La Fête du Double cinq et le poète Qu Yuan

Qu Yuan (environ 340 -278 Av.J.C.) était un ministre bon et honnête, qui fit beaucoup pour éliminer la corruption répandue dans l’état de Chu durant la période des Royaumes combattants.(SM Yang/Epoch Times

Origine de la fête

Au fil des ans, la fête s'est vue doter de nombreux autres noms selon les diverses coutumes et célébrations locales. Le nom le plus courant est la Fête du Bateau-dragon, sous lequel elle est surtout connue dans la société occidentale.


Comme pour beaucoup de célébrations chinoises traditionnelles, toutes sortes de légendes entourent la Fête de Duanwu. Celle la plus profondément ancrée dans la culture chinoise est qu’elle est en l’honneur du poète et homme d’état Qu Yuan de la période des Royaumes combattants (451-221 Av.J.C).


Une de ces histoires raconte que Qu Yuan (environ 340 -278 Av.J.C.) était un ministre bon et honnête, qui fit beaucoup pour éliminer la corruption répandue dans l’état de Chu durant la période des Royaumes combattants.


À cette époque les sept plus grands états individuels, Qi, Chu, Yan, Han, Zhao, Wei et Qi se disputaient la suprématie.


Qu Yuan était un homme érudit et avait su gagner la confiance du roi de l’état de Chu, qui devint graduellement plus fort grâce à ses conseils avisés. Le succès de Qu Yuan, et spécialement sa capacité à combattre la corruption, contraria d’autres fonctionnaires et réveilla la jalousie des autres ministres.


Ils calomnièrent Qu Yuan et créèrent une intrigue autour de sa carrière, exerçant leur influence sur le roi. Le repoussa petit à petit les conseils de Qu et finit par l’exiler.


Dans son exil, Qu continuait à s’inquiéter pour l’état de Chu. À cette époque, l’état de Qin devenait de plus en plus puissant, menaçant l'état de Chu. Le roi de Chu, dans s'allia alors avec les Qin.


Un jour, le roi de Chu fût invité à une réunion dans l’état de Qin. S'étant privé des conseils avisés de Qu Yuan, le roi s’y rendit personnellement et fût immédiatement détenu. Quelques années plus tard, il mourut alors qu’il y était encore emprisonné.


Après la mort du roi de Chu, son fils monta sur le trône. Bien que banni, Qu Yuan retourna sans tarder dans l’état de Chu lorsqu’il y fût rappelé à la cour pour assister le nouveau roi.


Qu conseilla à ce dernier de former une alliance avec les cinq autres puissants états afin de résister à l’état de Qin, mais il fut de nouveau repoussé et disgracié par les autres ministres.


Le nouveau roi refusa lui aussi de prendre les conseils de Qu et signa un traité de paix humiliant avec les Qin. Qu Yuan fut en conséquence exilé encore plus loin.


Toutefois, Qu Yuan ne renonça pas. Il voyageait beaucoup, écrivant et véhiculant ses idées en enseignant, n'ayant pas perdu l'espoir de ramener le roi à la raison et de sauver l’état de Chu.


En 278 Av.J.C., les Qin occupèrent la capitale de Chu. Assistant à la chute de l’état de chu, désespéré, Qu Yuan se suicida en se noyant dans le fleuve Miluo. Ce jour funeste se trouvait être le cinquième jour du cinquième mois.


En apprenant sa mort, la population de Chu accablée de chagrin, alla rendre hommage au loyal Qu Yuan au fleuve Miluo.


Maintenir l’intégrité du corps est très important dans la culture chinoise traditionnelle, ainsi, espérant écarter les poissons et les mauvais esprits du corps de Qu en agitant l’eau, les pêcheurs pagayèrent énergiquement sur le fleuve avec leurs longs bateaux.


Quelques villageois jetèrent du zongzi (boulettes de riz gluant enveloppées dans des feuilles de bambou) dans le fleuve pour attirer les poissons afin de les tenir à distance du corps de Qu Yuan.


D’autres battirent l’écume pour effrayer les poissons. Les médecins chinois versèrent des décoctions de vin de réalgar dans la rivière pour " empoisonner " les monstres et protéger le corps de Qu Yuan.


Depuis ce temps, les gens ont commémoré Qu Yuan en célébrant l’anniversaire de sa mort par des activités incluant entre autres des courses de bateaux-dragons accompagnées de percussions et la consommation de zongzhi et de vin de réalgar. C’est de là que la fête tire ses autres noms : la Fête du Bateaux-dragon et la Fête de Zongzhi.


Qu yuan est généralement reconnu comme le premier grand poète chinois et le père de la poésie chinoise. La loyauté et le patriotisme sous-jacent dans ses poèmes incarnaient les idéaux confucéens, et jusqu’à ce jour, ils ont servi d’exemple aux intellectuels chinois.


Ses influences tant littéraires que patriotiques ont laissé leur marque sur les générations ultérieures en Chine et au-delà.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.