Camps de la mort et trafic d'organes

Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes

  • Eléments d'enquête : L'approvisionnement en organes de l'hôpital central numéro 1 de la ville de Tianjin est plus que suffisant

    Un nouveau bâtiment a été récemment construit à l'intérieur du « Centre oriental de greffe d'organes » à l'hôpital central du numéro 1 de la ville de Tianjin. La majorité des patients qui reçoivent des greffes sont des étrangers. Les opérations ont lieu sans arrêt jour et nuit. Dans une seule nuit, dix opérations sont réalisées. Selon certaines sources, « il y a de quatre à cinq coordinateurs qui dirigent les autres médecins pour faire les opérations. Celles-ci s'effectuent très rapidement, comme une chaîne de montage. L'approvisionnement en organes résulte des efforts entrepris dans tout le pays à partir de la lointaine province du Yunnan jusqu'à la ville de Tianjin elle-même. Habituellement les patients peuvent obtenir les organes pour une greffe dans un délai de sept à dix jours
  • Irish Medical Times : Des prisonniers seraient exécutés pour leurs organes

    Les pays occidentaux commencent à prêter beaucoup d’attention aux accusations que les autorités chinoises tuent des membres emprisonnés du mouvement spirituel interdit Falun Gong afin de vendre des parties de leurs corps pour des greffes d’organes, suggère un rapport... Des reportages dans les journaux ont dit que le Centre d’Assistance du réseau de transplantation international en Chine proposait au début de cette année une liste de prix pour des parties de corps. La liste annonçait le prix d’un rein à 62.000 $ US, d’un foie à 130.000 $ US , de même pour un cœur, et d’un poumon à 150 000 $ US
  • Taiwan : Le Conseil municipal de Kaohsiung passe une motion condamnant les crimes de prélèvements d’organes du PCC

    Le matin du 6 novembre 2006, le membre du Conseil municipal de Kaohsiung, Chen Ying Tsan) a présidé une conférence de presse intitulée « Condamner l’atrocité de prélèvement d'organes sur personnes vivantes. Refuser les organes illégaux en provenance de Chine continentale. » M. Chen a répété à la conférence de presse que la collecte d’organes à vif n’avait pas seulement porté préjudice aux pratiquants de Falun Gong mais qu’elle avait aussi défié la moralité et la dignité humaine
  • Taïwan : Le bureau d'information du gouvernement publie un communiqué de presse invitant instamment le Parti communiste chinois à cesser les prélèvements d'organes de pratiquants du Falun Gong

    Le 17 octobre, afin d’informer davantage de médias à travers le monde, particulièrement les médias Taïwanais, au sujet de la situation des droits de l'homme en Chine continentale, le bureau d'information du gouvernement de Taïwan a publié un communiqué de presse invitant le parti communiste chinois (PCC) à cesser de prélever les organes des pratiquants de Falun Gong encore vivants. Le bureau a également affiché le lien au rapport canadien d’enquête " Rapport concernant les allégations de prélèvement d'organes des pratiquants de Falun Gong en Chine. "
  • Rapport d'une enquête menée dans plusieurs grands hôpitaux des villes de Anshan et Shenyang, province du Liaoning, sur les prélèvements illégaux d’organes (2ème Partie)

    Le site Internet du centre d’assistance chinois du réseau international de transplantation (CITNAC) de la ville de Shenyang a mis en avant, à but publicitaire, que le temps normal d’attente pour une transplantation chez eux est d’une semaine et qu’il ne faudrait qu’un mois au maximum pour trouver un donneur correspondant. Pour les candidats aux transplantations de foie, cela prendrait deux mois au plus pour trouver un donneur adéquat. Ce centre est établi par l’institut de transplantation sous le premier hôpital affilié à la faculté de médecine chinoise. Son site Internet a des versions en langue chinoise, anglaise, japonaise, coréenne et russe. La version chinoise a été retirée après la révélation de l’existence du camp de concentration de Sujiatun.
  • Les fonctionnaires de l'hôpital du peuple de Pékin et du Second hôpital général de l’ artillerie de l’ALP collaborent pour effectuer des greffes de foie et autres indices d’enquête

    Selon un initié, l'hôpital des citoyens de Pékin et l'hôpital général de la deuxième artillerie de l'ALP (Armée de libération du peuple) collaborent sur des greffes de foie. Cela coûte habituellement plus de 300.000 yuans pour qu'un patient reçoive une greffe de foie. L'hôpital général de la Deuxième artillerie de l'ALP a exécuté à lui seul deux séries de greffes de foie en mai 2006, et chaque groupe était constitué de plus de dix personnes. La source des organes n'est pas claire.
  • La collecte illégale d’organes est une excroissance de la persécution du Falun Gong

    En utilisant le prétexte d’examens pour raisons médicales, et autres méthodes trompeuses, ils effectuent des tests sanguin sur les pratiquants de Falun Gong détenus et établissent une banque de données d’échantillons sanguins. Lorsqu’un patient a besoin d’une transplantation, ils entrent les données du patient dans un ordinateur, et lorsque le type de sang correspond à celui d'un pratiquant de Falun Gong dans la base de données, le pratiquant est confirmé comme le donneur ... Le pratiquant est envoyé pour un « examen physique » et anesthésié, puis l’organe est prélevé et transplanté dans le corps du patient. Finalement le corps du pratiquant est brûlé pour éliminer les preuves, cachant pour toujours la vérité au monde.
  • Examiner "une forme grotesque de mal encore jamais vue sur cette planète " – Une compilation d’éléments d’enquête (4ème partie)

