Li Ma : Premier ministre taoïste des Tang

Il se consacrait à aider les empereurs à vaincre les rebelles et disparaissait en temps de paix
 

Li mi (722-789) connu comme un gentleman calme juste et compatissant de la dynastie Tang

Li Ma (722-789) servit fidèlement quatre empereurs de la dynastie Tang occupant une position importante à la Cour. Il se consacrait à aider les empereurs à vaincre les rebelles lorsque l'État était en crise, et disparaissait lorsque la Cour et l'État avaient atteint suffisamment de stabilité.


Li acquit la réputation d'un homme de bien, calme juste et compatissant, et fût reconnu comme un "enfant prodige" pour son intelligence précoce. A l'âge de sept ans, il écrivît une lettre contre l'empereur.


Le premier ministre appréciait son talent et l'invitait souvent à jouer dans ses jardins. Ayant un jour entendu le premier ministre s'efforcer de promouvoir un fonctionnaire conformiste et flagorneur, Li demanda : " vous, d'origine modeste, êtes devenu Premier ministre grâce à votre honnêteté et vos bonnes actions, et pourtant vous préférez un flatteur " ? Cette observation alerta le premier ministre qui corrigea immédiatement son erreur.


Quand Li Ma grandit, l'empereur lui offrit une position à la Cour après avoir lu ses propositions sur les affaires nationales. Li Ma déclina cependant poliment, arguant qu'il était trop jeune pour être un fonctionnaire du gouvernement. Il accepta plus tard le poste de précepteur du Prince, mais en tant qu'ami privé et sans prendre de titre officiel.


Après avoir écrit des poèmes se moquant d'un chancelier autoritaire, Li Ma fût chassé hors de la capitale. Depuis lors, il choisît de vivre comme un ermite taoïste.


Lorsque le Prince monta sur le trône, l'État fût en proie à des rébellions généralisées. Avec des fonctionnaires et des officiers militaires peu fiables, Li Ma fût appelé à la Cour et se vît offrir de siéger à côté de l'empereur à la Cour des affaires nationales. Li accepta, mais en gardant sa robe d'ermite.


Avec l'aide de Li Ma, la rébellion fût étouffée et l'empereur en fût très heureux. Toutefois, Li décida de quitter la vie à la Cour et de retourner à sa vie d'ermite taoiste en dépit de l'offre et de l'appel de l'empereur. Il remercia l'empereur pour sa confiance et retourna à son ermitage.


Li Ma était respecté pour son honnêteté et sa maîtrise de soi. En travaillant pour l'Etat en temps de crise, il renforça l'impartialité dans l'application des lois et plaida pour des procès équitables. Bien qu'ayant parfois été considéré comme un excentrique, il resta infiniment respecté par les intellectuels en Chine.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.