Sagesse traditionnelle

  • Mieux vaut des fonctionnaires compétents que de bons présages

    Il est documenté dan le livre "Les Grands Ecrits de l'Histoire Zi Zhi Tong JIan - la Dynastie Tang, que durant le règne de l'Empereur Taizhong, des oiseaux blancs construisirent un nid au-dessus du palais. Le nid était étroit au milieu et large aux deux extrémités, comme si deux nids avaient été poussés ensemble, comme un tambour de ceinture. Tous ses fonctionnaires firent l'éloge des oiseaux en disant "Les choses ordinaires dans ce monde n'aiment pas être combinées parce qu'elles ne peuvent se tolérer mutuellement. A présent deux nids d'oiseaux se sont fondus en un avec une forme spéciale. C'est vraiment remarquable - une réflexion de l'harmonie existant entre le ciel et la terre, et la vertu de Votre Majesté, notre Empereur. Nous devons célébrer cet événement !"
  • Catastrophe et Renaissance de la culture traditionnelle chinoise (2ème Partie)

    Selon la culture traditionnelle chinoise, chaque fois qu'un désastre naturel se produisait, en plus de prier pour les bénédictions des dieux, les gens se réexaminaient pour voir là où ils n'avaient pas bien fait. Même les empereurs "proclamaient leurs propres fautes"...
  • Catastrophe et renaissance de la culture traditionnelle chinoise (Première Partie)

    Selon l'histoire, Pangu créa le ciel et la terre et fixa la base de la culture traditionnelle chinoise, une culture conférée par des dieux. Les Huit Diagrammes, inventés et transmis par l'empereur chinois Fu XI, le père de la culture traditionnelle chinoise, sont la source de la large et profonde culture chinoise ...
  • Se soumettre aux principes du Ciel - un pays en paix et un peuple vivant en harmonie

    Les êtres sensibles tirent leur origine du Ciel, tout comme les principes de la société ordinaire. C’est pour cela que l’adhésion aux principes célestes était une chose importante pour le peuple chinois. Ils vivaient selon ces principes. Quand les principes célestes sont suivis, le pays connaîtra la paix et les gens vivront en harmonie. Quand les principes célestes ne sont pas pris en compte, il y aura sécheresse, inondations et autres catastrophes naturelles et il sera difficile aux gens de gagner leur vie. Il y a de nombreux exemples documentés venant du passé, lesquels incluent des discussions de ces principes. Ce qui suit raconte deux histoires tirées de : "Registres historiques des Causes et Effets."
  • Servir le public de manière désintéressée, respecter la vertu et aimer le peuple

    Zhao Bian était originaire du Comté de Qu de la Province de Zhejiang sous la Dynastie des Song (960-1279 ap J.C). Au jeune âge de 27 ans, il passa un examen pour devenir fonctionnaire du gouvernement. Il remplit ses fonctions sous trois régimes différents : celui de l’Empereur Ren, de l’Empereur Ying et de l’Empereur Shen. Il était bien connu pour sa droiture, sa générosité avec le peuple et était attentif à sa propre conduite.
  • Assister les pauvres et être au service de ceux qui sont dans le besoin

    Lun Diwu était un fonctionnaire de l’ancienne dynastie orientale Han. Il vivait dans ce qui est aujourd'hui la province de Shaanxi. Il était honnête, sans prétention et généreux. Un de ses collègues lui dit un jour «Vous respectez la bonté et la justice, ce qui est tout à fait noble pour un gentleman. Toutefois, nous sommes des fonctionnaires, et nous avons besoin de savoir comment fonctionne le système. Si vous n’apprenez pas à être flexible, vous le regretterez dans le futur. " Diwu répondit : «Je vis pour la bonté et la vertu. Elles sont primordiales. Comment puis-je les perdre pour maintenir un poste au gouvernement? Vous me voulez du bien, mais vous ne comprenez pas mes aspirations."
  • Quand on recommande des gens la moralité doit être l’aspect numéro un à prendre en compte

    Dans l’histoire Chinoise, la moralité d’une personne était toujours le critère numéro un utilisé pour déterminer si cette personne pouvait être recommandée pour n’importe quel poste important. Bien sûr, la moralité de la personne faisant la recommandation est tout aussi importante. Il devait être ouvert d’esprit, impartial et non égoïste. Si une personne est égoïste et partiale avec ceux qui lui sont proches, alors peu importe ce qu’il fera ce sera fait pour développer son propre groupe et pour renforcer son propre pouvoir. L’histoire de "Li Ke recommande un Premier Ministre" dans l’ancien livre Zizhitongjian en est un bon exemple.
  • Yang Zhen - Un fonctionnaire irréprochable

