Art, Science et Culture

Culture | Musique | science | Sagesse traditionnelle | Archéologie | Poésie | Beaux-Arts | Personnages historiques

  • Simplifiée au-delà du sens : La parodie de l’écriture chinoise moderne

    Un amour sans coeur, des villages dépeuplés. Voler d’une seule aile, tomber dans un puits : on nous dit que c’est le “progrès.” Cela pourrait être les premières lignes d’histoires à propos de calamités ou de dystopies kafkaiesques, mais ce ne sont en réalité que des interprétations valides et peut être inévitables de l’écriture chinoise moderne ...
  • Cultiver des bénédictions ou cultiver la sagesse ?

    Voici bien longtemps, de nombreux pratiquants s'étaient rassemblés sur une montagne éloignée des villes afin de cultiver. Ils venaient de différentes écoles de xiulian avec chacune sa propre méthode ...
  • Anciennes histoires de cultivation - Un monde à l'intérieur d'une gourde

    Ce n'était toutefois pas la chose la plus étrange chez le vieux guérisseur. Il accrochait une gourde au-dessus de son échoppe où on ne le voyait que pendant la journée. Après le coucher du soleil, le vieil homme disparaissait tout à coup. Il n'y avait plus rien dans son échoppe si ce n'est une gourde et personne ne savait où il était allé ....
  • Histoires de la Chine ancienne : Xiaoshu et le Taoïste immortel

    Yuan Xiaoshu naquit dans le Comté de Chen. Il perdit son père alors qu’il était jeune et il était connu comme un fils dévoué à sa mère. Un jour sa mère tomba malade et resta inconsciente pendant plusieurs jours. Dans un rêve, Xiaoshu rencontra un vieil homme qui lui dit qu'il pouvait soigner sa mère. Xiaohu demanda au vieil homme son nom et où il vivait mais le vieil homme ne voulait pas lui répondre. Le vieil homme demanda à Xiaoshu de le rencontrer à proximité de l'autel de pierre. Il lui dit qu'il avait des remèdes ...
  • Le comportement reflète l'esprit

    La critique d'autrui peut ne pas pouvoir préciser les problèmes des autres, mais elle peut sûrement révéler l'esprit, la connaissance et le royaume spirituel du critiqueur lui-même.Su Dongpo, le célèbre poète, rejoignit une jour Fo Yin, un moine bouddhiste, dans une méditation assise ...
  • Récit historique : En acceptant une perte à court terme Zeng Shuqing obtint un gain à long terme

    Il y avait durant la dynastie Song du nord, une personne du nom de Zeng Shuqing qui vivait dans la cité de Jianchang. Un jour, il acheta une grande quantité de marchandises d’argile de la région de la rivière de l’ouest et prévoyait de les vendre dans le nord. Un jour, il apprit à brûle pourpoint qu’une famine s’était déclarée dans le nord ...
  • Convaincre par la vertu

    À la fin de la Dynastie Han orientale, la terre de Chine était divisée en trois nations, Wei, Shu et Wu. L’empereur de la nation Shu, Liu Bei, laissa des instructions dans son testament avant de mourir demandant au Premier ministre Zhuge Liang d’envahir le nord et de revitaliser la nation Han. En ce temps là , Meng Huo mena les envahisseurs du Sud à envahir la nation Shu. Zhuge Liang ordonna immédiatement à l’armée de combattre les envahisseurs. Lorsque l’armée arriva dans le territoire du sud et combattit l’armée menée par Meng Huo, Zhuge Liang utilisa une stratégie faisant apparaître son armée comme vaincue ...
  • Comment les anciens honoraient leurs maîtres

    Les Chinois ont toujours eu pour habitude d'honorer et de respecter leurs maîtres, car c'était une valeur traditionnelle qui formait une relation de cohésion entre l'enseignant et l'élève. En enseignant à ses étudiants, on attendait du maître qu'il transmette ses connaissances érudites et sa sagesse concernant la façon dont on devrait se comporter dans la société. Son devoir était d'apporter tout au long de la vie une sagesse valable à ses étudiants, et pour cette raison l'ancienne population de la Chine avait le proverbe : "L'enseignant d'un jour devrait être respecté comme le père de toute une vie"...
  • La valeur d'être large d'esprit

