Camps de la mort et trafic d'organes

Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes

  • La délégation de la CIPFG Asie est créée à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme

    Le 10 décembre 2006, journée internationale des droits de l'homme, la délégation de la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (CIPFG) de l'Asie a été créée. C'est une autre délégation régionale de la CIPFG après l'établissement de la délégation australienne. Il y a quatre-vingt-dix membres dans la CIPFG Asie, y compris des responsables municipaux locaux, des responsables administratifs, des responsables non gouvernementaux, des gens des milieux des droits de l'homme, du droit, de la médecine, des professionnels et des médias.
  • Australie : La fille de la pratiquante arrêtée Zeng Aihua demande l'aide de la CIPFG (Photos)

    L'après midi du 7 décembre 2006, des législateurs australiens, parmi lesquels les Sénateurs Andrew Barlett et Kerry Nettle et le député Chris Bowen, ont tenu ensemble une conférence de presse au Capitol Hill de Canberra pour annoncer l'intention du Groupe australien de la Coaltion pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (CIPFG) d'entrer en Chine pour enquêter sur les allégations de collecte d'organes sur des pratiquants de Falun Gong. A la conférence de presse, Chen Muhai, citoyenne australienne a remis une lettre aux sénateurs et député, demandant une enquête approfondie sur la situation de sa mère, Zeng Aihua.
  • Taiwan : Un conseiller de l'agglomération de Chiayi rejoint la CIPFG pour enquêter sur les prélèvements d'organes (Photo)

    Le 3 décembre 2006, le conseiller municipal de Chiayi, Tsai Wenzyu, a exprimé être prêt à rejoindre la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (CIPFG). Il a dit : "Récolter les organes de personnes vivantes est un crime brutal et inhumain." Pour sauvegarder les droits de l'homme, il a dit qu'il n'avait pas d'autre choix que de rejoindre la coalition.
  • Belgique : Appels à enquête sur les prélèvements d’organes pratiqués par le régime communiste chinois

    M. Loones a souligné que d’après les rapports d’Amnesty International, la corruption et l’abus de pouvoir sont largement répandus et très graves en Chine. Le tir à vue sur les réfugiés par des gardes frontières chinois et l’arrestation du célèbre avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng sont parmi les derniers abus de pouvoir. La persécution brutale des pratiquants de FalunGong est une tout spécialement préoccupante. Il a déjà demandé au Comité des Affaires étrangères belge d’ouvrir officiellement une enquête sur les problèmes de droits de l’homme en Chine. La conférence de presse d’aujourd’hui n’était que le début du processus.
  • Ecosse: Susciter une prise de conscience sur la collecte d'organes au Festival du film de l'éthique de la transplantation à Edimbourg

    En novembre, ce festival a utilisé le véhicule du film pour exposer diverses questions éthiques concernant la transplantation d'organes, dans le but de stimuler le débat public. Il a présenté une opportunité pour les Amis européens du Falun Gong de susciter une prise de conscience à propos de la collecte d'organes à grande échelle sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant, comme décrit dans le récent rapport de David Kilgour et David Matas.
  • Australie : The Sydney Morning Herald : Les hôpitaux interdisent la formation des chirurgiens chinois

    Deux grands hôpitaux de Queensland spécialisés dans les greffes ont interdit la formation de chirurgiens chinois s'inquiétant que la Chine prenne les organes de prisonniers exécutés. Le Ministre de la Santé Stephen Robertson, a révélé la décision dans une lettre soumise cette semaine au parlement en réponse à une pétition soutenant le mouvement spirituel Falun Gong. Le Falun Gong qui compte environ une centaine de millions de membres de par le monde, a accusé le gouvernement chinois de collecter les organes sur des milliers de leurs membres exécutés ces sept dernières années.
  • Un sénateur belge enquête sur le commerce d'organes du Parti communiste chinois et demande à la législation de punir ces crimes

    D'après un reportage paru dans Epoch Times le 27 novembre 2006, les principaux médias belges ont couvert l'enquête faite par un sénateur du Parti libéral belge, M. Patrick Vankrunkelsven, concernant les prélèvements d'organes pratiqués par le Parti Communiste Chinois , ainsi que les preuves effroyables qu'il a obtenues.
  • Gazet van Antwerpen (Belgium) : La Coalition enquête sur la collecte d'organes

    Une coalition internationale de parlementaires d'Australie, d'Amérique du nord et d'Europe voyageront en Chine pour mener une enquête sur place sur la persécution des pratiquants de Falun Gong. On dit que les pratiquants de Falun Gong ont été les premiers à être utilisés pour leurs organes. David Kilgour et David Matas, les deux qui ont enquêté sur le commerce d'organes chinois prélevés sur du mouvement Falun Gong emprisonnés, ont appelé les politiciens flamands à faire pressions sur la Chine pour mettre fin à ces pratiques.
  • Australie : La délégation de Nouvelles Galles du Sud de la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) est formée et projette un voyage en Chine afin d’enquêter sur les prélèvements d'organes (Photo

