Le coronavirus : une cible mouvante pour la recherche médicale et vaccinale

La pandémie de coronavirus s'est étendue à presque tous les pays, entraînant des dizaines de millions d'infections et des centaines de milliers de décès. Des dizaines d'entreprises ont travaillé sur des vaccins, dans l'espoir d'enrayer la maladie.


Des découvertes récentes, cependant, indiquent que de ses mutations génétiques à sa voie de propagation, et de ses symptômes à ses dommages au système immunitaire, le coronavirus est tout sauf une maladie normale et pose un défi important à la recherche sur les vaccins.


Près de 200 mutations génétiques
La maladie du coronavirus est une maladie respiratoire, mais ses cibles dépassent les poumons. « [La maladie] peut attaquer presque tout dans le corps avec des conséquences dévastatrices », déclare le cardiologue Harlan Krumholz de l'Université de Yale dans un article publié en avril dans Science intitulé “How does coronavirus kill? Clinicians trace a ferocious rampage through the body, from brain to toes.” (En français : "Comment le coronavirus tue-t-il? Les cliniciens retracent un parcours féroce à travers le corps, du cerveau aux orteils. ")


Des scientifiques du Laboratoire national de Los Alamos ont publié un projet d’article intitulé "Le pipeline de mutation de spike révèle l'émergence d'une forme plus transmissible de SRAS-CoV-2" à BioRx (www.biorxiv.org) le 5 mai 2020, annonçant 14 mutations du coronavirus qu'ils avaient identifiées associées à la protéine de surface appelée spike. L'une des mutations, D614G, s'est avérée plus transmissible que les souches de coronavirus ordinaires.


Le document finalisé a ensuite été publié dans Cell le 3 juillet 2020, sous le titre “Tracking Changes in SARS-CoV-2 Spike: Evidence that D614G Increases Infectivity of the COVID-19 Virus.” (en français "Suivi des changements dans le Spike de SARS-CoV-2: preuve que D614G augmente la virulence du virus COVID-19.") L’article a révélé que la mutation D614 était la forme la plus répandue dans la pandémie mondiale, comme cela a été observé aux niveaux national, régional et municipal.


Une analyse plus approfondie a indiqué que cette variante se développe rapidement en laboratoire tandis que les individus infectés ont également une charge virale plus élevée dans les voies respiratoires supérieures.


Un autre article, intitulé “Emergence of genomic diversity and recurrent mutations in SARS-CoV-2,” (en français : "Emergence de la diversité génomique et des mutations récurrentes dans le SRAS-CoV-2"), doit être publié dans Infection, Genetics and Evolution en septembre 2020 par des scientifiques de l'University College London. En analysant plus de 7 600 assemblages génomiques publics, les auteurs ont identifié 198 mutations récurrentes. Si toutes ces mutations partageaient un ancêtre commun à la fin de 2019, elles se sont produites dans différentes régions du génome, y compris des protéines non structurales et des protéines de spike.


Et la situation ne cesse de changer. "Les médecins chinois constatent que le coronavirus se manifeste différemment chez les patients de sa nouvelle grappe de cas dans la région du nord-est par rapport à l'épidémie initiale de Wuhan, ce qui suggère que l'agent pathogène pourrait changer de manière inconnue et complique les efforts pour l'éradiquer", a rapporté Bloomberg le 20 mai 2020, dans un article intitulé “China’s New Outbreak Shows Signs the Virus Could Be Changing.”(en français : "La nouvelle épidémie en Chine montre les signes que le virus pourrait changer".


Plus spécifiquement, les mutants du virus semblent avoir un temps d'incubation plus long pour développer des symptômes et semblent être plus persistants par la suite.


Symptômes inhabituels
Les symptômes typiques du coronavirus comprennent la toux, la fièvre, les douleurs musculaires, les maux de tête et les difficultés respiratoires. Mais il existe également des symptômes inhabituels tels que des éruptions cutanées, de la diarrhée, des anomalies rénales et des taches de sang à risque, ce qui est rarement vu pour les virus respiratoires, a rapporté le magazine Time dans un article intitulé “Unusual Symptoms of Coronavirus: What We Know So Far” (en français "Symptômes inhabituels du coronavirus: ce que nous savons jusque là ") le 19 mai 2020.