    Laozi disait : " Rendre une mauvaise action par une bonne action". Un dicton chinois nous dit de "transformer la perte en victoire" et " d'obtenir un profit du malheur". C'est un peu de sagesse qui s'applique encore aujourd'hui ...
  • Faire revivre la culture d’inspiration divine et apprécier sa signification

    L’appellation “wen hua” (culture) est apparue pour la première fois dans le livre Yi Shu, qui dit : "Observe l’astronomie pour détecter les changements, soucie toi d’humanité pour influencer le monde." Les concepts d’astronomie, de géographie de physique, et d’humanité étaient considérés comme très importants dans la tradition chinoise ...
  • Endurer modestement les insultes et attacher davantage d’importance au tableau d’ensemble

    Kou Xun, aussi connu sous le nom de Kou Ziyi, était de Changping (actuellement Pékin), agglomération de Shanggu sous la dynastie Han occidentale. Il était un général tenu en haute considération par l’Empereur Guangwu, et bien connu au sein du gouvernement pour sa connaissance des écritures classiques et pour sa haute moralité...
  • Le Palais Taoïste de la Montagne du Phoenix Chantant

    On raconte que sous la Dynastie Ming, un boucher du nom de Zhao vivait à l'extérieur de la porte Sud de Kunming. Un jour, Zhao décida de tuer une vache, mais il ne trouvait nulle part son couteau de boucher. Il y avait, non loin un veau couché et qui gémissait tristement. Zhao le fouetta à plusieurs reprises. Le veau se leva, révélant la présence du couteau à l'emplacement où il était couché. Zhao comprit que le veau avait peut-être pressenti la mise à mort de sa mère et qu'il avait caché le couteau sous son propre corps en gémissant tristement...
  • Apprendre avec humilité

    Alors que Ouyang Xiu était maire de la ville de Tuzhou, son meilleur ami, le moine Zhixian, construisit un pavillon pour lui au sommet de la Montagne de Langya (situé à Tuzhou, Province de Anhui). M. Ouyang Xiu l'appela le Pavillon Zuiwongting, et écrivit un article afin de se souvenir de cet évènement. Il fit de nombreuses copies de son article et l'afficha dans les rues dans l'espoir que les gens qui passeraient par là pourraient lui faire des suggestions afin de l'améliorer.Tout le monde le félicita pour son bel article, sauf un vieux bûcheron qui dit que son article était trop exubérant ...
  • Histoires peu connues de l’Histoire: Lao Tseu, Confucius, et Sakyamuni (3ème partie)

    Les générations ultérieures ont dit qu'à sa naissance Sakyamuni avait fait sept pas, et qu’à chaque pas, une fleur de lotus avait fleuri, et qu'il avait dit, un doigt pointé vers le ciel et un doigt pointé vers la terre : ‘’ Au-dessus du ciel et sous la terre, je suis le seul vénérable.’’ C'est en fait une invention des générations ultérieures. Dans cet univers, il y a de nombreuses divinités et bouddhas de différents cieux. Qui oserait être aussi arrogant et vantard ? Sakyamuni n’aurait jamais agi de la sorte...
  • Histoires peu connues de l’Histoire: Lao Tseu, Confucius, et Sakyamuni (2ème partie)

    Le Duc Jing de Qi consulta un jour Confucius sur la façon de gouverner le pays. Confucius dit : ‘’ L’Empereur devrait agir comme un empereur, les fonctionnaires devraient agir comme des fonctionnaires, les pères devraient agir comme des pères, et les fils agir comme des fils.’’ Entendant ceci, le Duc répondit: ‘’ Vous avez absolument raison ! Si l’empereur n’agit pas comme un empereur, les fonctionnaires n’agiront pas comme des fonctionnaires, les pères n’agiront pas comme des pères, et les fils n’agiront pas comme des fils. Même s’il y beaucoup de nourriture, comment pourrais-je la leur faire manger ?’’ ...