    Avant son départ pour Jingzhou en tant que gouverneur de préfecture, son vieil ami Wang Mi, qui avait été recommandé par lui pour un poste de fonctionnaire, apporta 10 Jin d’or à Yan Zhen quand il vint en pleine nuit lui rendre visite... Yang Zhen refusa d’accepter l’or et dit : "Je te comprends puisque je suis ton vieil ami. Mais tu ne comprends pas ton vieil ami. Pourquoi fais-tu cela ? Wang Mi répondit : "Personne n’en saura rien au beau milieu de la nuit." Yang Zhen dit alors :"Le Ciel le sait. Les dieux savent. Toi et moi, nous savons. Comment peux-tu dire que personne ne sait ? Wang Mi s’en alla extrêmement honteux.
  • L’empereur éduque lui-même son fils

    En chinois Taizi (la couronne princière) est aussi appelé Chujun (le roi en train d’attendre). Elever un bon successeur au trône était un travail très important car cela affectait la santé à long terme du pays. L’empereur Taizong de la dynastie Tang l’a pris très au sérieux. Le dauphin Li Zhi était une personne gentille et juste mais il manquait de courage et de détermination. L’empereur Taizong a établi des plans méticuleux pour que Li Zhi conserve ses qualités et améliore ses points faibles.
  • Une nonne fait une donation

    Il y a bien longtemps il y avait une nonne qui errait dans la société en persuadant les gens de pratiquer la vertu. Elle pensait que les croyants ne devaient pas se contenter d’aller aux temples et de faire des donations. Elle allait chez les gens pour leur parler de la vertu du bouddhisme. Elle allait chez qui lui demandait. Qu’ils soient des officiers de haut rang ou des seigneurs de la noblesse, des petites gens sans moyen, elle les persuadait tous chaleureusement de pratiquer la vertu pour résoudre leurs problèmes. Elle ne demandait pas de donation mais conseillait simplement aux gens de garder un cœur compatissant et de faire les bonnes choses...
  • Les histoires à l'origine des expressions : "La lumière d'une bougie et l'étude "

    Shikuang vivait à la Période du Printemps et de l'Automne. Un jour Jing Pingong, Empereur de Jing, demanda à Shikuang: "J'ai déjà soixante-dix ans et je veux étudier à présent. Est-il trop tard ? "Shikuang dit : "Pourquoi ne pas allumer une bougie ?" Pingong dit : "Pourquoi un fonctionnaire se moque-t-il de l'Empereur ?" ...
  • Une culture transmise par les anciens: Défendre la vertu et avoir de la compassion pour les autres dans le besoin

    Dans la Chine ancienne il y avait un dicton qui disait: "Que l'on soit riche ou pauvre, on ne doit pas être troublé par les intérêts ou les gains personnel, ni céder au pouvoir ou à la force." Durant la Dynastie Song du Sud, à part Wen Tianxiang, il y avait un autre homme qui était connu pour avoir le même courage et la même droiture que Su Wu de la Dynastie Han. Son nom était Hong Hao.
  • Confucius 'sur les bénéfices de l'étude'

    Zilu demanda : "Quels sont les bénéfices de l'étude ?" Confucius répondit :" Un roi ne pourrait pas bien gérer les affaires de l'état s'il n'y avait pas de ministres osant lui parler franchement. Si un homme n'a aucun ami pour le guider, il a des déficiences dans son caractère moral. En chevauchant un cheval sauvage, on ne peut pas lancer loin le fouet. Celui qui utilise un arc et des flêches ne peut pas le faire sans outils d'étalonnage. C'est seulement lorsqu'on tire une ligne droite sur un morceau de bois qu'on peut le couper droit. Les gens ne peuvent pas atteindre l'état spirituel d'un saint qu'en étant près à accepter les conseils les empêchant de faire de mauvaises choses...
  • Etudier le voyage à l’ouest (13)

    Dans la communauté des pratiquants, il y a un dicton: "Venir dans ce monde est comme un séjour à l’hôtel, on y passe quelques jours, puis on se hâte de repartir. » . » Chacun suit un chemin différent et il n’y a rien qui mérite de vous retenir. Après y avoir réflêchi attentivement, vous remarquerez à quel point cela est vrai. Le bouddhisme parle de réincarnation et que personne ne peut emporter avec soi la renommée et la fortune. Vos parents et vos ennemis dans cette vie sont ici pour accomplir une relation prédestinée avec vous. Personne ne peut remplacer l’autre. Une fois que vous comprenez les véritables règles de la vie, que vous savez comment obtenir le vrai bonheur, que vous connaissez la vérité de l’univers, vous prendrez tous les problèmes de la vie à la légère. Pourquoi se battre ? La vie humaine est tellement courte et insignifiante dans ce vaste univers
  • La représentation de la Troupe des Arts Divins illustre les secrets du ciel

    La Troupe des Arts Divins a non seulement offert des représentations de haut niveau en 2007, mais elle a aussi touché les âmes par ses accomplissements artistiques. Chacune de ses scènes illustrait un contenu profond et significatif . Ici, je voudrai commenter la séquence de danse du ‘’ Moine qui Endurait.’’ Sa forme parfaite et les secrets divins qu’elle renferme sont vraiment inspirants et éducatifs pour tous ceux qui la voient.