Scientific American a publié un article intitulé “From Headaches to ‘COVID Toes,’ Coronavirus Symptoms Are a Bizarre Mix” (en français "Des maux de tête aux ‘orteils COVID’, les symptômes du coronavirus sont un mélange bizarre ") le 18 mai 2020, spéculant qu'il existe deux mécanismes principaux qui entraînent des problèmes dans presque tous les organes, y compris le cerveau, le cœur et les reins, le tractus gastro-intestinal et la peau. L'un des mécanismes implique la réponse immunitaire de la personne et l'autre est la coagulation du sang.


Des complications liées à la coagulation telles que le blocage des artères pulmonaires et les accidents vasculaires cérébraux ont été observées chez 30% des patients gravement malades. Ce qui intrigue les scientifiques, c'est que cela peut arriver même aux personnes d'âge moyen et dans des endroits inhabituels de leur corps.


Le séquençage génétique a montré que certains patients présentaient des variantes génétiques associées à une réponse immunitaire hyperactive aux infections virales, ce qui donne un indice possible sur les raisons pour lesquelles certaines personnes développent des complications graves, selon les médecins du centre médical Irving de l'Université Columbia, comme le rapporte le Wall Street Journal le 7 mai dans un article intitulé “Coronavirus Hijacks the Body From Head to Toe, Perplexing Doctors.” (en français : "Le coronavirus investit le corps de la tête aux pieds, rendant les médecins perplexes").


D'autres scientifiques sont d'accord : "Cela apparaît davantage comme une maladie systémique présentée initialement comme une maladie respiratoire", déclare Mark Poznansky, directeur du Centre de Vaccin & d’Immunothérapie de l’Hôpital Général du Massachusetts, dans un article de mai sur Axios intitulé “The coronavirus is a moving target.” (en français : "Le coronavirus est une cible mouvante"). Par exemple, on ne sait pas si la cause est le virus lui-même, la réponse du système immunitaire ou le traitement reçu, a expliqué l'article.


Effet dévastateur sur le système immunitaire
Normalement, une personne infectée par un agent pathogène pourrait développer des anticorps qui repousseraient l'agent pathogène s'il attaquait à nouveau l'individu. Mais pour le coronavirus, seulement environ 10% à 15% de la population infectée ont développé une immunité, a déclaré Danny Altmann, un immunologiste de Londres à CNBC le 6 juillet. "C’est un virus très trompeur, et son immunité est très troublante et plutôt de courte durée" a-t-il expliqué.


D’autres recherches, en revanche, ont montré qu'une faible quantité d'anticorps pourrait au contraire faciliter l'entrée du virus dans les cellules, le rendant plus mortel pour le corps. Ce phénomène est appelé renforcement dépendant des anticorps ou renforcement immunitaire. Il a été observé pour le virus de la fièvre jaune, le virus Zika, le VIH et maintenant le coronavirus.


Cette situation a été confirmée par les développeurs de vaccins, a rapporté Nature le 5 juin dans un article intitulé "Les développeurs de vaccins contre le coronavirus se méfient des anticorps errants" . Plus précisément, "les vaccins générant des anticorps contre le SRAS-CoV-2 peuvent se lier au virus sans le neutraliser. Si cela se produit, les anticorps non neutralisants pourraient améliorer l'entrée virale dans les cellules et la réplication virale et finir par aggraver l'infection au lieu d'offrir une protection ", écrit l'article.


Outre le renforcement immunitaire, d'autres facteurs contribuent également aux dommages. COVID-19 provoque une pneumonie dans la plupart des cas et un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) dans environ 15% des cas, a écrit un article dans Frontiers in Immunology le 16 juin intitulé "The COVID-19 Cytokine Storm ; What We Know So Far".(en français "La tempête de Cytokine du COVID-19; Ce que nous savons jusqu'à présent.")


"La mortalité chez les patients atteints de COVID-19 a été liée à la présence de la soi-disant "tempête de cytokines" induite par le virus. Une production excessive de cytokines pro-inflammatoires conduit à une aggravation du SDRA et à des lésions tissulaires généralisées entraînant une défaillance de plusieurs organes et la mort", explique l'article.


Un défi pour la recherche de vaccins
Produire un vaccin contre le COVID-19 n'est pas simple. L'une des raisons est que le coronavirus est un virus à ARN, qui a un taux de mutation beaucoup plus élevé que les virus à ADN.


