Anciennes histoires de 'cultivation' : Zhao Sheng, chercheur du Tao

 


1. Triompher de plus de six tests d’affilée

Il y avait de nombreux chercheurs du Tao dans l’ancienne Chine, mais peu d’entre eux étaient capables d’atteindre le statut d’un être divin. Ceci parce que la cultivation est ardue et que les maîtres attendent de leurs disciples qu’ils adhérent à des standards stricts et difficiles. Sans une résolution et une volonté exceptionnellement forte, un pratiquant ne sera pas capable d'obtenir le fruit juste.


Il était une fois dans la Chine ancienne, un homme nommé Zhao Sheng. Aspirant au Tao, Zhao Sheng voyagea sur une longue distance jusqu'à la province du Sichuan dans l’ouest de la Chine pour cultiver le Taoïsme sous la direction de Zhang Daoling. Afin de tester la volonté de Zhao Sheng, Zhang Daoling arrangea une série d'épreuves.


Un jour Zhao Sheng arriva à la porte de Zhang Daoling. Il expliqua le but de sa visite au portier qu'il supplia de parler de lui à Zhang Daoling. À son étonnement, le portier n’alla pas parler de lui à Zhang Daoling. Au lieu de cela, il agonit Zhai Sheng d’insultes. Déterminé à cultiver dans le Taoïsme, Zhao Sheng ne se départit nullement de son calme. Il décida de ne pas partir avant d'être devenu un disciple de Zhang. Il dormit à l’extérieur de la porte cette nuit-là et les 40 nuits suivantes. Le portier l’insulta pendant 40 jours. Finalement, Zhang Daoling fut d’accord pour rencontrer Zhao et lui permit de rester. Cependant, Maître Zhang lui ordonna de vivre dans les rizières pour travailler comme épouvantail et éloigner les oiseaux et les bêtes des récoltes. Zhao obéit sans hésitation.


La nuit, le champ était venteux et froid. Les animaux sauvages faisaient des bruits terrifiants à hérisser les poils et donner le frisson. Cependant Zhao était très dévoué. Il s’assura que pas un grain ne soit laissé aux animaux. Un jour, au coucher du soleil, alors qu’il venait juste de chasser un vol d’oiseaux, Zhao vit une jeune fille exceptionnellement belle s’approcher de lui. La dame lui dit qu’elle était en chemin vers un village éloigné et demanda à être hébergée pour la nuit. Zhao Shang pensa que, en tant que pratiquant, il devait aider les gens dans le besoin. Il invita la dame à dormir dans sa cabane de chaume, mais il s’assit dans le champ seul jusqu’à l’aube. Le lendemain, la dame se plaignit de beaucoup de douleurs aux pieds et resta quelques jours de plus. La nuit, la dame tenta de le séduire, mais le cœur de Zhao Sheng était tourné vers la cultivation et ne fut pas tenté du tout.


Ensuite, Maitre Zhang ordonna à Zhao Sheng de se rendre dans la montagne et de prendre du bois de chauffage. Sitôt Zhao parti, il passa devant plus de 30 pots d’or sur la route. Il sembla ne pas avoir du tout conscience de l’or. En fait, il dépassa les pots et ne tourna même pas la tête pour jeter un regard à l’or. Alors qu’il se trouvait dans la montagne, trois tigres rugissants le chargèrent en même temps, comme s'ils allaient le dévorer. Au moment crucial, Zhao ne paniqua pas. Il pensa : ‘’ Je suis disciple de Maître Zhang. Le Maître me protége. Rien ne me nuira !’’ En effet, les tigres déchirèrent ses vêtements et léchèrent son visage, mais sans du tout le mordre. Voyant qu’il ne craignait rien, les tigres baissèrent leurs têtes et l’abandonnèrent.


Ensuite, Maître Zhang ordonna à Zhao Sheng de se rendre au marché et d'acheter de l’étoffe. Après que Zhao eut choisi le tissu et l'ait payé, le vendeur l’accusa de ne pas avoir réglé les achats. Criant après Zhao, le vendeur fit un scandale et attira beaucoup de badauds. Zhao ne discuta pas avec lui et ne se défendit pas. Au lieu de cela, il retira sa robe afin de payer le tissus. Soudain, le vendeur admit qu’il avait fait une erreur.


