France : Des élus soutiennent les efforts des pratiquants de Falun Gong pour dénoncer 21 ans de persécution

Le 20 juillet 2020, les pratiquants de Falun Gong ont organisé un rassemblement devant l'ambassade de Chine à Paris, afin de sensibiliser l’opinion à la persécution de leurs croyances par le Parti communiste chinois (PCC) depuis 21 ans.


Les pratiquants de Falun Gong tiennent des activités devant l'ambassade de Chine afin de sensibiliser le public à la persécution qui dure depuis 21 ans en Chine.
Une passante s’arrête pour s’informer à propos du Falun Gong

Frédérique Dumas, membre de l'Assemblée nationale, a signé une déclaration demandant la fin de la persécution
Jean-Luc Lagleize, membre de l'Assemblée nationale, a publié une déclaration vidéo en soutien de la manifestation des pratiquants contre la persécution.
Françoise Hostalier, ancienne secrétaire d’État et députée, a condamné la persécution
Bénédicte Pételle, Membre de l'Assemblée nationale, a également signé la déclaration.


Alain Bouc, docteur en économie et membre de la Ligue des droits de l'homme (Groupe Chine), est intervenu lors du rassemblement. "Je représente la Ligue des droits de l'homme pour soutenir votre protestation contre la persécution", a déclaré M. Bouc. "Parce que vous croyez en la Vérité-Bonté-Tolérance, tout le monde est d'accord.


"Mais le PCC n'autorise aucune pensée différente. Sinon, le Parti utiliserait les médias, le système judiciaire, la police, les enseignants et les écrivains pour s'y opposer".


Il a dit qu'il avait examiné les violations des droits de l'homme en Chine, et que presque toutes ont été mises en œuvre de cette manière.


"La liberté doit être respectée, et le système judiciaire doit être équitable et indépendant", a-t-il déclaré. "Qu'il s'agisse du Falun Gong ou d'autres groupes, ils devraient avoir la liberté de croyance. Les avocats qui défendent le Falun Gong, comme Gao Zhisheng, devraient jouir de la liberté de l'indépendance judiciaire.


"Les adeptes du Falun Gong incarnent une force d'unité au sein de la Chine. C'est très important. Il est très normal qu'ils s'expriment au nom de la liberté et qu'ils parlent du cœur pour la liberté", a-t-il ajouté.

Harold King, de l'organisation "Doctors Against the Forced Organ Harvesting" (DAFOH), a pris la parole lors du rassemblement. Il a déclaré que le PCC avait d'abord dissimulé l'épidémie de coronavirus à Wuhan et diffusé de la désinformation, ce qui a conduit à la pandémie mondiale. "En considérant l'étendue du coronavirus dans le monde, nous pouvons voir comment le PCC manipule les chiffres", a-t-il dit, ajoutant que le PCC couvre son assassinat des pratiquants de Falun Gong pour les organes en utilisant des moyens similaires pour tromper les pays démocratiques occidentaux.


Fiorella Luna, responsable nationale de la Coalition pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC)


Fiorella Luna, est la responsable nationale pour la France de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC), une organisation non gouvernementale dont le siège est en Australie. S'exprimant lors du rassemblement, elle a déclaré que de 2019 à 2020, la coalition a recueilli plus de 200 documents et enregistrements audio de conversations téléphoniques avec des médecins dans les hôpitaux chinois.


"Les preuves recueillies ont été envoyées à des responsables gouvernementaux dans de nombreux pays", a-t-elle déclaré. "Nous demandons également à la Commission d'enquête de l'ONU d'enquêter sur le prélèvement forcé d'organes en Chine".


Luna a déclaré que son organisation avait lancé une pétition avec l'association Freedom House la semaine dernière.


"J'espère que dans les pays occidentaux, des lois limitant le trafic d'organes pourront être adoptées pour mettre fin à ce crime contre l'humanité", a-t-elle déclaré.


https://en.minghui.org/html/articles/2020/7/26/186045.html<.a>

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.