Sagesse traditionnelle

  • Histoires de la Chine ancienne : Une vie offerte en sacrifice pour une noble cause émeut le coeur de l'ennemi

    Xun Jubo était un homme avec un esprit noble qui a vécu sous le régime de l'Empereur Hanwe dans la Dynastie orientale des Han. Un jour Xun Jubo voyagea loin afin de rendre visite à un ami malade. Il advint que les Xiongnu, un ancien groupe ethnique de la Chine, attaquèrent la cité où il se rendait. L'ami de Xun Jubo dit à celui-ci, "Je suis entrain de mourir. Tu devrais te dépêcher de partir." Xun Jubo répliqua, "J'ai fait un si long chemin pour te voir et tu me demandes de m'en aller. Moi, Xun Jubo ne ferait jamais quelque chose d'aussi lâche simplement pour rester en vie."
  • Une histoire de rétribution: nuire à autrui c’est se nuire à soi-même; un voleur dans cette vie, un esclave dans la suivante

    Durant la dynastie Sui, Zhao Liangxiang vivait à Daizhou. Zhao Linangxiang était un homme en bonne santé et il avait deux fils. Le plus âgé, Zhao Meng, était un homme honnête et bon, tandis que le plus jeune, Zhao Yin, était mesquin et brutal. Dans ses vieux jours, Zhao Liangxiang souffrant voulut éviter une dispute familiale sur ses biens et les divisa dans son testament. Mais peu après le décès de Zhao Liangxiang, le plus jeune fils, Zhao Ying, pris tous les biens destinés à son aîné excepté une cabane de jardin. Zhao Meng dut travailler comme serviteur pour joindre les deux bouts...
  • Culture traditionnelle : Du temps où l’Empereur gouvernait avec compassion, il était aimé du peuple

    Dans l’année Deux de l’ Ere Zhenguan, la Chine centrale connut une inondation suivie d’une horrible famine. L’Empereur Tang Taizong dit à son cabinet : "Le climat extrême est le résultat de mon manque de vertu , mon autorité ne se base pas sur la vertu. Par conséquent nous sommes punis. Qu’est ce que les gens ont fait de mal pour avoir à supporter ces épreuves ? J’ai entendu que les gens vendent leurs fils et leurs filles pour de l’argent. Je suis très triste ! " Puis il envoya un membre de son cabinet du nom de Du Yan dans la région inondée.Ce dernier racheta les enfants avec l’argent personnel de l’Empereur et les rendit à leurs parents.
  • La bonté de Cao Bin change le destin – Une histoire de la Chine ancienne à propos de la loi universelle de cause et d’effet

    Cao Bin était un général de la Dynastie Song. Tôt dans sa carrière, un devin respecté, M. Chen Xiyi, dit que bien qu’ayant obtenu le succès prématurément dans sa vie, il n’aurait pas de chance dans ses vieux jours. Pour compenser, en menant l’armée à la bataille, il tuerait aussi peu de gens que possible. Cao s’attachait à protéger l’innocent. Lorsqu’il menait les soldats pour occuper Suizhou dans la région de Shu (l’actuelle province de Sichuan), ses soldats voulaient tuer tout le monde dans la ville. Cao interdit strictement de tuer l’innocent...
  • Leçons de la vie : La richesse est dans le contentement

    Il était une fois dans la Chine ancienne, un vieux bûcheron qui buvait dans un ruisseau de montagne quand il découvrit des sables d'or brillants rassemblés au fond d’un réservoir. Il était agréablement surpris de sa découverte. Il commença par remonter le ruisseau et rassembler le sable d'or qui s'était accumulé au fond du réservoir toutes les deux semaines. Sa vie devint de plus en plus confortable. Tout d'abord, il garda le secret pour lui seul. Mais un jour il le partagea avec son fils.
  • Vingt quatre exemples de piété filiale ( 20): La carpe bondit hors d’une source bouillonnante

    Des histoires au sujet de conduites filiales exemplaires abondent dans l’histoire de Chine. Les Vingt quatre exemples de piété filiale ont été choisis et compilés par Guo Jujing de la province Fujian durant la Dynastie Yuan ( 1280-1368 Après J.C) alors qu’il pleurait la mort de son père. Il a raconté les exploits filiaux d’enfants envers leurs parents depuis l’époque de l’Empereur Primordial Shun jusqu’à sa propre époque. Meme de nos jours, ces histoires forment une part importante de la vertu Chinoise traditionnelle.
  • Figures de l’histoire chinoise confrontées à des tribulations pour leurs actes blasphématoires envers la Loi de Bouddha ( 2ème partie)

    Il y a de nombreux mystères non résolus dans le monde. Vous n’avez pas à pratiquer la Loi de Bouddha de Falun ( ou Falun Gong), mais vous ne devez pas croire la propagande haineuse des médias de Chine continentale contre Falun Gong parce que c’est un pêché terrible de calomnier la Loi de Bouddha. Peut être la compilation de ces récits historiques vous aidera a prendre une décision meilleure et plus sage.
  • Vingt-quatre exemples de piété filiale (17) : Lao Laizi fait l'idiot pour amuser ses parents

