L'histoire de Du Zichun

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rock_painting_hua_mountain_1.jpg - Rolfmueller / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)


Selon le bouddhisme, tout dans le monde humain est une illusion et ne peut rester inchangé pour toujours. Si un pratiquant s'accroche à des pensées mondaines ne serait-ce qu'un peu de sentimentalité humaine, il peut échouer à la dernière minute.


Ce qui suit est une telle histoire rapportée dans Taiping Guangji, la plus grande collection d'histoires et d'événements surnaturels de l'histoire chinoise, compilée pendant la dynastie des Song (960-1279).


Comment un maître a cherché son disciple
Du Zichun a vécu à l'époque des Zhou du Nord (557-581 après J.-C.) et de la dynastie des Sui (581-619 après J.-C.). Jeune homme, il était audacieux et franc. Il ne prenait rien au sérieux et menait un style de vie indiscipliné et extravagant, se livrant aux plaisirs et à la boisson.


Il ne se souciait pas d'accumuler la richesse familiale et il n'a pas fallu longtemps avant qu'il perde toute sa fortune et soit réduit à la pauvreté et à la ruine. Il est donc allé se réfugier chez ses parents et amis. Mais ils l'ont tous repoussé, pensant qu'il n’était qu’un bon à rien.


L'hiver est arrivé, il était vêtu de haillons et n’avait pas grand-chose à manger. Un soir, il errait sur l'avenue Chang'an, frigorifié, affamé et très seul. Il ne pouvait pas s'empêcher de soupirer misérablement. Un vieil homme muni d'une canne s'est approché et lui a demandé pourquoi il soupirait.


Du a fait part de tous ses griefs concernant sa situation douloureuse et s'est plaint du fait que ses proches étaient tous sans cœur. Plus il ronchonnait plus sa colère et son émotion s’accroissaient.


Le vieil homme a demandé à Du de combien d'argent il avait besoin.


"Trente ou cinquante mille pièces feront l'affaire pour moi", répondit Du.


Le vieil homme a dit que ce ne serait pas suffisant. Du a alors augmenté la somme à cent mille pièces. Mais le vieil homme continuait à dire ce que n’était pas assez et a demandé à Du de lui donner un autre chiffre.


"Et pourquoi pas un million ?" a demandé Du. Le vieil homme lui a quand même dit que ce ne serait pas suffisant. Alors Du a demandé trois millions de pièces.


"Que diriez-vous d'un million ? a demandé Du. Le vieil homme lui a dit à nouveau que ce ne serait pas suffisant. Alors Du a demandé trois millions de pièces.


"Ok, ça ira", a dit le vieil homme. Il a alors sorti un cordon de 1 000 pièces et les a données à Du. "C'est tout ce que j'ai aujourd'hui. Attends-moi demain midi au Manoir persan de la rue Ouest, et je te donnerai le reste de l'argent. Ne sois pas en retard. »


Du s'est rendu à l’endroit fixé le lendemain. Fidèle à sa promesse, le vieil homme lui a donné trois millions de pièces, et est parti sans laisser son nom.


Avec autant d'argent en main, Du ne pouvait s'empêcher de se sentir sur la lune. "Je ne serai plus jamais pauvre", se dit-il.


Presque aussitôt, il s'est mis à monter les meilleurs chevaux et à porter des fourrures luxueuses. Il buvait toute la journée avec ses amis et engageait des musiciens pour qu’ils jouent pour eux. Il allait s’amuser dans des maisons closes sans jamais se soucier de sa future subsistance.


En quelques années seulement, il a gaspillé les trois millions de pièces et a dû à nouveau porter des vêtements bon marché et monter des ânes. Bientôt, il n’a même plus pu se permettre de monter à dos d'âne, et a dû se déplacer à pied, devenu aussi pauvre et impuissant qu'il l’avait été dans un temps pas si lointain. Levant les yeux au ciel il soupira profondément.


