Sagesse traditionnelle

  • Les affaires humaines sont déterminées par le ciel - "Shi Fan de Yuan " Sélection II

    Les êtres humains ne sont pas conscients. Quand ils voient que d’autres ont une carrière prospère ou un statut satisfaisant, ils deviennent jaloux. Quand ils voient les autres rencontrer des difficultés, ils se moquent d’eux. Les gens dans le même village ou en ville, spécialement, tendent à avoir ce problème. Si nous pouvons saisir le principe que tout change, nous nous préoccuperons seulement de notre propre futur et n’aurons jamais le temps d’être jaloux ou de rire des autres.
  • Citations choisies extraites du livre "Modèles pour le Monde" écrit par Yuan Cai

    Dès qu’on apprend à ressentir et à raisonner, on fait face aux inquiétudes et au malheur dans ce monde. Un bébé pleure parce que ses besoins sont insatisfaits. De l’enfance à la jeunesse, puis de l’âge adulte à la vieillesse, il y tant de choses qui rendent plus malheureux qu’heureux. Personne sur terre ne peut être constamment heureux. Plus on le comprend profondément mieux on se sent face aux difficultés.
  • Corriger les fautes d’un roi avec droiture et servir les gens de façon altruiste

    Yan Zi était le Premier ministre de l’État de Qi durant la période des états guerriers et de Printemps et d'Automne (476 avant JC jusqu’en 221 avant JC). Assistant le roi et les aristocrates de l’état de Qi pendant des dizaines d’années, Yan Zi n’évitait pas de critiquer franchement les fautes du Roi et il administrait le pays avec honnêteté, droiture et altruisme. Libre de toute corruption, il laissa derrière lui de nombreuses histoires touchantes et inspirantes.
  • Citations extraites du Livre "Modèles pour le Monde" écrit par Yuan Cai

    Yuan Cai, aussi appélé Yuan Junzai, naquit à Xinan (aujourd'hui Changshan dans la Province de Zhejiang) dans la Dynastie Song. Il fut numéro trois à l'examen de l'empereur lors de l'Année Une de Xinglong, et servit au plus haut rang du Ministère Public. Il servit un jour comme maire du Comté de Leqing et il était connu pour son intégrité et sa franchise. Afin d'éduquer les citoyens et d'élever les standards moraux du grand public, il écrivit Suxun (qui signifie "leçons pour le grand public ") la 5eme année de l'Empereur Xiao de la Dynastie Song, afin d'enseigner aux gens l'art des relations mutuelles et du comportement social . Plus tard le livre fut rebaptisé Shifan (c'est à dire "Modèles pour le Monde") ...
  • Accomplir un but louable avec modestie et altruisme

    Zheng Xuan et Fu Zishen étaient des intellectuels contemporains, connus pour leurs connaissances sur les classiques de l’histoire ancienne. Ils ne s’étaient jamais rencontrés auparavant. Mais, découvrant que les idées de Fu étaient similaires aux siennes, Zheng Xuan donna sans condition son propre travail, permettant ainsi à Fu d’achever un travail titanesque. Cette aide permit plus tard à Fu de devenir célèbre. L’altruisme et la modestie de Zheng Xuan aidèrent Fu Zishen à atteindre son objectif et gagnèrent l’admiration et le respect du peuple.
  • Histoires de la Chine ancienne : Le poulet volé

    Dans l’ancien temps, il y avait un savant dans la région de Hunan/Hubei. Il se trouva que le septième tribunal du monde de l’enfer manquait de main d’œuvre, aussi l’Empereur de Jade assigna-t-il au savant d’y occuper un emploi temporairement. Ce dernier se rendait donc dans le monde de l’enfer tous les quelques jours. Sa tâche principale était de réviser les registres sans qu’il ait à juger aucun cas. Alors qu’il feuilletait les registres, il vit que les récompenses et es peines différaient selon le karma de chacun. Chaque fois qu’il voyait les gens endurer de cruelles tortures, il envoyait quelqu’un pour les sauver. Mais il découvrit qu’il n’arrivait pas à les sauver même en y mettant tous ses efforts...
  • Admiration et louanges pour un grand empereur

    L’empereur Taizong traitait tous ses ennemis avec compassion. C’est la raison pour laquelle nombre de ses anciens ennemis devinrent des officiels de l’empire, loyaux et talentueux, parmi lesquels Wei Zheng. Il soumit plus de 200 suggestions à l’empereur Taizong, qui les adopta presque toutes. La mort de Wei Zheng chagrina beaucoup l’empereur Taizong qui dit : "Avec un miroir en bronze, quelqu’un peut voir s’il est correctement vêtu. Avec l’histoire comme miroir, quelqu’un peut comprendre l’essor et la chute d’une nation. Avec des hommes comme miroir, on peut voir si on est juste ou non. Aujourd'hui, avec la mort de Wei Zheng, j’ai perdu mon plus fidèle miroir"
  • Même un empereur doit payer pour ses mauvaises actions

    L’Empereur Xuan Di (578 - 579 Avant Notre Ere) de la Dynastie Zhou du Nord (557 - 581 Avant notre ère), était dans sa jeunesse un prince héritier au mauvais comportement, son père l’empereur Wu Di (561 - 578 Avant Notre Ere) le soumit à la plus rude des disciplines. Il demanda à un eunuque du nom de Cheng Shen de le surveiller de près. L’empereur dit à Cheng Shen qu’il le ferait exécuter s’il omettait de rapporter ne serait-ce qu’une seule erreur du prince. Cheng Shen n’avait d’autre choix que s'acquitter de la tâche fastidieuse de dénoncer chacune des mauvaises actions commises par le prince. Suite à cet arrangement, l’empereur Wu Di fit passer le prince à tabac plus d’une centaine de fois durant la période où Cheng Shen exerça sa surveillance ...
  • La nourriture est juste pour soulager la faim

    Liu Nanyuan était un ministre du Ministère des travaux publics à l’époque de Jiajing (1522-1566) sous la dynastie des Ming (1368-1644). Au moment de sa retraite lorqu'il retourna dans sa ville natale, il y avait un officier provincial responsable de la région qui se montrait très exigeant sur ce qu'il mangeait. Les officiers du canton étaient intimidés. Liu Nanhuan leur dit : « Il était jadis mon élève. Je vais lui donner quelque conseil.»
  • Creuser des cavernes pour cultiver le Tao

    Hao Datong est l'un des Sept Vrais Taoïstes dans le Taoïsme Quanzhen, qui sont célèbres en Chine. Selon la préface de Feng Bi dans les Collections de Taigu. Il fit un jour le voyage à Wozhou. Là il s'assit dans la tranquillité méditant sous le pont de Zhaozhou pendant 6 ans. Pendant ce temps, des enfants délurés se moquaient de lui, et il ne s'en tracassait pas. Les enfants empilaient même des pierres sur sa tête, et il n'en était pas dérangé. Tandis que l'eau du fleuve montait , il ne partait pas, mais il demeurait pourtant en sécurité. C'est qu'il était une personne avec une moralité élevée et des capacités supra normales.
  • Des paroles honnêtes pour le Roi : Un coeur bienveillant et altruiste

    Yan Ying était un fonctionnaire de l'Etat de Qi lors de la période d'Eté et d'Automne (722 – 481 Apr. JC). En l'An Trois du règne du Roi Zhuang, Luan Ying, un érudit de l'Etat de Jin, s'échappa de Qi. Le Roi Zhuang donna un fête pour Luan Ying et dit à ses fonctionnaires: "Luan Ying est très talentueux. Je vais bien le traiter et il consentira à m'aider à étendre mon état." Yan Ying avait déjà rencontré Luan Ying. Il dit au Roi Zhuang : "Luan Ying est sournois et malhonnête. Je l'ai remarqué la première fois qu'il m'a parlé. Alors, j'ai vu qu'il était plein de flatteries envers vous et qu'il n'avait aucune parole de sincérité. Il agit de cette façon parce qu'il a des arrières pensées. En tant que Roi, vous devriez être sur vos gardes."
  • Anciennes histoires de cultivation : Le moine Dao Shun

    Les gens ignoraient d'où venait Shi Dao Shun. Tout ce qu'ils savaient c'est qu'il vivait dans une hutte de chaume qu'il avait construite dans un endroit tranquille et retité. Dao Shun n'avait pas d'économies et ne mangeait qu'un repas par jour. Le reste du temps il méditait. Les serptents et les rats se cachaient souvent sous son lit et vivaient en paix les uns avec les autres. Un jour un tigre vint à la hutte et Dao Shun lui parla du Dharma. Une fois quelqu'un vint lui rendre visite, en voyant le tigre il fit demi tour et partit. Il dit à Dao Shuan qu'il reviendrait lorsque le tigre serait parti. Dao Shun dit au tigre : "Jai un visiteur qui vient demain tu devras partir ailleurs pour la journée."
  • Pas de dispute , pas de ressentiment, être connu pour sa vertu

    Shaozi abandonna ses propres intérêts à d’autres sans querelles ni ressentiment. Ce n’était pas un comportement lâche, mais le résultat de son endurance et de sa largesse d’esprit. Seule une personne moralement intègre et instruite se comporte d’une telle façon. L’histoire se propagea à la cour royale et dans la société. L’histoire a enregistré que Shaozi était connu pour sa vertu. Trois gouvernements lui offrirent une position ce qu’il refusa.
  • Un fonctionnaire déloyal de la Cour Impériale condamné par l’histoire

    Quand les empereurs Huizong et Qinzong de la dynastie Song du Nord (960-1279 AD) furent emmenés par les troupes de la dynastie Jin (1115-1234 ad), Qin Hui et sa femme furent aussi arrêtés. Jin, un caméléon fourbe, se permit de se présenter devant l’empereur Taizong de la dynastie Jin comme un serviteur et même comme un esclave et lui promit de faire tout en son pouvoir pour aider Jin Wuzhu le quatrième fils de l’empereur de Jin. La femme de Qin, Wang, qui était tout aussi prête à plaire à l’ennemi coucha même avec Jin Wuzhu. Le couple convainquit la cour royale que si on les renvoyait dans leur pays natal, une fois qu’ils auraient le pouvoir, ils rendraient le territoire Song à la dynastie Jing. Convaincus que Qin et sa femme étaient devenus des alliés la cour royale les renvoya dans les plaines centrales.
  • Accepter les suggestions et les critiques avec gratitude

    Il y a un dicton: "L'océan est grand parce qu'il accepte l'eau des rivières et des ruisseaux." L'opinion de chacun est comme l'eau des rivières et des ruisseaux. Lorsqu'une personne pense qu'elle est parfaite, cela revient au même que de se couper elle-même de l'eau des rivières et des ruisseaux. Si c'est le cas, peu importe l'immensité de l'océan, celui-ci se tarira bien vite. En fait, penser que l'on est parfait a son origine dans l'égoïsme et l'égocentrisme.