Un jour, alors que Zhao surveillait les récoltes, un mendiant arriva de loin. Le mendiant était en guenilles et couvert de poussière et de crasse. Il avait des abcès et du pus sur tout le corps. Sa puanteur était si nauséabonde qu’elle était suffocante. Le mendiant s’approcha de Zhao et mendia de la nourriture. Zhao fut très amical avec le mendiant. Il enleva ses propres vêtements et les lui offrit. Il lui donna son propre repas et la nourriture de son garde manger. Le vieux mendiant fut ému par la gentillesse de Zhao, mais ne toucha pas aux réserves de nourriture de Zhao.


2. Cueillir des pêches

Zhang Daoling avait 201 disciples, mais il les testa dans le but de transmettre le Tao à celui d’entre eux qui était un véritable pratiquant.


Un jour, il mena ses disciples sur une crête nommée Escalier vers les Nuages sur la Montagne Guming. Il montra le pêcher poussant sur un rocher à pic et dit : ‘’Je transmettrais le Grand Tao à la personne qui pourra cueillir les pêches de cet arbre.’’ Le pêcher poussait au milieu d’un rocher très escarpé, et rude entre les nuages et la profondeur de la vallée. La plupart des disciples regardèrent en bas vers l’arbre et eurent des sueurs froides. Au lieu de relever le défi ils déclarèrent : ‘’ C’est impossible, Maître.’’


Seul Zhao Sheng pensa différemment. Il se dit : ‘’ Puisque le Maître nous a dit de prendre les pêches, il doit y avoir un moyen. De plus, mon maître est ici. Il ne me laissera jamais chuter dans l'abîme et mourir. Un pratiquant doit avoir foi dans son maître et dans le Tao avant de pouvoir atteindre le Grand Tao.’’ Il fit un bond plein de foi vers le pêcher et atterrit juste sur l’arbre. Tous furent choqués par son action.


Une par une, Zhao prit les pêches sur l’arbre et les lança vers Maître Zhang. Zhao prit 202 pêches au total, ainsi Maître Zhang et ses 201 disciples en eurent chacun une. Après que Zhao eut fini de prendre les pêches, Maître Zhang tendit le bras pour le tirer vers le haut. Tous les disciples pensèrent : ‘’ Comment peut-il le tirer depuis ici ?’’ Mais sous leurs yeux, les bras de Maître Zhang s’étendirent de toute leur longueur à trois reprises, et il tira Zhao vers la crête.


Après que Zhao Sheng eut mangé sa pêche, Maître Zheng dit à ses disciples: ‘’ Zhao Sheng a été capable d’atterrir sur l’arbre parce que son esprit était droit. Maintenant, moi, qui suis votre Maître, je vais tenter de faire la même chose et voir si je peux le faire. Si je ne peux atterrir sur l’arbre, je ne suis pas digne d’être votre maître et je mourrais sans regrets.’’ Tous tentèrent de persuader Maître Zhang de ne pas accomplir une chose si dangereuse. Ignorant leurs plaintes, Maître Zhang fit un saut, mais manqua l’arbre et tomba dans la vallée. Chacun pâlit sous le choc. Pendant un très long moment personne n’émit un son. Tous décidérent que leur maître devait être mort et commencèrent à pleurer.


Zhao Sheng , était lui aussi accablé de chagrin. Il y a un dicton chinois : ‘’Maître pour un jour ; Père pour la vie.’’ Si quelque chose devait arriver au Maître, comment pourrais je vivre comme disciple ? Mais alors, il pensa ‘’ Le Maître est grand, il est à un très haut niveau. Au fond de chaque vallée, il doit y avoir un sol solide, même dans la plus profonde. Ce n’est rien pour un pratiquant qui a atteint le Tao. En tant que disciple, je dois suivre le Maître de prés en toutes circonstances. Je ne dois pas abandonner le Maître et vivre seul.’’ Il ferma les yeux et fit un autre saut plein de foi dans la vallée.


Zhao perdit le sentiment du temps. Lorsqu’il atterrit finalement, il n’était pas blessé du tout. En fait, il atterrit juste devant Maître Zhang, qui lui sourit comme s’il l’attendait. Là, se trouvait un lit et une chambre. Maître Zhang dit : ‘’Je savais que tu viendrais !’’ Maître Zhang lui transmit le Grand Tao pendant trois jours avant qu’ils ne retournent chez eux. Tous les autres disciples étaient stupéfaits et attristés par la perte de l’opportunité d’obtenir le Grand Tao.


Finalement, Maître Zhang et Zhao Sheng montèrent au ciel en plein jour et devinrent des immortels. Tous les autres disciples les regardaient alors qu’ils montaient en flèche, jusqu’à ce qu’ils disparaissent dans les nuages.


Source : Biographie des Immortels


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.