Catastrophe et renaissance de la culture traditionnelle chinoise (Première Partie)


L'humanité s'est développée jusqu'à aujourd'hui après être passée par plusieurs milliers d'années d'évolutions et de régressions et de nombreuses tribulations. Les cultures que l'humanité a créées sont complètes et riches. Je crois qu'en termes d'essence, d'origine, de manifestation, et d'impact d'une culture, les cultures de l'humanité peuvent être sommairement divisées en deux catégories principales selon qu'elles croient ou ne croient pas dans les divinités.


Par exemple, que ce soit dans leur héritage et leurs manifestations ou dans leurs essences et leurs impacts, la culture traditionnelle chinoise et la culture du parti communiste chinois (PCC) sont rigoureusement différentes. Elles sont largement différentes à la fois dans le contenu et dans la forme. Regardons les origines historiques de ces deux cultures, leur développement, et leurs manifestations, afin d'avoir une compréhension claire de la culture traditionnelle de la Chine.


1. Compréhension préliminaire de l'origine de la culture traditionnelle chinoise

La culture traditionnelle chinoise souligne la croyance dans les divinités.


Les dieux ont créé l'humanité, et en même temps, l'ont pourvue d'une culture sur laquelle les peuples se basent pour vivre et se développer. Ainsi, la croyance dans les divinités est le noyau de la culture traditionnelle chinoise.


La culture traditionnelle chinoise inclut des cultures centrées sur la cultivation telles que le bouddhisme et le taoïsme, ainsi qu'une culture louant les divinités. En dépit de divers phénomènes culturels qui ne sont pas liés aux divinités, ces cultures ne contiennent rien contre la croyance dans les divinités. En remontant à leurs racines, nous pouvons constater qu'elles sont toutes d'une façon ou d'une autre reliées aux cultures d'inspiration divine et contiennent des traces de cultures d'origines divines.


Selon l'histoire, Pangu créa le ciel et la terre et fixa la base de la culture traditionnelle chinoise, une culture conférée par des dieux. Les Huit Diagrammes, inventés et transmis par l'empereur chinois Fu XI, le père de la culture traditionnelle chinoise, sont la source de la vaste et profonde culture chinoise. Le dieu Nuwan créa l'homme avec de la terre. L'empereur Huang obtint de régner sur la Chine, et depuis lors, les Chinois, avec la bénédiction des divinités, ont eu un endroit où vivre et une scène où dérouler leur existence. Le chroniqueur historique de l'empereur Huang, Cang Jie (1) inventa les caractères chinois, et l'humanité put alors transmettre la culture conférée par le ciel dans leurs écrits.


Simples et sans artifices, les anciens peuples chinois étaient purs et emplis de compassion. Leur croyance dans les dieux provenait du fond de leur cœur. Pour cette raison, la durée des trois premières dynasties chinoises (les dynasties Xia, Shang, et Zhou) ont été extrêmement longues. Le contenu des "os d'oracle" (de la dynastie Shang) concernait la plupart du temps les croyances dans les dieux, des rituels de louange, la prédication, les coutumes communes et simples, et la compassion envers les gens. Shi Jing (c'est-à-dire, le Livre des Odes, la première anthologie de poésie en Chine, a été divisée en Feng, Ya, et Odes en accord avec la mélodie et les thèmes). Une partie considérable des Odes faisait l'éloge des dieux.


