Mo-tse

Mo-Tse également appelé Mo Di, vivait dans l’état de Song (11ème siècle avant JC-286 avant JC) au cours de la période des Royaumes combattants. Il servit comme Da Fu (grand officier) de l’état de Song. Mo Di consacra beaucoup d’effort à écrire et à l’édition. Il était également profondément impliqué dans la cultivation taoïste. Il encourageait une vie simple et frugale. Il a écrit dix livres de son vivant. Plus tard il fût connu sous le nom de Mo-tse, un nom spécial pour honorer sa position dans l’histoire.

Un jour, Mo-tse apprit quelques mauvaises nouvelles : l’état de Chu s’apprêtait à lancer une guerre contre l’état de Song. Il était très inquiet car Song n’était pas de taille à contrer Chu. Si une guerre éclatait, Song serait conquise par Chu. Mo-tse estima qu'il avait la responsabilité d'assurer l'avenir de Song et il décida de se rendre à Chu pour tenter de convaincre le roi de Chu de renoncer à son idée de guerre.

Après un voyage de sept jours, Mo-tse arriva à Chu. Il rencontra d'abord Gongshu Ban, un expert talentueux responsable de fabriquer des échelles pour attaquer des forteresses. Mo-tse dit à Gongshu Ban : "Vous fabriquez des échelles pour permettre à l’état de Chu d’attaquer l’état de Song, mais qu’a fait l’état de Song pour mériter cela ? Chu a des terres vastes et fertiles, mais la population de Song n’a même pas assez de terrain pour assurer ses besoins fondamentaux. Voler Song, un état pauvre, pour enrichir Chu qui est déjà riche, n’est pas si sage. Song n’a vraiment rien fait pour offenser Chu. Attaquer Song n’est pas moralement justifié. Vous connaissez parfaitement la situation. Si vous décidez de ne pas en parler à votre roi, vous ne lui êtes pas vraiment loyal. Si vous lui en parlez et qu’il ne vous écoute pas, je dirai que vous n’étiez pas assez déterminé ni très persuasif. "

Gongshu Ban lui répondit que le roi n’était pas facilement influençable. Et il était difficile à Gongshu Ban de revenir en arrière sur sa propre suggestion d’attaquer l’état de Song. Mo-tse comprit qu’il devait rencontrer personnellement le roi de Chu et lui parler afin de le faire changer d’avis sur son plan d'engager la guerre. Quand Mo-tse finit par rencontrer le roi, il ne révéla pas immédiatement son intention. Au contraire il fit une analogie en disant : « Si un homme riche abandonne sa charrette à cheval coûteuse pour voler le chariot cassé de son voisin pauvre, s’il ne porte pas son costume élégant, mais préfère voler un maillot usé à son voisin pauvre, s’il néglige ses mets de fruits de mer et ses steaks pour voler la nourriture de son voisin pauvre faite d’ivraie et de légumes sauvages, quel genre d’homme est-il, votre Majesté ?

Le roi répondit : “Si un tel homme existe, je pense qu’il doit être fou. »

Mo-tse dit alors: “L’état de Chu est rempli des meilleurs produits et animaux. Par exemple, le grand nombre d’élans dans le marécage de Yumnmeng et les poissons et tortues dans la rivière Yangtse sont en abondance. Chu est le plus riche royaume du monde. Regardes notre état de Sng – il est si pauvre que les chasseurs ne peuvent même pas trouver une caille, une carpe ou un lapin. Le contraste est exactement comme la comparaison d’un poisson et d’un steak avec l’ivraie et des légumes sauvages. Votre état est couvert de forêts luxuriantes, mais les Song n’ont pas beaucoup d'arbres, c’est comme comparer des vêtements élégants avec un maillot usé. J’ai entendu dire que votre Majesté a l’intention d’attaquer Song, n’est ce pas absurde de faire cela ? »

Le roi de Chu répondit : “Ce que tu as dit est très juste. Mais Gongshu Ban a préparé des échelles pour attaquer des forteresses et il a dit qu’il n’y avait aucun doute que nous allions conquérir Song. »

Entrevoyant un léger espoir, Mo-tse demanda à voir de nouveau Gongshu Ban. Quand il arriva, Mo-tse ota sa robe et l’étala sur la table en prétendant qu’elle était la forteresse de Song et enlevant son bandeau de la tête il prétendit que c’était les soldats et les armes de Song. Gongshu Ban commença un jeu de guerre avec Mo-tse sur la table. Après neuf parties Gongshu Ban ne put trouver aucun moyen de briser la défense de Mo-tse. Gongshu Ban était frénétique.

Gongshu Ban déclara: “Je connais un moyen de briser la défense de Mo-tse, mais je ne vais pas le révéler.” Mo-tse répondit : « Je sais également quel moyen d’attaque vous avez en tête, mais je ne vais pas le révéler non plus. » Le roi était très curieux et demanda à Mo-tse ce qui se passait. Mo-tse dit : « Gangshu Ban pense me tuer, afin de conquérir l’état de Sng. Mais il ne sait pas que mes élèves, Qin Huali et ses 300 soldats attendent pour repousser votre attaque avec des armes lourdes et mes tactiques. Même si vous me tuez, la défense de Song restera intacte et Chu ne réussira pas. » Le roi de Chu fut convaincu par Mo-tse et renonça à son plan.

Quand Mo-tsé eut 82 ans il fit une observation perspicace, "Je suis passé par toutes sortes de choses du monde, et j'en suis venu à connaître beaucoup de choses. La fortune populaire, les honneurs et les postes sont tous temporaires. J’ai vu assez de cette vie terrestre, et j'ai décidé de laisser le chaos de la société pour suivre le Dieu Chi Songzi et voyager à travers le monde. " Il s’installa au Mont Zhoudi et se concentra sur l'étude de la cultivation taoïste.

Quand un dieu vit son dévouement assidu à la cultivation, il donna à Mo-tsé un livre en soie avec les secrets de cultivation et des recettes pour faire des pilules en utilisant des herbes médicinales. Il donna également à Mo-tse des livres expliquant les principes taoïstes et la théorie du Yin et du Yang. Un total de 25 volumes de livres fut offert à Mo-tse. La divinité dit à Mo-tse: «Vous avez une très bonne qualité innée pour la cultivation et une haute intelligence. Une fois que vous aurez étudié ces livres vous pourrez devenir une divinité. Vous n'avez pas besoin d'un autre maître."

Au cours de la période des Royaumes combattants, tous les royaumes étaient en guerre les uns avec les autres. Si Mo-tse voulait, il aurait pu donner à son roi des conseils précieux et recevoir d’énormes récompenses et l'honneur à vie. Mais il n'avait aucun intérêt pour la vie humaine et était déterminé à cultiver le Tao. Finalement, il devint une divinité.

Du point de vue historique, tout dans le monde n'est qu'illusion. Ce n'est qu'après avoir transcendé le monde matériel qu'on peut voir la vérité de l'univers.

(D'après les Annales de la période Taiping)

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2009/12/11/214058.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.