Sagesse traditionnelle

  • Anciennes histoires de culture spirituelle : On ne peut atteindre la plénitude qu’en se cultivant fermement

    Shen Cui, Jingpo Wang et Fang Li étaient tous trois d’excellents amis. Pendant la période des Tang de la Dynastie Sui, les trois amis allèrent ensemble dans la Montagne du Cerf Blanc pour y apprendre le Tao ...
  • La culture traditionnelle chinoise et son lien au divin

    Lorsque l'on parle de la culture traditionnelle chinoise, de nombreuses personnes l'associent souvent aux anciennes philosophies, à la poésie, à la peinture et à diverses formes d'art. À travers ces nombreuses manifestations, nous pouvons entrevoir son essence - la racine divine - et comment elle a inspiré la culture chinoise pendant des milliers d'années. Le bouddhisme, le taoïsme et le confucianisme sont les trois piliers de la culture traditionnelle chinoise. Ils en constituent le point de départ, le fondement et les principes directeurs suivis tout au long de l'histoire. Ils représentent les valeurs fondamentales de la culture traditionnelle chinoise ...
  • Jiang Ziya a malheureusement regardé en arrière

    Dans le livre, lorsque son maître lui a remis le Fengshen Bang (L’investiture des dieux), Jiang s'est entendu dire : "Après avoir quitté cet endroit, peu importe qui t'appelle, tu ne peux pas répondre. ... Si tu réponds, 36 forces ennemies vont t' attendre." Cet ordre semble simple, mais il peut être difficile à suivre ... Lorsque Jiang est descendu de la montagne avec la Liste des Dieux, il a entendu quelqu'un l'appeler mais n'a pas répondu. Cette personne a continué à l'appeler, il s'est retourné et a vu qu'il s'agissait de Shen Gongbao ...
  • Bons et mauvais présages

    Nous pensons souvent que les anciens étaient superstitieux, mais, en fait, leur vision de l'inconnu était empreinte de crainte et de prudence réfléchie. Ils pensaient qu'en cultivant la vertu et en accomplissant de bonnes actions face à un avenir inconnu, les malheurs pouvaient se transformer en bénédictions ...
  • La langue des Cieux: Les origines de la communication dans la culture chinoise (2e partie)

    Si les huit trigrammes de Fuxi constituent la langue que les dieux utilisent pour parler aux humains, alors l'invention du chinois écrit par Cangjie forme la langue que les humains utilisent pour parler avec d'autres humains. Les deux langues proviennent de la nature de l’univers et chacune sert son propre objectif. Grâce aux trigrammes, les gens pouvaient lire le cours de la progression de la nature, s'éveiller aux secrets célestes et prédire la fortune ou le malheur. À travers les caractères, les gens pouvaient voir l’essence de toutes choses dans l’univers et déchiffrer leurs significations profondes ...
  • La préservation et la destruction du patrimoine culturel traditionnel (Photos)

    Le patrimoine culturel englobe la sagesse de nos ancêtres et nous montre comment la société humaine s'est développée. Il constitue une riche ressource permettant aux générations futures de comprendre notre histoire, avec toute sa profonde sagesse. La protection du patrimoine culturel est donc très importante, afin que nous puissions transmettre et préserver la culture traditionnelle. De durs combats ont été menés pour la préservation des vestiges culturels. Certains d'entre eux sont décrits ci-dessous.
  • Origine" de l'expression chinoise "La mer immense et le champ de mûriers"

    "Magu dit à Wang Yuan : « Depuis que j’ai obtenu le Tao et commencé à suivre les ordres du ciel, j'ai vu de mes propres yeux la Mer de l’Est se transformer trois fois en un champ de mûrier . Tout à l’heure, quand j’étais à Penglai, j'ai vu que l'eau de mer était moitié moins abondante que dans la période précédente. Va-t-elle de nouveau retourner à la terre? » Wang Yuan poussa un soupir, puis dit : « C’est vrai, les Sages disent tous que l'eau de la mer diminue. Dans peu de temps, la poussière y volera de nouveau. »
  • Māyā : L’illusion

    Un jour, alors qu’il cultivait dans la forêt, un jeune moine questionna son maître " S’il vous plaît maître, j’aimerai savoir ce qu’est Māyā ". Quelques jours passèrent et un jour le maître demanda à son disciple d’aller lui chercher de l’eau à la rivière. Arrivé au bord de l’eau, le moine se pencha pour remplir son sceau puis tout à coup, une fille tomba dans l’eau et se mit à crier à l’aide ...
  • À propos de tranquillité

    “L'idéogramme chinois jing (tranquillité) se compose de deux caractères ”vert” et “dispute”. Il est facile d’expliquer le mot "vert," comme les pentes vertes des collines, mais comment " dispute" devrait-il être expliqué ? ...
  • Études occidentales sur la réincarnation : L'esprit ne meurt jamais

    En comparant la fugacité de la vie humaine et les espaces-temps infinis, comment devrions-nous mener notre vie ? soupirer de tristesse ? Ou oublier tout cela et essayer de trouver du plaisir ? Ou admettre que cette question dépasse notre capacité et notre sagesse et la mettre de côté pour nous concentrer sur quelque chose de plus tangible ? Rien de tout cela n'est nécessaire. Chacune de nos vies a son côté éternel, l'esprit ou l'âme ...
  • Comprendre le cœur dans la médecine chinoise

    Les modernes croient généralement que le cerveau régit le corps. Mais selon les anciens médecins chinois, c'est le cœur qui est en charge. Dans la médecine traditionnelle chinoise, le cœur est considéré comme l'empereur du corps. Il donne le ton et la direction à suivre pour le reste des systèmes organiques....
  • L’histoire de Su Dongpo qui écrivit "Enfantin et Candide sont mes professeurs"

    Su Shi ( 1036-1101), aussi connu sous le nom de Su Dongpo, est une des quelques grandes figures de l’histoire chinoise, maître de multiples disciplines artistiques et littéraires. Il était un grand écrivain, artiste et calligraphe... Un jour, il invita plusieurs bons amis a goûter du thé ...
  • La persévérance et obtenir le Tao

    Dans le passé il était assez difficile pour les gens d’obtenir le Tao. Sans un esprit persévérant les gens échouaient. Peu importe depuis combien d’années ils cultivaient, s'ils échouaient à passer une petite épreuve, tous leurs efforts devenaient vains. Ainsi perdaient-ils l’occasion d’obtenir le Tao.Un Taoïste essayait de cultiver pour devenir un être divin. L’Empereur de Jade l'apprit et fit descendre du ciel un émissaire pour l'éprouver ...
  • Un récit populaire : Rendre le bien pour le mal

    Dans l’ancienne Chine, il y avait un chevalier prétentieux qui se considérait lui-même comme étant un fonctionnaire de haut-rang. Il était arrogant et souvent malmenait ses voisins. Un de ses voisins était un vieil homme à la barbe blanche, qui vivait avec ses trois fils. Un jour, le vieil homme dit à ses fils ...
  • Les affaires humaines sont déterminées par le ciel - "Shi Fan de Yuan " Sélection II

    Les êtres humains ne sont pas conscients. Quand ils voient que d’autres ont une carrière prospère ou un statut satisfaisant, ils deviennent jaloux. Quand ils voient les autres rencontrer des difficultés, ils se moquent d’eux. Les gens dans le même village ou en ville, spécialement, tendent à avoir ce problème. Si nous pouvons saisir le principe que tout change, nous nous préoccuperons seulement de notre propre futur et n’aurons jamais le temps d’être jaloux ou de rire des autres.