    Le matin du 28 novembre 2006, M. Phil Glendenning, directeur du Edmund Rice Centre for Justice and Community Education a annoncé au Parlement de la Nouvelle-Galles du Sud que la délégation de Nouvelle-Galles du Sud de la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) était officiellement formée et projetait de se rendre en Chine avec d'autres délégations de la CIPFG afin d’enquêter sur les prélèvements d’organes des pratiquants de Falun Gong vivants par le parti communiste chinois.
  • La délégation australienne de la CIPFG a écrit au Consul Général chinois à Sydney à propos d'un voyage en Chine pour enquêter sur la collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong

    Le 27 novembre 2006, Phil Glendenning, le Chef de la Coalition pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) de la Délégation Australienne a écrit au Consul Général chinois à Sydney pour lui faire part de sa préoccupation quant aux prélèvements d’organes effectués sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le Parti communiste chinois. Il soulignait dans sa lettre : « Nous espérons que le gouvernement chinois sera innocenté de ces allégations graves, le seul moyen est de permettre une inspection et une enquête indépendante de la communauté internationale dans les institutions de détention et les hôpitaux de leur choix. » Il a aussi demandé une réunion avec le Consul Général afin de discuter et de mettre en place les détails du voyage en Chine.
  • Espagne : Les grands médias couvrent la collecte d'organes (Photos)

    Le 30 novembre 2006, David Kilgour, co-auteur du "Rapport sur les allégations de collecte d'organes de pratiquants de Falun Gong en Chine" a visité l'Espagne. Depuis sa publication, le rapport a largement attiré l'attention des médias espagnols. La veille de la visite de Kilgour, El Pais (un des plus grand journaux d'Espagne) a publié un article intitulé "David Kilgour va parler du trafic d'organes humains à Madrid" Kilgour a tenu une conférence de presse dès qu'il est arrivé à Madrid, et près de vingt médias y compris tous les grands médias espagnols y ont assisté. Après la conférence de presse, la Télévision d'Espagne a interviewé Kilgour et l'interview a été diffusé aux informations du soir.
  • Commentaire sur la deuxième reconnaissance par le régime communiste chinois qu’il prélève les organes des “prisonniers exécutés”

    Prenant la parole à une conférence nationale de chirurgiens spécialisés dans les greffes à Guangzhou le 14 novembre 2006, Huang Jiefu, Vice Ministre de la Santé à admis publiquement que les organes humains utilisés pour les greffes en Chine, « A part une petite proportion venant de victimes d’accidents, viennent pour la plupart de prisonniers exécutés. « Cette information a été immédiatement annoncée au monde entier par l’édition du 18 novembre du journal de langue chinoise le China Daily, porte-parole du régime communiste chinois. C’est une tentative de cacher le crime le plus choquant....
  • Soutenir la CIPFG pour une enquête approfondie concernant les prélèvements d’organes sur personnes vivantes pratiqués par le régime communiste chinois

    Un article dans l’édition étrangère du China Daily, porte-parole du Parti communiste chinois (PCC), a admis le 18 novembre 2006, de façon inhabituellement laconique et ouverte que la plupart des greffes d’organes en Chine venaient de prisonniers exécutés. Les prélèvements d’organes du régime communiste sur des prisonniers n’est plus un secret pour personne. Nous sous-estimerions la nature fourbe du PCC si nous nous contentions de penser qu’il admet la vérité du fait de la pression internationale. Le régime essaie de divertir l’attention de la poursuite des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants en admettant ce qui est de notoriété publique.
  • Australie: L’équipe d’enquête de la province de Victoria prévoit un voyage en Chine pour enquêter sur les prélèvements d’organes par le Parti communiste chinois (Photos)

    A la suite de la précédente information de la délégation de la CIPFG d’Australie, l’Equipe de Victoria a été formée le 24 novembre 2006, et a tenu une conférence de presse à Melbourne. Ils ont annoncé leur demande de visas pour entrer en Chine et y enquêter sans entraves sur le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Un représentant de l’équipe a dit qu’ils prévoyaient de se rendre dans les provinces du Hebei, de Jilin et du Hubei pour enquêter sur la question. L’équipe a écrit à Liang Shugen, Consul général à Melbourne et demandé un rendez vous pour discuter des arrangements du voyage.
  • Epoch Times : La pratique de prélèvement d’organes et le Parti communiste chinois – Quelle est notre responsabilité ?

    Il se pourrait que le Parti communiste chinois soit soucieux d’améliorer son image avant les Olympiques et ait deviné qu’un simple démenti des prélèvements d’organes pourrait sérieusement nuire à la crédibilité de l’état. Cependant, il est aussi possible que le PCC soit encore plus anxieux d’empêcher toute enquête internationale sur le scandale de la collecte d’organes, en particulier le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong complètement innocents de tout crime et qui n’auraient, en premier, lieu jamais du être incarcérés.