Torture

  • Les pratiquantes, Mme Zhu Yourong et Mme Zhang Zhibin ont été torturées à mort au camp de travaux forcés 1 dans la province de Hebei

    En décembre 2000, les autorités du camp de travail forcé 1 de la province de Hebei ont torturé à mort les pratiquantes de Falun Gong, Mme Zhu Yourong et Mme Zhang Zhibin. Six jours plus tard, le camp de travaux forcé 1 n’avait pas enquêté ni puni les personnes responsables du meurtre de Mme Zhu. Au lieu de cela, elles ont forcé les pratiquantes à se séparer . Mme Zhang Zhibin, Mme Qiu Liying, Mme Ren Juxiu, Mme Wu Xiuguang et d'autres pratiquantes ont été enfermées dans les petites cellule par les gardes. Dans la soirée les chocs émis par des matraques électriques et des cris perçants pouvaient être entendus de "l’hôpital" du camp. Les cris d’agonie ont continué pendant longtemps. Les pratiquantes ont plus tard découvert que Mme Zhang Zhibin avait été torturée à mort cette nuit là.
  • Des méthodes de tortures sordides sont utilisées par la police au camp de travaux forcés no.3, dans la province de Henan

    Les brutes ont pour contraindre les pratiquants à renoncer à leur croyance utilisé la violence, les torturant et persécutant mentalement et physiquement par toutes sortes de moyens : les abus physiques, les coups, les attacher avec des cordes, l’électricité, les coups de matraque, les faire se tenir debout face au mur, « griller un mouton entier » [le garde menotte les pieds et les mains du pratiquant, puis suspend les menottes sur un bâton horizontal. Ils ont soumis les pratiquants à cette cruelle torture pendant des périodes aussi longues que 11 heures], l'interdiction de dormir pendant de longues périodes, incitant les prisonniers toxicomanes et les voleurs à torturer les pratiquants de Falun Gong.
  • Meurtre de Gu Xiuxian pratiquant de Dafa et d’autres en résultat de la torture aux mains de la police de la ville de Shuangcheng

    Avant le 10 mars, plus de cinquante pratiquants de Dafa ont été illégalement arrêtés. La plupart d’entre eux ont été kidnappés chez eux dans les régions rurales. On sait que trois pratiquants de Dafa sont morts en détention. Mme Gu Xiuxian, environ 35 ans, une résidente de la ville de Shuangcheng, a été torturée à mort durant une alimentation forcée par intubation. Les détails des autres morts sont en attente d’enquête.
  • Mme. Wang Shupei est torturée par le personnel du « bureau 610 » dans le centre de lavage de cerveau de la ville de Zhaoyuan

    À présent, après une longue période de persécution par le personnel du "bureau 610", Wang Shupei est agonisante et elle a été admise à l’hôpital pour traitement d’urgence. Les faits sur les raisons de son état ont été expliqués aux médecins, mais ils n'ont exprimé aucune inquiétude. Un électrocardiogramme a clairement montré les dommages provoqués par la torture, mais tous les médecins, effrayés des représailles par les autorités du "bureau 610", ont dit que sa santé était bonne.
  • La pratiquante de Dafa Mme Ma Liqin se retrouve paralysée après avoir été torturée par la police

    Le 5 mars 2002, Mme Ma fut arrêtée par le policier Qin Yong du Poste de Police Dongfeng du District de Xinxing parce qu'elle pratique le Falun Gong. Elle fut envoyée plus tard au Centre de Détention N° 2 de Beishan. Le 15 mars, le directeur du Centre de Détention N° 2, Yin Zhongliang, entraîna de force Mme Ma dans son bureau et la tortura violemment. Il lui donna des coups de pieds, écrasa sa tête contre le mur, et cogna son visage. La torture provoqua des contusions sur tout son corps, et sa tête devint terriblement enflée. Mme Ma perdit conscience sur place. Mme Ma reprit conscience quatre jours plus tard, mais elle ne pouvait plus bouger.
  • Aveugle et âgée, Madame Bo Minghua est soumise à une torture incessante

    Ma fille et moi-même, Bo Minghua, avons été soumises à une torture brutale parce que nous pratiquons le Falun Gong. Nous avons été soumises à un traitement inhumain depuis le 28 septembre 2002, date à laquelle nous avons été jetées en prison pour aucune raison valable. Au cours d’un interrogatoire par exemple, la police m’a mis des chaînes de 20 kg aux pieds parce que je refusais de porter l’uniforme de la prison. Je ne pouvais pas bouger à cause de ces entraves. Les policiers ont été forcés de faire appel à deux autres prisonniers pour me traîner jusqu’à l’interrogatoire.
  • Accusé d’avoir diffusé des programmes documentaires sur la chaîne de télévision locale dans la province de Hebei, M. Cheng Fengxiang a des tiges de bambous enfoncées sous ses ongles

    En raison de sa participation prétendue dans la diffusion à la Télévision d’informations documentaires concernant le Falun Gong dans les régions de Shahe et de Xingtai, M. Cheng Fengxiang, originaire du comté de Yongnian de la province de Hebei, a été arrêté le 28 janvier 2004 par la police locale du comté. . Dans le but d’obtenir une récompense pour avoir trouvé le matériel utilisé lors des diffusions télévisées, le capitaine de l’escadron de la police criminelle, Yang Qingshe, a torturé Cheng en lui enfonçant des tiges de bambous sous les ongles. Cette scène de torture a choqué les autres policiers.
  • EFGIC: Un corps brutalisé fournit les preuves de la torture en Chine

