Montagnes vénérées et Temples Anciens : Le Mont Heng, la plus remarquable montagne du Nord de la Chine

La corniche rocheuse du Mont Heng au crépuscule

Le Mont Heng est parmi les Cinq montagnes sacrées celle qui se trouve le plus au Nord. Le Mont Heng de la Montagne du Nord a la même prononciation en chinois que le Mont Heng de la Montagne du Sud, il n'y a de différence que dans l’écriture. Le Mont Heng de la Montagne du Nord s’écrit alors que le Mont Heng de la Montagne du Sud s’écrit en chinois. Son sommet principal se dresse majestueux surplombant le nord de la province de Shanxi. La légende veut qu’il y a 4000 ans, l’Empereur Shun, l’un des deux empereurs saints de l’histoire chinoise, soit venu en inspection au Hun Yuan du nord. L’Empereur Shun fut stupéfait par la vision de ces pics dressés et majestueux du Mont Heng. Ils lui apparurent comme le portail nord du paradis, aussi donna-t-il au Mont Heng le titre honorifique de "Montagne du Nord " Depuis, le Mont Heng est connu comme le Roi des plus de dix mille montagnes du nord de la Chine.


Le Mont Heng rencontre la Passe Yanmen à l’ouest et culmine au dessus de la Montagne Taihang, s’étendant sur 250km dans la direction nord-est à sud-est. C’est pourquoi le peuple chinois dit que le Mont Heng est un écran naturel. " Le Sommet Tianfeng (ou Corniche du Sommet céleste) en est le sommet principal. Il s’élève à 2 017m au dessus du niveau de la mer et il est situé dans le Comté de Hun Yuan. Le Mont Heng a été décrit comme " la colonne du nord s’élevant vers les cieux" et comme "la première montagne au-delà de la Grande Muraille" Il fut un temps où le Mont Heng était connu pour ses " Dix huit sites d’intérêt " Pendant les Dynasties Ming et Qinq, le Mont Heng était connu pour ses " Trois Temples, Quatre Temples Ancestraux, Neuf Baraques et Pavillons, Sept Palais, Huit Cavernes et Douze Reliquaires. " Il reste encore une douzaine de sites d’intérêt, comme le Monastère Xuankong (ou Monastère Suspendu), le Temple Beiyue (ou Le Temple de La Montagne du Nord), la Caverne Feishi (ou la Caverne de la Pierre Volante), le Manoir Huixian (ou le Manoir des Rencontres Célestes), le Palais Jiutian (ou le Palais des dix Cieux), ainsi que de nombreux autres points d’intérêts.


Il fut un temps où le Mont Heng était appelé Mont Chang (ou Mont Constance en Chinois), Heng Zong, Xuan Yue ou Zi Yue. Le Mont Heng fut renommé pour la première fois Mont Chang pendant les Dynasties Han et Song, le Mont Heng fut renommé Montagne Damao ou Montagne Shenjian. La Montagne du Nord de Mont Heng a eu sa place dans les livres d’histoires depuis les temps anciens et a été associée à beaucoup d’événements historiques importants. Selon le chapitre Yugong de Shang Shu (ou Le Livre de l'Histoire, l’un des Treize Classiques), La Montagne Taihang et Le Mont Heng étaient à l’origine une tablette de pierre dans l’océan. On peut lire dans le Chapitre Zhi Fang Shi de Zhou Li ( ou Le Livre des Rites de la Dynastie Zhou) que :" Le Mont Heng est le fort protégeant Binzhou l’état du nord". La Province Shanxi d’aujourd’hui). Shan Hai Jing (ou Le Livre des Monts et des Mers, titre d’un ancien livre de géographie chinoise) cite le Mont Heng comme " La Montagne du Nord ". Le célèbre historien Sima Qian de la Dynastie Han écrivait dans Shi Ji (ou Annales de l’Histoire) : Mont Heng (ou Mont Constance) est la Montagne du Nord des Cinq Montagne Sacrés " Situé dans le nord, Mont Heng est l’endroit où toutes les créatures vivantes sont nées. C’est un endroit qui vivra à jamais, aussi l’appelle-t-on Mont Heng (ou Mont Constance selon la traduction chinoise.)

