Sagesse traditionnelle

  • Eveil dans la vie : Remplissez votre cœur de compassion

    Selon Historical Records ( les annales historiques) , Li Shizhen était un médecin célèbre de la dynastie Ming. Li Zhizhen aimait les livres médicaux et il était un médecin brillant. Il a été considéré comme un sage parmi les médecins. Dans sa ville natale, il y avait un autre médecin ignorant et médiocre qui feignait de tout savoir. Le médecin idiot avait acheté beaucoup de livres médicaux pour prouver qu'il avait une riche connaissance.
  • Wang Pu : Un fonctionnaire honnête et incorruptible

    Que signifie "honnête et incorruptible"? Cela signifie ne pas être avide, ne pas désirer de compensation imméritée, et conserver une conscience claire. Se montrer avide d'obtenir une compensation imméritée est une violation de la moralité humaine. Quelqu'un ne génère pas seulement du karma pour lui-même et ne réduit pas seulement sa vertu, mais il est aussi observé par les autres et par les divinités.
  • Récits historiques : L'Empereur pleure ses erreurs

    Une fois lorsque l'Empereur Yu*, l'Empereur fondateur de la Dynastie Xia, sortit afin d'inspecter son royaume, il vit un criminel qui était escorté pour être puni. Il ordonna d'arrêter son chariot et demanda: "Quel crime a-t-il commis ?" Les gardes répondirent: "Il a volé du blé et du riz à autrui et s'est fait attraper. Nous l'amenons sur les lieux du châtiment. Yu descendit de voiture, s'approcha du criminel et lui demanda: "Pourquoi avez-vous volé ?" Le criminel était en face d'un fonctionnaire très important et était si effrayé qu'il baissa la tête et ne dit rien. Yu n'en fut pas en colère et continua à lui parler tout en versant des larmes. Les fonctionnaires autour de l'Empereur ne pouvaient pas comprendre et l'un d'eux demanda: "Cette personne a volé autrui et doit être punie. Pourquoi Votre Majesté a-t-elle tant de peine et verse-t-elle des larmes ?"
  • Considérer sérieusement la vertu et abandonner le ressentiment

    Peu importe la carrière que nous avons, nous devrions considérer sérieusement la vertu et suivre un standard élevé d’éthique dans les affaires. Voici comment les choses devraient être dans la société humaine, parce que considérer sérieusement et édifier la vertu, est fondamental pour l’être humain
  • Un Premier Ministre modeste

    Xu Da, également connu sous le nom de Xu Tiande, était un homme de Haozhou sous la Dynastie Ming (1368 - 1644 Avant notre Ere). Il était un homme droit, déterminé et courageux depuis sa jeunesse. Il était l’un des généraux qui avait participé à l’établissement de la Dynastie des Ming et qui avait remporté de nombreuses victoires. Il fut honoré du titre de Duc de Jueguo et devint Premier Ministre.
  • Réflexions sur la vie : Les gens intelligents ne se disputent pas avec les autres

    "Gagner c’est l’essentiel" est une conception de personnes ordinaires. Les personnes éveillées et les hommes sages sont capables de supporter les insultes sans colère ni inquiétude. Ils ne se justifient pas ni n'entrent encompétition avec les autres. Ce qui rend leur personnalité si noble, c’est qu’ils peuvent endurer, peuvent dépasser la notion de perte et de gain, tout en maintenant un esprit calme et serein
  • Etre un magistrat au caractère noble et pur

    Il s’appelait Zheng Banqiao, également connu sous le nom de Zheng Xie. Il était de Xinghua dans la Province de Jiangsu. Il était un Jinshi, un candidat qui avait réussi l’examen Impérial du plus haut degré sous la Dynastie des Qing, période Qian Long. Il vivait alors à Yangzhou et était réputé pour sa poésie, ses écrits, sa peinture et les "trois spécialités du Comté."
  • Retourner à son être véritable et saisir chaque opportunité de cultiver

    Déjà dans son enfance, Tao Hongjing avait une moralité et des aspirations peu communes. À l’âge de six ans, il était capable de comprendre les enseignements dans les livres et d’écrire des articles. Lorsqu’il eut sept ans, il pouvait lire des dizaine de milliers de mots d’œuvres classiques, parmi lesquelles Le Classique de la Piété filiale, Le Classique des Poèmes, et Lun Yu. À l’âge de dix ans, il obtint d’un ami de sa ville natale un livre classique écrit par Ge Hong appelé Histoires des immortels, qui parle des immortels et de leur cultivation et pratique. « Lire ces histoires me donne de galopantes inspirations pour cultiver et devenir un immortel, » soupira -il avec émotion. Jour et nuit, il étudiait le livre et recherchait la vérité derrière les mots.
  • Extraits choisis traduits du livre "¨Modèles pour le monde " par Yuan Cai (12ème partie )

    Les anciens disaient : " Si vous ne vous mettez pas en colère chez vous, ce sera difficile d'amener votre colère au dehors." Si vous êtes en colère lors d'une conversation, vous ne serez absolumment pas humble, et les autres seront troublés par votre attitude. Par conséquent nous devons être encore plus attentifs en parlant aux autres lorsque nous nous sentons en colère. Les vieux sages disaient :" Essayez de ne pas parler après voir bu de l'alcool, essayez de pas vous mettre en colère après avoir pris un repas, essayez d'endurer les choses qui sont accablantes, et de ne pas vous quereller avec des gens qui sont arrogants." "Nous pouvons beaucoup bénéficier de l'observation d'une telle étiquette.
  • Traductions choisies du livre "Modèles pour le monde" par Yuan Cai (8ème partie)

    Bien qu'une personne parle très poliment et de façon appropriée, il y aura quand même des gens pour la critiquer. Bien qu'une personne fasse extrêmement bien, les gens le lui reprocheront quand même. Cela tient à la diversité des pensées et des opinions existantes. Pour un homme éduqué et vertueux, tant qu'il utilise sa conscience, qu'il se réfère aux enseignements des hommes compétents et vertueux du passé, et qu'il écoute les conseils de personnes sages et avisées, ce qu'il dit ou fait ne sera pas imparfait du point de vue théorique, et par conséquent il n'aura pas à s'inquiéter des remarques futiles ou se disputer avec ceux qui le critiquent...
  • Sur les encouragements de sa femme M. Le Yangzi poursuivit ses études pour élever son caractère moral

    Un jour, Le Yangzi trouva un lingot d’or sur la route. (Ndt : Dans l'ancien temps, les gens utilisaient des lingots en argent et en or pour le commerce ). Jubilant, il le ramena chez lui à sa femme, s’attendant à ce qu'elle le dévisage et écarquille les yeux d'enthousiasme . Mais l'épouse fronça les sourcils sans même regarder le lingot, elle dit sur un ton sérieux : « J’ai entendu dire qu’un homme incorruptible ne boit pas l’eau d’une source volée (1) et qu’un homme honorable ne mange pas la nourriture offerte avec malveillance au nom de la charité. Cependant, tu as trouvé un lingot d’or perdu, as décidé de le garder et n’as aucune intention de le rendre. Ne dégrades -tu pas ton caractère ? »
  • Extraits choisis des séries de "Codes" de Yuan, 6ème partie

    De nos jours, ayant fait de mauvaises choses, certaines personnes se réjouissent du fait qu'elles n'aient pas été découvertes, et n'ont donc pas d'appréhension. Elles ne réalisent pas que bien d'autres puissent être trompés, il est plus difficile d'échapper aux yeux des divinités. Quoique nous fassions, que nous pensions que cela est bien ou non, et bien que les autres puissent n'en rien savoir, les divinités le savent déjà.
  • Une personne avec une grande compassion n'a pas d' ennemis

    Meng Ke [ également connu sous le nom de « Mencius » ] qui a vécu entre 372 - 289 Av JC était natif du royaume de Zou, l'actuel comté de Zou. Meng Ke voyagea dans plusieurs royaumes pour enseigner sa philosophie. Le royaume de Qi l'avait invité à être un érudit impérial en visite. Le Roi Qi Xuanwang lui demanda une fois : le "Roi Qihuan Gong et le Roi Jinwen Gong étaient deux puissances superbes pendant l'ère du printemps et de l'automne [ 722-481 Av JC ]. Pourriez vous s’il vous plait me dire quelque chose à leur sujet ?" Meng Ke répondit : "Je n'ai pas envie de parler des histoires de ces deux rois. Si vous insistez , je voudrais alors parler d'une manière d'unifier le monde avec la vertu."
  • Sauver les autres revient à se sauver soi même

    M. Shi vivait dans le conté de Xian. Les gens l’appelaient « Vieux Shi » et avaient même oublié son vrai nom. Vieux Shi était une personne franche et droite. I Un jour alors qu’il passait près d’un marché au retour d’une maison de jeux, une famille d’un village de fermiers attira son attention. Le mari, la femme et le bébé blottis les uns contre les autres pleuraient à chaudes larmes. Le voisin de Vieux Shi lui dit : « Ils doivent de l’argent à quelqu'un de puissant. Le mari veut vendre sa femme pour rembourser sa dette. Le couple s’aime tendrement et ne peut vivre l’un sans l’autre. En outre la mère allaite toujours le bébé. C’est pour ça qu’ils sont particulièrement tristes en ce moment de séparation. » ...
  • L' "Accomplissement" selon Anciens et Modernes

    Anciens et modernes ont une compréhension très différente de ce qu'on considère être un "accomplissement." Les anciens chinois traitaient les pratiquants avec respect et honneur. Par exemple, Bouddha Milarepa avait cultivé très diligemment, et les gens d'alors traitaient cela comme une grande réalisation et l'appelaient "grand homme." Les gens croyaient que ceux qui s'efforçaient de retourner à leur moi originel réalisaient vraiment le précieux de la vie. Toutefois, les gens d'aujourd'hui n'apprécient pas la 'cultivation' de la vertu et de soi. On considère comme "accomplissement" de pouvoir faire beaucoup de choses et de développer des aptitudes. Cependant, de nombreuses personnes passent leurs vies à s'efforcer d'atteindre des choses insignifiantes afin de satisfaire leur vanité, même si à la fin on ne sait même pas pourquoi on a vécu.