Un exemple est le virus de la grippe. Au cours des dernières décennies, des vaccins contre la grippe ont été fournis au public, mais la maladie fait encore environ 50 000 morts chaque année aux États-Unis seulement. " Les vaccins antigrippaux les plus couramment utilisés ne protègent pas plus de 60% des personnes qui les reçoivent ; certaines années, l'efficacité chute à 10% ", a écrit un article dans le magazine Science en septembre 2017 sous le titre " “Why flu vaccines so often fail.”(en français : "Pourquoi les vaccins antigrippaux échouent si souvent ".)


Entre les années 1940 et 1960, les gens pensaient que le vaccin avait une efficacité de 70% à 90% basée sur les niveaux d'anticorps. Grâce à des méthodes plus précises, telles que la réaction en chaîne par polymérase (PCR), le nombre d'infections dans les populations vaccinées s'est avéré beaucoup plus élevé.


Plusieurs facteurs ont contribué à l'échec des vaccins, a expliqué Arnold Monto, épidémiologiste à la faculté de santé publique de l'Université du Michigan. L'une était la mutation de la souche en circulation, ou «mutants d'échappement»; l'autre est la mutation de la souche vaccinale elle-même pendant la production.


La recherche sur les vaccins contre le coronavirus présente également d'autres défis. Il a été démontré que les anticorps anti-spike (S-IgG) qui se lient à la protéine de spike à la surface du virus provoquent une lésion pulmonaire aiguë (ALI) en perturbant le système immunitaire, comme mentionné ci-dessus.


Dans un article publié dans JCI Insight en février 2019 intitulé "Les IgG anti-spike provoquent de graves lésions pulmonaires aiguës en biaisant les réponses des macrophages lors d'une infection aiguë par le SRAS-CoV", les scientifiques ont découvert que des réponses inflammatoires similaires existaient également chez les patients décédés du coronavirus. De nombreux éléments de preuve indiquent que le COVID-19 peut infecter plus efficacement et se répliquer de manière plus robuste que le SRAS-CoV.


Une maladie avec de nombreuses incertitudes
Il existe encore de nombreuses inconnues à propos du coronavirus. La pandémie de grippe de 1918 a été de loin la maladie infectieuse la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité avec un nombre de morts de 50 millions ou plus, a écrit un article d'avril dans le New England Journal of Medicine sous le titre “Escaping Pandora’s Box—Another Novel Coronavirus.” (en français : "S’échappant de la boite de Pandore – Un autre nouveau Coronavirus")


L'article écrit que les maladies telles que les pandémies sont étroitement liées au comportement humain et que ces maladies pourraient s'accélérer soudainement. "Les preuves suggèrent que partout où elle a commencé, elle s'est propagée silencieusement à travers le monde, provoquant principalement des cas bénins, mais aussi une mortalité de 0,5 à 1% ou plus - un taux qui était initialement trop faible pour être détecté par rapport à un taux élevé de mortalité de maladies respiratoire non apparenté." a écrit l'article.
"Puis il a soudainement explosé dans les centres urbains presque partout à la fois, faisant une entrée dramatique après une longue approche furtive. Malheureusement, COVID-19 ressemble à la pandémie de grippe de 1918 à bien des égards, y compris sa croissance rapide et sa propagation géographique.


Ce qui va se passer ensuite reste inconnu. Altmann de l'Imperial College de Londres a déclaré s’attendre à une deuxième vague et que la situation reste "très, très effrayante". Il a souligné qu'il est difficile de prédire si ou quand un vaccin efficace contre le COVID-19 pourrait être identifié. "Le diable est dans les détails, les vaccins ne sont pas si faciles", a-t-il ajouté.


Le Parti communiste chinois (PCC) a dissimulé l'épidémie de SRAS de 2003, et il a fait de même lorsque le COVID-19 a éclaté. De nombreux modèles ont indiqué que les régions fortement influencées par le PCC ont un nombre élevé de cas. Dans cet esprit, rejeter le régime totalitaire du PCC et revenir aux valeurs traditionnelles nous mènera sur la voie de la sécurité.


Voir également en chinois< /b>
新冠疫苗适得其反-隐患已现(下)
疫苗和救赎之路


Version anglaise :
Coronavirus: A Moving Target for Medical and Vaccine Research

Version chinoise :
新冠疫苗适得其反-隐患已现(上)(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.