Sagesse traditionnelle

  • Ne pas faire de favoritisme

    Su Zhang, aussi appelé Ruwen, vivait au temps de la Dynastie Han de l'est (25-220 av. J.C.), et était originaire de Fufengpingling (qui est aujourd'hui le nord-ouest de la ville de Chengyang dans la province du Shaanxi). Il avait de grandes connaissances et possédait de grandes capacités depuis son enfance, et était approuvé pour sa vertu et son intégrité.
  • Histoires du Bouddhisme : An Shi Gao

    Il est enregistré dans le premier volume "de la Biographie des moines magiques - la biographie de Shi Gao" qu'An Shi Gao était à l'origine un prince couronné de l’état An Xi dans la région occidentale. Quand il était jeune Il montrait un respect filial envers ses parents et il était très intelligent et aimait apprendre. Il avait même bien étudié quelques vieux livres étrangers. La chose la plus étonnante était qu'il était non seulement compétent en astronomie, géographie, médecine et dans les choses surnaturelles, mais il comprenait aussi l’esprit des bêtes et des oiseaux...
  • Bonnes et mauvaises actions ont leurs propres conséquences

    Personne ne peut quitter ce monde sans payer ses dettes et les relations de cause à effets sont présentes partout. Il y a quelques jours j’ai entendu une histoire vraie. Je veux raconter cette histoire non que je veuille faire peur aux gens mais plutôt pour avertir ceux qui ne se sont pas éveillés à la vérité et entendent encore tromper les autres.
  • Toucher des pots de vin et pervertir la Loi ruinent un avenir prometteur

    Dans l'ancien temps, vivait un homme du nom de Xu du Comté de Quzhou . Il occupait le poste de magistrat auxiliaire dans le Comté de Xinyu . Son supérieur lui avait ordonné de se rendre dans le Comté de Luling afin de juger une affaire. La nuit était tombée lorsqu'il arriva dans un lieu à environ dix kilomètres de distance du Comté de Jian. Comme il se préparait à passer la nuit à proximité d'une auberge, un riche homme âgé qui se trouvait avoir le même nom de Xu, l'invita dans sa maison ...
  • Culture traditionnelle – Des insectes se tiennent à l'écart d'un fonctionnaire honnête

    Peu après sa promotion de Xu Xu, fonctionnaire dans la Dynastie Han de l'Est (25 apr.J.C.-220 apr.J.C.) , des insectes commencèrent à détruire un grand nombre de récoltes dans la province de Henan. Il était difficile de trouver une seule plante vivante dans les champs, car elles avaient toutes été mangées par les insectes. Cependant, les insectes, qui recouvraient tout le ciel et les champs, survolèrent le Comté de Xiaohuang sans s'arrêter. Les plantes dans les champs ne furent pas du tout endommagées. Aucun fermier dans le comté n'eut à se préoccuper de se débarrasser des insectes.
  • Vie et réincarnation

    Su Shi (1037-1101) était aussi connu sous le nom de Su Dongpo. La plupart des chinois aujourd'hui savent qu'il était un célèbre érudit littéraire, peintre et calligraphe durant la Dynastie Song du Nord, et qu'il a été une fois Secrétaire du Ministère des Rites. Cependant, ils ne savent pas qu'il avait été moine dans sa vie antérieure. En fait, dans ses poèmes et articles, il a plusieurs fois mentionné ses vies passées. Il a écrit: "J'étais un pratiquant à l'origine, et j'ai cultivé diligemment durant trois vies. Un jour, mes pensées se sont égarées, et pour cela, je traverse une centaine d'années de condamnation." ("Temple Nanhua") "J'ai visité Hangzhou dans ma dernière vie. Partout où j'allais, les choses me paraissaient familières." ("Poème: Visites passées")
  • Zhuge Liang et son professeur

    Zhuge Liang, 181-234 avant J-C, était une grande figure historique qui vivait à l’époque des Trois Etats. Le professeur de Zhuge Liang, Sir Shuijing, vivait une vie de reclus dans le village de Shuijing. Sir Shuijing avait un coq qui se pavanait dans sa cour. Tous les jours à midi, le coq se mettait à chanter à trois reprises. Aussitôt que Sir Shuijing entendait le chant du coq, il mettait fin à la leçon qu’il donnait. Zhuge Liang aimait étudier et voulait toujours en entendre encore un petit peu plus. Il n’aimait pas ce coq qui rappelait l’heure. Il lui vint une idée...
  • Lettres de voyage – De quelle façon la date du Nouvel An est déterminée dans le calendrier chinois

    "Comment vas-tu? Le Nouvel An chinois s'approche à grands pas, je te souhaite ce qu'il y a de meilleur. Dans ta dernière lettre, tu as mentionné que le Jour du Nouvel An chinois n'est pas à une date fixe dans le calendrier et tu trouves cela très curieux. En fait, beaucoup d'occidentaux que j'ai rencontré outremer se posent aussi la même question: Le Nouvel An chinois est parfois en janvier, parfois en février, comment est-ce déterminé ? ...
  • Les paroles tranchantes infligent plus de douleur que les sabres