À ce moment, le vieil homme est réapparu devant lui. Il a pris la main de Du et lui a demandé : "Comment en es-tu arrivé là de nouveau ? Peu importe, je peux t'aider. Combien veux-tu cette fois-ci ?"


Du se sentait vraiment honteux et était trop gêné pour demander. Le vieil homme lui a demandé à plusieurs reprises, mais Du ne pouvait que s’excuser avec un sentiment de honte. Finalement, le vieil homme a dit à Du de se rendre au même endroit à la même heure le lendemain, en lui disant qu'il lui donnerait dix millions de pièces cette fois-ci.


Le lendemain, Du se rendit au même endroit, et le vieil homme lui donna dix millions de pièces, comme il l'avait promis. Avant de partir, Du a décidé que cette fois, il allait corriger ses erreurs passées et acheter une entreprise familiale, et qu'il gagnerait beaucoup d'argent. Il s'est dit que cette fois, il deviendrait plus riche que les personnes les plus riches qu'il connaissait.


Cependant, dès qu'il a obtenu l'argent, il a complètement oublié ses aspirations et a recommencé à se livrer à l'extravagance et à la débauche. En moins de trois ou quatre ans, il était de nouveau sans le sou et dans une situation encore plus désespérée qu’auparavant.


Un jour, il est tombé de nouveau sur le vieil homme au même endroit et a essayé de l'éviter en se couvrant le visage. Mais le vieil homme a attrapé Du par ses vêtements et lui a dit qu'il était idiot d'essayer de se défiler. Il a alors donné à Du 30 millions de pièces et lui a dit : "Si tu ne fais pas quelque chose de bien cette fois-ci, tu seras au delà de toute aide et tu seras démuni pour toujours".


Du s'est dit : "J'ai mené un style de vie insouciant et dissolu, au-dessus de mes moyens, et j'ai gaspillé jusqu’à la dernière pièce. Aucun de mes parents, amis ou quiconque d’autre de fortuné ne m'a offert de l’aide, à l'exception de ce vieil homme qui m'a offert trois fois d'énormes sommes d'argent. Comment devrais-je lui rendre sa gentillesse ?


Avec cette pensée à l'esprit, Du a dit au vieil homme : "J'ai tiré trois leçons de votre gentillesse, et je vais faire quelque chose de moi-même maintenant. Je vais aussi aider les orphelins et les veuves, et les aider à recevoir une éducation éthique. Je suis extrêmement reconnaissant de votre gentillesse, et je reviendrai vous servir une fois que j'aurai réalisé mes aspirations. "


Le vieil homme a dit : "C'est exactement ce que j'espérais. Une fois que tu auras réalisé ce que tu as entrepris, viens m'attendre au Festival du Fantôme affamé l'année prochaine sous les deux cyprès devant le temple Laojun ".


Sachant que la plupart des orphelins et des veuves vivaient à Huainan, Du est venu à Yangzhou. Il a acheté 100 hectares de terres fertiles, a construit une résidence dans la ville et plus de 100 maisons aux carrefours et autres endroits clés. Il a ensuite appelé les orphelins et les veuves à venir vivre dans ces maisons. Il a aidé les neveux et les nièces de ces clans familiaux à se marier et s'est assuré que les couples soient enterrés ensemble après leur décès. Ceux qui étaient morts ailleurs étaient ré-enterrés dans leur pays d'origine. Grâce à ses efforts, les vieilles rancunes entre les gens ont été résolues et ceux qui avaient fait des choses vertueuses ont été généreusement récompensés pour leur grâce.


Après avoir réalisé son souhait, Du est venu au temple Laojun comme promis et a vu le vieil homme.


Épreuves dans la cultivation
Le vieil homme a arrêté de jouer de la flûte quand il a vu Du, et l'a emmené au pic Yuntai du mont Hua (une montagne avec une longue histoire de signification religieuse dans l'actuelle province du Shaanxi).


