Zhuang Zi : le plus grand patriarche du Taoïsme après Lao Zi

 
Zhuangzi rêvant d’un papillon, dynastie Ming, milieu-16ème siècle Encre sur soie Lu Chih, 29.4 x 51.4 cm


Zhuang Zi(369—286 avant J.C), ou Chang Tse, n'a jamais été un fonctionnaire important durant sa vie. Cependant, pendant une courte période de temps, il fut un petit fonctionnaire dans sa ville natale. Une fois, le roi d'un État lui offrît le poste de premier ministre, mais il refusa.


Zhuang Zi comparait le fait d'échanger sa liberté pour un poste de haut fonctionnaire à une tortue divine vendant sa coquille pour être vénérée.


Considéré comme une personne excentrique, Zhuang Zi vécut une vie très modeste mais ne fut jamais pessimiste. Il gardait ses distances d'avec les assistants officiels qui jouissaient du luxe, et ça ne le génait pas de porter des vêtements reprisés, d'avoir un bol de riz à moitié vide, ou même quelque fois de dépendre de la charité.


Il préconisait l'éveil en se détachant des préoccupations mondaines et en suivant la loi naturelle du Tao. Il fut considéré comme un patriarche majeur du Taoïsme avec Lao Zi.


Comme les Taoïstes ne recherchaient ni la réputation, ni la richesse, ni à faire carrière, et ne se souciaient pas de reconnaissance publique, on connaît peu de chose de la vie de Zhuang Zi. Cependant, le livre portant son nom, "Zhuang Zi" (aussi connu sous le nom de "Le pur classique de Nan-hua"), a été grandement admiré durant des générations, et il a suscité des milliers de volumes de recherches et toute une littérature d'interprétation.


Reconnu comme une personne sage et imaginative, Zhuang Zi utilisait de nombreuses métaphores et un humour sarcastique dans ses écrits. Il pensait qu'il fallait laisser faire la nature, et que les êtres humains devraient chercher à être en harmonie avec leur environnement.


"Zhuang Zi" a attiré des gens de toutes classes sociales, et sa philosophie a eu un profond impact sur la vie des gens ordinaires. Le livre a été traduit en différentes langues dans le monde entier.


Dans "Zhuang Zi", il examinait les effets négatifs de la soi-disant civilisation, et exprimait une aspiration à la liberté spirituelle. Par la suite, cette philosophie a trouvé sa place dans la littérature laïque et l'art visuel. Il conseillait d'être libre des attachements mondains, et était fermement contre les gens qui passaient leur vie à poursuivre la gloire de ce monde ou les richesses matérielles.


Zhuang Zi pensait que la plus grande réussite dans la société était "d'agir sans agir, de gouverner sans gouverner (wu-wei)". Cela entraînait une action si parfaite que tout pouvait suivre son cours naturel, et qu'il n'y avait aucune trace visible de l'auteur; ce qui était pleinement en accord avec la nature originelle du monde—le Tao.


Par conséquent, dans une société, le dirigeant devrait gouverner sans intervention délibérée. Sans pression du dirigeant, chacun suivrait sa propre nature en ayant sa liberté spirituelle et la société serait ainsi harmonieuse.


Contrairement au Confucianisme institutionnel davantage concerné par les responsabilités sociales de ses disciples, la philosophie de Zhuang Zi se focalisait davantage sur la vie privée d'un individu et sa sagesse spirituelle. Plus tard, de nombreux intellectuels chinois se tournèrent vers sa philosophie lors de la turbulence des changements de dynasties.


Version en anglais :
Zhuang Zi: The Major Patriarch of Daoism After Lao Zi

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.