Un moine fou a chassé Qin hui et sa femme hors d'un temple avec son balais


Il y a dans la salle des 500 Arhats du temple de Xiyuan, dans la ville de Suzhou une statue en argile d'un moine fou. Le moine a dix défauts : une bouche tordue, le dos bossu, des yeux croisés, des oreilles de chauve-souris, une teigne du cuir chevelu, des jambes inégales, des mains maigres, des épaules obliques, une poitrine de pigeon et un nez qui clignote. Il est donc connu comme le "moine aux dix imperfections".


Son apparence est spéciale, mais pas laide. La ceinture qui entoure sa taille semble aussi réelle qu'une ceinture en tissu.


On dit que le moine fou était un pauvre érudit qui critiquait souvent la cour impériale et condamnait les grandes questions nationales. Il a passé plusieurs fois les examens impériaux, et ses essais étaient toujours pleins de mépris et de dérision. C'est pourquoi à trente il n'avait pas même réussi les examens de niveau cantonal, tout lettré qu'il était.


Il s'est alors rendu compte que la société était en train de perdre sa boussole morale. Il a décidé de faire le vœu monastique et est devenu moine cuisinier dans un temple. Il se comportait de manière étrange et finit par être connu comme le moine fou.


Jin Wuzhu, prince et général militaire des Jurchen, envahit la Chine du Sud en 1140 pendant la dynastie des Song (960-1279). Dans son attaque, il utilisa la formation des chevaux béquillés (une formation qui encerclait l'ennemi) et les cavaliers de la pagode de fer (dans laquelle la cavalerie et ses chevaux étaient en armure de la tête aux pieds). Néanmoins, ses troupes furent écrasées par Yue Fei.


Comme le chancelier Qin Hui des Song travaillait en collusion avec Jin Wuzhu, il a convaincu l'empereur des Song d'émettre douze plaques d'or pour ramener Yue Fei du front. Mais Yue Fei a refusé de plaider coupable des accusations inventées de toutes pièces, même après deux mois de torture.


Qin Hui était à la fenêtre orientale de son salon, en quête d'un moyen de tuer Yue Fei lorsque sa femme, Lady Wang, a imaginé le plan de glisser un faux ordre d'exécution dans une orange pour le remettre au juge président.


Le matin du premier jour de la nouvelle année lunaire, Qin Hui et sa femme étaient en train d'offrir des prières dans un temple lorsque Qin Hui a repéré sur le mur un morceau de papier jaune sur lequel était écrit un poème en oblique : "Monter sur le tigre est facile, mais il est difficile d'en descendre. L'intrigue qui s'est déroulée devant la fenêtre orientale bat la série de stratagèmes. La femme malfaisante est méchante pour remuer sa langue. Elle pétrifie et angoisse un vieux moine comme moi."


Qin Hui était abasourdi. Sa femme a regardé dans la direction où il regardait. À leur grande horreur, ils ont réalisé que le poème parlait du pavillon de Fengbo, où Yue Fei avait été tué. Le couple s'est regardé fixement. Qin Hui a mis un certain temps à se remettre du choc. "C'est scandaleux !" dit-il.


L'abbé du temple est arrivé par hasard. Qin Hui lui a aboyé dessus : "Qui a écrit ce poème ? Retrouvez-le !"


L'abbé pouvait dire que Qin Hui était quelqu'un d'autorité et qu'il ne pouvait pas se permettre de l'offenser. Il trembla et répondit : "Je vais vérifier."


L'abbé revint bientôt avec un autre moine qui avait un bâton et un balai de bambou dans les mains et qui boitait. Qin Hui et sa femme l'ont reconnu. C'était le moine qui mangeait de la viande de chien. Ils s'exclamèrent : "Je vois, c'est un moine dégoûtant qui a écrit le poème !"


Le moine fou a répliqué de manière distante : "Je vois, c'est un ingrat qui fait tout ce bruit."


Qin Hui s'est mis en rage. "Toute la viande de chien que tu as mangée t'est montée à la tête ! Mets-toi à genoux et montre-moi ton respect !"


Le moine fou boitait et montrait du doigt ses genoux. "Je ne peux pas. Mes genoux souffrent de brûlures de gelure."


Qin Hui a réalisé que le moine fou n'était pas un imbécile. Il décida donc de s'en prendre à la soutane en lambeaux du moine. "Comment oses-tu venir à moi vêtu de haillons ! Les moines ne se comportent-ils pas de façon convenable ?"


Le moine ricana. "Pourquoi parles-tu comme ça alors que tu es bien habillé et bien éduqué ? Ne me juge pas sur mes vêtements. Mon apparence est peut-être laide, mais je n'ai rien sur la conscience. De même, certains fonctionnaires peuvent avoir l'air respectable, mais ils sont méchants et leur conscience les tourmente constamment".


Version en anglais :
https://epochtimes.today/mad-monk-swept-the-qins-out-of-a-temple/

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.