Après avoir parcouru 65 kilomètres à travers la montagne, ils sont arrivés à un magnifique palais, avec des grues qui volaient et des nuages qui dérivaient autour. Il y avait une fournaise d'alchimie de deux mètres de haut au milieu du hall principal, et la lumière violette qui scintillait dans la fournaise illuminait tout le hall. Il y avait neuf filles de jade autour de la fournaise, qui était gardée par le Dragon d'azur et le Tigre blanc.


Le soir venu, le vieil homme ne portait plus de vêtements ordinaires, mais une robe taoïste rouge et une couronne taoïste dorée. Il a donné à Du trois pilules de pierre blanche et un verre de vin, et lui a dit de les prendre immédiatement.


Il a ensuite déposé un morceau de fourrure de tigre dans le coin ouest de la salle, s'est assis face à l'est et dit à Du : " Reste tranquille. Tout ce que tu verras sont des illusions, comme des dieux géants, des démons, des esprits malveillants, l'enfer et des animaux féroces, ainsi que les membres de ta famille attachés et torturés. Tout cela est illusoire. Reste bien calme et ne dis pas un mot. Tant que tu n'as pas peur, ils ne te feront pas de mal. Souviens-toi juste de ce que je t’ai dit aujourd'hui !"


Sitôt le taoïste parti, Du a entendu des hommes crier et des chevaux hennir bruyamment dehors, et il y avait d'innombrables soldats partout dans les montagnes et les vallées, avec des drapeaux qui flottaient et des lances qui brillaient.


Parmi eux se trouvait un grand homme, qui prétendait être un grand général. Il portait une armure dorée éblouissante, tout comme son cheval. Il était gardé par plusieurs centaines de soldats, tous munis d'épées et d’arcs.


Ils sont venus au palais et ont crié à Du : "Qui crois-tu être ? Le grand général est ici. Comment oses-tu ne pas lui témoigner ton respect ? "


Certains gardes ont pointé leur épée en direction de Du et lui ont demandé son nom et ce qu'il faisait là. Du a gardé le silence.


Les gardes se sont mis en colère et ont crié : "Tuez-le ! Tirez-lui dessus avec une flèche ! "


Du est resté très calme, comme s'il n'avait rien entendu. Finalement, le général est parti en rage avec ses soldats.


Un peu plus tard, des meutes de tigres féroces, de dragons redoutables, de lions, de vipères et de scorpions venimeux se sont précipités vers Du, comme s'ils voulaient le mettre en pièces et le dévorer. Certains lui sautaient au-dessus de la tête, lui montrant leurs dents et leurs griffes acérées, mais Du est resté calme et silencieux. Au bout d'un moment, les serpents et les bêtes ont disparu sans laisser de traces.


Des pluies torrentielles se sont soudainement abattues, accompagnées d'un tonnerre et d'éclairs assourdissants, et l’obscurité est devenue totale. À ce moment, une grande roue de feu ardent a roulé autour de lui, et Du pouvait à peine garder les yeux ouverts en raison de l'éclat éblouissant. Un instant plus tard, la cour s’est remplie d'eau, profonde de plus de trois mères. Le tonnerre et les éclairs se sont intensifiés et ont secoué violemment la terre, comme si la montagne allait s'effondrer et la rivière couler à contre-courant.


En un clin d'œil, les vagues déferlantes se sont dirigées là où Du était assis. Les paroles du prêtre taoïste étant claires dans son esprit, Du s'est assis droit, sans même cligner des yeux.


Peu de temps après, le général en tenue d'or est revenu, avec un groupe de fantômes à l’apparence féroce tout droit sortis de l'enfer. Ils ont placé devant Du un chaudron rempli d'eau bouillante. Les fantômes, des lances et des fourches en fer dans leurs mains, ont menacé Du : "Dis-nous ton nom et nous te laisserons partir, sinon nous te jetterons dans la marmite !


Du continuait à se taire.