Aquarelle chinoise traditionnelle du Mont Heng

Tout au long des périodes historiques, beaucoup d’érudits célèbres chinois ont fait des descriptions saisissantes du Mont Heng. Ban Gu, un historien sous la Dynastie Han, écrivit : " Regardant le culminant Mont Chang, et escaladant la haute corniche de la Montagne du Nord" Jia Dao de la Dynastie Tang écrivit dans un poème intitulé, " Le Temple de la Montagne du Nord : il y a cinq montagnes entre les cieux et la terre. Le Mont Heng culmine au nord. Avec des milliers de corniches rocheuses empilées les unes contre les autres, le Mont Heng semble imprévisible, difficile et particulier. Les touristes sont intimidés par son aspect. Les Temples sont obscurs même en plein jour. Parfois il pleut très fort sur le Mont Heng, vaporisant la grâce des cieux sur la terre. Le Dieu qui a crée le Mont Heng est-il toujours avec nous et nous protège-t-il au-dessus du Mont Heng ? " Li Bai, le grand poète de la Dynastie Tang, a laissé sa calligraphie de deux caractères chinois sur le Mont Heng : " Zhuang Guan" ou "Spectaculaire " en Français.


Les Taoïstes considèrent le Mont Heng comme la résidence des immortels et 'cultivent' sur le Mont Heng. Les Taoïstes nomment le Mont Heng la cinquième des trente six terres bénies, ou Zong XuanDong Tian. Sima Chengzhen écrivit dans la Carte des Cieux et du Palais Terrestre, La Trente Sixième Terre Bénie : « la Cinquième Terre est localisée sur le Mont Chang, qui mesure 3 000 li ( mesure linéaire chinoise à peu près équivalente à 500 mètres) de circonférence. La Cinquième Terre Bénie est aussi connue sous le nom de Zong Xuan Tian. Elle est située dans le Comté de Quyang, Mont Chang, Etat de Heng. Elle est régie par l’Immortel de l’Authenticité Zhen Zizhen."


Une caverne de méditation (en haut à gauche) sur le Mont Heng


Zhang Guo, un Taoïste de la Dynastie Tang, est le très célèbre Zhang Guo Lao, un des huit immortels, qui cultiva un jour sur le Mont Heng. Le Volume 191 de Jiu Tang Shu (ou Anciennes Histoires Tang) dit ; "Personne ne sait qui est Zhang Guo". Pendant le règne de l’Impératrice Wu Ze Tian, Zhang Guo vivait en réclusion sur le Mont Zhongtiao et on le voyait en général seulement entre Fen et Jin. À cette époque courait une rumeur selon laquelle Zhang Guo possédait un Elixir de Vie qui lui permit de vivre des centaines d’années. Zhang Guo écrivit Les profondes explications de Yin Fu Jing. L’Impératrice Wu Ze Tian envoya un messager pour le convoquer à la cour royale, mais Zhang Guo fit semblant d’être mort pour éviter une rencontre avec Wu Ze Tian. Plus tard les gens le virent marcher aux alentours du Mont Heng. Dans la 21éme année du règne de Kai Yuan (773 A.D.), Wei Ji, le Gouverneur Préfectoral de la Préfecture de Heng envoya Xu Qiao, un fonctionnaire local du gouvernement, vers Zhang Guo avec une lettre d’invitation officielle manuscrite. Zhang Guo suivit Xu Qiao jusqu’à Dong Du. Plus tard Zhang Guo fit ses adieux sincères et s’en retourna au Mont Heng. Zhang Guo reçut des titres Honorifiques comme "Yin Qinq Guang Lu Da Fu" et "Monsieur Tong Xuan. " Zhang Guo disparut sur le Mont Heng et on ne le revit plus.


Aujourd’hui il reste des rangées de traces circulaires profondes d’une dizaine de centimètres sur les rochers au Sommet de Zhang Guo Lao. La légende dit que Zhang Guo Lao, un des huit immortels, étudia l’alchimie et cultiva le Tao sur le Mont Heng. Zhang Guo Lao a laissé des marques sur les roches en montant et descendant le Mont Heng sur un âne. Le peuple chinois les appelle "les marques célestes de Zhang Guo Lao "Les touristes en visite au Mont Heng aiment marcher sur ces roches entaillées. On prétend qu’on peut ainsi absorber un peu d’énergie céleste laissée par Zhang Guo Lao.


A part la corniche de Zhang Gou Lao, il existe beaucoup d’autres phénomènes naturels qui inspirent le respect. Par exemple il y a deux puits à mi-chemin du Mont Heng, l’un produisant de l’eau douce, l’autre de l’eau amère. Les deux puits ne sont qu’à un mètre de distance l’un de l’autre et pourtant la qualité de l’eau est complètement différente. L’un des puits donne de l’eau fraîche et douce, aussi est-il appelée le puits sucré. L’autre donne de l’eau amère et au goût âcre impropre à la consommation. Le puits d’eau douce ne coule qu’à une centaine de mètres de profondeur, mais pourtant l’approvisionnement en eau n’a jamais cessé depuis des temps historiques. II peut fournir de l’eau pour des dizaines de milliers de gens. Pendant la Dynastie Tang (618 à 907 A.D). L’Empereur Li Longii fit clouer une planche horizontale sur le puits d’eau douce avec l’inscription : " Long Quan Guan " (ou Temple du puits du dragon.)