    Des histoires de conduite filiale exemplaire abondent dans l’histoire de la Chine. Les Vingt-Quatre Exemples de Piété Filiale ont été choisis et compilés par Guo Jujing de la Province de Fujian pendant la dynastie Yuan ( 1280-1368 ) alors qu'il pleurait la mort de son père. Il a raconté les prouesses d’enfants filiaux envers leurs parents depuis le temps du principal Empereur Shun jusqu’à sa propre époque. Même aujourd'hui, ces histoires forment une partie importante de la vertu chinoise traditionnelle.
  • Vingt quatre exemples de piété filiale (18): Cai Shun ramasse des mûres pour sa mère

    Les récits de conduite filiale exemplaire abondent dans l’histoire de la Chine. Les vingt-quatre exemples de piété filiale ont été choisis et compilés par Guo Jujing de la Province du Fujian durant la Dynastie des Yuan (1280-1368 Après JC) alors qu’il pleurait la mort de son père. Il raconta les exploits d’ enfants envers leurs parents depuis le temps de l’Empereur primordial Shun jusqu’à son époque. Aujourd’hui encore, ces histoires constituent une partie intégrante de la vertu chinoise traditionnelle.
  • Vingt-quatre exemples de piété filiale (10) : Lady Tang alimente inlassablement sa belle-mère avec son lait maternel

    Les récits de conduite filiale exemplaire abondent dans l’histoire de la Chine. Les vingt-quatre exemples de piété filiale ont été choisis et compilés par Guo Jujing de la Province du Fujian durant la Dynastie des Yuan (1280-1368 Après JC) alors qu’il pleurait la mort de son père. Il raconta les exploits d’ enfants envers leurs parents depuis le temps de l’Empereur primordial Shun jusqu’à son époque. Aujourd’hui encore, ces histoires constituent une partie intégrante de la vertu chinoise traditionnelle.
  • Vingt-quatre exemples de piété filiale (7) : Tan Zi apporte du lait de biche à ses parents souffrants

    L’histoire chinoise abonde en récits de conduite filiale exemplaire. Les Vingt quatre Exemples de piété filiale ont été choisis et compilés par Guao Jujing de la province de Fujian durant la dynastie Yuan (1280-1368) alors qu’il pleurait la mort de son père. Il racontait les actions de piété filiale d’enfants envers leurs parents depuis les temps de l’Empereur primordial Shun jusqu’à sa propre époque. Même aujourd’hui ces histoires forment une partie importante de la vertu chinoise traditionnelle.
  • Vingt-quatre exemples de piété filiale (11): Wu Meng laisse les moustiques boire son sang

    L’histoire chinoise abonde en récits de conduite filiale exemplaire. Les Vingt quatre Exemples de piété filiale ont été choisis et compilés par Guao Jujing de la province de Fujian durant la dynastie Yuan (1280-1368) alors qu’il pleurait la mort de son père. Il racontait les actions de piété filiale d’enfants envers leurs parents depuis les temps de l’Empereur primordial Shun jusqu’à sa propre époque. Même aujourd’hui ces histoires forment une partie importante de la vertu chinoise traditionnelle.
  • Histoires de Chine : Une action vertueuse prolonge la vie d’un homme

    La famille de Liu Hongjing avait vécu à Feishui près de la Rivière Hai pendant de nombreuses générations. Il était millionnaire mais avait un comportement moral. Il n’était pas homme à afficher sa prospérité, personne ne savait donc qu’il était un homme riche. Un jour, Liu Hongjing tomba sur un devin aux grandes capacités en chemin vers Shouchun. Il demanda à l’homme de lui lire l’avenir. Le devin lui dit « Vous êtes un homme riche mais vous mourrez dans deux ans. Personne n’y peut rien ! »
  • Exemples de piété filiale: Min Ziqian gèle dans un manteau matelassé d’herbe par obéissance à sa belle-mère

    Min Sun naquit dans la Dynastie Zhou. On le connaissait sous le nom de Min Ziqian. Sa mère mourut précocement et son père prit une autre femme dont il eut deux fils. Elle traitait bien ses propres fils et les habillait de robes de soie matelassés de coton épais. Elle n’aimait pas Min Ziqian et l’habillait dans un vêtement matelassé d’herbe sèche .
  • Ancienne histoire de 'cultivation' : Guang Chenqzi

    Guang Chengzi vivait à l’époque où gouvernait l’Empereur Jaune . Il vivait dans la solitude dans une demeure en pierre dans la Montagne Kongtong située dans la ville orientale de Pingliang, de la province de Gansu. Un jour l’Empereur Jaune lui rendit visite en personne et lui demanda quelle était l’essence du Dao Suprême (la Voie, le chemin de l’éveil)...