Les fantômes ont alors fait entrer la femme de Du et l'ont attachée au bas de l'escalier. "Dis-nous ton nom, et nous la laisserons partir", criaient les fantômes à Du. Mais il restait silencieux.


Les fantômes ont commencé à fouetter sa femme, puis ont découpé son corps avec des couteaux et l'ont tuée avec des flèches. Ils l'ont brûlée et fait bouillir, et l'ont torturée de toutes les manières possibles. Sa femme était dans une douleur insupportable et a crié à Du : "Bien que je sois laide et maladroite et que je ne sois pas digne de toi, je suis ta femme depuis une dizaine d'années. Maintenant, les démons m'ont amenée ici et me torturent. Je ne peux plus le supporter ! J'espère seulement que tu puisses dire quelque chose pour que je sois épargnée. Comment peux-tu être aussi impitoyable ? Comment peux-tu supporter de me voir torturée de cette façon ?"


Sa femme pleurait misérablement. Pourtant, Du est resté calme et tranquille, comme s'il n'avait rien vu ni entendu.


"Très bien", a dit le général, "J'ai d'autres moyens de m'occuper d'elle !" Il a ordonné aux démons d'apporter une lime en fer pour déchiqueter sa chair centimètre par centimètre à partir de ses pieds. La femme de Du a hurlé de douleur. Mais, Du ne lui a pas même jeté un regard.


"Ce type est accompli en magie noire", a dit le général, "Il ne peut pas être autorisé à rester longtemps dans le monde humain !" Il a alors ordonné à ses gardes de décapiter Du. Après que Du ait été tué, son âme a été emmenée au roi de l'enfer.


"N'est-ce pas le méchant du pic Yuntai ?" a dit le roi de l'enfer dès qu'il a vu Du : "Envoyez-le en enfer !"


Du a subi toutes sortes de tortures en enfer - il a été bouilli dans un récipient d’huile, maltraité dans une tente de fer, piqué avec des perceuses en fer, frotté contre une armure tranchante, jeté dans un puits de feu et forcé de marcher sur des couteaux et des épées. Mais Du s'est quand même souvenu de ce que le prêtre taoïste lui avait dit et a enduré tout cela sans émettre un son.


Les soldats démons ont plus tard rapporté au roi de l'enfer que tous les moyens de torture avaient été utilisés sur Du, mais qu’il ne voulait pas céder.


"Ce type est sinistre et vicieux. Il ne devrait pas être autorisé à être un homme. Qu'il soit une femme dans la prochaine vie !" a déclaré le roi de l’enfer.


Du n’a pas tardé à renaître en tant que fille dans la famille de Wang Qin. Wang était le magistrat du comté de Shanfu dans la préfecture de Song. Du était un enfant malade dès sa naissance, et était traité sans cesse par l'acupuncture et des plantes médicinales amères. Il est également tombé dans le feu et est tombé du lit à plusieurs reprises, et il a connu des souffrances sans fin. Cependant, il n'a jamais prononcé un mot.


Au fil des ans, Du s'est transformé en une très belle jeune femme, mais il n'a jamais parlé. La famille de Wang pensait que leur fille était muette, et leurs proches l'insultaient et la tyrannisaient aussi. Mais Du n'a jamais rien dit.


Échouer au dernier moment
Il y avait dans le même canton, un érudit nommé Lu Gui, qui était un candidat ayant réussi à l'examen impérial. Il avait entendu dire que la fille du magistrat était très belle, alors il demanda à l'entremetteur de parler au magistrat, espérant épouser sa fille.


Le magistrat a rejeté sa proposition, disant que sa fille était muette.


Lu Gui n'a pas abandonné, disant : "Tant que la femme est vertueuse, qu'importe si elle ne peut parler ? Elle peut même servir d'exemple à ces femmes qui bavardent tout le temps ».


Le magistrat a donc accepté le mariage. Lu Gui a suivi les rituels traditionnels et a épousé Du. Les deux ont entretenu une relation très harmonieuse pendant des années et ont eu un fils.


