Etudier diligemment de nobles principes

Song Lian, né à Pujiang, en Chine, vécut au début de la dynastie Ming (1368-1644 Après JC). Il parvint à occuper le poste de haut fonctionnaire de Xue Shi ( licencié es lettres) et travailla principalement à la compilation du Yuan Shi (Histoire officielle de la dynastie Yuan) en tant que chef du bureau officiel de l'Histoire de la dynastie Ming.


Il pensait que l'écriture devait être conforme à des valeurs morales appropriées. Dans sa vie, il a écrit quantité d'articles et également travaillé à proposer des lois et des règlements au début de la dynastie Ming. Durant toute sa vie, il a fermement poursuivi le chemin des anciens sages. Sa persistance dans une tâche difficile, en apprenant sans cesse, a encouragé de nombreuses générations postérieures.


Quand Song Lian était jeune, sa famille était très pauvre. Cependant, il ne renonça pas à l'étude. Dans son essai d'adieu à Ma Sheng de Dongyang, il écrivit: " Quand j'étais jeune, j'aspirais à lire. Cependant, ma famille était trop pauvre pour se permettre d'acheter des livres, je ne pouvais donc qu'en emprunter.


" J'empruntais plusieurs livres puis j'essayais de les recopier. Tous les jours, je copiais à la hâte des livres tout en calculant combien d'heures j'avais encore avant de devoir les rendre. "C'est ainsi que Song Lian acquit la connaissance.


Un jour de grand froid ou la neige et la glace recouvraient tout, et où soufflait un violent vent du nord même l'encre noire dans l'encrier était gelée. La famille de Song Lian ne pouvait pas se permettre de faire du feu pour se réchauffer. Les doigts de Song Lian étaient glacés au point de ne plus pouvoir les plier, mais il continua à étudier et à copier parce qu'il devait rendre les livres.


Lorsqu'il eut fini, il était déjà très tard. En dépit du mauvais temps, Song Lian courut jusqu'aux maisons où il avait emprunté les livres. Jamais il n'aurait osé rendre un livre avec du retard. Parce que Song Lian était honnête et qu'il tenait toujours parole, chacun lui prêtait des livres sans hésitation. Par conséquent il pouvait lire intensivement et étendre ses connaissances.


Principes moraux des sages

Bien que Song Lian ait souffert de la pauvreté, de la faim, et du mauvais temps, il n'en avait cure et se concentrait seulement sur l'étude. Il étudiait inlassablement, apprenant et préservant les principes moraux traditionnels.


En murissant et devenu adulte, il aspira à apprendre les manières des sages. Cependant, parce qu'il n'avait pas de professeur, il tombait souvent sur des questions auxquelles il ne pouvait répondre. L'érudit le plus proche qu'il pouvait consulter habitait à plus de 45 Km et Song Lian faisait donc plus de 45 km à pieds avec ses questions.


Cet érudit était intransigeant avec les élèves, et chaque fois que Song Lian lui posait des questions, c'était toujours de façon très polie et approfondie. Il inclinait son corps pour écouter parce qu'il avait peur de manquer un mot de son professeur. Song Lian disait humblement: "bien que je sois ignorant, j'apprends beaucoup de choses de cet enseignant. "


Song Lian tenait à voir l'érudit même les jours d'hiver les plus froids. En sandales de paille, portant son sac sur son dos, il marchait seul dans la neige profonde, dans la montagne, fouetté par le vent. La peau sur ses pieds se fendait et saignait, mais cela lui importait peu.


Quand il arrivait à l'hôtel, ses membres était engourdis et rompus, mais Song Lian n'avait pas peur des difficultés et persistait à consulter son professeur de façon régulière.


Pour payer ses études, Song Lian vivait d' un régime simple et portait de vieux vêtements. En revanche, la plupart de ses pairs étaient de familles riches. Ils portaient des vêtements de soie et de satin et étaient couverts de bijoux. Mais Song Lian ne les enviait jamais. Peu lui importait cette vie pauvre, il se concentrait sur l'apprentissage des précieux principes moraux des sages.


Song Lian est parvenu à de grandes prospérité et renommée pour ses accomplissements parce qu'il a compris que ses conditions de vie difficiles étaient des tests pour sa volonté et son caractère. Tout en s'instruisant il forgeait son caractère, il a été considéré comme un fonctionnaire honnête et droit. Il a écrit beaucoup d'articles érudits qui suivaient de stricts principes moraux et est devenu plus tard un grand parangon de vertu et de connaissance.


Dans la littérature chinoise, Song Lian a été honoré comme un des Trois maîtres en poésie au début de la dynastie Ming. Ses essais étaient parfois simples et concis, parfois riches et élégants. L'Empereur Zhu Yuanzhang, le premier empereur de la dynastie Song, a fait son éloge comme étant " Numéro un dans l'accomplissement littéraire "parmi tous les fonctionnaires fondateurs.


Les personnes avec des aspirations élevées sont prêtes à supporter les pires difficultés tout en maintenant leurs valeurs de dignité et de moralité pour servir leurs buts. Elles peuvent avancer diligemment en dépit de toutes sortes de difficultés et d'obstacles parce qu'elles savent qu'un futur lumineux les attend.


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.