Sagesse traditionnelle

  • Anciennes histoires de cultivation : Le moine Dao Shun

    Les gens ignoraient d'où venait Shi Dao Shun. Tout ce qu'ils savaient c'est qu'il vivait dans une hutte de chaume qu'il avait construite dans un endroit tranquille et retité. Dao Shun n'avait pas d'économies et ne mangeait qu'un repas par jour. Le reste du temps il méditait. Les serptents et les rats se cachaient souvent sous son lit et vivaient en paix les uns avec les autres. Un jour un tigre vint à la hutte et Dao Shun lui parla du Dharma. Une fois quelqu'un vint lui rendre visite, en voyant le tigre il fit demi tour et partit. Il dit à Dao Shuan qu'il reviendrait lorsque le tigre serait parti. Dao Shun dit au tigre : "Jai un visiteur qui vient demain tu devras partir ailleurs pour la journée."
  • Pas de dispute , pas de ressentiment, être connu pour sa vertu

    Shaozi abandonna ses propres intérêts à d’autres sans querelles ni ressentiment. Ce n’était pas un comportement lâche, mais le résultat de son endurance et de sa largesse d’esprit. Seule une personne moralement intègre et instruite se comporte d’une telle façon. L’histoire se propagea à la cour royale et dans la société. L’histoire a enregistré que Shaozi était connu pour sa vertu. Trois gouvernements lui offrirent une position ce qu’il refusa.
  • Un fonctionnaire déloyal de la Cour Impériale condamné par l’histoire

    Quand les empereurs Huizong et Qinzong de la dynastie Song du Nord (960-1279 AD) furent emmenés par les troupes de la dynastie Jin (1115-1234 ad), Qin Hui et sa femme furent aussi arrêtés. Jin, un caméléon fourbe, se permit de se présenter devant l’empereur Taizong de la dynastie Jin comme un serviteur et même comme un esclave et lui promit de faire tout en son pouvoir pour aider Jin Wuzhu le quatrième fils de l’empereur de Jin. La femme de Qin, Wang, qui était tout aussi prête à plaire à l’ennemi coucha même avec Jin Wuzhu. Le couple convainquit la cour royale que si on les renvoyait dans leur pays natal, une fois qu’ils auraient le pouvoir, ils rendraient le territoire Song à la dynastie Jing. Convaincus que Qin et sa femme étaient devenus des alliés la cour royale les renvoya dans les plaines centrales.
  • Accepter les suggestions et les critiques avec gratitude

    Il y a un dicton: "L'océan est grand parce qu'il accepte l'eau des rivières et des ruisseaux." L'opinion de chacun est comme l'eau des rivières et des ruisseaux. Lorsqu'une personne pense qu'elle est parfaite, cela revient au même que de se couper elle-même de l'eau des rivières et des ruisseaux. Si c'est le cas, peu importe l'immensité de l'océan, celui-ci se tarira bien vite. En fait, penser que l'on est parfait a son origine dans l'égoïsme et l'égocentrisme.
  • Ne pas faire de favoritisme

    Su Zhang, aussi appelé Ruwen, vivait au temps de la Dynastie Han de l'est (25-220 av. J.C.), et était originaire de Fufengpingling (qui est aujourd'hui le nord-ouest de la ville de Chengyang dans la province du Shaanxi). Il avait de grandes connaissances et possédait de grandes capacités depuis son enfance, et était approuvé pour sa vertu et son intégrité.
  • Histoires du Bouddhisme : An Shi Gao

    Il est enregistré dans le premier volume "de la Biographie des moines magiques - la biographie de Shi Gao" qu'An Shi Gao était à l'origine un prince couronné de l’état An Xi dans la région occidentale. Quand il était jeune Il montrait un respect filial envers ses parents et il était très intelligent et aimait apprendre. Il avait même bien étudié quelques vieux livres étrangers. La chose la plus étonnante était qu'il était non seulement compétent en astronomie, géographie, médecine et dans les choses surnaturelles, mais il comprenait aussi l’esprit des bêtes et des oiseaux...
  • Histoire de l'histoire : Zeng Guofan décryptait une personne de la juste manière

    Zen Guofan était un fonctionnaire réputé dans la Dynastie Qing. Alors qu'il étudiait encore dans l''Académie Hanlin, il se rendit un jour dans une librairie du village de Haiwang. Deux personnes achetaient des livres. Une d'elle fit tomber une pièce, et l'autre marcha immédiatement dessus et la dissimula sous son pied. Lorsque la première personne quitta la boutique, la seconde ramassa prestement la pièce et s'en alla satisfait. Zeng Guofan demanda au vendeur et obtint le nom de la seconde personne.
  • Bonnes et mauvaises actions ont leurs propres conséquences