Construit pendant la période Hong Zhi Durant la Dynastie Ming (1368-1644 AD), Le Temple de La Montagne du Nord est le plus glorieux parmi les temples se trouvant sur le Mont Heng. Le Temple de la Montagne du Nord est situé en dessous du précipice de la principale corniche de la Chaîne Tianfeng (ou Haut Sommet Céleste). Il y a une inscription horizontale immense sur le portail principal qui dit : "Salle de Zhen Yuan " On trouve aussi un ensemble de vers écrits à la verticale sur les cotés du portail principal. Les vers se trouvant sur la gauche disent : " Le Mont Heng est un fort, gardien de la Chine pour l’éternité, tout simplement parce qu’il y eut la paix et l’agriculture durant nos saints règnes, nous connûmes la prospérité pendant 300 années ". . Les vers de droite disent : "Les six étoiles de Wen Cang rejoignent l’étoile du Nord, seuls les Taoïstes cultivés peuvent sculpter le dragon et broder le tigre, qui scintillent vivement à travers les neuf royaumes." Dans la salle principale du Temple de la Montagne du Nord, il y a une statue majestueuse de l’Empereur Céleste de la Montagne du Nord. Les murs à l’est et à l’ouest de la salle principale sont décorés avec des peintures murales gigantesques et de haute qualité artistique, mesurant 18 mètres de large et 8 mètres de haut. On dit que les peintures murales sont de Wu Daozi, un célèbre artiste de la Dynastie Tang (618-907AD). A l’est les peintures murales sont intitulées " Nuages Mobiles et Chute de Pluie " décrivant le moment ou plusieurs dieux joignirent leur force et envoyèrent la pluie pour soulager la sécheresse. Le Colossal Dragon vert sur la peinture erre dans les nuages et le brouillard, comme s’il allait bientôt s’envoler A l’ouest la peinture murale est intitulée : "Tous les Royaumes dans la Paix Eternelle "La peinture dépeint un moment particulier quand d’innombrables dieux accordèrent la prospérité à l’humanité, éloignant les calamités du peuple, avant de retourner à leurs Palais Célestes.

Le Monastère Suspendu se niche contre un énorme rocher,soutenu par plusieurs piliers

Le Monastère Suspendu vu d’en bas

On ne peut parler du Mont Heng sans mentionner Le Monastère Xuankong (ou Monastère Suspendu). Le Monastère Suspendu est l’une des attractions les plus remarquables du Mont Heng. Il fut construit vers la fin de la Dynastie Wei du Nord (386-534 ad). Le Monastère Suspendu a une histoire de 1400 ans. Il a survécu miraculeusement à toutes les calamités. Son architecture est des plus ingénieuses et sans comparaison. Il a fallu plus que la sagesse d’un architecte quelconque pour nicher un monastère contre une dangereuse falaise. Des couloirs serpentent dans sa structure, suivant les formes inégales du rocher. La structure est résistante et solide là où c’est nécessaire. Avec des rochers suspendus au-dessus et le vide en dessous, la fondation du Monastère Suspendu a été construite sur du roc, qu’il a fallut ciseler pour le nicher contre la falaise. Les supports en bois verticaux et horizontaux achèvent de former la plus étonnante structure dans un style d’architecture absolument unique.


Une tablette de pierre sur le Monastère Suspendu

Une des particularités de ce monastère est qu'on y trouve des statues de Sakyamuni, Lao Zi et Confucius, peut-être pour une raison particulière. Sakyamuni représente l’école de Bouddha qui cultive "Shan "(Compassion), Lao Zi représente l’école de Tao qui cultive "Zhen " (Vérité), Confucius représente l’école Confucius qui cultive "Zen " (Tolérance) philosophies largement acceptées. Il est peu probable que le fondateur de ce temple ait cultivé trois voies différentes en même temps, car ce serait inacceptable pour un pratiquant. Dans la communauté des pratiquants, il est particulièrement important de ne pas cultiver dans plusieurs voies avant d’atteindre le fruit de perfection dans une voie de "cultivation " . Par exemple dans l’Ecole du Tao, le nom de Sun Buer [Buer veut dire pas de deuxième voie en chinois], l’un des sept Taoïstes, montre l’importance de se concentrer sur une seule école de " cultivation " seulement.


Il y a encore beaucoup d’autres mystères dans le Monastère Suspendu en dehors de son architecture qui méritent d’être davantage explorés.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.