Un empereur bouddhiste fervent de l'histoire chinoise

Bodhisattva en bois de la Dynastie Song (960-1279 AD)


Le bouddhisme a prospéré en Chine pendant la dynastie du Sud, principalement parce que Xiao Yan (464-549 après JC), l'empereur Wu de Liang, était un bouddhiste fervent. Il a non seulement promu le bouddhisme dans tout le pays, mais l’a également pratiqué consciencieusement dans sa vie quotidienne et dans sa gestion des affaires de l'État.


Après que Xiao Yan soit devenu empereur, il a accompli de grandes choses sur le plan politique. Ayant tiré les leçons de la disparition de l'État Qi, il s'occupait avec diligence des affaires de l'État et se levait toujours tôt chaque matin pour examiner les monuments commémoratifs et les documents officiels, quel que soit le temps ou la saison. En hiver, ses mains étaient parfois si froides que la peau se fendillait, mais il ne se plaignait jamais.


Pour entendre les bons conseils de partout et faire le meilleur usage des talents de son peuple, il a commandé deux boîtes installées devant la porte du complexe impérial, l'une appelée "Bang Mu Han" et l'autre, "Fei Shi Han".


Si des fonctionnaires méritants ou des personnes talentueuses n'étaient pas correctement récompensés ou promus, ils pouvaient mettre leurs lettres d'appel dans la boîte "Fei Shi Han". Si des gens ordinaires voulaient faire des commentaires critiques sur les affaires de l'État ou offrir des suggestions, ils pouvaient mettre leurs pétitions dans la boîte "Bang Mu Han".


L'empereur Wu de Liang attachait une grande importance à la sélection et à la nomination des fonctionnaires. Il exigeait que les responsables locaux soient honnêtes avec une conscience claire, et il les convoquait souvent à la cour pour leur rappeler qu'il était de leur responsabilité de servir le pays et le peuple.


Pour promouvoir des normes élevées de gouvernance, l'empereur a également envoyé des édits à travers le pays. Si les magistrats des petits cantons étaient responsables de réalisations exceptionnelles, ils étaient promus magistrats dans les grands cantons, et les grands magistrats de cantons aux mérites exceptionnels étaient promus au poste de gouverneur dans une préfecture. Grâce à ces politiques judicieuses, les fonctionnaires de Liang ont bien fait et l'agriculture, l'industrie du textile en soie et le commerce à Liang ont prospéré.


L'empereur Wu de Liang croyait et adorait Bouddha en toute sincérité. Dans les premières années où il passait la plupart de son temps à se battre sur le champ de bataille, il n'avait pas le temps de visiter les temples ou de brûler de l'encens et de montrer son respect à Bouddha. Après être devenu empereur, il a pris le culte de Bouddha et la visite des temples très au sérieux, et ces événements sont devenus des activités rituelles importantes dans son pays.


En 504 après JC, l'année après qu'il soit devenu empereur de Liang, il a conduit 20 000 moines et laïcs au pavillon Chongyun de Chongyun Hall et a écrit le «She Dao Shi Fo Wen», déclarant sa sincérité en vénérant Bouddha.


L'empereur Wu de Liang a également montré son engagement envers le bouddhisme dans sa vie quotidienne et a gagné le respect de son peuple. Selon les livres d'histoire, il a porté le même couvre-chef pendant trois ans et a utilisé le même édredon pendant deux ans avant de les remplacer par de nouveaux. Il suivait un régime végétarien et prêtait peu d'attention à la nourriture ou aux vêtements. Il portait les mêmes vêtements même après qu’ils aient été lavés plusieurs fois. Tous ses vêtements étaient faits de coton et non de soie, car l'extraction de la soie tuait d'innombrables vers à soie, ce qui ne respectait pas l'interdiction bouddhiste de tuer. Il mangeait principalement des légumes et un seul repas par jour. Quand il était très occupé, il prenait juste du porridge quand il avait faim. Il ne buvait jamais d'alcool et n'écoutait jamais de musique pour le plaisir, même si lui-même était un bon musicien. Il était l'empereur le plus "misérable" de l'histoire chinoise.


L'empereur Wu de Liang a montré une grande compassion dans sa gouvernance. Chaque fois que le tribunal condamnait un criminel à mort, il avait l'air très triste pendant plusieurs jours. Dans ses dernières années, il a déclaré qu'il était prêt à se convertir au bouddhisme et est allé en fait séjourner quatre fois au temple de Tongtai, le plus grand temple de la ville de Jiankang. En conséquence, il reçut le surnom d ' "Empereur Bodhisattva".


Xiao Yan, l'empereur Wu de Liang, méritait vraiment le titre «d'empereur Bodhisattva».
Il a ordonné la construction de nombreuses tours de temple et de statues de Bouddha et a promu le bouddhisme avec ferveur pendant son règne. La capitale, Jiankang, qui couvrait une superficie de 64 km dans chaque direction, abritait plus de 500 temples, avec de nombreux pavillons et pagodes imposants. La dynastie Liang comptait cinq millions d'habitants et le nombre de moines et de nonnes dans la seule ville de Jiankang atteignait 100 000. Il y avait également de nombreux moines et nonnes dans d'autres cantons et préfectures.


Il existait à l'époque une pratique courante, connue sous le nom de "se sacrifier". Il y avait deux façons de le faire. L'une était de donner ses biens au temple, et l'autre était de rejoindre le temple pour servir les moines. Xiao Yan s'est "sacrifié" quatre fois en tant que moine au temple Tongtai (aujourd'hui le temple Jiming à Nankin), avec des durées de séjour allant de quatre à 37 jours. Et chaque fois, la cour l'a racheté avec de l'or. Le montant total des rançons versées au temple s'est élevé à 400 millions de pièces d'or. Le bouddhisme a atteint une prospérité sans précédent pendant la dynastie Liang.


Xiao Yan a été sur le trône pendant près d'un demi-siècle, et son pays et son peuple ont connu une prospérité culturelle et économique remarquable pendant son règne. Même les pays ennemis au nord ont été stupéfaits et ont suivi son exemple.


Le confucianisme traditionnel a également atteint un sommet historique alors que l'empereur Wu de Liang encourageait vigoureusement le bouddhisme. Tout le pays était imprégné d'une atmosphère de culture confucéenne, et les érudits montraient un vif intérêt pour les études confucéennes. De l'empereur aux princes et aux nobles, tout le monde était fier d'être gracieux et intègre et s'efforçait d'améliorer ses connaissances culturelles.


Ainsi, pendant plus de 50 ans de Liang, un nombre impressionnant d'écrivains et de poètes accomplis ont apporté une contribution significative à la littérature chinoise, comme Xiao Tong, qui a écrit "Selected Works of Zhaoming" ; Shen Yue, auteur de "Song Shu" ; "Xiao Ziliang, qui a écrit "Nan Qi Shu" ; Liu Xie, auteur de "Wen Xin Diao Long" ; Zhong Rong, auteur de "Shi Pin" ; ainsi que de nombreux autres érudits bien connus, sans oublier les deux fils de Xiao Yan qui sont devenus empereurs eux-mêmes - l'empereur Xiao Gang et l'empereur Xiao Yi de Yuan. En bref, les réalisations littéraires de la dynastie Liang n'ont eu d'égal que la prospérité des dynasties Tang et Song du Nord dans l'histoire chinoise.


L'empereur Wu de Liang a apporté des contributions remarquables à la culture bouddhiste chinoise, à la promotion du confucianisme et à la diffusion de la culture divine de la Chine.


Version anglaise :
A Devout Buddhist Emperor from Chinese History
Version chinoise :
一心向佛的皇帝

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.