    Personne ne peut quitter ce monde sans payer ses dettes et les relations de cause à effets sont présentes partout. Il y a quelques jours j’ai entendu une histoire vraie. Je veux raconter cette histoire non que je veuille faire peur aux gens mais plutôt pour avertir ceux qui ne se sont pas éveillés à la vérité et entendent encore tromper les autres.
  • Toucher des pots de vin et pervertir la Loi ruinent un avenir prometteur

    Dans l'ancien temps, vivait un homme du nom de Xu du Comté de Quzhou . Il occupait le poste de magistrat auxiliaire dans le Comté de Xinyu . Son supérieur lui avait ordonné de se rendre dans le Comté de Luling afin de juger une affaire. La nuit était tombée lorsqu'il arriva dans un lieu à environ dix kilomètres de distance du Comté de Jian. Comme il se préparait à passer la nuit à proximité d'une auberge, un riche homme âgé qui se trouvait avoir le même nom de Xu, l'invita dans sa maison ...
  • Culture traditionnelle – Des insectes se tiennent à l'écart d'un fonctionnaire honnête

    Peu après sa promotion de Xu Xu, fonctionnaire dans la Dynastie Han de l'Est (25 apr.J.C.-220 apr.J.C.) , des insectes commencèrent à détruire un grand nombre de récoltes dans la province de Henan. Il était difficile de trouver une seule plante vivante dans les champs, car elles avaient toutes été mangées par les insectes. Cependant, les insectes, qui recouvraient tout le ciel et les champs, survolèrent le Comté de Xiaohuang sans s'arrêter. Les plantes dans les champs ne furent pas du tout endommagées. Aucun fermier dans le comté n'eut à se préoccuper de se débarrasser des insectes.
  • Vie et réincarnation

    Su Shi (1037-1101) était aussi connu sous le nom de Su Dongpo. La plupart des chinois aujourd'hui savent qu'il était un célèbre érudit littéraire, peintre et calligraphe durant la Dynastie Song du Nord, et qu'il a été une fois Secrétaire du Ministère des Rites. Cependant, ils ne savent pas qu'il avait été moine dans sa vie antérieure. En fait, dans ses poèmes et articles, il a plusieurs fois mentionné ses vies passées. Il a écrit: "J'étais un pratiquant à l'origine, et j'ai cultivé diligemment durant trois vies. Un jour, mes pensées se sont égarées, et pour cela, je traverse une centaine d'années de condamnation." ("Temple Nanhua") "J'ai visité Hangzhou dans ma dernière vie. Partout où j'allais, les choses me paraissaient familières." ("Poème: Visites passées")
  • Zhuge Liang et son professeur

    Zhuge Liang, 181-234 avant J-C, était une grande figure historique qui vivait à l’époque des Trois Etats. Le professeur de Zhuge Liang, Sir Shuijing, vivait une vie de reclus dans le village de Shuijing. Sir Shuijing avait un coq qui se pavanait dans sa cour. Tous les jours à midi, le coq se mettait à chanter à trois reprises. Aussitôt que Sir Shuijing entendait le chant du coq, il mettait fin à la leçon qu’il donnait. Zhuge Liang aimait étudier et voulait toujours en entendre encore un petit peu plus. Il n’aimait pas ce coq qui rappelait l’heure. Il lui vint une idée...
  • Lettres de voyage – De quelle façon la date du Nouvel An est déterminée dans le calendrier chinois

    "Comment vas-tu? Le Nouvel An chinois s'approche à grands pas, je te souhaite ce qu'il y a de meilleur. Dans ta dernière lettre, tu as mentionné que le Jour du Nouvel An chinois n'est pas à une date fixe dans le calendrier et tu trouves cela très curieux. En fait, beaucoup d'occidentaux que j'ai rencontré outremer se posent aussi la même question: Le Nouvel An chinois est parfois en janvier, parfois en février, comment est-ce déterminé ? ...
  • Les paroles tranchantes infligent plus de douleur que les sabres

    Réfléchissez attentivement; tant de ressentiments et de querelles sont initiés par des paroles blessantes. Des disputes sans importances peuvent évoluer en désastre à partir d'un seul mot méchant. A part l'inimitié et blesser, que peuvent donc bien amener les paroles blessantes?
  • Culture traditionnelle : Zhang Liang cultivant la Divinité (photo)

    Alors qu’il était un petit garçon, Zhang Liang passait le pont de Xia Pi un jour de vent. Le vent soufflait fort et il neigeait beaucoup ce jour là. Petit Zhang rencontra un vieil homme dont les chaussures étaient tombées du pont. Le vieil homme dit au petit Zhang Liang, « Garçon, descends et rapportes moi mes chaussures ! » Zhang alla sous le pont sans hésitation, rapporta les chaussures, et les rendit au vieil homme. Le vieil homme étendit ses pieds demanda au petit Zhang de mettre les chaussures à ses pieds. Zhang Liang ressentit un immense respect quand il entendit que le vieil homme était d’un rang social élevé. Le vieil homme lui dit avec un sourire, "Tu peux être enseigné. Reviens demain matin, je t’enseignerai quelque chose."