Un immunologiste faisant autorité met en garde contre la deuxième vague de coronavirus

Au 9 août 2020, le nombre de morts dû au coronavirus a dépassé les 730000 dans le monde, et aucune fin de la pandémie qui ravage le monde depuis six mois n’est en vue.


Les dernières recherches montrent que le virus a subi la mutation D614G, ce qui le rend encore plus effrayant. Danny Altmann, professeur d'immunologie à l'Imperial College de Londres, a averti que la situation est «très, très effrayante» et que «les vaccins ne sont pas si faciles».

Le virus est désormais plus infectieux en raison d’ une nouvelle mutation
Selon un article du 3 juillet 2020 intitulé “Tracking Changes in SARS-CoV-2 Spike: Evidence that D614G Increases Infectivity of the COVID-19 Virus” ( en français " Suivi de l'évolution du pic du SRAS-CoV-2 : Preuve que le D614G augmente l'infectivité du virus COVID-19") publié dans Cell , une revue scientifique renommée, des scientifiques du Los Alamos National Laboratory et de Duke University ont identifié une nouvelle souche de coronavirus SRAS-CoV-2, nommée D614G. Cette nouvelle variante présente "une modification légère mais efficace" de la protéine de pointe du virus, un élément clé pour que le virus pénètre dans la cellule humaine. Une telle mutation s'est avérée rendre le virus plus infectieux lorsqu'elle a été testée en laboratoire.


Le 6 juillet, le Dr Zhang Wenhong, chef de l'équipe d'experts de Shanghai sur le virus de Wuhan et directeur de la division des maladies infectieuses à l'hôpital Huashen de l'Université de Fudan, a déclaré dans son post sur Weibo: "Certains chercheurs ont proposé une forte corrélation entre la variante D614G et le taux de mortalité, bien que l’étude actuelle reste au stade de l’analyse statistique. " Comme les statistiques reposent sur de grands échantillons de données, la corrélation reste à voir.


Le même jour, l'immunologiste Danny Altmann a déclaré à CNBC que seuls 10 à 15 % environ de la population des villes infectées avaient probablement développé une immunité : "C'est un virus très trompeur, et l'immunité à ce virus est très déroutante et plutôt de courte durée. "


Altmann a déclaré s’attendre à une deuxième vague et que la situation restait " très, très effrayante ". Il a dit aussi : " Le diable est dans les détails, les vaccins ne sont pas si simples. "


La deuxième vague des pandémies passées s'est avérée dévastatrice
La propagation rapide de la "grippe espagnole" du printemps 1918 au printemps 1919 a stupéfié les gens à l'époque. Elle a infecté 500 millions de personnes, soit environ un tiers de la population mondiale de l'époque. Elle a atteint les îles du Pacifique et la région du Pôle Nord. Le taux de mortalité se situait entre 2,5 et 8 %, faisant 17 à 50 millions de morts.


La première vague de grippe espagnole a éclaté en juin-juillet 1918, suivie de la deuxième vague en septembre-novembre. La deuxième vague a connu le taux de mortalité le plus élevé et le plus grand nombre de décès. La troisième vague, en février-mars 1919, a vu un taux de mortalité plus élevé chez les enfants et les personnes âgées, tandis que les jeunes et les 20-40 ans représentaient 50 % de tous les décès. Dans l'ensemble, 99 % des décès avaient moins de 65 ans.


Chacune des trois vagues de la grippe de 1918 n'a duré que quelques semaines, puis s'est soudainement arrêtée. L'auteur et historien américain John M. Barry a écrit dans son livre de 2004 The Great Influenza: The Story of the Deadliest Plague in History (en français « La grande grippe: l'histoire de la peste la plus meurtrière de l'histoire ») : "Après deux ans d'efforts extraordinaires (et continus) de la part de nombre des meilleurs chercheurs au monde, en 1920, Welch a fait un prédiction frustrante: "Je pense que cette épidémie va probablement disparaître et que nous ne sommes pas plus familiers avec le contrôle de la maladie que nous ne l'étions lors de l'épidémie de 1889. C'est humiliant mais vrai "


Au cours des cent dernières années, la grippe H3N2 qui a éclaté à Hong Kong en 1968 est un autre exemple du lourd tribut payé pour avoir négligé une deuxième vague.


Le virus de la grippe H3N2 a éclaté au cours du premier semestre de 1968. Les experts en santé publique ont déterminé à l'époque que le grand public avait développé une immunité contre l'antigène N2 et pensaient donc que la souche de sous-type de H3N2 ne provoquerait pas d'épidémie à grande échelle. Ce raisonnement s'est avéré faux.


Dans la seconde moitié de 1968, la souche H3N2 a muté en un virus monstrueux qui s'est répandu en Asie, en Europe et en Amérique. Il a pris plus d'un million de vies avant de se calmer finalement en 1970.


Une forte augmentation des nouveaux cas à Pékin et à Hong Kong
Dans son post du 6 juillet sur Weibo le docteur Zhang Wenhong a déclaré que la mutation D614G du virus avait été découverte lors de la récente deuxième vague d'épidémie à Pékin. Selon le gouvernement chinois, la deuxième vague qui a débuté dans le marché aux légumes Xinfadi de Beijing le 11 juin a infecté plus de 350 personnes. Mais en raison du monopole du gouvernement chinois sur le contrôle de l'information, ce nombre est probablement beaucoup plus élevé.


Bien que le gouvernement n'ait pas fourni d'informations sur la source de l’actuelle deuxième vague d'épidémie, plus d'un millier de représentants de tout le pays se sont réunis à Pékin pour assister au Congrès du peuple et à la Conférence consultative politique du peuple à la fin mai. La représentante Shen Jilan est morte quelques semaines après la conférence et de nombreuses spéculations ont été faites liant sa mort à une possible infection par un coronavirus et à l'épidémie qui a suivi à Pékin après la conférence.


De nouveaux cas à Hong Kong ont explosé en juillet. Le 7 juillet, 14 ont été signalés. Le lendemain, lorsque l'Agence nationale de sécurité à Hong Kong a été créée, 24 nouveaux cas ont été signalés. Et le 10 juillet, le Bureau de l'éducation de Hong Kong a annoncé que les cours de toutes les écoles seraient suspendus à partir du 13 juillet.


Au 9 août, le nombre total de cas à Hong Kong avait atteint 4 080, soit plus du triple des 1 234 cas au 1er juillet.


Bien que Hong Kong ait rapporté des infections nulles ou à un chiffre entre avril et juin, beaucoup soupçonnent que l'augmentation soudaine de nouveaux cas a été causée par la police déployée depuis la Chine continentale pour réprimer les Hongkongais qui ont protesté contre la loi de sécurité de Hong Kong adoptée par le congrès d'approbation du régime communiste le 1er juillet.


Version anglaise :
Renowned Immunologist Warns of Second Wave of Coronavirus
Version chinoise :
武汉病毒已出现明显变异-免疫学家称“非常非常可怕”-

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.