Il y a plus de 2.500 ans, les enseignements de Confucius et de Lao Zi en Chine, et ceux de Shakyamuni en Inde (qui fut contemporain de Confucius et de Lao Zi) devinrent plus tard les trois grandes écoles de pensée en Chine. À savoir le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme. Naturellement, la croyance dans les dieux est évidente dans l'école du Tao et l'école de Bouddha, puisqu'elle sert de doctrine à ceux qui la prennent pour guide dans leur cultivation pour atteindre la divinité. À proprement parler, les cultures de l'école de Bouddha et de l'école de Tao traitent de "transcender le monde séculaire". C'est à dire que la connaissance ne s'applique pas au monde séculaire. Les moines bouddhistes vivent dans des temples, isolés de la société. Ils ne sortent que pour demander l'aumône, ce qui, en soi, fait également partie de la cultivation. En outre, une fois que les moines entrent dans les temples, ils changent leurs noms et se séparent du monde séculaire. Beaucoup de taoïstes se cultivent de manière solitaire. Certains s'éloignent du monde séculaire, certains y restent, mais leur cœur sont au-delà de ce monde. Dans l'histoire, les processus de cultivation de beaucoup de grands 'cultivateurs' de l'école de Bouddha et de l'école du Tao, et l'accomplissement de leur éveil, ont enrichi les cultures de l'école de Bouddha et de l'école du Tao.


Le confucianisme traite de la connaissance dans le monde séculaire, et c'est également la culture la plus orthodoxe en Chine. Cependant, le cœur du confucianisme est le Tao. Confucius a dit : "Qui entend le Tao le matin, peut mourir sans regret le soir". Le plus connu des textes confucéens est le Livre des Mutations. Confucius aimait tellement lire le Livre des Mutations au cours de ses dernières années que la lanière de cuir qui reliait sa copie du livre se cassa trois fois. Le Livre des Mutations décrit le Yin et le Yang et les Huit Diagrammes qui constituent la sagesse la plus élevée et les parties les plus essentielles de la culture traditionnelle chinoise. Elles sont en elles-mêmes des parties de la culture d'inspiration divine chinoise. L'école du Tao et le confucianisme partagent la même origine. Quand les pratiquants confucéens atteignent un niveau élevé dans la cultivation, ils appartiennent à l'école du Tao. Confucius a choisi une partie du "Tao" qu'il a senti convenir pour être répandue dans le monde séculaire en ce temps-là, et l'a enseigna à d'autres. En conséquence, beaucoup de disciples confucéens ayant cultivé à de hauts niveaux, au cours de l'histoire, ont également été de grands ermites. Non seulement ils possédaient le pouvoir de régir le pays, mais aussi la connaissance du ciel et de la terre, et une connaissance profonde. Ils avaient le caractère du "Tao".


Beaucoup de disciples hautement accomplis dans l'histoire ont rassemblé les trois enseignements, le confucianisme, l'école du Tao, et l'école de Bouddha. Cependant, l'école de Bouddha et l'école du Tao ne peuvent pas être mélangées ensemble. L'école du Tao insiste sur le "néant", tandis que l'école de Bouddha insiste sur le "vide". En surface, les deux écoles semblent être semblables, mais en fait, elles sont rigoureusement différentes, et chacune constitue un système indépendant de cultivation. Par l'exclusion mutuelle, elles ont maintenu et enrichi leurs propres cultures respectives. Les disciples peuvent apprendre des deux écoles en terme de connaissance. Cependant, les 'cultivateurs' véritables ne peuvent pas mélanger les deux dans leur cultivation. Traditionnellement, la culture chinoise n'indique aucune de ces trois écoles de pensée comme étant meilleure que les autres. Chacune est une partie essentielle dans le développement de la culture traditionnelle chinoise.


Puisque la culture traditionnelle chinoise est inspirée par les dieux, le monde des "dieux" est naturellement reflété dans la culture, ce qui a doté la culture traditionnelle chinoise des caractéristiques de profondeur, d'une nature omniprésente, d'éthération, d'élégance, de noblesse, de beauté et de sacralité..

(1) selon la légende, Cang Jie était l'inventeur du système des caractères chinois. On le désigne également comme l'historien officiel de l'Empereur Jaune. Dans la légende chinoise, il avait quatre yeux, avec deux pupilles dans chaque œil. Lorsqu'il a créé le système des caractères, on raconte que les déités malveillantes ont pleuré dehors la nuit et que le millet pleuvait du ciel. Il n'est pas considéré comme le seul inventeur des caractères chinois.


(à suivre...)


Version chinoise :
中国传统文化的劫难与新生(一)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.