    Un témoin de ce qui s'est produit dans le camp de concentration de Sujiatun a dit qu'aux yeux du PCC, les pratiquants de Falun Gong ne sont pas traités comme des êtres humains, mais comme des matières premières qui peuvent être converties en marchandises. Leurs corps sont utilisés dans le but d'expérimentation médicale et ainsi que pour des greffes d'organes. Le système du PCC a parié sur un développement rapide de l'industrie de transplantation d'organes de la Chine.
  • Australie : un membre du parlement soutient l’enquête sur les prélèvements d’organes en Chine (Photo)

    M. Chris Bowen, membre du Parlement australien, est récemment devenu membre de la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong. Lors d'une réunion le 1er novembre au Parlement, il a mis en avant l'allégation de prélèvements d’organes sur personnes vivantes par le parti communiste Chinois et le rapport d’enquête indépendante de M. David Kilgour et de M. David Matas et invité le gouvernement chinois à permettre aux enquêteurs indépendants d'entrer en Chine pour mener des enquêtes sur les allégations et le gouvernement australien à soutenir l’enquête.
  • Une association française de droits de l’homme demande au Président de faire pression sur le Parti communiste chinois pour mettre fin à la persécution

    Mme Marie-Françoise Lamperti, présidente d’Agir pour les Droits de l’Homme a rencontré Laurent Billi, le Conseiller des affaires étrangères du Président Chirac. Durant la rencontre, Mme Lamperti a mis l’accent sur la gravité de la persécution à l’encontre du Falun Gong et demandé au conseiller de transmettre une lettre de l’Association française de Falun Dafa au Président. Dans la lettre, l’association recommandait à M. Chirac d’avoir un dialogue ouvert avec le gouvernement communiste chinois sur les droits de l’homme et de le pousser à mettre un terme à la persécution du Falun Gong.
  • Taiwan : Un Comité pour s’opposer aux prélèvements d'organes sur personnes vivantes pratiqués en Chine continentale

    Le 27 octobre, la Vice-Présidente taiwanaise, Mme Annette Lu, a présidé une réunion à propos des prélèvements d’organes et des violations des droits de l’homme qui y sont liées. Elle a dit que les greffes illégales d’organes en Chine violaient sérieusement les droits de l’homme et devaient être condamnées et qu’il fallait trouver un moyen pour empêcher les patients taiwanais de se rendre en Chine pour des greffes et a encouragé toute la société à s’y impliquer.
  • Examiner "une forme grotesque de mal encore jamais vue sur cette planète " – Une compilation d’éléments d’enquête (3ème partie) (Photos)

    Du fait de leur facilité d’accès à la banque d’organes des pratiquants de Falun Gong en vie et emprisonnés, les hôpitaux militaires, ainsi que l’armée chinoise, la police militaire et le bureau de la sécurité publique des hôpitaux, ont joué un rôle important dans la collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie. Avec leurs connaissances avancées et leur équipement médical, ces hôpitaux militaires ont effectué des greffes d’organes en séries en arrachant et vendant des organes de pratiquants de Falun Gong en vie. On leur a donné la ‘’responsabilité importante’’ d’effectuer des greffes d’organes pour les dirigeants du PCC et les VIP étrangers. Le PCC les a transformés en ‘’bouchers en blouse blanche’’.
  • France : Deux associations des Droits de l’homme invitées à la présidence de la République dénoncent la persécution du Falun Gong et demandent l’intervention du Président lors de son voyage en Chine

    La présidente de l’une des ONG, Agir pour les Droits de l’Homme, Marie-Françoise Lamperti, a rappelé pendant cette réunion au conseiller du président Chirac le problème très préoccupant du trafic massif d’organes prélevés sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. A ce propos elle lui a remis une copie du rapport établi par deux avocats canadiens, David Kilgour et David Matas.
  • Danemark : Une organisation des droits de l’homme exprime sa préoccupation sur la collecte d’organes dans les camps de travail en Chine

    Le 8 septembre 2006, David Matas le prestigieux avocat canadien qui a coécrit le Rapport sur les allégations de prélèvement d’organes sur les pratiquants du Falun Gong en Chine est arrivé au Danemark. Une conférence de presse a été organisée par Peter Clausen, un membre du parlement affilié à l’Alliance Rouge-Vert dans les bâtiments du Parlement afin d’exposer la récolte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants en Chine
  • La Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) prévoit d’enquêter en Chine

    Le 20 octobre 2006, la CIPFG a annoncé l'organisation d'une équipe en vue d'une enquête publique sans entraves sur la persécution du Falun Gong en Chine continentale , particulièrement sur les prélèvements d’organes de pratiquants du Falun Gong encore vivants, et de rendre visite aux membres de l’équipe d’enquête, Gao Zhisheng et Li Hong et inviter les autorités du PCC à les libérer sans conditions.