Sagesse traditionnelle

  • Un homme de vertu chérit le temps comme de l'or

    Liu Shu était un fonctionnaire de gouvernement honnête et très indulgent. Il disait la vérité à tout moment. Il préconisait de suivre la voie des deux rois sages, Yao et Shun, et gouvernait sa population avec bonté. Comme il s'inquiétait de leurs besoins et écoutait ce qu'ils avaient à dire, ils l'admiraient et l'aimaient. Il avait envers lui-même de strictes exigences. Excepté un court temps de sommeil, Liu Shu passait toute son temps disponible à étudier et faire des choses significatives ...
  • Dans la Chine ancienne, la vertu d'un fermier est récompensée

    Le fermier Huang Jianji était né à Chengdu, dans la province du Sichuan, durant la Dynastie des Song du Nord. C'était un homme simple qui menait une vie droite, ne recherchait pas le gain personnel et aimait aider les autres. Il était respecté de tous. Zhang Yong était alors le Maire de Chengdu. Lui aussi était honnête dans ses tâches de mission publique et avait le sens de la justice, toutefois, il était légèrement arrogant ...
  • l’Histoire classique de Zhou Dian, le moine fou

    Zhou Dian vivait en Chine dans la région de Jianchang au début de la Dynastie Ming. Personne ne connaissait son vrai nom. Les gens savait seulement qu’il s’appelait Zhou. Quand il eut quatorze ans, il commença à se comporter comme s’il était devenu fou...
  • Etre clair à propos du principe de cause à effet : Le bien récompensera le bien

    Les anciens croyaient que notre destinée - la malchance ou les bénédictions- étaient tous liés au karma et le résultat de nos actes ; tout a été arrangé d’après les principes du ciel. Le ciel récompense le bien et protège et aide souvent les personnes de cœur, comme si les dieux les assistaient dans ce qu’ils font..
  • Révélations de "Shang Shu"

    Shang Shu est un livre d'histoires compilées de la Chine ancestrale. C'est le plus vieux livre connu à ce jour, comportant des récits historiques allant du début de l'antiquité de King Yao et de King Shun, jusqu'aux Dynasties de Shang et de Zhou. Ce livre nous permet de voir comment les anciens considéraient l'unité du Ciel et de l'homme, dans leurs paroles et leurs actions...
  • Comment l’Empereur Cheng Tang fit pleuvoir

    Une sécheresse dévastatrice avait déjà duré sept jours durant le règne de l'Empereur Cheng Tang dans la Dynastie des Shang (1562 - 1066 AJC ). La population souffrait. Finalement, l'empereur consulta un oracle. Le devin prononça que pour apaiser les dieux, il fallait faire un sacrifice humain...
  • Se souvenir des mérites des autres et oublier leurs insuffisances

    En Chine, il y a une légende au sujet d'un homme appelé Ning Qi. C'était un citoyen de l'Etat de Wei au début de la Période du Printemps et de l'Automne (722 av. J.C. – 481 av. J.C.). Il n'y avait aucun endroit dans l'Etat de Wei où il aurait pu vivre de ses compétences, aussi il décida de se rapprocher du Duc Huan, le gouverneur de Qi, un état voisin. A cause de sa pauvreté, il dû se faire passer pour un marchand ordinaire voyageant en char à bœuf afin de parvenir jusqu'à l'Etat de Qi. De cette manière, il parvint à la capitale de l'Etat de Qi et monta sa tente à l'extérieur de la ville à la Porte de Guo...
  • Inspiration à partir d'une expression chinoise: Un panier de terre manquant gâche l'effort entier pour construire une montagne de neuf ren de long

    La légende dit : il était une fois dans l'ancienne Chine, une personne qui entreprit le projet de construire une montagne de neuf ren de long. Il transporta un panier de terre l'un après l'autre les empilant en tas. Quand il eut presque fini de construire la montagne de neuf ren de long et eut besoin encore d’un seul panier de terre pour réussir, il fit avorter le projet à cause d'un manque de ténacité. A cause d'un seul panier de terre manquant, tout son effort pour construire une montagne de neuf ren de long fut ruiné .
  • La "Grande Unité du Ciel et de l'Homme" manifestée dans les costumes traditionnels chinois