    Réfléchissez attentivement; tant de ressentiments et de querelles sont initiés par des paroles blessantes. Des disputes sans importances peuvent évoluer en désastre à partir d'un seul mot méchant. A part l'inimitié et blesser, que peuvent donc bien amener les paroles blessantes?
  • Culture traditionnelle : Zhang Liang cultivant la Divinité (photo)

    Alors qu’il était un petit garçon, Zhang Liang passait le pont de Xia Pi un jour de vent. Le vent soufflait fort et il neigeait beaucoup ce jour là. Petit Zhang rencontra un vieil homme dont les chaussures étaient tombées du pont. Le vieil homme dit au petit Zhang Liang, « Garçon, descends et rapportes moi mes chaussures ! » Zhang alla sous le pont sans hésitation, rapporta les chaussures, et les rendit au vieil homme. Le vieil homme étendit ses pieds demanda au petit Zhang de mettre les chaussures à ses pieds. Zhang Liang ressentit un immense respect quand il entendit que le vieil homme était d’un rang social élevé. Le vieil homme lui dit avec un sourire, "Tu peux être enseigné. Reviens demain matin, je t’enseignerai quelque chose."
  • De la dynastie Tang à aujourd’hui, des fonctionnaires sans pitié reçoivent une juste rétribution

    Nous aimerions aussi parler de Zhou Enlai le bras droit de Mao Zedong. Bien que personne ne l’ait jamais traité de fonctionnaire cruel, Il n’était bienveillant qu’en surface et avait un cœur extrêmement cruel. En 1931, Zhou ordonna personnellement l’assassinat de la famille et des amis de Gu Shunzhang, un total de trente personnes dont des bébés. En 1934 il ordonna la mort de plus de dix milles soldats sous prétexte qu’ils ne marchaient pas assez vite pour rattraper une troupe en fuite. N’est restée qu’une masse de tombes. Il ne montrait pas son vrai visage au monde et lui aussi a reçu sa juste rétribution.
  • Un homme noble a les mêmes caractéristiques que le jade

    Il y a un ancien dicton Chinois disant : “Un homme noble ne laisse jamais son jade sans raison”. Confucius nous a dit : "Un homme noble a les mêmes caractéristiques que le jade”. Le but de porter du jade est de constamment se rappeler à soi-même de garder ses valeurs morales et ses caractéristiques à l'image du jade. Le Confucianisme croit qu’un homme noble devrait montrer du respect et un comportement de soumission mais être tenace dans son cœur. Un homme noble devrait montrer une grande tolérance envers les autres mais être strict avec lui-même ; un homme noble ne devrait pas montrer en quoi il excelle mais plutôt le garder pour lui-même. Les caractéristiques du jade sont très similaires à celles d’un homme noble. Donc, les Chinois utilisent et portent le jade pour ses raisons morales et spirituelles.
  • Bienveillant, gracieux et indulgent, Du Lide ne se vengeait pas lorsqu’il avait été offensé

    Du Lide, surnommé également Chunyi, était de Baodi à Shuntian (région actuelle de Baodi dans la ville de Tianjin) sous la dynastie Qing (1644-1911AD). Il était de haut rang étant le ministre du protocole et il était honoré en tant que professeur privé pour les princes. Il était connu pour sa gentillesse, sa grâce et absence de rancune dans sa vie, à la fois publique et privée.
  • Li Shiqian, un officier bon et attentionné

    Li Shiqian était un officier de l’armée dans la région de Zhao (maintenant appelé Comté de Zhao, Province du Hebei) durant la Dynastie Beiwei (386-534). Bien qu’issu d’une famille riche, il était très économe. Il utilisait son argent pour aider les pauvres. Par exemple, quand une famille ne pouvait enterrer l’un des siens faute d’argent, il les aidait à couvrir les frais. Si deux frères se querellaient a cause d’un partage d’héritage inégal, il aidait celui qui avait obtenu la plus petite part. Souvent, cette situation rendait les frères honteux, les poussant à beaucoup plus s’aider mutuellement, restaurant ainsi l’harmonie familiale.
  • Etre persévérant, courageux et soucieux du monde

    Liu Yuxi était un célèbre écrivain et poète de la Dynastie Tang descendant d'une famille d'érudits qui depuis des générations étudiait le Confucianisme. Au cours de la Neuvième Année de Zhenyuan (793CE), il passa l'examen d'état et devint inspecteur pour le compte de la Cour Impériale. Comme il était très mécontent du comportement des fonctionnaires corrompus, du séparatisme régional et de la lutte de faction, il soutint activement des réformes qui, malheureusement, n'aboutirent pas. En conséquence, le restant de sa vie fut plein de tragédies. Il fut rétrogradé plusieurs fois, mais ceci ne le découragea point. Au lieu de cela, il écrivit des articles afin de montrer ses aspirations, son honnêteté et sa largesse d'esprit. Bien que la conjoncture soit défavorable, son souci premier était le pays et le peuple.