Quand le garçon avait deux ans, il était adorable et très intelligent. Une fois, Lu Gui a tenu l'enfant dans ses bras tout en parlant à Du, mais il n'a rien dit, même si Lu a essayé de taquiner sa femme.


Lu Gui s'est mis en colère et a dit : "Dans l'ancien temps, la femme du fonctionnaire Jia le regardait de haut, pensant qu'il était incompétent, et ne souriait jamais. Mais plus tard, quand Jia a tiré sur un faisan avec une flèche, elle a laissé tomber son ressentiment envers lui."


Il a poursuivi : "Bien que mon statut ne soit pas aussi élevé que celui de Jia, mon talent n'est-il pas cent fois meilleur que de tirer sur un faisan ? Pourtant, tu ne prends toujours pas la peine de me parler !


"Quand le mari est méprisé par sa femme, à quoi bon garder son fils ! "


Il a attrapé les jambes du garçon et l'a jeté hors de la maison. L'enfant est tombé sur la tête et s'est fracassé la cervelle sur un morceau de roche ; son sang a éclaboussé à plusieurs pas.


Par amour pour le garçon, Du a oublié ce que le prêtre taoïste lui avait dit, et a crié "Oh non !" - le premier son qu'il émettait depuis le départ du prêtre.


Dès que Du a crié, il s'est retrouvé de nouveau assis dans le temple taoïste sur le pic Yuntai ; le vieux prêtre taoïste était là aussi. C'était l'aube, et soudain, des flammes violettes ont frappé les poutres du bâtiment et la maison a été incendiée presque instantanément.


"Tu es une personne si misérable et si pitoyable. Tu as en effet gâché une affaire très importante !" Avec ces mots, le vieux prêtre taoïste a attrapé les cheveux de Du et a jeté sa tête dans la jarre d'eau. Le feu a été immédiatement éteint.


"Tu as abandonné le bonheur, la colère, la peine, la peur, la méchanceté et divers désirs, sauf l'amour sentimental de ton enfant", a dit le prêtre taoïste à Du. "Si tu n'avais pas crié quand Lu Gui a jeté ton enfant, tu aurais fait un élixir d'immortalité et gagné une place parmi les immortels. Quel dommage ! Un disciple prometteur est vraiment difficile à trouver ! Je peux continuer à faire des élixirs d'immortalité, mais tu dois maintenant retourner dans le monde profane. Continue à cultiver avec diligence à l'avenir !"


Sur ces mots, il a montré à Du le chemin au loin et lui a dit de retourner. Avant de partir, Du a marché sur les fondations brûlées du palais, et a vu que le four d'alchimie était en ruine, avec un pilier de fer au milieu. Il était aussi épais qu'un bras et mesurait plusieurs mètres de haut. Le prêtre taoïste a enlevé sa robe et a commencé à ébrécher le pilier de fer avec un couteau.-Avec ces mots, il a montré à Du le chemin au loin et lui a dit de revenir en arrière. Avant de partir, Du a marché sur les fondations brûlées du manoir, et a vu que le four d'alchimie était en ruine, avec un pilier de fer au milieu. Il était aussi épais qu'un bras et mesurait plusieurs mètres de haut. Le prêtre taoïste enleva sa robe et commença à ébrécher le pilier de fer avec un couteau.


Après son retour à la maison, Du a profondément regretté d'avoir oublié ce que le prêtre taoïste lui avait dit, et il a voulu retourner servir le prêtre taoïste pour réparer son erreur.


Mais lorsqu'il est arrivé au pic Yuntai, il n'a rien trouvé et n'est rentré qu'avec un extrême chagrin et un profond regret.


(Récit de Taiping Guangji)


Traduit de l’anglais
https://en.minghui.org/html/articles/2020/8/20/186429.html


Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2020/7/18/杜子春修道-409140.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.