Cinq histoires de gouvernement vertueux d'anciens fonctionnaires chinois en temps de calamités


Les anciens Chinois croyaient que les catastrophes qui frappaient le monde humain étaient provoquées par le divin et liées aux interactions entre le ciel et l’humanité.


Le concept a été bien documenté dans nombre de classiques chinois anciens, tels que Guoyu· Zhouyu (Discours des Royaumes), The Spring and Autumn Chronicles (Annales des Printemps et des Automnes) et Chunqiu Fanlu ( La Rosée Luxuriante des Printemps et des Automnes). C’est-à-dire qu’aller à l’encontre de la voie du ciel dans le monde humain précipiterait les catastrophes. Si les empereurs et les fonctionnaires s’écartaient de la loi du ciel dans leur gouvernance, le divin provoquait des catastrophes dans le monde humain, et s’ils ne se repentaient toujours pas, le divin provoquerait des catastrophes encore plus grandes pour l’humanité et des phénomènes inhabituels apparaîtraient. Par conséquent, les anciens fonctionnaires placent toujours la moralité comme priorité absolue dans leur gouvernance, surtout lorsque des catastrophes surviennent.


Comment Liu Huan a aidé les gens à survivre aux catastrophes naturelles
Sous le règne de l'empereur Yingzong de Song (1063 - 1067), il y eut une famine à Hebei, suivie d'un grand tremblement de terre. Les gens étaient affamés et beaucoup durent vendre leur bétail en échange d'un peu de grain pour survivre.


Lorsque Liu Huan, le préfet de Chanzhou, a été mis au courant de la situation, il a ordonné à ses subordonnés d'utiliser tout l'argent du trésor pour racheter le bétail. L'année suivante, lorsque les effets du tremblement de terre se sont calmés et que les gens sont retournés travailler dans les champs, ils ont constaté que le prix du bétail avait été multiplié par dix. Liu Huan a dit à ses subordonnés de vendre le bétail qu'ils avaient acheté plus tôt au prix initial. Cette année-là, Chanzhou était la seule préfecture de tout le Hebei où les gens ne sont pas devenus des indigents et des sans-abri grâce à l'aide généreuse du gouvernement local dirigé par Liu Huan.


Zhao Qingxian a réussi à maintenir le riz à un prix raisonnable
Sous le règne de l’empereur Shenzong de la dynastie Song (1067 - 1085), la région du Zhejiang a connu des sécheresses et des invasions de criquets, dévastant les cultures. La famine sévissait partout, et le prix du riz a grimpé en flèche. Les gens qui ne pouvaient se permettre d’acheter du riz mouraient de faim. Les responsables locaux de toutes les préfectures ont mis en place des avis sur les routes principales offrant une récompense à toute personne signalant des escrocs spéculant sur le prix du riz et avertissant que les coupables, une fois capturés, serait sévèrement punis.


Zhao Qingxian, magistrat de la préfecture de Yuezhou a publié un avis différent. Il a informé ceux qui avaient fait le plein de riz que son gouvernement paierait le prix fort pour leur riz. Par conséquent, les marchands de riz venus de partout se sont rendus à Yuezhou pour vendre leur récolte, et le riz étant alors devenu très facilement disponible, le prix est rapidement tombé à la normale. La population locale était très reconnaissante à son magistrat pour sa bonté et sa sagesse.


Zhu Xi a aidé les gens à survivre à la famine en installant des entrepôts locaux de céréales
Durant la quatrième année de l’ère Qiandao (1168) sous le règne de l’empereur Xiaozong de Song, il y eut une pénurie alimentaire. Zhu Xi, un célèbre érudit, a demandé à emprunter 600 dans (un dan égale 60 kilos) de riz du gouvernement de la préfecture pour les secours d’urgence. Les gens qui manquaient de céréales pouvaient emprunter du riz de secours en été et le rembourser, avec intérêts, en hiver après la récolte d’automne. Si les rendements étaient faibles au cours d’une année donnée, les intérêts seraient réduits de moitié. En cas de famine, aucun intérêt ne serait perçu.


