Personnages historiques

  • La vertu et la sagesse de Shao Yong

    Shao Yong (1011 AD - 1077 AD) a été l'un des plus grands érudits de l'histoire chinoise. Ce philosophe, cosmologiste, poète et historien a vécu pendant la dynastie des Song. On a dit que Shao Yong avait deux pots en forme d'oreiller. Lisant dans sa chambre un après-midi d'été, il vit un rat courir dans la pièce. Il attrapa prestement un des pots qu'il jeta sur le rat. Le pot manqua le rat et se brisa en morceaux ....
  • Loyauté, impartialité et retenue

    Guan Yu vécût au début de la période des Trois Royaumes. Il était très loyal, juste et courtois. Dans sa jeunesse, il se lia d’amitié avec Liu Bei et Zhang Fei et tous trois devinrent frères de sang. Depuis lors, Guan Yu maintint sa loyauté et il accompagna Liu Bei dans plusieurs batailles violentes ...
  • Les fondations légendaires de la civilisation chinoise : l’empereur Shun

    En voyant que son propre fils, Dan Zhu, n’était pas moralement apte à lui succéder, l’empereur Yao se mit en quête d’hommes dignes auxquels il pourrait transmettre les lourdes responsabilités de la gouvernance. Yao rencontra quatre candidats différents, mais qui déclinèrent tous l’offre. Par bonheur, Si Yue, le dernier sage, recommanda un cinquième et ultime héritier. Il s’agissait de Yu Chonghua, un homme de classe modeste mais doté d’un caractère supérieur, et dont on se souviendrait après sa mort comme de l’empereur Shun.
  • Faire le bien est le chemin à suivre

    D'après l'ancienne sagesse chinoise : " Une famille de bonnes personnes aura des bénédictions abondantes. " Être bon, juste et faire le bien bénéficiera non seulement à soi-même, mais aussi à sa famille. Il ne manque pas d'exemples illustrant ce point dans l'histoire chinoise, dont l’histoire de Shang Lu ...
  • La méthode de lutte contre la corruption laissée en exemple par un Empereur chinois

    Xi Jinping, le président chinois, a fait la une des journaux ces deux dernières années pour sa campagne drastique de lutte anti-corruption qui a discipliné des dizaines de milliers de fonctionnaires chinois comptant parmi eux des dizaines de cadres supérieurs du Parti. La méthode donnée en exemple par Yongzheng dans la dynastie Qing (1644-1911) entre1722 et 1735 était plus complète et organique, prenant en compte une approche globale de la société par rapport au problème et mettant en place des réformes de grande portée qui épuraient les politiques à chaque niveau ...
  • L’empereur Yongle, un empereur remarquable de la dynastie Ming

    Zhu Di (1360-1424), le quatrième fils de l’empereur Hongwu, prince de Yan, est devenu en 1403 l’empereur Yongle, qui a gouverné la Chine durant 22 ans. Il a consolidé la dynastie Ming et a été considéré, grace au succès de ses entreprises, comme un empereur remarquable. Il est considéré comme l’un des plus éminents empereurs de l’histoire chinoise ...
  • Un dirigeant magnanime : l’Empereur Taizu des Song (1ère partie)

    Zhao Kuangyin (927 – 976 av. n-è), qui fonda la Dynastie Song (960-1279 av. n-è) ultérieurement connu comme l’Empereur Taizu des Song, est passé à la postérité comme étant un dirigeant honnête et magnanime et qui tenait toujours parole. Les anecdotes suivantes sont tirées de l’Histoire de la Dynastie des Song et des notes de la même période, lesquelles nous offrent une image du charisme et du charme de l’Empereur Taizu ...
  • Le sacrifice d’un fonctionnaire de la dynastie Qin récompensé par la chance

    Durant la dynastie Qing (1644-1912) vivait un homme du nom de Lui Qi. Alors qu’il était gouverneur de la région de Ningqiang, dans la province du Shaanxi, il vendit ses propres biens pour s’acquitter des taxes de ses citoyens, endettés en raison d'une famine. Son sacrifice généreux lui gagna le respect et la confiance de ses citoyens. En conséquence de sa bonté, sa famille fut récompensée par la chance.
  • On disait autrefois, qu’une musique décadente était un signe de la fin imminente d’une dynastie