    La bouche noircie suite aux chocs répétés d’un aiguillon à bétail, un morceau de chair manquant à son talon et le corps couvert de marques bleues et noires, M. Li Yinglin a été libéré par la police chinoise pour mourir de ses blessures six jours plus tard.
  • Mme. Du Yuqing de de Chongzhou, dans la province de Sichuan meurt en résultat de la torture

    Mme Du Yuqing était une fermière de 40 ans. Elle commença à pratiquer le Falun Gong en 1998. La police l’arrêta et pilla sa maison en 2003 parce qu’elle clarifiait les faits du Falun Gong au public. Ils menacèrent aussi sa famille, causant un lourd fardeau mental à son mari, qui décéda peu après. Leur fils fut laissé seul sans personne pour prendre soin de lui. Pendant sa détention, Mme Du souffrit une torture inhumaine. Le policier Zhang Tiantian de l’agglomération de Chengdu, province de Sichuan, avec la police de Chingzhou la battirent sauvagement, essayant de lui faire dire d’où elle tenait les documents dévoilant la vérité.
  • La pratiquante Wu Yongmei, du comté Tongnan à Chongqing, est sévèrement torturée - sa fille de quatre ans a été enlevée par la police

    Le 19 novembre 2000, Lio Furong alla place Tienanmen avec un autre pratiquant pour y dérouler une banderole avec les mots « Authenticité-Compassion-Tolérance ». Mme Liao fut arrêtée et souffrit une sévère torture au Centre de Détention du comté de Pengshui. Plus tard elle fut condamnée à quatre ans et demi de travail forcé. Cependant la Prison pour Femmes de Yongchuan refusa de l’accepter du fait de ses blessures suite aux coups. Elle fut libérée sous « caution pour traitement médical » dans la deuxième moitié de l’année 2001, et décéda à l’hôpital début 2002.
  • Plus de quarante pratiquants sont arrêtés dans la Ville de Shuangcheng et trois sont torturés à mort

    Quarante pratiquants de la Ville de Shuangcheng, Province de Heilongjiang, ont récemment été arrêtés illégalement. En quelques jours, trois pratiquants ont été torturés à mort. Gu Xiuxian a succombé à ses blessures le 4 mars 2004, cinq jours après qu’elle ait été envoyée au Centre de Détention No.2 dans la Ville de Shuancheng. Les noms des autres pratiquants qui sont morts sont inconnus.
  • Mme. Zhang Haiyan s’effondre mentalement et meurt après avoir été torturée au Camp de Travail de Masanjia

    En février 2003, lorsque sa famille lui rendit visite, ils remarquèrent que sa tête était enveloppée dans de la gaze, que ses mains étaient sérieusement enflées et qu’elle ne pouvait plus parler. Un mois plus tard, le 21 mars 2003, le camp de travail informa sa famille de venir la reprendre. La torture à long terme avait causé de grands dommages physiques et mentaux à Zhang Haiyan. Pendant les dix mois qu’elle passa chez elle, elle n’osait parler à personne, même pas à son mari où ses enfants. Les membres de sa famille n’osaient pas parler à voix haute pour ne pas l’effrayer. Même les pleurs d’un enfant à proximité l’effrayaient au point que son visage devenait pale et qu’elle tremblait. Elle est décédée le 18 janvier 2004.
  • La persécution de Jiang Zemin contre une famille entière de pratiquants du Dafa : Père et fils sont torturés à mort dans le camp de travail forcé de Chaoyanggou

    Au cours de la troisième semaine de torture intense, les agents ont ignoré le fait que sa vie était en danger parce qu’ils voulaient plus de primes. Ils l’ont dévêtu et ont versé de l’eau glacée sur la région infectée, et les agents Zhao Dongli et Zhu Shenglin de la deuxième salle ont fouetté M. Zhang Qifa avec une ceinture jusqu'à ce que sont corps entier soit recouvert de blessures et qu’il soit à l'agonie. Puisqu’ils ne voulaient pas être responsables de sa mort, ils ont renvoyé M. Zhang Qifa à la maison le 19 janvier 2003, et il est mort le jour suivant.
  • Le district de police de Mentougou à Beijing torture un jeune pratiquant de Falun Dafa à mort de demande à l’hôpital de fournir un faux certificat de décès.

    Un matin de l’hiver 2000, la police a amené dans la salle des urgences de l’hôpital Mentougou, le corps d’un jeune homme qui avait été torturé à mort . Le jeune homme semblait avoir une vingtaine d’années. Lorsque les médecins ont demandé à la police son nom et son adresse, les policiers ont dit , " Il n’a pas de nom, il est pratiquant de Falun Gong. "
  • Pendant que la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies siège à Genève, Mme Wang Guofang décède en raison de la torture dans la ville de Daqing en Chine

    Mme Wang Guofang, une pratiquante de Dafa de 42 ans de la région de Longnan Leyuan, ville de Daqing, province de Heilongjiang a été illégalement arrêtée dans sa ville natale de Nehe et envoyée au camp de travaux forcés de Qiqihar . Le 15 mars 2004 elle a été persécutée à mort pendant qu'à Genève siégeait la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies .