Une scientifique de Hong Kong révèle la dissimulation du coronavirus par le régime communiste chinois et fait face à des représailles immédiates

Près de quatre mois se sont écoulés depuis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la pandémie de coronavirus le 11 Mars, 2020, et d’innombrables éléments de preuve ont émergé montrant que le Parti communiste chinois (PCC) a dissimulé de manière intensive l’épidémie initiale.


Quand une virologue de Hong Kong a décidé de révéler comment le PCC a induit le peuple chinois et le monde en erreur à propos du virus, elle s'est retrouvée confrontée à de sévères représailles: ses parents l'ont suppliée de garder le silence pour éviter d'être prise pour cible, et son employeur a retiré ses informations de leur site Web et l'a licenciée.


Li-Meng Yan est chercheuse à l'Université de Hong Kong. Bien que sa page sur le site Web de l'université ait été supprimée, des informations en ligne telles que celles du prestigieux Keystone Symposia dans lequel Yan a fait une présentation sur le vaccin contre la grippe en 1998, indiquent qu'elle a suivi une formation de médecin et de doctorat. En particulier, son intérêt de recherche est axé sur les maladies infectieuses ou l'inflammation via différents modèles animaux.


Yan a déclaré que le gouvernement chinois était déjà au courant du coronavirus fin décembre 2019, mais a choisi de dissimuler l'information, a rapporté Fox News le 10 juillet dans un article intitulé "Une virologue chinoise accuse Pékin de dissimulation du coronavirus et fuit Hong Kong : 'Je sais comment ils traitent les lanceurs d’alerte'".


La transmission interhumaine connue en décembre 2019
Yan s’est enfui aux États-Unis le 28 avril 2020 après s'être entendue dire que la sensibilisation à la dissimulation du PCC à Hong Kong pourrait compromettre sa sécurité, ce qui lui vaudrait d'être emprisonnée ou de "disparaître".


Travaillant dans un laboratoire de référence de l'OMS, elle a été l'une des premières scientifiques au monde à avoir étudié le nouveau coronavirus. Son superviseur, un expert de haut niveau dans le domaine associé à l'OMS, lui a demandé de se pencher sur des cas de type SRAS en provenance de Chine continentale fin décembre 2019.


" Le gouvernement chinois a refusé de laisser des experts étrangers, y compris ceux de Hong Kong, faire des recherches en Chine ", a déclaré Yan lors de l'interview. " Je me suis donc tourné vers mes amis pour obtenir plus d'informations. "


Grâce à son vaste réseau de professionnels de la santé, Yan a été informée de la transmission interhumaine du virus le 31 décembre 2019. Lorsqu’elle l'a signalé à son superviseur, on lui a simplement dit de continuer à travailler. Mais le CDC chinois n'a annoncé la transmission interhumaine que le 21 janvier 2020, trois jours avant le verrouillage de la ville de Wuhan, épicentre du virus.


Le témoignage de Yan est cohérent avec les informations obtenues d'autres sources. Ai Fen, directrice du service des urgences de l'hôpital central de Wuhan, a déclaré que les tests effectués sur des échantillons de patients ont confirmé la présence de coronavirus dans son hôpital dès le 30 décembre 2019. Outre le fait qu'elle en a fait part aux autorités sanitaires, elle l'a également fait savoir par le biais des médias sociaux. Cela a conduit à de multiples actions disciplinaires de la part des fonctionnaires. L'un de ses collègues, Li Wenliang, a également été réduit au silence et est mort de la maladie le 7 février 2020.


Les dissimulations des responsables
L'expérience de Li-Meng Yan illustre une histoire similaire. Elle a déclaré qu'une annonce de l'OMS du 9 janvier avait nié la transmission interhumaine, sur la base d'informations provenant de Chine. De plus, les professionnels de la santé en Chine n'avaient pas le droit d'en parler. "Nous ne pouvons pas en parler, mais nous devons porter des masques",tous ses contacts en Chine continentale lui ont dit essentiellement la même chose.


Une autre tentative de sonner l'alarme sur le virus à son supérieur le 16 janvier a également été bloquée. "Taisez-vous et soyez prudente", lui a-t-on dit. "Ne touchez pas à la ligne rouge", a ajouté le superviseur, "sinon nous aurons des ennuis et nous disparaîtrons".


Elle a ajouté que Malik Peiris, codirecteur d'un laboratoire affilié à l'OMS, était également au courant de la situation, mais n'a rien fait pour alerter le public.


Bien qu'elle se soit sentie obligée de partager l'information avec le public puisque de nombreuses vies auraient pu être sauvées, Yan connaissait également les conséquences potentielles. "Je sais comment ils [les responsables du PCC] traitent les lanceurs d’alerte", a-t-elle expliqué.


Sa crainte s'est confirmée lorsqu'elle a discuté de son dilemme avec son mari. "Il m'a blâmée, a essayé de ruiner ma confiance... Il a dit qu'ils nous tueraient tous", se souvient-elle. Cela l'a rendue déterminée à venir aux États-Unis et à s'exprimer.


Les représailles ont suivi. L'Université de Hong Kong a retiré sa page et a révoqué son accès à ses portails et e-mails en ligne. Un porte-parole a déclaré que Yan n'y était plus employée.


Des fonctionnaires se sont également rendus dans sa ville natale de Qingdao, province du Shandong, et ont saccagé son appartement tout en menaçant ses parents. Terrifiés, ses parents ont supplié Yan de revenir et d'abandonner le combat en gardant le silence.


Mais Yan a dit qu'elle n'arrêterait pas de parler, malgré les menaces persistantes du PCC.


Une ligne rouge invisible mais solide
Li-Meng Yan n'est pas la première à dénoncer la désinformation du PCC. Mais comme Ai Fen et Li Wenliang mentionnés ci-dessus, presque tous ceux qui ont osé le faire ont fait face à de graves conséquences pour leur courage et leur honnêteté.


Selon Chinese Human Rights Defenders, une organisation à but non lucratif basée à Washington, D.C., les autorités chinoises ont arrêté au moins 325 résidents entre le 22 et le 28 janvier 2020 seulement. Ils ont été accusés de "répandre des rumeurs", de "créer la panique" ou de "tenter de perturber l'ordre social". Ils ont été punis par la détention, des amendes, ou "l'éducation disciplinaire".


En outre, les autorités chinoises à tous les niveaux ont suivi de près le ton officiel du PCC. Le 30 décembre 2019, le jour où Ai a confirmé l'infection au coronavirus dans son hôpital, la Commission de la santé de Wuhan a publié un avis urgent concernant de nombreux cas de pneumonie inconnue liés au marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan. Elle a également interdit aux établissements médicaux ou aux particuliers de divulguer de telles informations sans autorisation.


En outre, les informations obtenues par Minghui indiquent que la Commission nationale chinoise de la santé a publié une politique le 3 janvier 2020 (Document 2020 n°3) avec les instructions suivantes :


1) Tous les gouvernements régionaux et les commissions de la santé doivent gérer les échantillons de coronavirus à l'origine de la pneumonie de Wuhan conformément aux réglementations sur les «micro-organismes hautement pathogènes (type 2)»;
(2) Sans autorisation, aucune organisation n'est autorisée à fournir des résultats de test à d'autres organisations ou individus;
(3) toutes les installations médicales doivent cesser immédiatement tout test viral en cours ;
(4) toutes les installations médicales doivent détruire tous les échantillons des patients ;
(5) les médecins de première ligne à Wuhan ne sont pas autorisés à divulguer des informations sur la pneumonie de Wuhan.


Sous le régime du PCC, les responsables chinois suivent de près les récits du Parti, éradiquant toute tentative de contester la direction du PCC ou de franchir la "ligne rouge" comme Yan l'a mentionné plus haut. De nombreux autres exemples de ce type ont également été observés lors de la persécution du Falun Gong, une pratique du corps et de l’esprit basée sur le principe de Vérité-Bonté-Patience.


Après que Chen Zixiu, une pratiquante de la province du Shandong, soit morte de graves tortures en garde à vue, son histoire a été rapportée dans le Wall Street Journal par Ian Johnson, qui a par la suite reçu le prix Pulitzer en 2001 pour l'histoire. La fille de Chen a cependant été arrêtée trois jours après la publication de l'article. Elle a ensuite été accusée de "divulgation de secrets d'État" et incarcérée pendant quatre ans.


Un autre exemple est celui de Wei Xingyan, une étudiante diplômée de l'université de Chongqing, qui a été arrêtée pour avoir défendu sa foi dans le Falun Gong. Elle a été violée par un officier de police devant deux détenues au centre de détention de Baihelin en mai 2003. Après que son cas a été rapporté par Minghui.org, le bureau 610 de Chongqing a pris des mesures excessives pour supprimer l'histoire et a arrêté plus de 40 personnes pour avoir exposé l'incident. Au moins dix personnes ont été condamnées à des peines de prison allant de 5 à 14 ans. Ils ont tous été accusés du crime de "divulgation de secrets d'État".


Hong Kong Scientist Exposes Chinese Communist Regime's Cover-up of Coronavirus, Faces Swift Retaliation

Version chinoise :
香港女科学家逃往美国-曝中共早知病毒人传人

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.