Quatorze ans plus tard, Zhu Xi a non seulement pu rembourser le riz qu’il avait emprunté au gouvernement de la préfecture, mais il avait également stocké 3100 dans de riz dans les entrepôts de céréales locaux et, si les gens avaient besoin d'emprunter du riz, il ne leur prenait plus d’intérêt. Avec tant de riz en réserve, la population locale n’avait plux besoin de s’inquiéter de manquer de nourriture, même lorsque le rendement était mauvais ou qu’il y avait une famine.


Impressionné par son succès, l’empereur Xiaozong de Song publia un décret permettant d'établir de tels entrepôts locaux de céréales dans tout le pays.


Comment Chen Jiyan a aidé les gens lors d'une famine
Une inondation majeure s’est produite durant l’ère Wanli sous le règne de l’empereur Shenzong des Ming (1572 - 1620). Chen Jiyan était alors gouverneur de Kaizhou. Il a consulté ses fonctionnaires au sujet des mesures de secours et a suggéré qu’un dan (60 kilos) de céréales soit offert aux plus pauvres et 50 kilos aux moins désespérés, afin que tout le monde à Kaizhou reçoive un peu d'aide pendant cette période difficile.


Il a ensuite ordonné à ses subordonnés d’attribuer un numéro à chaque personne et demandé aux gens de faire la queue pour venir chercher le grain. Chen s’est assis sous un petit hangar à l’entrée de l’entrepôt, aidant en personne dans le travail de secours. Il regardait attentivement chaque personne et portait un jugement d’après son apparence et les vêtements qu’elle portait. Il a pris note de ceux qui semblaient les plus désespérés. Les choses se sont bien déroulées. Il a pris note en particulier de ceux qui semblaient les plus désespérés. Les choses se sont déroulées sans problème. Même si plus de dix mille personnes ont fait la queue pour obtenir du grain de secours, il n'y a eu ni problème ni tracas.


Au printemps suivant, un document officiel a été diffusé offrant une autre série de secours aux personnes les plus démunies, et les responsables locaux ont été invités à faire savoir qui y avait droit. Chen a déclaré à ses subordonnés de ne pas prendre la peine de chercher ceux qui avaient besoin d’aide, puisqu'il l’avait déjà noté plus tôt. Les villageois ont été vraiment surpris de voir que Chen avait une idée si précise de leurs situations.


Il s’est avéré que, lorsque la première série de secours avait été offerte, l’avis avait été rendu public à la dernière minute, de sorte que personne n’avait eu le temps de changer de vêtements ou de modifier son apparence. En conséquence, Chen a été en mesure de décrire la situation de chacun au vu de leur apparence et de leurs vêtements.


À la fin de l’ère Wanli, le grenier de Kaizhou manquait de céréales. Chen ordonna alors à chaque préfecture et canton d’acheter du grain avec les fonds tirés de leur trésorerie locale. À ce moment-là, le prix du grain avait augmenté un peu, et un dan de grain coûtait plus de 600 pièces de cuivre. Le gouvernement central a exigé que les ménages riches vendent leur grain stocké au prix de 500 pièces de cuivre par dan. Avec le coût supplémentaire du transport, cela signifiait que les ménages aisés perdraient environ 200 pièces de cuivre par dan de grain.


Sachant que les ménages aisés avaient également subi des pertes lors de la période difficile et que leur capacité à faire face à la situation était également limitée, Chen a décidé de réduire la quantité de céréales qu’ils étaient tenus de vendre au gouvernement au prix inférieur. En fin de compte, son gouvernement a acheté un total de 4000 dans de grain. Cela signifiait que les ménages pouvaient vendre leur grain restant, ailleurs, à un prix plus élevé.


À l’automne de l’année Gengwu, Kaizhou a eu une bonne récolte, et le grain a été vendu un peu plus de 300 pièces de cuivre par dan. Chen rapporta à ses supérieurs qu’il utiliserait deux mille taels d’argent du Trésor pour acheter du grain à stocker. Le prix cité était de 300 pièces de cuivre en espèces par dan. Cependant, au moment où il est allé acheter le grain, le prix était tombé à 250 pièces de cuivre par dan.


