Le moine Yi Xing : astronome, mathématicien et ingénieur en mécanique sous la dynastie Tang

Par Hans A. Rosbach — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7469979

Le moine Yi Xing naquit en 683 et reçut le nom de Zhang Sui. Son père avait servi comme magistrat pendant quelques mandats puis était mort jeune. Laissé désargenté et orphelin de père, Zhang Sui vécut dans la pauvreté. Depuis son enfance, il excellait dans le domaine des connaissances; éprouvait un intérêt particulier pour le calcul calendaire et les Cinq Éléments, ainsi que pour l’astronomie et la fabrication des calendriers.


A l’âge de 20 ans, Zhang Sui se rendit à Chang’ an (capitale de la dynastie Tang) dans l’espoir de trouver un maitre pour l’aider à poursuivre ses études. Là, il trouva un prêtre Taoïste du nom de Yin Chong qui était un érudit.


Zhang Sui rendit de fréquentes visites à Yin Chong et lui emprunta des livres. Un jour, il emprunta le livre Tai Xuan Jing, écrit par l’écrivain confucéen, Yang Xiong qui vivait sous la dynastie Han de l’Est ( 25-220 après J.C). Il s’agissait d’un livre compliqué et obscur à propos de philosophie, de nature et de science. Quelques jours plus tard, Zhang Sui rendit le livre à Yin Chong. Ce dernier pensa que Zhang Sui le lui avait rendu si vite parce qu’il était trop difficile à comprendre et ennuyeux.


Mais lorsque Zhang Sui lui montra les notes qu’il avait griffonnées afin d’en discuter avec lui, Yin Chong fut surpris. Il avait étudié le livre pendant des années mais sans en avoir une compréhension profonde. À sa grande surprise, Zhang Sui l’avait en avait tout compris. Depuis lors, Zhang Sui fût salué comme un érudit accompli.


Zhang Sui devient le moine Yi Xing

Après que Wu Zetian (la seule impératrice de l’histoire chinoise) soit montée sur le trône, son neveu fut aussi gratifié d’un poste important.


Recherchant la renommée et les éloges, il tenta de se lier d’amitié avec des érudits célèbres afin d’élever sa position sociale. Il déclara qu’il deviendrait l’ami de Zhang Sui.


En tant que personne intègre, Zhang Sui ne voulait pas s’associer avec une personne aussi vile et refusa ses visites prétextant être malade. Cependant, le neveu de l’impératrice tenta de l’approcher par tous les moyens. Incapable d'échapper aux perturbations provoquées par ce dernier, il pensa se retirer dans un temple en tant que moine Bouddhiste.


En 705, il abandonna Chang’an et devint un moine nommé Yi Xing dans le temple Chongyang dans les montagnes Song (province du Henan). Il devint disciple de Maître Pu Ji dans la pratique religieuse. Le prénom de Zhang Sui s’est graduellement perdu et il fut connu par la suite sous le nom du moine Yi Xing.


En tant que moine, Yi Xing consacra sa vie à étudier les écritures bouddhistes, l’astronomie et les mathématiques. Il passa aussi du temps à voyager.


En 717, les proches de Yi Xing recommandèrent ses services à l’empereur Xuanzong. Ayant appris les connaissances expertes de Yi Xing en astronomie et en mathématiques, l’Empereur Xuanzong était impatient de le rencontrer. Peu après, Xuanzong s’arrangea pour le faire travailler dans le temple Huayan avec des moines venant d’Inde pour traduire plusieurs écritures Bouddhistes et enseigner les écrits du Bouddhisme Vajrayana. L’empereur Xuanzong le convoquait souvent afin de le consulter sur la façon de stabiliser son pays et de nourrir son peuple. La profonde connaissance et le niveau élevé de Yi Xing lui gagnèrent la confiance significative de Taizhong.


Le moine Yi Xing crée le calendrier Da Yan

Dans l’ancienne Chine, les travaux de la ferme étaient étroitement liés aux observations calendaires et aux changements saisonniers. En conséquence, les empereurs de toutes les dynasties ont mis l'accent sur l’astronomie.


Depuis 721, Yi King fut nommé astronome de la cour afin de s’engager dans l’observation astronomique et la réforme du calendrier. Etant donné que les instruments de mesures astronomiques entreposés au palais étaient trop vieux pour être utilisés, Yi Xing entreprit d’en concevoir de nouveaux.