    Shenyi est un costume typique porté dans la Dynastie Han. Les caractéristiques du costume sont que les parties supérieures et inférieures du vêtement sont liées ensemble et les manchettes sont faites de tissus de différentes couleurs. Cela cache le corps du porteur et aucune chair n'est exposée. Cela donne un aspect de grâce et d'équilibre. Shenyi symbolise l'unité du Ciel et de l'homme ainsi que les traditions morales chinoises de courage, de justice et de droiture, et incarne toutes les choses sur la terre...
  • Anciennes lignes de conduite: Maintenir une force de caractère dans un monde chaotique, la vertu est inestimable

    ... Son ami lui dit : "A cause de la guerre règne le chaos, les gens meurent, les gens s'enfuient. Cet arbre n'a pas actuellement de propriétaire. Ne t'inquiètes pas, va en manger quelques uns." Heng lui dit : "Même si cet arbre n'a pas de propriétaire, mon cœur ne peut pas être sans propriétaire. La vertu est le propriétaire de mon coeur." Heng s'en tint à ses principes moraux: "Ne prenez pas ce qui ne vous appartient pas, n'y touchez pas si ce n'est pas droit d'agir de la sorte." Il n'alla pas manger les fruits de l'arbre.
  • Une histoire à propos de la pratique bouddhiste: l"’esprit atteint le paradis"

    Il y a longtemps de cela, un jeune homme perçut profondément l’inconstance du monde et il ne pensait pas qu’il y eut un sens à la vie, aussi décida-t-il de pratiquer le bouddhisme. Un jour, il rencontra un vieux moine et lui dit ce qu’il pensait. Le vieux moine dit : « Jeune homme, il est très difficile de pratiquer. » « Difficile à quel point ? » Demanda le jeune homme. « Sur le chemin de la pratique, il y a des loups et des tigres qui veulent manger, un python qui bloquera ta route et seulement un pont en rondin au dessus de la mer profonde d’amertume. Peux-tu le franchir ? »
  • Culture traditionnelle : Ne pas rechercher la vanité ni s’y complaire

    Qi Jiguang naquit lorsque son père, Qi Jingtong était âgé de 56 ans, un âge déjà bien avancé. Jiguang était le seul fils dans la famille et le père portait une affection particulière à l’enfant. Il enseigna personnellement à Qi Jiguang à lire et pratiquer les arts martiaux. Cependant, il se montrait très strict sur tout ce qui concernait le caractère moral et la conduite de Qi Jiguang...
  • Un marteau en bois

    Yan Rusia était le chef de la Préfecture de Xiangyang durant la Dynastie Qing. Il était également Magistrat du Canton de Wenxi dans le Shanxi durant les premières années du règne de l'Empereur Gaozong. Yan Rusia aimait par dessus tout torturer les suspects criminels afin d'obtenir des confessions, et il fabriqua même un marteau en bois destiné spécialement à frapper leurs mollets, leur infligeant des souffrances indescriptibles...
  • Extraits choisis du livre “Modèle pour le Monde” de Yuan Cai (10ème partie)

    Si les gens ne cherchent qu’à satisfaire leurs désirs, cela peut conduire aux disputes et peut même finir au tribunal. Les anciens sages ont réfléchi sur de telles éventualités, et ont par conséquent établi des règles d’étiquette pour restreindre l’appétence de certains pour la nourriture ou pour les comportements de certains dans les relations entre homme et femme. Ils ont également développé des principes moraux pour contrôler l’accession à la richesse et à la propriété de certains.
  • Même les voleurs ont une déontologie à respecter

    En ce temps là, dans les Comtés limitrophes il y avait fréquemment des cambriolages et les gens en avaient très peur. Zhang Qing fut muté dans un Comté voisin en tant que nouveau magistrat pour régler le problème. Zhang Qing s'y rendit seul ...