Sagesse traditionnelle

  • Histoires anciennes de cultivation : Les éléments qui affectent la santé

    Zixia et Zengxi étaient tous les deux élèves du sage Confucius. Un jour ils se rencontrèrent dans la rue. Zengxi regarda attentivement Zixia de la tête au pied puis lui demanda : " Auparavant tu avais beaucoup de maladies et tu étais maigre et faible. Il semble que tu as pris du poids et tu sembles plein d’énergie. " Zixia répondit gaiement :" J’ai récemment gagné une bataille, c'est pourquoi je me sens si heureux et en conséquence j’ai pris du poids." Ne comprenant pas ses paroles Zengshi lui demanda : " Que veux-tu dire ?"
  • A propos de la simplification du caractère chinois "Saint"

    Sous le gouvernement du Parti communiste chinois, l'idéogramme traditionnel pour "Saint" été changé. Le nouvel idéogramme est composé de deux caractères. Le premier signifie "encore" et le second signifie "la terre" ou 'la boue". Aucun des caractères n'a rien à voir avec le saint ou la sainteté; mais au lieu de cela, il semble associé à la boue.
  • Histoires de la Chine ancienne : Zhao Jing le doyen des hommes d'état

    Zhao Jing, un censeur pour l'Empereur des Ming, Shi Zong, dans l'ancienne Chine, avait été arrêté parce qu'il avait conseillé à l'Empereur d'accuser le Premier Ministre Yang Song. Il avait été ramené au capitole avec les menottes et les fers d'une distance de plusieurs milliers de kilomètres. Pendant le voyage, il tomba de la carriole plusieurs fois et une fois la carriole lui passa dessus.
  • Histoires de la Chine ancienne: “Une plantation de pêches de l’autre côté"

    L’expression “une plantation de pêche de l’autre côté » décrit un monde qui n’a pas été affecté par le monde extérieur et il peut aussi signifier Shangri-La. Ce terme prend son origine dans « L’Histoire de la plantation de pêche » décrite par Tao Yuanming, un grand écrivain de la Dynastie Song...
  • Accumuler du mérite pour ses descendants en sauvant la vie des gens

    Sous la dynastie Qing, M. Xu Diansheng de la région de Qiantiang était un officier de haut rang du gouvernement. Pendant quatre générations consécutives, les membres de sa famille avaient été nommés officiers du gouvernement. Lors de chaque examen académique annuel local, quelqu’un de sa famille réussissait à l’examen et devenait un officier. Les gens disaient que c’était parce que ses ancêtres avaient accumulé beaucoup de vertu...
  • Culture traditionnelle : Se contrôler et éliminer la colère

    Hu Anguo était un célèbre théoricien et écrivain de la Dynastie Song. Toute sa vie il a essayé de se conformer à la conduite d’un sage. Il a servi son pays à plusieurs niveaux, dont le plus haut en tant qu’« Erudit de Baowenge ». Quand il était jeune il n’avait aucune patience. Un jour fou de rage il a frappé un soldat. Le soldat a riposté. Hu a alors réalisé qu’être en colère n’était pas une bonne méthode pour régler un problème, alors il a pris un carnet de note et a commencé à transcrire des histoires tirées de la littérature en rapport avec la tolérance. Graduellement il est devenu de plus en plus patient et son esprit est devenu aussi plus tolérant.
  • Culture traditionnelle : Les gens de bien s’intéressent peu à la perte et au gain

    Pendant la Dynastie Tang (618-907 A.C) la coupe d’argent de M. Liu Gongquan (778-856A.C) fut volée par un serviteur. Quand le serviteur fut nterrogé il dit n’avoir rien à faire avec cette histoire. Liu Gongquan sourit et dit : « « La coupe d’argent a dû s’élever au ciel en devenant une déité. » Dans la période Liang (502-557 A.C.) de la Dynastie Tang (420-589 A.C.), Zhang Shuai envoya son serviteur chercher trois mille livres de riz. Quand il revint il n’y avait plus que la moitié du riz. Le serviteur lui dit que les oiseaux et les souris avaient volé la moitié du riz. Zhuang Shuai sourit et dit : « Ces oiseaux et ces souris ont beaucoup de capacité ! » Liu Gongquan et Zhang Shuai ne cherchèrent pas à récupérer les biens qu’ils avaient perdu ce qui leur permit d’éviter les conflits en manifestant beaucoup de tolérance.
  • Culture traditionnelle chinoise : "Les gens bienveillants apprécient les montagnes tandis que les sages aiment l'eau"

    Confucius disait à ses étudiants: "Les gens sages aiment l'eau tandis que les gens bienveillants aiment les montagnes. Les sages ont une personnalité aussi pleine de vie que l'eau alors que les personnes bienveillantes sont aussi tranquilles que les montagnes. Les sages vivent heureux tandis que les personnes bienveillantes jouissent de la longévité."
  • Histoires de la Chine ancienne: La sincérité et la révérence peuvent remuer les cieux

    Durant l'été de l'année Qingli à l'ère de Song Renzong, il y eut une terrible sécheresse dans la capitale. Le fonctionnaire des Admonestations Wang Su demanda à l'Empereur Song Renzong de prier personnellement pour la pluie. L'Empereur dit: "Le responsable de l'astronomie a déclaré qu'il pleuvrait le deuxième jour de ce mois, aussi je me préparerai à prier pour la pluie le premier jour." Wang Su répondit: "Je ne suis pas responsable de l'astronomie, mais je suis certain qu'il ne pleuvra pas ce jour là." L'Empereur demanda pourquoi.
  • Culture traditionnelle chinoise: Un homme indulgent gagne le respect de tous

    Un jour, Li Jinglue tint un banquet pour l'armée. Ren Dijian arriva en retard pour le banquet; aussi fut-il obligé de boire une grande coupe de vin en punition. Cependant, le serveur prit par mégarde une bouteille de vinaigre en guise de vin et il lui versa une grande coupe de vinaigre. Ren Dijian sut que c'était du vinaigre quant il leva la coupe à ses lèvres. Mais il savait que Li Jinglue était un homme austère et strict. Si Li Jinglue apprenait que le serviteur lui avait donné du vinaigre au lieu de vin, ce dernier aurait certainement été exécuté ...
  • Récits du Bouddhisme : N'accepter les offrandes que des riches

    Le disciple de Bouddha Subhuti ne demandait l’aumône que de ceux qui étaient riches. Il ne s’est jamais rendu chez les pauvres parce qu’il savait qu’ils vivaient déjà dans les épreuves et qu’il leur serait très difficile d’offrir en plus des offrandes. Ainsi lorsque les disciples de Bouddha quittaient le temple pour aller quémander, Subhuti s’en allait seul. Peu importe la distance qu’il devait couvrir et la faim qui le tenaillait, il ne s’est jamais rendu chez les pauvres leur demander des offrandes.
  • Un conte mongol : Hailibu, le chasseur au grand coeur

    Dans les prairies mongoles il y avait un chasseur au grand coeur du nom de Hailibu. Après chaque chasse, il partageait la viande entre les villageois et ne gardait qu'une petite portion pour lui-même. Son attention pour les autres lui valait un grand respect dans le village.
  • Histoires de la Chine ancienne : L’adversité mène à des histoires de succès

    La plupart de ceux qui dans les temps anciens avaient de l’ambition ont accompli de grandes choses après avoir appris la ténacité et la persévérance à travers les adversités. Bien qu’ils aient souffert dans un environnement médiocre et dur, ils ont fermement gardé leur croyance avec une grande volonté et une persévérance. Ils sont devenus des modèles pour les générations futures. On se rappelle toujours de leurs histoires qui encouragent les gens à dépasser les difficultés et les épreuves jusqu’au succès.
  • Accumuler de la vertu apporte des bénédictions alors que perdre de la vertu amène le malheur

    Chen Gongcai était un homme au talent littéraire remarquable. Un jour dans un rêve, un être divin lui dit qu'il était" l'Erudit Numéro Un parmi les Ivrognes," et devrait continuer à passer les examens impériaux aux différents niveaux. Après s'être réveillé, il se sentit perplexe, il interrogea d’autres personnes à propos de ce rêve. Quelqu'un dit: "Le caractère (chinois) 'ivre' n'est-il pas constitué de deux parties Xin et You, et quand ils sont combinés, Xin et You n'indiquent ils pas une année particulière dans le calendrier lunaire chinois? Cela veut probablement dire que vous deviendrez l'Erudit Numéro Un au plus haut examen impérial dans l'année de Xinyou."
  • Le bien et le mal naissent d'une seule pensée spontanée ; La rétribution karmique est toujours juste

    Yuan Zishi de la province de Shandong naquit à l'ère Zhizheng ( 1341 ¡V 1368 Ap JC.) pendant le règne de l'empereur Huizhong de la dynastie Yuan ( 1271 ¡V 1368 AP JC.). Il avait un ami proche appelé Miu Qianhu. Miu a eu besoin d'une grosse somme d'argent pour voyager dans le sud de la province de Fujian pour décrocher un poste de surveillance dans le gouvernement local. Yuan lui prêta avec bonté 300 pièces d' argent. Ils avaient été de bons amis depuis l'enfance, ainsi Yuan Zishi ne demanda même pas à Miu de certificat d'endettement...