Anciennes Histoires de 'Cultivation' : He Zhizhang et le Vieux taoïste Wang

He Zhizhang habitait la Voie de Xuanping dans Xijing [la Ville de Changan d'aujourd'hui]. La maison d'en face avait une petite porte en planches. Il pouvait souvent voir un vieil homme sur un âne y entrer et en sortir. Cinq ou six ans passèrent, mais le teint du vieil homme et ses vêtements étaient toujours les mêmes; on aurait dit que le vieil homme ne changeait jamais d'apparence. Il n’avait non plus jamais vu quiconque de sa famille. Quand il se renseigna auprès de ses voisins, tous dirent que le vieil homme s’appelait Wang, et que son seul travail était de vendre des cordes pour attacher des pièces au Marché de l’ouest.


Après une observation attentive, He Zhizhang découvrit que le vieil homme était une personne peu commune. He Zhizhang allait souvent lui rendre visite pendant ses loisirs. Le vieil homme l’ accueillait très respectueusement.


Le vieil homme n’avait qu’un jeune domestique et quand He Zhizhang se renseigna sur son travail il ne fit que lui répondre vaguement. En apprenant à se connaître davantage ils en vinrent progressivement à se respecter mutuellement de plus en plus et les sujets dont ils discutaient devinrent aussi de plus en plus profonds. Le vieil homme dît à He Zhizhang qu’il était bon de cultiver le Tao [Aussi connu comme “ Dao, “ un terme taoïste pour “ la voie de la nature et de l’univers “] et fabriquer les pilules permettant d’atteindre l’immortalité. He Zhejiang avait toujours respecté et cru dans la culture du Tao, donc il voulut reconnaître formellement le vieil homme pour maître.


Un jour, He Zhejiang et sa femme vinrent trouver le vieil homme lui apportant une perle éclatante. Ils lui dirent que cette perle venait de la ville natale de He et qu’ils l’avaient chérie pendant de nombreuses années. He Zhizhang mentionna vouloir l’offrir spécialement au vieil homme et lui demanda de lui enseigner le Tao et le Fa [Loi et principes dans l’école de Bouddha]. Le vieil homme accepta la perle, et la remit immédiatement au jeune domestique lui demandant d’aller au marché l'échanger contre quelques petits pains. Le garçon revint avec 30 petits pains au sésame, que le vieil homme offrit à He Zhizhang. He Zhizhang en fut très malheureux. Il pensait que la perle était un cadeau spécial pour le vieil homme et qu’elle était très précieuse. Comment le vieil homme pouvait-il en faire un usage aussi arbitraire et l’échanger contre juste 30 petits pains au sésame?


Le vieil homme dît alors : “ Le Tao ou le Fa ne peuvent être obtenus que par les sacrifices du coeur. Si l’attachement à l’argent et aux possessions personnelles ne sont pas enlevées, il est impossible d’accomplir le Tao. Vous devriez aller dans une région désolée et stérile de la montagne pour cultiver diligemment et avec grand dévouement le Tao. Il est difficile d’atteindre le Tao si vous habitez la ville “. He Zhizhang fut très éclairé par ses mots. Il remercia sincèrement le vieil homme et s’en fut.


Quelques jours plus tard, le vieil homme disparut. Juste après He Zhizhang abdiqua de sa position officielle, et revint dans sa ville natale pour cultiver le Tao.


(Taiping Guangji)

Note :

He Zhizhang aussi appelé, Jizhen, était de Yongxing, Huiji (le Shaoxing d’aujourd’hui).

Depuis son enfance il était bien connu pour ses essais et ses poèmes . Il obtint le rang de Jinshi (un candidat ayant réussi les plus hauts examens impériaux) et fut plus tard promu Docteur Taichang.


Zhizhang fut peu conventionnel toute sa vie et le devint encore moins pendant sa vieillesse. Il prit le nom de plume de “ Fou Savant “. Il écrivait des poèmes habituellement après avoir bu, et une fois qu’il était dans cet état il était capable d’écrire de très bons poèmes et très rapidement. Il était aussi bon dans l’écriture cursive et l’écriture officielle. Les gens rassemblèrent ses écrits et les considérèrent comme des trésors. Au début du règne de Tianbao, il démissionna et revint à sa ville natale pour être un Taoïste.


L’empereur fit circuler un édit impérial qui lui dédia un morceau de musique nommé “ Lac du Miroir et Rivière Shan “. L’empereur écrivit aussi un poème pour commémorer son départ. Le prince de la couronne descendit et serra les mains d’He Zhizhang pour lui dire au revoir. He Zhizhang mourut à l’âge de 86 ans . l’ Empereur Suzong lui accorda respectueusement le titre de “ Ministre du Ministère des Rites “. Ses poèmes comme “Revenir à la Maison “ et “ Psalmodie du Saule “ etc. sont largement lus et récités.


(Taiping Guangji)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.