La sagesse de Yan Zi (1)

.

Yan Zi était un grand diplomate de la Chine ancienne

Yan Ying (578 - 500 avant JC) était aussi connu sous le nom de Yan Zi de Yiwei (l’actuel Laizhou du Shandong). Il était honoré comme un grand penseur et diplomate durant la période des Printemps et des Automnes.


Yan Zi mesurait à peine un mètre cinquante et était d'apparence très simple. En tant que fonctionnaire local, il était juste et bon envers les gens. Il vivait une vie simple et frugale. En tant que ministre, il parlait souvent en toute franchise au roi. Parler en toute franchise était seulement permis si le roi faisait quelque chose de mal venu. Cela nécessitait un énorme courage, et on pouvait facilement perdre la vie pour avoir offensé le roi. Mais Yan Zi était spirituel et extrêmement talentueux, il pouvait atteindre son but tout en gardant la tête sur ses épaules. Sima Qian, un ancien grand historien chinois, penseur et écrivain, a appelé Yan Zi le plus éloquent des diplomates. Yan Zi servit trois rois de l’Etat de Qi et c’était un génie rare qui rendit Qi fort et prospère durant cette époque.

L’éloquence de Yan Zi

La plus grande force de Yan Zi était son éloquence. En tant qu’émissaire envoyé dans l’Etat de Chu, le roi de Chu voulut l’humilier. Le roi demanda à Yan Zi : "N’y a-t-il personne d’autre dans la capitale, pourquoi le roi de Qi envoie-t-il quelqu’un comme toi?" Yan Zi répondit: "Oh oui, dans la capitale, si tous les gens relevaient seulement leur manches ils obscurciraient le soleil. Il y a plus de 8000 habitants là bas."


Le roi ajouta: "Mais pourquoi quelqu’un d’aussi petit que toi vient-il à Chu?"


Yan Zi : "Votre majesté, c’est différent d’un état à un autre. Le roi de Qi envoie un émissaire intelligent à un roi intelligent et un émissaire stupide à un roi stupide. Je suis incompétent, alors je viens dans l’état de Chu. "


À une autre occasion, Yan Zi se rendit à Chu, le roi de Chu et tous les ministres s’étaient préparés à l’insulter.


Le roi de Chu savait que Yan Zi était inhabituellement petit. Quand Yan Zi arriva à la porte de la capitale, le garde ouvrit une petite porte pour lui. Yan Zi avait parfaitement compris ce que le roi avait en tête. Il dit au garde :"S’il vous plaît demandez au roi quel sorte d’Etat est-ce ici? Si je suis un émissaire de l’Etat des chiens, je rentrerai par la petite porte. Sinon, je rentrerai par une porte normale." Après avoir entendu le message de Yan Zi, il n’eut d’autre choix que de laisser Yan Zi rentrer par la porte normale.


Au milieu d’un banquet, les gardes amenèrent un homme complètement ligoté.


Le roi de Chu demanda: "Qui est cet homme et pourquoi est-il ici?"


Les gardes: "C’est un voleur et il vient de l’Etat de Qi. "


Le roi tourna la tête et demanda à Yan Zi: "Est-ce que les gens de Qi aiment voler?"


Yan Zi se leva de son siège et se dirigea droit vers le roi. Il dît: "J’ai entendu que les orangers du sud de la rivière Huai donneront des oranges, mais que s’ils poussent au nord de la rivière Huai, ils donneront du Zhi. Les feuilles des oranges et du Zhi se ressemblent, mais leurs fruits ont des goûts différents. Pourquoi est-ce ainsi? C’est parce qu’ils poussent sur des terrains différents. Maintenant, cet homme de Qi, quand il vivait dans l’Etat de Qi, ne volait pas. Après être venu dans l’Etat de Chu, il est devenu un voleur. Pensez-vous que ce soit l’eau et la terre de Chu qui l’ont fait changer?"


Ayant entendu cela, le roi de Chu dît avec embarras :"On ne peut pas se moquer des gens vertueux. Je me suis humilié moi-même ".


http://en.kanzhongguo.com/culture_history/yan_zi_s_wisdom.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.