Pourquoi un modeste peintre aspire à la perfection

La perfection est le niveau des divinités. En peinture, la représentation réaliste et précise d'une divinité ou d'une personne est le fruit d'une attitude intérieure, d'une compréhension personnelle. Cette forme de peinture apprécie et valorise la vie et reflète une expression de respect pour le plus haut niveau.


Les événements suivants se sont produits durant la période des Song dans la Chine ancienne.


Dans la petite ville de Haizhou vivait une famille d'artistes qui gagnaient leur vie depuis plusieurs générations en faisant des portraits de la Bodhisattwa Guanyin. Les peintures de la famille He étaient de grande qualité : exquises, détaillées et peintes avec beaucoup de soin et de dévouement. La réalisation d'un portrait prenait un an.


Un jour, M. He entendit frapper à sa porte. Après avoir ouvert, il vit un homme sale et mal habillé se tenant sur le pas de sa porte. Le mendiant avait la peau en mauvais état, avec de multiples petites blessures, et il sentait mauvais. Il avait à la main un panier de carpes.


Le peintre est resté calme et n'a pas méprisé l'homme. Il lui a demandé poliment : "Puis-je vous aider ?" Ce à quoi l'étranger a répondu : "Je voudrais échanger mon panier de poissons contre un portrait de Guanyin". Le peintre a dit à l'étranger qu'ils ne mangaient que de la viande. Mais il pouvait lui donner un portrait de la Bodhisattva sans prendre le poisson. Il est allé à sa table de travail et a montré le portrait au mendiant. Le mendiant a regardé l'œuvre et a fait la remarque suivante : "Ce n’est pas la véritable image de Guanyin. J'ai une image avec moi qui la montre sous un autre jour".

Guanyin (en sanskrit, Avalokiteshvara), la bodhisattva de la compassion infinie, est l'une des figures bouddhistes les plus représentées dans l'art chinois On croyait qu'elle avait la capacité de bénir chaque personne qui souffre dans le monde des mortels. Bien qu'en Inde, le bodhisattva était à l'origine considéré comme étant soit sans sexe soit masculin, en Chine, les manifestations féminines comme celle-ci étaient courantes(https://collectionapi.metmuseum.org/api/collection).


Le peintre était très surpris et un peu excité. Aussitôt, il a commencé à nettoyer sa table pour que l'inconnu puisse dérouler ladite image. Pendant ce temps, l'étranger attendait devant la porte. Avant cela, le peintre purifia ses pensées pour pouvoir regarder l’image avec un cœur pur.


Puis il se tourna vers la porte. Mais l'homme n'était plus là. Au lieu de cela, la Bodhisattwa Guanyin se tenait là dans sa sainteté, sa solennité et sa splendeur. Il s'est agenouillé et a dit une prière. Puis il a allumé de l'encens en l'honneur de la Bodhisattwa Guanyin. Il a été invité à la regarder de plus près afin de pouvoir reproduire son image avec plus de précision. Au fur et à mesure qu'il étudiait sa silhouette, l'image de la bodhisattva s'estompait peu à peu.


Puis une brise odorante a soufflé dans sa maison et le joli parfum est resté dans toutes les pièces pendant plusieurs mois. Pendant ce temps, M. He a peint de nouveaux portraits de la Bodhisattwa Guanyin, plus réalistes que jamais. Sa technique de peinture s'est améliorée et la bonne réputation des tableaux de la famille He s'est étendue à la ville, à la campagne et au loin.


Note : L'apparition de la Bodhisattwa Guanyin en tant que mendiant était un test pour le peintre aspirant spirituel. Il avait bien cultivé, car son coeur est resté calme ; il n'a pas été affecté par l'apparition de l'étranger.

Source de cette histoire : Treasured Tales of China Volume 2, Classical Poets Publishing Mount Hope New York, 2019, page 125

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.