvernement ait envie d’y mettre fin. Les exécutions capitales sont planifiées en fonction de la demande d’organes et la persécution du Falun Gong est finalement un moyen pour le gouvernement et le système communiste de s'enrichir.
  • The Epoch Times :Un rapport affirme que les autorités chinoises continuent de tuer les pratiquants de Falun Gong pour leurs organes (Photo)

    Après avoir publié leur premier rapport le 6 juin 2006, les auteurs, David Matas, un avocat international des droits de l'homme, et David Kilgour, l'ancien Secrétaire d'Etat canadien pour la Région Asie Pacifique, ont voyagé dans près de 30 pays afin de mener davantage de recherches et faire connaître au public leurs découvertes. Ils ont reçu beaucoup de commentaires, quelques critiques et un grand nombre de preuves additionnelles depuis la publication de leur rapport, a dit Matas lors d'une conférence de presse au Parlement Hill. Ils sont également entrés en contact avec beaucoup de témoins, a-t-il ajouté. Le nouveau rapport, intitulé "Prélèvement sanglant", présente des "cas encore plus surprenants pour nos conclusions".
  • FOX News: Une étude : L'armée chinoise prélève des parties des corps de prisonniers vivants , en particulier des membres du Falun Gong

    Le système militaire de la Chine récolte des organes de prisonniers vivants non consentants, principalement des pratiquants de Falun Gong, pour les transplantations à grande échelle - y compris pour des bénéficiaires étrangers- selon une étude. Le second rapport de Matas et Kilgour, publié aujourd'hui, comprend des interviews avec des bénéficaires d'organes dans 30 pays et des personnes hospitaliers qui se sont occupés de plus de 100 patients qui avait subi des opérations de greffes douteuses en Chine.
  • Reuters : L'équipe des droits du Canada dénonce le "Tourisme d'organes" en Chine

    Le Canada et les autres pays devraient décourager ou empêcher leurs citoyens d'aller en Chine pour obtenir des organes humains dont les "donneurs" peuvent avoir été tués afin que leurs organes puissent être prélevés, a dit mercredi un équipe d'avocat des droits de l'homme. L'ancien Secrétaire d'Etat canadien pour l'Asie et le Pacifique David Kilgour et l'avocat David Matas ont présenté un rapport lequel disent-ils arrive à l'inéluctable conclusion que les dissidents du Falun Gong et d'autres prisonniers en Chine sont tués pour leurs organes.
  • Epoch Times : Le régime chinois admet prélever les organes des prisonniers

    CHINE—Au milieu du mois de janvier 2007, le site Internet chinois de la BBC a publié une interview concernant la collecte d'organes en Chine. Pour la première fois, le porte-parole du Ministère de la Santé en Chine, Mao Qunan, a admis la pratique des prélèvements d'organes sur les prisonniers exécutés en Chine, ce qu'il avait publiquement désavoué auparavant. Cependant, Mao a esquivé les preuves clés de la collecte d'organes sur les pratiquants de Falun Gong et a démenti cette accusation.
  • Les sources suspectes des organes transplantés en Chine révèlent un crime national orchestré par le Parti communiste

    Cet article inclut les données qui ont été publiées par les agences du gouvernement chinois obtenues grâce à l'investigation de personnes de tous les milieux, de l'Organisation Mondiale d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) et de groupes d'enquêtes indépendants. Ces informations révèlent les origines hautement suspectes des organes transplantés en Chine; au jour d'aujourd'hui, l'explication la plus raisonnable indique que le régime communiste tient une banque d'organes vivants, qui selon toute vraisemblance consiste en d'innombrables pratiquants de Falun Gong incarcérés dont les organes sont prélevés à la demande
  • Commentaires sur les mensonges du Ministère de la Santé chinois concernant la collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie (Photo)

    Lors d’un entretien du 11 janvier 2007 avec la BBC, le porte-parole du Ministère de la Santé chinois, Mao Qunan n’a fourni aucune preuve réfutant les accusations selon lesquelles le régime communiste chinois collecte des organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie, ni d’explications sur le fait que la Chine refuse de laisser un groupe indépendant d’enquêteurs étrangers entrer dans le pays. Au lieu de cela, il a calomnié Falun Gong et accusé les pratiquants de propager des rumeurs.
  • Australie : Le maire Joe Natoli émet une déclaration en soutien à la visite de la CIPFG en Chine

    Le 19 décembre 2006, le Maire CR Joe Natoli du conseil du comté Maroochi, Australie, a écrit une déclaration en soutien à la Coalition d'Investigation sur la Persécution de Falun Gong en Chine (CIPFG). Il a dit : ‘’ Je promets de soutenir la Coalition et ses équipes d’investigations formées dans le monde pour qu’elles se rendent en Chine. Nous/Je demande fortement que la République Populaire de Chine mette en application les recommandations Matas-Kilgour avec rapidité, et arrange des accès sans restriction pour les équipes de la CIPFG dans toutes les installations de détention y compris les camps de travail, les institutions psychiatriques, les classes de lavage de cerveau, les camps dirigés par les militaires, et les hôpitaux.