Ne pas être ému par les honneurs officiels ou la disgrâce, ne pas prêter attention au fait d'être promu ou rétrogradé d'une fonction

Chen Meigong de la Dynastie Ming (1368 – 1644) a publié le couplet suivant dans Constats par une Fenêtre Tranquille. .

"Ne pas être ému par les honneurs officiels ou la disgrâce
regarder les fleurs s'épanouir et commencer à se faner à votre porte
ne pas prêter attention au fait d'être promu ou rétrogradé d'une fonction
observer les nuages qui se font et se défont dans le ciel."

Le poème laisse entendre que lorsqu'une personne traite les gens et les évènements qui l'entourent comme des choses naturelles tel que la floraison des fleurs et leur disparition, il ne sera pas surpris lorsque lui-même sera traité de façon favorable ou humilié. C'est seulement lorsqu'il considère le maintien ou la perte d'une position aussi naturellement que les nuages qui se font et se défont, qu'il ne se souciera pas des gains et des pertes.

En quelques simples mots ce couplet montre l'attitude correcte que l'on devrait avoir en ce qui concerne les gens, les évènements, la renommée, ou la richesse: Si on ne se soucie pas d’acquisitions et qu'on ne s'inquiète pas des pertes, que l'on est pas surpris face à un traitement favorable ou humiliant, et qu'on ne s’inquiète pas d'être promu ou renvoyé d'un poste officiel, alors on pourra atteindre le calme intérieur, prendre les choses légèrement et assimiler l'ordre naturel de la vie quotidienne.

Xiang Minzhong (948 – 1019), un poète de la Dynastie Song du Nord (960 – 1127), était connu pour son intégrité et pour ne pas être influencé par la renommée ni la richesse. Il a servi en tant que Premier Ministre sous l'Empereur Zhenzong qui a régné de 997 à 1022.

Un jour l'Empereur Zhenzong émit l'ordre de promouvoir le Premier Ministre Xiang au rang de Chef des Fonctionnaires, ce qui le rendait responsable de tous les fonctionnaires au sein de la cour impériale. Li Zong'e était en service ce jour là en tant qu'académicien de l'Empereur. L'Empereur Zhenzong dit à Li: "Depuis le début de mon règne, je n'ai pas mis en place le poste de Chef des Fonctionnaires. C'est une nomination extraordinaire. Minzhong devrait être content." Li répliqua: "J'ai été occupé ici toute la journée. Je n'étais pas au courant que Votre Majesté avait émis cet ordre. Je ne suis pas sûr de la façon dont Minzhong va réagir." L'Empereur dit: "Il doit y avoir foule chez lui pour le complimenter. Va lui rendre visite et fais-moi un rapport demain. Mais ne révèle pas que c'est moi qui t'envoie."

Li attendit que le Premier Ministre ait terminé ses tâches officielles pour la journée et qu'il soit rentré chez lui pour se présenter à sa porte. Xiang venait tout juste de dire au revoir à quelques visiteurs et sa maison était tranquille. Li était en bons termes avec Xiang, et comme il n'y avait plus aucun visiteur, il entra immédiatement et félicita Xiang. "Sa Majesté vous a nommé Chef des Fonctionnaires aujoud'hui. Tout le monde est content. Le pays entier fête cela!" Xiang reconnut simplement qu'il avait entendu les remarques, mais ne fit aucun commentaire. Li continua: "Sa Majesté n'a jamais nommé quiconque à cette prestigieuse position depuis le début de son règne. C'est un tel honneur vertueux pour vous et une bénédiction impériale." Xiang ne dit pas grand-chose en réponse.

Li n'était pas certain de ce qu'il y avait dans l'esprit de Xiang. Il essaya d'énumérer les fonctionnaires célèbres à travers l'histoire qui avaient obtenu des postes similaires et qui étaient excellents dans les mérites et la morale. Xiang encore une fois resta calme, ne donnant que de simples réponses. Li mit fin à sa visite et partit. Sur le chemin du retour, il demanda à ses compagnons de surveiller le personnel de cuisine de Xiang pour voir s'ils préparaient un banquet afin de recevoir la famille et les amis et célébrer le nouveau titre de Xiang. Il s'avéra que Xiang eut un simple dîner comme d'habitude.

Le lendemain, Li était de nouveau en service. L'Empereur Zhenzong s'enquit de sa visite à Xiang la veille. Li donna une description complète de sa visite. L'Empereur Zhenzong sourit: "Xiang Minzhong est réellement quelqu'un qui attache peu d'importance à un titre officiel. Ni les faveurs ni les humiliations ne l'émeuvent."

Depuis les temps anciens, les gens ont considéré le fait de s'élever dans le rang social ou d'accumuler des richesses comme des choses à célébrer. Cependant, Xiang le prenait légèrement et demeurait calme malgré le prestige et les honneurs que lui conférait sa nouvelle position. Parvenir au succès et être promu ne peut se comparer avec le fait de donner sa vie sur le champ de bataille pour défendre un pays. C'est seulement quand on place ses propres intérêts après ceux des autres qu'on peut prendre les choses légèrement et étendre son royaume. Ce peut-être que Xiang attachait peu d'importance à ses gains personnels et ses pertes et qu'ainsi il ne fût pas accablé par la renommée et les titres.

Beaucoup de gens vivent dans le stress de nos jours. Nous sommes enclins à nous demander pourquoi, alors que la société progresse, nous sommes devenus plus surmenés, moins satisfaits et facilement frustrés. A vrai dire, la société va de l'avant et il semble que la civilisation avance. Cependant, l'homme se sépare davantage de la nature et le développement se produit bien souvent au prix d'un dommage irréparable à l'environnement. L'attrait pour l'argent, la lutte pour le pouvoir, ainsi que les hauts et les bas d'une carrière, sont réellement déprimants. Le juste et le faux, les succès et les échecs, les gains et les pertes apportent joie, tristesse, heurt, surprise, inquiétude et peur. Quand nos désirs ne peuvent être exaucés, nous pouvons devenir dépressifs ou bien même y laisser la vie.

Fan Zhongyan (989 – 1052), un célèbre maître de la prose de la Dynastie Song du Nord, a écrit dans Note sur le Pavillon Yueyang:,

"On ne doit pas se sentir satisfait des gains matériels, ni se sentir triste à propos de son propre destin. Quand il travaille à la cour impériale, il s'inquiète pour les gens vivant dans des endroits éloignés. Quand il navigue sur des rivières et des lacs retirés, il s'inquiète pour l'Empereur. Il s'inquiète donc quand il est promu, et il est encore inquiet quand il est rétrogradé. Alors quand ressent-il de la joie? La réponse est qu'il s'inquiète toujours tant que le monde entier s'inquiète, et qu'il est simplement joyeux quand le monde entier est joyeux."

Quand une personne pense au monde entier, et quand il ou elle endosse le bien-être de tous les êtres, les gains personnels et les pertes n'importent plus. Comme nous le constatons parmi les pratiquants de Falun Gong dans la Chine d'aujourd'hui, bien que faisant face à des pressions extrêmes telles qu'une probable arrestation, l’ emprisonnement, ou même être utilisés pour le prélèvement d'organes à vif, ils ont continué à agir selon les principes de Vérité-Compassion-Tolérance en faisant circuler la vérité parmi le public. Ce qui est dans leur esprit n'est pas leur propre sécurité, mais le futur des gens qui apprennent la vérité après avoir été trompés par les mensonges, la propagande et la manipulation du régime communiste.

Le 26 octobre 2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/10/27/211183.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.