    Wan Baochang était un musicien talentueux qui vivait sous la dynastie Sui. Non seulement, il avait une fine compréhension du son et de la musique, mais il avait aussi une oreille pour la sémantique de la musique. Il arriva que Wan prédise avec justesse la chute d’une dynastie à partir des sons d’un morceau joué à la cour de l’Empereur Sui. ...
  • Leçons morales apprises de l’histoire : "Où dans l’histoire, pouvez-vous trouver une personne aussi noble ?"

    Zhou Bida, aussi connu sous le nom de Zhou Zichong et de Zhou Hongdao servît comme Premier ministre, sous le règne de l’Empereur Xiaozong pendant la dynastie Song (960-1279). Alors qu’il était encore un fonctionnaire de rang très inférieur, il fût réprimandé à la place d'un de ses subordonnés responsable d’une grave perte causée par un incendie Plus tard, il fût récompensé pour sa gentillesse, promu et devint finalement Premier ministre de la cour royale ...
  • Lu Dongbing, ses dix épreuves et le Rêve du Millet Jaune

    Souvent considéré comme une figure mythique du folklore chinois, Lu Dongbin était en fait un personnage réel de l’histoire... Selon des théories taoïstes, Lu dut passer dix épreuves avant d’être accepté comme disciple par un Maître taoïste, il put ensuite apprendre la véritable voie de cultivation ...
  • Guo Shoujing, le plus éminent astronome et ingénieur hydraulicien chinois de la Dynastie Yuan

    Guo Shoujing (1231-1316), aussi connu sous le nom de Kuo Shou-ching, était un éminent mathématicien, astronome et ingénieur hydraulicien de la dynastie Yuan. Il inventa, puis améliora, plusieurs instruments d’astronomie et apporta une grande contribution à l’ingénierie hydraulique en Chine. Il fut surnommé « le Tycho Brahe de Chine » par Johann Adam Schall von Bell, un jésuite allemand et astronome qui visita la Chine 300 ans plus tard. L’astéroïde de 2012 fut nommé Guo Shou-ching pour commémorer sa contribution en astronomie.
  • Kubilai Khan, le souverain sage, fondateur de la dynastie Yuan en Chine

    Kubilai Khan (1215 -1294) était le petit-fils de Gengis Khan, qui unifia toute la Chine et mit fin au règne de la dynastie des Song du Sud. Il fonda la dynastie Yuan et devint le Setsen Khan (souverain sage) de l’empire mongol, qui s’étendait alors de l’Asie à l’Europe de l’Est. Quand Möngke devint le Grand Khan de l’empire mongol, il décida de continuer l’expansion de son territoire. Il délégua alors à Kubilai, son petit frère, la tâche de conquérir puis de diriger la Chine ...
  • Yelü Chucai, l’érudit confucéen conseiller en chef des empereurs mongols

    Yelü Chucai (1190-1244) était un descendant de la famille royale de la dynastie Liao (Khitan) et devint un érudit en confucianisme à Pékin, alors capitale de la dynastie Jin en Chine. Yelü Chucai étudia le bouddhisme avec un moine renommé, après que l’armée de Gengis Khan eut envahi Pékin. On lui offrit plus tard le poste de conseiller de Gengis Khan après que celui-ci eut entendu parler de ses talents exceptionnels. Yelü Chucai était fortement contrarié par l’étendue de la corruption qui régnait au sein de la dynastie Jin, il accepta donc l’offre de Gengis Khan.
  • Comment une femme fît reculer les Mongols et apporta la paix en Chine

    Des centaines d’années avant l’invasion de l’Empire romain germanique par les hordes d’Attila, la dynastie chinoise Han (-206 av JC-220 ap. JC) était assiégée dans une lutte interminable contre l’ennemi venant des steppes.