Reconnaissants à Chen de ne pas les avoir obligés à vendre plus de céréales plus tôt, les ménages fortunés ont, cette fois, offert de vendre leur grain à prix réduit. Chen a apprécié leur offre aimable, mais a toujours payé le grain au prix cité de 300 pièces de cuivre par dan. En fin de compte, Kaizhou a non seulement rempli le quota d’achat requis cette année-là, mais a également acquis plus de 700 dans de céréales supplémentaires, que Chen a distribué aux villageois pauvres, rentrés chez eux pour travailler au fermage.


En raison des inondations successives survenues plus tôt, le mur de la ville autour de Kaizhou s’est effondré dans plus d’une douzaine d’endroits, et le gouvernement a décidé de le faire réparer. Certains fonctionnaires ont suggéré de recruter des locaux pour faire le travail, mais Chen n’était pas d’accord, avançant que cela causerait trop de problèmes pour les gens et gaspillerait de l’argent. Il ordonna à ses subordonnés d’afficher des avis autour des portes de la ville, appelant les villageois qui avaient déménagé durant la famine à rentrer chez eux pour travailler dans les champs. À titre d'incitation, ils seraient exemptés de l’impôt foncier, et le gouvernement offrirait également un certain allégement céréalier. La nouvelle s’est rapidement répandue par le bouche à oreille, et de nombreux réfugiés sont revenus.


Quand ils sont venus avec leurs sacs chercher le grain de secours, Chen a demandé à ses hommes d'afficher la notice suivante : " Si vous êtes ici pour le grain de secours, remplissez vos sacs de terre et commencez par combler les parties effondrées des murs de la ville. Les agents responsables tamponneront alors vos sacs, ce qui validera votre admissibilité pour le grain. Au moment où le grain de secours a été remis, le mur était réparé, avec peu de dommages pour le trésor public.


L'histoire de la " Chaussée de Su "
Lorsque Su Shi était gouverneur de Hangzhou sous la dynastie des Song, la région a souffert d'une grave sécheresse, associée à une maladie infectieuse très répandue. Su Shi a demandé à la cour impériale d'exempter un tiers du quota d'achat de riz. Comme il y avait davantage de magasins à vendre sur le marché, le prix du riz a chuté en conséquence. Au printemps de l'année suivante, Su Shi a vendu le riz dans le magasin officiel aux populations locales à bas prix pour les aider à survivre à la famine.


Plus tôt sous la dynastie Tang, l’eau du lac de l'Ouest a été dirigée vers un canal, qui a ensuite été utilisé pour irriguer plus de 1000 hectares de terres agricoles. Cependant, en raison de l’accumulation de limon et algues, le lac devait être dragué chaque année, ce qui est devenu un problème majeur pour la population locale.


Su Shi a décidé de résoudre le problème une fois pour toutes. Il a donc demandé l'enlèvement du limon et des mauvaises herbes, et a dragué le canal de Maoshan et la rivière Yanqiao, situés à proximité. Il a également construit une porte pour contrôler le débit de l'eau et a érigé une chaussée à travers le lac avec le limon excavé afin de maintenir une quantité d'eau suffisante dans le lac pour la pêche, la boisson, l'irrigation et le transport.


La chaussée, bordée de roses et de saules magnifiques, servait également de chemin de promenade pratique et attrayant pour les piétons, et une grande partie des terres récupérées autour du lac a été utilisée pour cultiver du blé, ce qui a généré suffisamment de revenus pour entretenir le lac. Les habitants de Hangzhou ont appelé la chaussée "Chaussée de Su" en reconnaissance de la bonne gouvernance de Su Shi et de son souci du grand public.


La gouvernance vertueuse des anciens contraste fortement avec la conduite corrompue et tyrannique du Parti communiste chinois (PCC). Les gens en Chine aujourd’hui n'ont aucune idée de la quantité de richesse nationale qui est allée dans les poches des fonctionnaires corrompus du PCC.


Face à la pandémie actuelle, aux inondations et aux tremblements de terre de cette année, au lieu d'offrir une aide ou un secours concret, le PCC se vante toujours de son "grand succès" en matière de développement économique et continue de demander aux gens de donner de l'argent au régime.


Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2020/7/23/古代官员灾年德政的故事五则-409375.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.