Il conçut d’abord un modèle de l'astrolabe sphérique Tang, et demanda à l’empereur d’en faire un moule en fer et en bronze


En 724, l'astrolabe sphérique Tang fut établie avec succès pour redéfinir les situations de 150 étoiles. L’année suivante Yi Xing commença à créer la structure d’une astrolabe sphérique élaborée alimentée par l’eau, qui reflétait le mouvement régulier du soleil, de la lune et de cinq planètes majeures.


De plus, c’était une horloge automatique à alimentation hydraulique. L’horloge frappait un tambour à chaque shi-chen (deux heures) et frappait tous les quarts de shi-chen. Son invention fut reconnue comme la première horloge astronomique en Chine.


En 724, Yi Xing mena un projet de grande envergure pour corriger le calendrier et obtenir une mesure exacte de la longueur de l’arc méridien. Des astronomes assistants impériaux furent dépêchés pour sélectionner les sites d’observation (13 en tout) dans les plaines du nord de la Chine.


Par exemple, sur une Plateforme de mesure de l’ombre de Yangcheng, un cadran solaire de pierre de deux mètres et demi de haut fut érigé, remplaçant la plateforme, pour effectuer des mesures sur site. Une fois toutes les mesures relevées, Yi Xing fut capable de calculer précisément la longueur du méridien.


La création d’instruments astronomiques et d’observations sur site furent suivies par la révision du calendrier en 724. Il utilisait des caractéristiques issues des anciennes versions comme référence afin de créer un calendrier plus précis. Au bout de quatre ans de travail ardu, le calendrier révisé nommé calendrier Da Yan fut publié, et était composé de 52 volumes bien organisés et logiquement déduits. En 728, le calendrier Da Yan fut mis en application et fut accueilli avec enthousiasme, étant de loin le calendrier le plus précis.


Le nouveau calendrier se diffusa aussi au Japon et en Inde. En 763, l’empereur Junnin du Japon émit un ordre abolissant le calendrier japonais d'alors et prônant plutôt l'utilisation du calendrier Da Yan venant de Chine. Le calendrier fut utilisé pendant prés de 900 ans depuis sa publication en 727 jusqu’à la fin de la dynastie Ming, lorsque le calendrier occidental grégorien fut introduit en Chine.


Yi Xing fit avancées remarquables dans le domaine de l’astronomie. Il fut le premier à mesurer avec succès la longueur de la ligne méridienne. Le premier à concevoir la théorie que la distance entre la lune et le soleil était plus courte que celle entre la terre et le soleil. Et le premier à découvrir le mouvement stellaire.


Par ses observations, il découvrit le mouvement régulier du soleil et en déduisit que les autres étoiles étaient aussi en mouvement. Edmund Halley (1656-1742) a aussi présenté une théorie similaire en 1718, mais plus de 1000 ans plus tard. En 1982, la communauté internationale divisia la lune en plusieurs régions, et l’une d’elles fut nommée « Yi Xing. »


Le décès du moine Yi Xing

En 727, un homme nommé Pei Kuan fut nommé gouverneur du Henan. Dévoué à sa croyance religieuse dans le Bouddhisme, il considéra le moine Pu Ji comme son maitre et lui rendit des visites quotidiennes. Un jour, Pei Kuan arriva chez le moine Pu Ji et remarqua que celui-ci attendait un invité important. Un moment plus tard, un jeune moine frappa à la porte et annonça : " Le moine Yi Xing vient juste d’arriver. "


Yi Xing se rendit dans une maison pour présenter ses respects à son maitre. Puis Yi Xing eut une conversation très secrète avec Pu Ji.


Pu Ji répondit en disant: "Oui. Oui. " Après avoir terminé, Yi Xing descendit les escaliers se dirigeant vers une maison dans la direction du sud. Une fois à l’intérieur, il ferma la porte. Puis Pu Ji annonça à ses disciples : " Faites sonner l’horloge ! Le moine Yi Xing est décédé ! "


Pei Kuan et les moines se précipitèrent dans la maison où se trouvait le moine Yi Xing et jetèrent un coup d’œil à l’intérieur. Yi Xing était assis en posture de méditation, les yeux fermés. Lorsqu’ils contrôlèrent sa respiration, ils découvrir qu’en effet, Yi Xing était décédé. Ainsi, comme de nombreux moines accomplis dans l’histoire chinoise, Yi Xing savait qu’il avait réussi sa pratique bouddhiste et avait fait des arrangements pour son " décès. "


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.